Effet boomerang sur France Inter

Ce qui est dit ci-dessous est très juste et Hélène Carrère d’Encausse a raison de dénoncer cette peur entretenue chez les jeunes. Mais qui, c’est à souligner, est entretenue par des vieux ! Une certaine catégorie de vieux, ces soixante-huitards qui ont pris le pouvoir, les médias, les richesses et ne veulent rien lâcher… Car Greta Thunberg et les jeunes qu’elle entraîne derrière elle sont manipulés par une minorité de vieux riches, toujours les mêmes, ces “élites” mondialistes à la Soros qui fabriquent des clivages artificiels entre jeunes et vieux sur de faux débats… Pour quelle raison me direz-vous ? Eh bien pour détourner l’opinion des vrais sujets, ceux qui fâchent… comme par exemple la légitimité d’un système de domination et de prédation à bout de souffle, qui veut se perpétuer sous les traits bienveillants d’une “gouvernance globale”… au nom de la planète et du climat ! OD

La matinale de France Inter révèle parfois des confrontations inattendues.

La revue de presse de Claude Askolovitch du 18 novembre 2019 résumait la controverse du climat en une lutte binaire intergénérationnelle : la jeunesse a forcément raison, la vieillesse a foncièrement tort.

Voici la transcription de l’intervention du journaliste-militant (entre 4:55 et 5:15) :

Est-ce inspiration divine ? Une femme néo-zélandaise a eu un mot de génie au début de ce mois : Chloe Swarbrick, députée au parlement néo-zélandais, me raconte Le Monde, qui a renvoyé un « OK boomer » à un vieux député qui moquait son goût pour le réchauffement climatique. Et ce mot est devenu un mot d’ordre mondial des jeunes générations contre les vieux qui n’y comprennent rien.

Vingt minutes plus tard, dans l’émission « Boomerang« , l’académicienne Hélène Carrère d’Encausse était l’invitée d’un intervieweur gardien du culte réchauffiste pour qui tout questionnement du dogme relève du mensonge (séquence de 3:49 à 6:00) :

Hélène Carrère d’Encausse : L’université c’est d’abord un lieu de liberté de l’esprit (…) Regardez dans quel monde ils vivent ces malheureux [étudiants français]. D’abord on leur dit que c’est la fin du monde. Vous comprenez, cette charmante petite suédoise qui se promène partout en disant « le monde va s’écrouler« . Elle ignore tout à fait que, d’abord les climats, sur mille ans, ont beaucoup changé, et puis que, véritablement, des tas de mouvements millénaristes ont dit des tas de fois « c’est la fin du monde ».
L’intervieweur : Oui mais là, ça va de mal en pis quand même, hein…
Hélène Carrère d’Encausse : Oui… Nan, mais dire qu’on vit déjà dans un monde impossible… Vous ne pouvez pas. Il faut un horizon quand on a vingt ans.
L’intervieweur : Alors, il faudrait mentir ?
Hélène Carrère d’Encausse : Attendez… Non, il ne faut pas mentir. Il faut dire « c’est compliqué, il faut faire des choses »… Mais ne pas raconter sans démesure que tout s’écroule. Si vous voulez, ce qui me frappe, c’est que j’écoute les informations à la radio le matin [rire de l’intervieweur]. Toujours ! J’adore la radio ! Et je suis frappé parce que le mot que j’entends le plus souvent c’est le mot « peur« . On dit « faut-il avoir peur ? » : Faut-il avoir peur du climat ? Faut-il avoir peur de l’huile de palme, du prix du loyer, etc. ? Le mot « peur » revient tout le temps. Quand on a vingt ans, on regarde l’avenir (…). Et là, pour ces jeunes gens, maintenant, c’est fini : on ne peut pas vivre sans peur. On leur explique que tout est effrayant. Et au fond, pourquoi est-ce qu’ils étudient ?

Mythes, Mancies & mathématiques, le 19 novembre 2019

Lire aussi :

Conférence de presse climato-réaliste au Parlement européen

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Effet boomerang sur France Inter

  1. Marc dit :

    Je n’écoute jamais France Inter, radio gauchiste par excellence qui baigne en permanence dans la pseudo bien pensance !…Les « journaleux » de cette radio, pourtant public donc théoriquement soumise à un devoir de neutralité, sont des propagandistes pro-macron qui ne cachent même plus leurs affinités politiques. Au fait à un moment où l’on demande à la SNCF de « dégraisser » ses effectifs, on devrait exiger la même chose des médias publics!…et même des médias privés dans la mesure où ces derniers reçoivent des aides conséquentes de l’État, donc de nos impôts !!!…Je conseille d’ailleurs à Olivier de faire une recherche sur le montant total astronomique des subventions allouées aux médias privés traditionnels …Les Français seraient horrifiés en découvrant que ces médias sont portés à bout de bras et maintenus la tête hors de l’eau grâce aux aides de l’État !!!!!!!!!!

  2. freddie7 dit :

    Le NOM au nom du dieu Climat… ces mondialistes sont diaboliques; leur puissance de feu médiatique est énorme.

  3. El hierro dit :

    « France Inter, radio gauchiste par excellence (…)propagandistes pro-macron »
    Dans un sens , c’est vrai.
    Vous faites bien de le rappeler, j’avais oublié que Macron était gauchiste.

    En 36 ans, les propagandistes ont bien changé le sens des mots : comment aurait-on qualifié à l’époque le type de politique qu’il met en œuvre ? droite ? gauche ? droite dure ?
    (Réduction des budgets sociaux, réduction de fiscalité des fortunes, réduction des droits des salariés, intégration dans l’Otan et soumission aux usa, libéralisme des échanges commerciaux, vente du patrimoine industriel français, interventions militaires extérieures hors règles de l’ONU,soutien aux ukrainiens d’extrême droite, soumission aux banques et aux lobbies industriels etc …) attention, je ne juge pas de la pertinence de ces mesures, mais juste de leur emballage lexical, puisqu’ aujourd’hui, les mots sont propriété des médias dominants.
    Sans parler de la réécriture de l’histoire de la guerre de 1939. et de la dramatique réduction des droits individuels depuis l’épisode de la place Bellecour à Lyon (déjà en 2016, mais F. Hollande est le gauchiste qui a détruit le mot gauche et amené Macron et Valls) dans la façon de traiter les manifestants.
    Changez le sens des mots, et vous changez les pensées des gens.

    • matbee dit :

      Ce n’est pas que le sens des mots a été changé….c’est que les mots n’ont plus AUCUN SENS, le masque est tombé !

      Gauche ou droite, droite ou gauche, vous croyez que ça veut dire encore quelque chose aujourd’hui ?

      Ou plutôt si, ça veut dire : « comédie », « théâtre », « guignolade », « enfumage »…. Faites votre choix !

    • Danse dit :

      « comment aurait-on qualifié à l’époque le type de politique qu’il met en œuvre ? »
      CORPORATOCRATIE.

      Nous avons juste besoin de sortir du mot « politique » pour voir que ce n’est pas une politique : c’est du simple esclavage, mais mis en oeuvre progressivement et sous couvert de moraline ou de simples mensonges.
      Parmi ceux qui votent ou exécutent les lois actuelles il n’y a aucun homme politique.

      La corporatocratie mène tout droit à l’esclavage mais avec un ingrédient en plus: la « singularité », c’est à dire la transformation de tous en robots régis et réprimés par la technologie.

  4. Nanker dit :

    « Chloe Swarbrick, députée au parlement néo-zélandais, me raconte Le Monde, qui a renvoyé un « OK boomer » à un vieux député qui moquait son goût pour le réchauffement climatique. Et ce mot est devenu un mot d’ordre mondial des jeunes générations contre les vieux qui n’y comprennent rien ».
    Ces cons de millenials pensent que dès que tous les baby-boomers seront passés de vie à trépas « on » leur filera les clés de la boutique et à ce moment ce seront eux les rois du pétrole (genre « à nous les bonnes places et la belle vie »). Hélas ce sont de tels branques (fainéants, malhonnêtes, auto-centrés et incultes) qu’au contraire ce sera le début de la fin.
    Et LA ils n’auront plus personne à blâmer pour leur incurie… Quoi que ces ados perpétuels seront capables de trouver un bouc émissaire.

    Générationnellement je suis entre boomers et millenials mais quitte à passer une soirée à boire et discuter je préfère la passer avec des vieux qu’avec un ramassis de « mils »…

    Quant à Augustin Trapenard, c’est bien fait pour lui! Quelle idée d’inviter une personne intelligente alors qu’Omar Sy, Marie Darrieussecq – ou d’autres « artistes » estampillés « Inrocks » – étaient sans doute dispos…

  5. Les premiers mots de la petite (allumette) suédoise qui a mis le feu au lac, furent exactement ceux-là : « Je ne veux pas que vous ayez de l’espoir, je veux que vous soyez terrifiés »…

    Et c’est vrai qu’elle est terrifiante la Greta…
    Jo

  6. zorba44 dit :

    Le signataire n’a qu’une peur dans la vie : celle de la bêtise…

    Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s