Les secrets de l’inversion. Un flash sur l’or (B. Bertez)

« La bourse américaine vient de chuter de 800 points avec un fort sentiment de panique.

On attribue cette chute  à un signal magique : l’inversion de la courbe des rendements du 2 ans /10ans.

Mais n’est-ce pas l’inverse ?

La causalité ne doit elle pas être lue de sens opposé à savoir que la chute de la bourse, la mise spectaculaire en risk-off ont provoqué des achats de recherche de sécurité, des achats de refuges et ainsi fait baisser le rendement des valeurs du Trésor à 10 ans ?

Les marchés sont des lieux magiques. Ils dégagent des fumées. Et ces fumées sont autant de signaux ésotériques. Les marchés émettent des signaux et ces signaux déclenchent des comportements.

Ces comportements ne sont jamais clairs car à la fois les marchés anticipent sur ce qu’ils comprennent mais ils sont aussi en retard sur ce qu’ils ne comprennent pas. Et pour tout compliquer la transitivité et la réflexivité avec le réel s’en mêlent.

Les prophéties des marchés dit-on se réalisent d’être crues. Voire. La grande découverte de Greenspan, celle qui lui a donné quelques années d’avance sur ses confrères et concurrents c’est d’avoir compris le premier que l’on pouvait faire dire aux marchés ce que l’on voulait qu’ils disent : on peut leur faire créer une humeur, un sentiment. Il a compris que les marchés n’anticipaient pas forcément l’évolution économique, ils pouvaient aussi la produire temporairement. Les marchés peuvent accélérer sur le court terme la vitesse de circulation de la monnaie, le catalyseur des échanges. Ils donnent l’impression de  produire le réel, car ils anticipent les actions et réactions de ceux qui se croient chargés de la conduite des affaires. Mais cette découverte de Greenspan n’était qu’une vérité partielle car en fait ils ne produisent pas l’économie réelle, non, ils sont simplement des catalyseurs de forces qui sont déjà latentes.

Les marchés modernes ne sont plus redevables de la mécanique ou de la simplicité action/ réaction ils sont redevables d’analyses complexes plus proches de la théorie des jeux et des ensembles complexes. Un jour ils « baiseront » les algos car les marchés, dans leur inconscient, apprennent !

Certains comportements comme la chute des marchés boursiers ne sont pas souhaitables ou souhaités par les grands prêtres de la religion financière donc un combat s’engage pour savoir quelle est la bonne interprétation des signaux.

L’interprétation est un enjeu, elle fait partie des combats.

La courbe US 2/10 s’est inversé. Cela était impensable. Pourtant c’est vrai c’est inversé.

Vous allez ironiser, rien d’étonnant puisque l’inversion de tout, et du sens en général et des moeurs en particulier, est la caractéristique de ce monde Orwellien qui marche sur la tête ! Mais attendez un peu, les financiers n’ont aucun sens de l’humour ou de l’ironie, ils croient à la magie des signes, à la magie de la Tendance, ils sont superstitieux. On ne rit pas avec l’argent Monsieur ! Chez ces gens gens-là Monsieur, l’argent est chose sérieuse, c’est sacré et c’est pour cela qu’il faut des grands prêtres pour en gérer la religion : les banquiers centraux. Des grands prêtres avec leurs églises c’est à dire les médias type CNN ou CNBC, les adorateurs/gourous qui sont interviewés, sujets censés sachant savoir et les fidèles qui écoutent bouche bée.

La courbe des rendements obligataires américains à deux et dix ans dis-je, s’est donc inversée mercredi pour la première fois depuis 2007.

  • Taux au jour le jour des fonds fédéraux: 2,15%
  • Bon du Trésor à 3 mois: 2.01%
  • Billet du Trésor à 2 ans: 1,5730%
  • Billet du Trésor à 10 ans: 1,550%
  • Bon du Trésor à 30 ans: 2,018%

En bonne « orthodoxie », c’est le signe que la première économie mondiale se dirige vers une récession.

Cette inversion – le passage d’un taux à court terme au-dessus d’un taux à plus long terme – a vu le rendement des Treasuries à deux ans dépasser celui des titres à dix ans.

C’est un franchissement magique, car tout cela se joue sur de minuscules points de base : 1,550 pour le 10 ans contre 1,570 pour le 2 ans !

Le rendement des titres à 30 ans est tombé peu après à un nouveau plus bas historique de 2,018% et le mouvement s’est propagé au marché européen, le rendement des taux allemands à dix ans, référence de la zone euro  inscrivant lui aussi un plus bas à -0,64%.

Au Royaume-Uni, le rendement des gilts à 10 ans est pareillement passé sous celui des notes à deux ans pour la première fois depuis août 2008, tandis que le rendement des emprunts à 30 ans est tombé à un plus bas inédit de 1,057%, en baisse de huit points de base sur la séance.

La dernière inversion de la courbe des taux aux USA remontait à juin 2007, au moment de la crise des subprimes.

La magie tient à ceci, et surtout notez que cela n’a rien à voir avec la science puisqu’il y a eu une exception. On n’est pas dans le domaine de la Nécessité : l’ inversion de la courbe a précédé chacune des récessions américaines au cours des 50 dernières années, mais à une exception près.

En genéral, ce sont les exceptions, les lapsus, les failles, qui nous intéressent et ici si il y a exception cela a un sens qui nous dit que : l’inversion c’est de la magie, ce n’est pas de la science. Si c’était de la science il n’y aurait aucune exception.

Si vous lisez attentivement tout ce qui se publie, vous verrez comme moi qu’il n’y a nulle part d’analyse de cette magie : personne ne fait d’explication rationnelle, on constate et on s’agenouille, c’est tout. Personne n’a trouvé une chaine de raisonnement qui démontre organiquement que l’inversion doit être suivie d’une récession, personne. Tout comme d’ailleurs personne n’a trouvé une chaine de raisonnement qui permette de mettre à jour le lien organique qui relierait les QE, les achats de titres à long terme à une éventuelle croissance économique, puisque la théorie dite du ruissellement s’est révélée fausse.  Nous sommes dans les incantations qui se réalisent de temps en temps si elles sont crues, nous sommes dans le Cargo Cult.

Cette magie normalement il faut la décortiquer, la démystifier au lieu de sombrer l’irrationalité et de s’y soumettre.

Si le deux ans rapporte plus que le 10 ans cela signifie tout simplement que le 10 ans est très demandé.

Cela signifie par exemple que le 10 ans américain est considéré comme le refuge mondial/global en ce temps de malaise chinois, de faiblesse des émergents, de fissures européennes, de stress géopolitique et social.

Cela peut signifier que le 10 ans est recherché car c’est la réserve de liquidité suprême, face à la contraction de l’eurodollar, c’est le collatéral mondial par excellence et on en veut à titre de réserve, à titre d’assurance pour les mauvais jours.

Cela peut signifier que la situation économique est jugée inquiétante et que le plus probable est que la Fed va recommencer ses achats de titres à long terme, ses QE afin de soutenir l’économie et si elle achète les titres à long terme leurs cours vont monter et leurs rendements vont  baisser.

Cela peut signifier beaucoup de choses raisonnables, vraisemblables, probables.

Insistons sur les QE ou autrement dit sur les achats de titres à long terme. Allons à l’essentiel.

Un QE consiste pour la banque centrale à acheter des titres longs qui rapportent un certain rendement et à payer ces achats par de la monnaie fraichement créée, tombée du ciel des digits.

La banque centrale met à l’actif de son bilan des fonds d’Etat qu’elle achète et au passif de son bilan elle crédite le compte de l’institution qui les lui a vendus. Cela signifie donc qu’elle retire du rendement dans le portefeuille mondial de valeurs mobilières et en contrepartie elle injecte de la monnaie, des réserves qui, elles, ne rapportent rien. (Je laisse de côté la rémunération des réserves qui est un outil de régulation qui complique les choses mais ne change rien au raisonnement). Cela signifie donc créer une pénurie de rendement puisque l’on en retire pour le remplacer par quelque chose qui ne rapporte rien.

Un QE c’est la création d’une soif, d’un besoin de rendement. Un swap, un échange dans lequel on échange quelque chose qui rapporte contre quelque chose qui ne rapporte rien. Donc à votre avis que se passe-t-il ? Il se passe ceci : que ceux qui reçoivent ces liquidités ne savent pas quoi en faire et si elles les gardent, elles perdent ! Donc avec ces liquidités elles se dépêchent d’aller acheter des titres qui rapportent encore un peu dont … des fonds d’Etat. C’est ainsi que les QE font monter les cours des fonds d’Etat et chuter leur taux de rendement.

Vous comprenez que plus vous achetez vite, avant les autres plus vous gagnez ou moins vous perdez ! Acheter avant les autres quelque chose qui rapporte encore un peu non seulement c’est bien mais en plus cela vous assure une plus-value qui vous dédommage de la perte de rendement des fonds d’Etat en général. Vous perdez sur les rendements mais vous gagnez en capital. Et c’est ainsi que les liquidités injectées par la banque centrale produisent mécaniquement une hausse des cours des actifs financiers et une baisse des rendements de tout, de proche en proche, de tout ce qui rapporte encore un peu.

C’est la concurrence pour avoir du rendement, c’est la « search for yield », elle est mécanique car les liquidités, les réserves, la monnaie sont comme le dit Hussman « la patate chaude, le mistigri » dont il faut se débarrasser.

Et cette « patate chaude », on s’en débarrasse par avance quand on sait que les QE vont arriver.

La baisse des rendements du 10 ans, l’inversion, c’est tout simplement l’anticipation, le front running, des futurs QE.

Ce sont les initiés, les banques, le Smart Money, les ultra riches qui achètent par avance en prévision des futurs achats des banques centrales. Et rien d ‘autre. Cela ne signifie rien d’autre que ceci : le système est pourri il fait des cadeaux aux riches et ultra riches, il y a des gens qui font des plus values colossales simplement parce qu’ils sont structurellement initiés. Ils connaissent les ressorts de la finance et de la monnaie.

Si il y a inversion, c’est à dire si les taux du long terme passent sous les taux du court terme c’est parce que Powell a commis une énorme erreur, il est en retard ! Il n’a pas baissé les taux courts assez vite ! Il a été pris de vitesse par la spéculation, par les ultra riches, par les banques et même par certains gouvernements qui spéculent ! Et c’est scandaleux car la spéculation qui produit ces plus values est équivalente à une « tonte » du public.

Voici le type de commentaire qui accompagne l’inversion et la chute de la bourse, commentaire pourri, bien sûr, dont la fonction objective est de forcer la main de notre malheureux Powell :

« Historiquement, l’inversion de la courbe américaine a toujours été perçue comme un signal de récession et il reste à voir si c’est toujours le cas. Ce qui est certain, c’est que le monde semble moins sûr », commente un stratège macro chez State Street Global Advisors.

Donc Powell avec la chute de la Bourse, va prendre peur et il va baisser les taux courts en catastrophe ;  il n’est ni courageux ni intelligent, il n’est pas un bon joueur de poker, il ne va pas oser en appeler du bluff des marchés, il n’a pas l’estomac de baiser la spéculation !

Il va délivrer ce que l’on attend de lui et certainement il va devoir baisser d’un coup de 0,50 pbs et peut être même en panique entre deux réunion du FOMC.

Ah les braves gens que voilà !

Trump lui est un bon joueur de poker, il voulait une forte baisse des taux, et il va pavoiser car il aura fait céder Powell. C’est la raison pour laquelle il a, encore hier, insisté et attaqué la Fed, il veut se donner le bénéfice du gain et montrer qu’il est un Winner.

La situation de Powell et de ses subordonnés ne va faire qu’empirer.

Le ralentissement de la croissance mondiale, l’inflation faible, les tensions commerciales internationales et d’autres facteurs comme l’impact redouté du Brexit, l’action des autres banques centrales comme la BCE  vont nourrir les anticipations de baisses de taux, entraînant un reflux massif des rendements des emprunts d’Etat.

La courbe de rendement inversée indique que la Réserve fédérale est loin du compte, elle est loin d’avoir terminé ses programmes de réduction des taux.

Pour rétablir simplement une « pente positive » sur la « courbe », le FOMC devrait immédiatement  abaisser le taux des fonds fédéraux au jour le jour d’au moins 75 points de base … et il ne le fera pas car si il le faisait cela provoquerait une panique !

Attention cette partie n’est pas de même nature que tout ce qui a précédé :

Je m’avance, je ne suis plus tout à fait dans le raisonnement objectif, et je vous préviens donc de mon changement de registre.

Tout ceci signifie pour moi qu’il va y avoir de bonne nouvelles pour les investisseurs en or et en argent. Les taux négatifs risquent de se généraliser.

L’ensemble des courbes de rendement est désormais négatif dans des pays tels que : Suisse, Allemagne et Pays-Bas.

Les taux d’intérêt négatifs constituent la meilleure justification fondamentale à la détention physique de métaux précieux.

Les taux mondiaux vont être encore plus profondément inversés, avec des rendements suisses et allemands négatifs de -1,00% et la récession mondiale risque de devenir évidente pour tous, comme je le dis souvent : common knowledge.

En réponse à cette pression déflationniste, la seule réponse des banquiers centraux sera le printing plus net, l’argent surabondant, la monétisation directe de la dette et les QE. Ce sera leur politique, car c’est la seule qu’ils connaissent.

Et qu’est-ce que cela signifiera pour les métaux précieux ? Cela signifiera des prix plus élevés .

L’or revient à la mode, il atteint de nouveaux sommets lorsqu’il est libellé dans des devises telles que la livre sterling, le dollar canadien et le dollar australien.

La détérioration de la situation économique et l’effondrement des taux d’intérêt signifient que l’or atteindra bientôt un nouveau sommet sans précédent lorsqu’il sera libellé en dollars américains ».

Bruno Bertez, le 15 août 2019

Lire aussi :

Un grand changement de paradigme est en cours, il faut acheter de l’or

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Les secrets de l’inversion. Un flash sur l’or (B. Bertez)

  1. zorba44 dit :

    Dans le prolongement de ce que le signataire a écrit hier …la baisse des taux est un lent suicide assisté.

    Cette baisse profite aux métaux qui s’apprécient, encore en rangs ordonnés.

    Lorsque les ultra-riches viendront essayer de ramasser des montagnes de physique, là, on va commencer une partie plus sportive : le grand huit !

    Jean LENOIR

  2. Robert dit :

    Résumons : La finance, c’est désormais une immense partie de poker au niveau mondial, où les « valeurs » sont purement virtuelles et manipulées par une élite, laquelle édicte les règles du jeu et les change au besoin.
    Dans le même temps, cette élite confisque habilement les actifs tangibles à son bénéfice en payant en « monnaie de singe » ! L’ arnaque absolue…

    • 8parabellum8 dit :

      Un vieux com maintenant…

      Ce monde est un jeu de poker et tous les participants autour de la table ont une caution en lingots d’or qu’ils ont acheté avec des jetons Rothschild.

      Les mises dans cette partie de poker se font également avec des jetons Rothschild.

      Peu importe la devise, elle est toujours Ca$her…

      C’est une partie de poker basée sur l’or.

      Le jeu des Rothschild est de remettre la main sur tout cet or

      Dans un dernier coup de poker…

      La quinte flush royale sera pour eux

      La quinte de toue royale sera pour nous…

      Rothschild est joueur, croupier et patron de la salle de jeu…

      Et qui a pouvoir sur le prix des jetons et sur la valeur des cautions en or des autres participants…

  3. Nanker dit :

    « Lorsque les ultra-riches viendront essayer de ramasser des montagnes de physique, là, on va commencer une partie plus sportive : le grand huit! »

    A ce moment Macron décrètera que ce qui « dort » dans la réserve de la Banque de France n’a aucune utilité et qu’il faut s’en débarrasser comme on s’est « débarrassé » des autoroutes. Avec la Goulard à la manoeuvre c’est comme si c’était fait…
    J’ai déjà eu l’occasion de l’écrire ici mais je travaille dans le 1er arrondissement et je suis effaré par l’augmentation de la fréquence de passage de convois armés transportant l’or de la France quittant la « souterraine » pour une destination inconnue (les coffres de la Goldman Sachs?).
    La grande braderie du trésor de tous les Français aurait déjà commencé?

    • zorba44 dit :

      Sans discuter de votre poste d’observation idéal, pourriez-vous prendre des photos pour illustrer votre propos et les publier ici ? Merci à vous.

      Il ne faut, en effet, pas relâcher la pression face à cette prédation ignoble.

      Jean LENOIR

  4. Nanker dit :

    zorba il est possible que ces transferts ne soient que la restitution à certains pays étrangers de leur bien. Certains pays baltes ont (à une époque que j’ignore) décidé qu’il valait mieux que leur réserves soient en France loin de l’appétit (imaginaire?) du voisin russe.
    Les pressions géopolitiques montant et baissant ce pays peuvent ensuite décider de rapatrier leur trésor. De même pour l’Allemagne qui à un moment stockait une partie de ses réserves en France.

    Ce qui m’inquiète c’est ce genre de nouvelles :
    Macron et Goulard étant notoirement des agents américains il convient d’être prudent.
    https://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL8N1XN634
    https://reseauinternational.net/alerte-lor-de-la-banque-de-france-nest-plus-sanctuarise/

    Le 21 et 22 septembre la BdF sera ouverte au visites du public. Ce sera donc le moment idéal pour obtenir quelques infos auprès du petit personnel… Ca marche mieux que l’on pourrait l’imaginer…

    • Le dodo dom dit :

      Nanker, vous voulez dire que la bdf sera ouverte pour les journées du patrimoine? Mais osez le dire, le mot « patrimoine », ça fait rire de penser à ce qu’il en reste…. et c’est pourquoi les camions vident la banque, pour des raisons de sécurité pour les journées du pat; on ne sait jamais: si un nonagénaire arrivant en vélo, déposant sa carte d’identité dans la boite aux lettres de la bdf, et tentant une prise d’assaut de la bdf, lourdement armé d’une fronde décathlon, arrivait à ces fins….ben tiens!

  5. Nanker dit :

    Aujourd’hui lundi 19 à 13h30 quatre (4!) camions blindés ont remonté la rue de Rivoli, escortés par des gendarmes puissamment armés. La grande braderie pardon la ré-allocation de l’or de la France vers des entités privées aurait-elle commencé, selon les voeux de Mme Goulard ou plutôt de ceux qui la manipulent?

    On peut aussi penser (espérer?) que cet or n’était pas le nôtre et qu’il rejoint le pays qui en a la jouissance…
    Espérons!

    • Alcide dit :

      Nan, Il ne faut pas s’inquiéter, nos dirigeants sont honnêtes et scrupuleux du bien public comme Särko qui a vendu 500 tonnes d’or de la France au cours le plus bas.
      Non, en échange de ce prêt d’or de la Banque de France, nous percevrons quelques intérêts et une belle reconnaissance de dette de Goldman sur le principal.
      Reconnaissance que nous pourrons exhiber au liquidateur lors de la faillite générale des banques qui s’annonce, afin de faire valoir nos droits légitimes.
      Les Français moyens l’admettront sans se poser la moindre question.

Répondre à Nanker Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s