Ils poussent sur la corde, la corde qui devrait les pendre. Taux négatifs et or (B. Bertez)

« Si vous êtes pessimiste, si vous voyez votre futur en noir à la lueur d’un présent déjà bien sombre que faites vous?

Est ce que vous gaspillez vos ressources ? Est-ce que vous consommez au-delà du nécessaire ? Non, vous épargnez encore plus et vous cherchez à assurer votre minimum vital pour les jours futurs.

Vous ne voulez être ni indigent ni dépendant.

Et si tout vous fait peur, à juste titre d’ailleurs, est-ce que vous jouez ? Est-ce que vous prenez des risques ? Bien sur que non !

Vous cherchez ce qui vous paraît le plus sûr et ce qui semble garantir plus ou moins votre capital. Même si cela ne rapporte rien puisque vous cherchez simplement la préservation, le maintien du capital.

Vous préférez encore avoir un repas dans dix ans plutôt que deux repas aujourd’hui. Vous préférez avoir encore un peu, plutôt que pas du tout. Et vous êtes prêt à sacrifier deux repas aujourd’hui pour en avoir encore un dans 10 ans.

Les mécanismes normaux s’inversent à un certain stade, quand on est dans le vital.

C’est ce que nos idiots inutiles ne comprennent pas. La baisse des taux, les taux négatifs ne vous feront pas consommer plus ; non ils vous forceront à consommer moins maintenant pour avoir encore de quoi subsister plus tard.

Tout à fait naturellement, par simple bon sens, vous pensez à l’or et aux emprunts d’Etat.  

En fait l’or et les emprunts d’état remplissent le rôle que ne peuvent plus remplir les dépôts bancaires puisque non seulement ces derniers ne rapportent rien, mais ils sont menacés à la fois par des taux négatifs et en même temps par des prélèvements pour renflouer des banques zombies.

Et puis il y a une autre couche de clientèle, le Ponzi. Comme les gens sont gogos, ils sont attirés par tout ce qui est en vogue, tout ce qui monte, ils se disent : pourquoi pas moi. L’argent suit la plus grande pente de la facilité et de l’envie.

Est ce qu’il faut avoir été patron de la Fed pour comprendre pareilles évidences ? A mon avis non !

Les créations de liquidités ne peuvent rien quand les gens préfèrent les liquidités, ils les stockent. Cela s’appelle pousser sur une corde et les taux négatifs, tout comme la hausse de l’or sont des signaux qui indiquent aux gens que cela va mal, que nous sommes en crise larvée et que les temps vont être durs.

Les créations de liquidités renforcent la hausse des baromètres de la déflation et entretiennent les humeurs  de déflation. Elles sont contreproductives.

Les zozos banquiers centraux en sont réduits à lutter contre les maux … qu’ils créent.

Voici un extrait de déclaration de Greenspan qui en dit bien moins long que ce que je vous explique.

Compte tenu de son âge, on comprend que Greenspan soit obsédé par le vieillissement.

Au cours de l’entretien, Greenspan a mis l’accent sur un élément fondamental intéressant qui, selon lui, régit à la fois les marchés des obligations et de l’or : le vieillissement de la population.

Il a ajouté que les préférences temporelles ont changé, les gens reconnaissant qu’ils vivront probablement plus longtemps et qu’ils devront financer ces vies plus longues. Ceci, dit-il, augmente la demande pour des actifs durs comme l’or.

L’une des raisons pour lesquelles le prix de l’or augmente aussi vite qu’il est… c’est essentiellement que les gens sont des ressources dures qui, selon eux, auront une valeur, dans 20 ou 30 ans, à mesure qu’ils vieillissent. Ils veulent s’assurer qu’ils disposent des ressources nécessaires pour rester en place.

C’est une force clairement fondamentale qui conduit cela. »

Bruno Bertez, le 6 septembre 2019

Rappels :

Pourquoi les treasuries et l’or montent-ils simultanément ?

Les secrets de l’inversion. Un flash sur l’or (B. Bertez)

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Ils poussent sur la corde, la corde qui devrait les pendre. Taux négatifs et or (B. Bertez)

  1. rodez21 dit :

     »Tout à fait naturellement, par simple bon sens, vous pensez à l’or et aux emprunts d’Etat. »

    Emprunts d’Etat que la BCE rachète (en sous main) tout à fait naturellement, par simple bon sens et que personnellement je n’achèterais pas, par simple bon sens.

    Pour ce qui est de l’or, je lui préfèrerais l’argent, plus facile à monnayer (chez son boulanger), la 5 francs semeuse (titre ag ~ 83%) n’a été démonétisée qu’en 1969 et vaut environ 5 euros au cours actuel du marché.

  2. zorba44 dit :

    Greenspan n’a pas tort dans ce constat. Il n’a pas raison non plus,

    S’il existait un profil unique de consommateur-épargnant, par surcroît malléable, ça se saurait et le haut de la pyramide aurait tout loisir pour le canaliser dans un ponzi gagnant-perdant.

    En ce sens cet article doit être lu comme un avis particulier d’un prédateur-girouette tout au long de ca carrière…

    Jean LENOIR

  3. bande2cons dit :

    parlez de métaux en 2019 après les vagues de conneries des 50 dernières années quand 1/3 du pays est rempli de nègres et 95% du pays entier ne sait pas planter une patate, rivé sur internet 8h par jour….. je me marre.

    la réalité c’est pas le petit blanc qui connait le poids et le % d’argent et son équivalant actuel d’une monnaie fiduciaire qui va pouvoir s’en sortir, ca c’est la mécanique d’antan avec une structure en oignon par couches d’appuis pour rétablir une situation.

    quand tout est globalisé y a qu’une seule couche. la réalité le boulanger sera mis en joue et séquestré pour faire du pain et tué lorsque plus de farine.

    personne n’a encore compris que le replis par démondialisation en contraction énergétique signifie à moyen-long terme une guerre chaude totale pour préserver des intérêts géostratégiques comme la clim en été, le chauffage en hiver, la voiture pour le déplacement et l’approvisionnement, télécommunications…etc. bref le monde actuel.

    ce système par valorisation depuis 5000 ans est arrivé au bout de sa logique où la valeur de rien, n’est rien, face au besoin du vital, quand le système sur quoi repose sa disponibilité n’est plus assuré de manière durable.

    vous serez tous crevés avant les 40ans+ pour le voir de vos yeux, mais l’espèce dans sa conception fait qu’un somalien reste un somalien et ne consomme pas comme un californien.
    par contre si un californien revient au somalien, je vous laisse méditer sur l’ampleur de la transformation de votre environnement. si toutefois vous en êtes capables.

    vivez….. y a rien à corriger, ce système est mort. 2 guerres mondiales en 100 ans, sans informatique. vous ne pouvez même pas concevoir l’ampleur du merdier pour la 3°.

    voir l’état du système actuel avec les machines et l’entropie sociale où le français de base se réveille le mardi après midi, bosse une grosse demie journée le jeudi et est en w.e des vendredi 10h…. vous commandez par malheur après jeudi midi le colis arrive le mercredi d’après… et vous allez demander au survivants de revenir au papier crayon, eux qui ne savent même plus le tenir le stylo pour écrire un verbe au présent de l’indicatif.

    ce manque de lucidité me fascine.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s