François Sureau : « En France, la liberté a déjà disparu »

Face à l’évidence de la dictature quasi-militaire des “élites”, les esprits commencent à s’éveiller, et les langues à se délier… Un bon début. OD

« Mais dans quel Etat vit-on, où le gouvernement considère que son propre peuple est un adversaire de type militaire ? »

Rappels :

Macron est clair : « Je ressoude, et dès que c’est consolidé je réattaque »

Retraites : régime de faveur confirmé pour la police

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 55 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour François Sureau : « En France, la liberté a déjà disparu »

  1. zorba44 dit :

    La liberté a disparu lorsqu’on a annulé le résultat opposant les Français majoritairement à l’Europe.

    Jean LENOIR

  2. Danse dit :

    « Il aurait aimé continuer à parler de sa mère. D’après ce qu’il pouvait s’en rappeler, il ne pensait pas qu’elle eût été une femme extraordinaire, encore moins une femme intelligente. Elle possédait cependant une sorte de noblesse, de pureté, simplement parce que les règles auxquelles elle obéissait lui étaient personnelles. Ses sentiments lui étaient propres et ne pouvaient être changés de l’extérieur. Elle n’aurait pas pensé qu’une action inefficace est, par là, dépourvue de signification.

    Quand on aimait, on aimait, et quand on n’avait rien d’autre à donner, on donnait son amour. Quand le dernier morceau de chocolat avait été enlevé, la mère avait serré l’enfant dans ses bras. C’était un geste inutile, qui ne changeait rien, qui ne produisait pas plus de chocolat, qui n’empêchait pas la mort de l’enfant ou la sienne, mais il lui semblait naturel de le faire. La femme réfugiée du bateau avait aussi couvert le petit garçon de son bras, qui n’était pas plus efficace contre les balles qu’une feuille de papier.

    Le Parti avait commis le crime de persuader que les impulsions naturelles, les sentiments naturels étaient sans valeur, alors qu’il dérobait en même temps à l’individu tout pouvoir sur le monde matériel. Quand on se trouvait entre les griffes du Parti, ce que l’on sentait ou ne sentait pas, ce que l’on faisait ou se retenait de faire n’avait littéralement aucune importance. On disparaissait et personne n’entendait plus parler de vous, de vos actes. Vous étiez aspiré hors du cours de l’Histoire.

    Les gens de deux générations auparavant n’essayaient pas de changer l’Histoire. Ils étaient dirigés par leur fidélité à des règles personnelles qu’ils ne mettaient pas en question. Ce qui importait, c’étaient les relations individuelles, et un geste absolument inefficace, un baiser, une larme, un mot dit à un mourant, pouvaient avoir en eux-mêmes leur signification.

    Winston pensa soudain que les prolétaires étaient demeurés dans cette condition. Ils n’étaient pas fidèles à un Parti, un pays ou une idée, ils étaient fidèles l’un à l’autre.
    Pour la première fois de sa vie, il ne méprisa pas les prolétaires et ne pensa pas à eux simplement comme à une force inerte qui un jour naîtrait à la vie et régénérerait le monde. Les prolétaires étaient restés humains. Ils ne s’étaient pas durcis intérieurement. Ils avaient retenu les émotions primitives qu’il avait, lui, à réapprendre par un effort conscient.
    À cette pensée, il se souvint, sans soulagement apparent, d’avoir, il y avait quelques semaines, vu sur le pavé une main arrachée, et de l’avoir poussée du pied dans le caniveau comme s’il s’agissait d’un trognon de chou. »

    George Orwell, 1984

  3. matbee dit :

    Ce sera Macron OU les Français.

    Macron n’étant bien sûr que la tête de gondole de l’oligarchie mondialiste.

  4. rosalinde35 dit :

    Intéressant qu’un « proche » de Micron soit aussi dur avec lui….. ça sent la fin de règne!

  5. Nanker dit :

    Attention à Sureau c’est, tout autant que son ancien ami, une crapule mondialiste et un fossoyeur de la France, qui incarne à « merveille » la trahison des clercs :
    https://www.parismatch.com/Actu/Societe/Britannicus-les-refugies-entrent-en-scene-1579390

    « Ils sont Afghans, Syriens, Libyens… et déclament les vers de Racine ! L’association Pierre-Claver a mis « Britannicus » au service de l’intégration. En jouant avec un trésor de notre langue, les exilés renouent avec leur joie de vivre. Et avec la France hospitalière ».
    Mmmmmmmm… Je sens là comme un goût de pensée à la sauce Soros.

    Je pense que si Sureau l’ouvre c’est que dans ces milieux « tout en haut de la pyramide » Macron déçoit et inquiète :
    alors que sa belle gueule et sa jeunesse devait faire adhérer notre pays aux lubies mondialistes, son inaptitude à exercer le pouvoir en plus de son caractère infantile capricieux et sadique, rebutent les gens et pourraient faire basculer la France du « mauvais » côté en 2022 : celui des « populistes ».
    Dit autrement : au lieu de conduire le troupeau français doucement vers l’abattoir ultra-libéral et mondialiste le maquignon Macron le braque et fait tout pour que ledit troupeau sorte de son enclos et échappe au couteau du boucher.
    Remarquez bien que Sureau ne condamne pas les réformes de Macron (avec lesquelles il est certainement 100% d’accord). Il condamne juste la méthode.

    • Robert dit :

      Bonne conclusion. Comme les choses sont parties, je ne serais pas étonné que le petit mercenaire de l’ Elysée soit débranché aux prochaines présidentielles pour être remplacé par un candidat plus fiable… Il faut observer qui va être mis en avant par la presse subventionnée dans les mois qui viennent !

  6. xavib dit :

    Sureau a oublié de dire que notre argent ne nous appartient plus… ni nos enfants… ni notre pays… ni notre langue… ni même notre esprit gaulois (la moindre blague, le moindre propos ou dessin peut te conduire au mieux à une amende, au pire à la prison ou à l’exil)

  7. Nanker dit :

    Et Macron a hier soir répondu à son ex-ami Sureau : « M’EN FOUS… J’IRAI JUSQU’AU BOUUUUT! »

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s