La Chine prête à « l’option nucléaire » : vendre ses bons du Trésor américains

« Se rendant compte que les États-Unis ne visent pas à mettre fin à la guerre commerciale, la Chine a décidé de reprendre la coopération avec l’Iran sur trois projets. En cas de blocage, Pékin est prêt à recourir à l’«option nucléaire» pour nuire aux États-Unis.

La Chine a repris sa coopération avec l’Iran sur trois projets énergétiques clés malgré les sanctions américaines, annonce le site international sur l’énergie OilPrice.com en se référant à une source collaborant avec le ministère iranien du Pétrole.

Selon le portail, Pékin s’est également préparé à une possible confrontation avec les États-Unis sur ces questions.

«Si l’un des projets chinois en Iran se heurte de nouveau aux États-Unis, Pékin va recourir à l’option « nucléaire », consistant à vendre la totalité ou une partie importante de sa détention de bons du Trésor américain», est-il indiqué sur OilPrice.com.

La Chine était le plus gros détenteur étranger de bons du Trésor américains jusqu’en juin, date à laquelle elle a été dépassée par le Japon. Selon les données du département du Trésor américain, elle détenait 1,11 billion de dollars de dette américaine en juin.

La vente à grande échelle de ces bons est susceptible de provoquer un krach du dollar, une énorme hausse des rendements obligataires, l’effondrement du marché immobilier et le chaos boursier, ont prévenu de hauts responsables des groupes de réflexion chinois. De nombreux analystes ont toutefois rejeté cette suggestion, affirmant qu’une telle démarche nuirait également à la Chine.

Trois projets clés

La phase 11 du champ gazier de South Pars a été gelée après que l’entreprise française Total a officiellement quitté l’Iran à la suite du rétablissement des sanctions américaines contre Téhéran. N’ignorant pas la position américaine, la Chine a accepté un compromis avec Washington en échange de la cessation des travaux. Ainsi, Pékin a reçu le droit de poursuivre ses opérations dans le nord d’Azadegan et d’exploiter les gisements de pétrole de Yadavaran.

Face aux pressions commerciales américaines, les Chinois envisagent maintenant de reprendre les travaux sur la phase 11, indique OilPrice.com.

Les travaux dans le nord d’Azadegan sont justifiés par le fait que la China National Petroleum Corporation (CNPC) avait déjà dépensé des milliards de dollars pour développer une deuxième phase du champ de 460 km carrés. Les activités à Yadavaran s’expliquent par le contrat initial signé en 2007, bien avant le retrait américain de l’accord nucléaire en mai 2018.

Le troisième des principaux projets non terminés par la Chine en Iran est la construction d’un terminal pétrolier à Jask, qui se situera dans le golfe d’Oman. La capacité de stockage serait d’environ 20 millions de barils par jour. En outre, la construction d’un grand complexe pétrochimique est envisagée dans la même région ».

Sputnik France, le 16 août 2019

Rappels :

Guerre commerciale sino-américaine : Trump dans une impasse

Poutine remet le couvert pour l’abandon du dollar

Les économies émergentes accumulent de l’or en prévision de l’effondrement du système monétaire fondé sur le dollar

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour La Chine prête à « l’option nucléaire » : vendre ses bons du Trésor américains

  1. Bernie dit :

    Si ça pouvait se produire enfin !

  2. 8parabellum8 dit :

    https://fr.timesofisrael.com/topic/relations-israel-chine/

    Dans le carnet d’epstine…comme disent certains journaleux…
    Y’a un certain Evelyn…

  3. sharkmod dit :

    à mon avis les Chinois le font depuis un certain temps mais en douce…et en douceur pour ne pas nuire à leurs propres intérêts. La preuve le Japon leur est passé devant comme 1er créancier des Requins… pardon ! Ricains.

  4. zorba44 dit :

    Au cas où les chinois mettraient leur menace à exécution, les ricains n’auraient d’autre solution que racheter leur dette au prix d’un quantitative easing monstrueux,

    La bulle obligataire se mettrait alors en position de pêter et au moindre mouvement à exploser à l’image de la belle illustration visuelle de parabellum, ci-dessus.

    Quelque soient les options, ça risque de tanguer ferme à la rentrée !

    Jean LENOIR

  5. Olivier dit :

    Je ne pense pas que la Chine liquidera tous les bons du trésor qu’elle détient, si elle commençait à vendre massivement des bons leur prix chuterait avant qu’elle ait pu ecouler son stock. De plus la Chine n’ a que très peu d’armes dans ce conflit commercial : on ne fait pas la guerre à ses clients.

    • enzola dit :

      Justement la Chine fait des achats massifs d’or physique depuis des années pour compenser cette chute de valeurs des bonds US… c’est le principe des vases communicants et c’est ce qui permettra aux Chinois de bien se sortir du piège..

    • Robert dit :

      Il ne s’agit pas uniquement d’un conflit commercial. Ce dernier est la manifestation de la lutte pour la suprématie mondiale, qui est engagée. Pour le moment, les USA ont encore de la ressource, mais les Chinois ont le temps (et le nombre !) pour eux. C’est une nouvelle « longue marche » de portée planétaire s’ annonce …

    • rodez21 dit :

      « on ne fait pas la guerre à ses clients »
      Peut-être, mais rien n’empêche d’en changer pour d’autres plus solvables (et raisonnables).

      • Un passant dit :

        Quels autres clients ? Si les USA (et donc tout l’occident) s’écroulent, ils vont vendre avec le même rendement à qui ?

      • Bernie dit :

        Quel rendement ?

      • Un passant dit :

        Le rendement qui certes s’amenuise mais qui a permis à la Chine d’avoir un taux de croissance quasiment à 2 chiffres. C’est vrai que c’est pas cher le made in china mais des milliards de clampins qui consomment je suppose que ça fait quand même du rendement.

      • Olivier dit :

        Il n’y a plus aucun marché où les acteurs sont solvables depuis longtemps.

  6. Trump aime le dollar faible dit :

    Trump qui veut un dollar faible, il sera super heureux.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s