Goethe et la monnaie

Un texte de Nicolas Bonnal commenté par Bruno Bertez. OD

« Nicolas Bonnal nous fait passer ce papier .

Il connaît la passion que nous mettons à décrypter la chose monétaire et il a remarqué les allusions que nous faisions régulièrement au Pacte Faustien, à Méphisto, au diable et aux grandes cuillers, aux ombres détachées des corps.

Lisez ce papier et vous serez admiratif, le Fou a tout compris. 

Tout ou presque ; ou plutôt pas tout à fait.

Car le Fou veut échanger ses morceaux de papier contre de l’or mais, mais il veut aussi échanger son or contre la maison et la terre. 

Le Fou est persuadé, certainement à juste titre à son époque, que la terre et la maison sont, seront sa propriété. 

Le mot important est « propriété ».

Je m’attends à ce que la « propriété » des classes moyennes soit plus qu’attaquée, elle sera confisquée. La prédation réglementaire, fiscale et surtout monétaire est inéluctable à horizon lointain certes mais horizon de vie humaine. C’est la Nécessité. C’est contenu dans la situation présente et dans la voie que l’on a choisi. On, le grand « On ».

Est-on sûr de dormir tranquillement dans sa propriété à l’heure où les Macron suppriment l’ISF pour taxer la propriété immobilière, à l’heure où un peu partout dans le monde se multiplient les atteintes à la liberté des loyers, les expropriations, les violations, les squats, les rackets fiscaux, etc. ?

Les grands survivalistes américains complètent toujours la propriété par la détention d’armes et l’auto défense par exemple. 

La propriété est non pas un en-soi, mais c’est un rapport social et ce rapport social est moins défendu que celui qui détermine la domination du capital sur le travail.

Pourquoi ? Parce que les très grosses fortunes qui ont conquis le pouvoir politique possèdent les entreprises et contrôlent la bourse tandis que la propriété immobilière est plutôt l’actif du pauvre, celui des classes moyennes. C’est un réservoir pour les prédations à venir ! 

Donc la propriété des classes moyennes n’est non seulement pas défendue mais attaquée. On parle même pour la ruiner, faire baisser son prix, de séparer la propriété du bâti de celle du foncier !

L’or n’est pas un rapport social, c’est l’équivalent universel de toutes les marchandises, c’est la monnaie des rois, celle des souverains, celle des guerres, c’est une monnaie épique.

Sa valeur est dans la tête des gens elle est plus qu’historique ; c’est un archétype enfoui dans notre inconscient et donc hors de portée aussi bien du gendarme qui sommeille en nous que des argousins, des tyrans ». 


Goethe et la monnaie

On a évoqué la dette. La dette est liée au papier-monnaie. On en émet
tant qu’on veut. La parole est donc à Goethe et son Faust, et c’est pour
terminer. Certains se moquent du papier-monnaie, ainsi le fou de
Goethe.
« Alors, pendant le reste de la nuit, mille artistes ont rapidement
reproduit quelques mots écrits de sa main, indiquant seulement : ce
papier vaut dix ; cet autre vaut cent ; cet autre, mille, ainsi de suite.
Votre signature est apposée, en outre, sur tous ces papiers. Depuis ce
moment, tout le peuple se livre à la joie, l’or circule et afflue partout ;
l’empire est sauvé.
— Quoi ! dit l’empereur, mes sujets prennent cela pour argent comptant
? L’armée et la cour se contentent d’être payées ainsi ? C’est un miracle
que je ne puis trop admirer.
Ici, Méphistophélès, qui vient de jouer ce rôle de Law dans une cour du
moyen âge, en inspirant ces idées au chancelier, développe la théorie
des banques et du papier-monnaie ; et l’empereur, pour reconnaître le
service que le docteur et lui viennent de lui rendre, les crée à tout jamais
surintendant des finances et directeur des mines dans toute l’étendue de
ses possessions. Le fou qu’on avait cru mort, et que Méphistophélès
avait remplacé, reparaît à la fin de cette scène. On lui apprend tout ce
qui s’est passé, et l’empereur, joyeux de le retrouver vivant, le comble
de richesses en papier. Le fou, seul de toute la cour, ne fait pas grand
cas de ces billets de banque, et les veut faire servir à quelque usage
inférieur. Un se moque de lui, et on le laisse seul avec Méphistophélès,
qui lui jure que ce papier vaut de l’or.
— Mais, dit le fou, me le changera-t-on bien contre de l’or ?
— Sans doute, tout de suite, dit Méphistophélès.
— Je vais le changer, dit le fou. Mais, avec de l’or puis-je acquérir
comme autrefois une terre, une maison, un bois autour, de la maison ?
— Sans nul doute.

— Je vais vite changer le papier contre l’or, et l’or contre la maison et
la terre. Dès ce soir, je vivrai tranquillement dans ma propriété !
— Pas si fou ! dit Méphistophélès seul, en quittant la scène ; pas si fou

Bruno Bertez, le 20 novembre 2019

Rappel :

La destruction de l’épargne passe aussi par la destruction du droit de propriété !

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Goethe et la monnaie

  1. Alcide dit :

    Je rappelle un texte de loi scandaleux et parfaitement anticonstitutionnel :

    Dépôt de fonds : statut juridique
    Un dépôt de fonds est l’opération lors de laquelle un particulier remet à sa banque des actifs qui y seront gardés. Durant cette période de conservation, la banque a le droit de disposer de ce dépôt de fonds pour son propre compte, mais doit le restituer selon des modalités déterminées.

    En France, les dépôts de fonds sont couverts jusqu’à 100 000 euros par client et par établissement.
    Le Code monétaire et financier (article L. 312-2) précise que sont considérés comme fonds reçus du public ceux qu’une banque recueille d’un tiers, notamment sous forme de dépôts, avec le droit d’en disposer pour son propre compte, tout en s’engageant à les restituer.

    Les déposants n’ont donc qu’un droit de créance contre le dépositaire.

    On distingue plusieurs types de dépôts de fonds :

    Les dépôts de fonds sur un compte d’épargne (Livret A, etc.) obligatoirement créditeur et sur lequel les fonds sont disponibles à vue sous forme de retrait d’espèces ;
    les dépôts de fonds sur les comptes à terme et les plans d’épargne (PEL, etc.) sur lesquels les retraits prématurés peuvent faire l’objet de sanctions éventuelles ;
    les dépôts de fonds sous forme de titres logés dans un compte spécifique où sont effectuées les opérations de transfert et de conservation des titres ;
    les dépôts de fonds sur les comptes à vue, dont le contenu peut être retiré en totalité ou partiellement à tout moment.

    https://banque.ooreka.fr/astuce/voir/112553/banque-quelles-regles-pour-le-remboursement-d-un-depot-de-fonds

    Cette loi est fondamentale de notre spoliation qui nous prive ainsi légalement de la propriété de notre argent qui doit aussi, PAR la loi transiter par le système bancaire pour toutes les opérations dépassant 1000 euros, payer les salaires, ainsi que pour payer les impôts.

    En outre, je rappelle que cette loi est aussi fondamentale pour tenter de justifier les « sauvetages  » des escrocs rothschildiens afin de pouvoir « sauver » les déposants, les malheureux créanciers chirographaires et ex propriétaires.

    Admirez le sophisme alors qu’il suffit de remettre les choses dans l’ordre en accord avec notre droit constitutionnel à la propriété, de supprimer cette loi scélérate et de pendre par les pieds les banquiers jusqu’à la restitution du dernier centime qu’ils doivent aux déposants.

    Les citoyens doivent savoir.

    • Alcide dit :

      Un complément éclairant de mon post, l’article d’Alasdair Macleod via GoldMoney.com,
      Sur la véritable racine du mal, la colossale source de profit du Moloch rothschildien, le régime de Ponzi des Banques Centrales.
      150 ans d’expansion du crédit bancaire approchent de leur fin

      La formalisation juridique de la création d’un crédit bancaire a débuté avec le Bank Charter Act de 1844 en Angleterre. Cela a conduit à un cycle d’expansion régulier et à l’effondrement de l’encours de crédit bancaire.

      Attribuée à tort aux entreprises, le crédit bancaire est à l’origine du cycle d’expansion et de ralentissement. La politique monétaire a évolué avec des tentatives de contrôle du cycle avec une intervention accrue, aboutissant à un abandon de la monnaie forte.

      Aujourd’hui, nous sommes confrontés à une inflation monétaire infinie( NB: En effet, l’inflation est un phénomène strictement monétaire qui peut se traduire par une augmentation des prix ) comme solution finale à 150 ans d’échecs monétaires. L’effondrement systémique et monétaire imminent marquera probablement la fin des cycles d’expansion du crédit bancaire tel que nous le connaissons, ainsi que l’effondrement final des monnaies fiduciaires.

      Cet article est basé sur un discours que j’ai prononcé lundi à l’Institut Ludwig von Mises Europe à Bruxelles.
      Extrait :
      …La jurisprudence faisant suite à la loi de 1844, tenant davantage compte du statu quo en tant que précédent établi que des principes fondamentaux du droit de la propriété, a statué que les dépôts irréguliers (dépôts à des fins de conservation) ne différaient pas des prêts. Le jugement du juge Lord Cottenham dans l’ affaire Foley v. Hill (1848) 2, HLC 28, est une décision judiciaire relative à la nature fondamentale d’une banque qui stipulait en effet que:

      «L’argent placé sous la garde du banquier est, à toutes fins utiles, l’argent du banquier, à en faire ce qu’il veut. Il n’est coupable d’aucun abus de confiance en l’utilisant. Il n’est pas responsable devant le mandant s’il le met en péril, s’il s’engage dans des spéculations anarchiques… »

      Vu sur:
      https://www.zerohedge.com/personal-finance/150-years-bank-credit-expansion-near-its-end

      Ainsi, l’arnaque des réserves fractionnaires exigeant la spoliation des déposants est ancienne et parfaitement légalisée par les fumiers de toute obédience au pouvoir.
      Comme le dit fort justement Rodez21 :Ça va souffler !! Prenez des ris dans la grand-voile! !

  2. max dit :

    « Je m’attends à ce que la « propriété » des classes moyennes soit plus qu’attaquée, elle sera confisquée. » Je ne comprends pas cette contradiction alors même qu’il est envisageable qu’une periode d’hyperinflation s’ammorce, et qu’au contraire les propriétaires verront leurs biens leurs appartenir en quelques mois de remboursement. Sans doute matraqués fiscalement tout au plus

    • Robert dit :

      Il n’ y aura pas d’hyperinflation car l’argent disponible ( fictif ou pas peu importe ) est abondant, et les propriétaires ne rembourseront pas « en quelques mois » ce qu’ils mettent actuellement 10 ou 15 ans à rembourser. Quant au matraque fiscal, il est effectivement très probable pour les propriétaires.

    • Thierry B. dit :

      Quelle hyperinflation ? C’est la déflation qui nous tombe sur la tête (ou la dette), et actuellement il ne faut surtout pas être endetté !!

      • L'Internet de la valeur dit :

        La majorité se trompe en pensant que l’on se dirige vers de l’hyperinflation.
        On va d’abord subir une période de déflation.

  3. Daniel LAUTON dit :

     » Monsieur le Ministre, quelle est la Devise de notre République?

    – L’Euro bien-sûr  »

    ________________________________

  4. Front Populaire de Libération des Pauvres (FPLP) dit :

    Le « socialisme pour les riches » va conduire, en effet, à la destruction de tout ce qui pouvait, avant, servir de refuge pour l’argent des petits et moyens épargnants…. assurance vie, immobilier etc.
    Pour que la pierre ne puisse plus être une valeur refuge les corrompus de la classe ploutocratique étudient depuis longtemps la possibilité de mettre fin au droit de propriété à l’ancienne…

    Salauds de Pauvres ! Ce que vous avez péniblement réussi à économiser toute votre vie, d’autres en profiteront !

  5. zorba44 dit :

    Dites donc s’il n’y a pas tous les ferments d’une révolution avec la confiscation rampante de l’immobilier …il n’y a plus qu’à manger son chapeau

    …ou à défendre ses biens à l’américaine, avec winchester et colt !

    Jean LENOIR

  6. yoananda dit :

    Oui, tout à fait, c’est inéluctable, c’est un aboutissement d’un processus qui ne date pas d’hier. Le droit de propriété a été écorné petit à petit par tout un tas de lois qui restreignent ce qu’on peut faire chez nous, plus des taxes, puis par des droits pour les autres (trêve hivernale, squatteurs, etc…) et surtout par l’interdiction de posséder des armes et la possibilité de défendre soi même sa propriété.

    La propriété, du moins pour les gueux (j’en suis un), va être confisquée. En douce, sans leur dire, en leur laissant croire qu’ils sont toujours « propriétaires », alors qu’ils ne sont que locataires, et même en réalité, serf …
    C’est, sous une autre forme le rétablissement du servage, voila tout. L’époque change, on croit évoluer, mais en réalité, face aux même problèmes on reproduit les même solutions.

    Et cela ira probablement de pair avec le reste des autres mesures qui vont arriver : fin du cash, revenu universel, interdiction de retrait bancaire conséquent sans approbation.

    Les hommes libres feront comme ils ont toujours fait …

  7. Danse dit :

    « s’il n’y a pas tous les ferments d’une révolution avec la confiscation rampante de l’immobilier … »
    Si l’Humanité savait que ce qui est en marche est bien plus grave encore que la suppression du droit de propriété, il n’y aurait même pas besoin d’une révolution : il y aurait un NON si massif (traduit en actes, en choix, pas en révolte) que les prédateurs devraient freiner.

    La suppression des monnaies et du droit de propriété sont liés et sont des étapes nécessaires vers la « Singularité », c’est à dire la transformation des êtres humains en robots, plus précisément en Cyborgs (êtres ayant gardé leur apparence humaine mais vidés de leur âme).
    Le mélange de notre peuple avec des individus sans âme importés, par exemple, est aussi nécessaire.

    https://wespenrepublicationshome.files.wordpress.com/2019/02/video-69-elon-musks-singularity.pdf

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s