Contrairement à vous, Macron « n’aime pas lire les mauvais romans »

Pour se détendre, le chef de l’Etat lit des chefs-d’œuvre.

Le 30 janvier dernier, Emmanuel Macron a déclaré, dans « le Monde » : « Je n’aime pas lire les mauvais romans. » On reconnaît là la supériorité de notre Président, qui n’est certes pas n’importe qui, sans quoi il ne serait évidemment pas notre Président. Les mauvais romans, ajoute-t-il, « ça ne me détend pas du tout ».

L’homme commun, lui, lit des mauvais romans. Les mauvais romans le détendent. La chose se déroule ainsi. L’homme commun, tout le jour, fait du mauvais travail. Le soir, satisfait et épuisé, il rentre chez lui, dans un appartement qu’il a soigneusement mal décoré. Il retire ses chaussures informes et son manteau élimé. Il se prépare un mauvais repas, avec de la viande sèche achetée dans une mauvaise boucherie, et des légumes blets, à peine bouillis et mal assaisonnés, pour mieux conserver leur absence de saveur.

Après avoir mal dîné, il est temps pour lui de s’allonger dans son canapé inconfortable et, enfin, de saisir sur la table basse le mauvais roman qu’il a laissé la veille. Quel plaisir, pour l’homme moyen, que ce mauvais roman. Il goûte tout particulièrement son personnage principal mal caractérisé, la maladresse de la phrase et l’invraisemblance des dialogues. L’intrigue est sans intérêt. « Quelle merde, ce livre », s’exclame-t-il sur un ton admiratif.

L’homme commun, face à un bon roman, serait tendu. La beauté d’une phrase agace l’homme commun. La puissance d’une narration le rend nerveux. L’homme commun, lorsqu’il lit un chef-d’œuvre, gigote et ronge ses ongles mal limés.

Par « bon roman », on entend le genre de roman qu’Emmanuel Macron aime lire. Le Président, il l’a dit à de nombreuses reprises, n’aime pas le « relativisme ». Au début de son quinquennat, il dénonçait « le relativisme absolu dans lequel nous sommes confondus » − phrase admirablement tournée, profonde et saturée de sens, qu’on ne pourrait assurément trouver que dans un excellent roman. Les relativistes, ennemis philosophiques du macronisme, s’imaginent que les croyances et les goûts sont divers. Que, par exemple, le bon roman de l’un est le mauvais roman de l’autre. Billevesée décadente. Crétinisme horizontal. La littérature, et le Président le sait, est verticale. Comme le pouvoir. « J’assume totalement la verticalité du pouvoir », a-t-il déclaré.

Heureux de demeurer dans les bas échelons de cet édifice vertical qu’est le monde, l’homme moyen finit un chapitre ennuyeux, et referme son mauvais roman. Il médite quelques instants sur un poncif qui l’a frappé par sa banalité. Il enfile un pyjama rêche et se couche, près de son épouse. « Tu es plus laide que jamais », lui dit-il. Elle sourit et lui répond : « Mauvaise nuit mon amour. »

David Caviglioli, L’Obs, le 7 février 2020

Rappel :

Darmanin conseille à Macron de s’entourer de gens « qui mangent avec les doigts »

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 55 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Contrairement à vous, Macron « n’aime pas lire les mauvais romans »

  1. zorba44 dit :

    Et pourtant, la pire des intrigues …c’est bien Tyran dernier dans ses pompes et dans ses oeuvres…

    Imaginons Jean-Luc Goddard imaginer le scénario d’un président tel que Macron il y a quarante ans : on aurait dit c’est un scénario de merde complètement invraisemblable !

    En plus un jeune président marié à une vioque qui l’a violé pré-ado …et qui aime à se faire enfiler par des bronzés…

    Même un Theo Sarapo n’aurait pas pu tenir le rôle et les critiques et le public aurait gratifié le film du qualificatif de plus grand navet de tous les temps !

    Nous vivons donc un navet de l’histoire impensable …pardon Jean-Luc !

    Jean LENOIR

  2. Alcide dit :

    Entre sagesse gérontophile et gaîté des torses blacks huilés, notre bon Président nous avait déjà montré son goût sûr pour les belles choses.

  3. Nanker dit :

    Ce qui est sûr c’est que notre président sniffe de la TRES bonne coke, avec un degré de pureté très élevé (alors que le beauf français ne s’envoie lui que de la coco avec 5-10% de principe actif).
    Le problème c’est que cette coke ultra-pure fait dire **pas mal** de bêtises à notre Jupiter pulvérulent. On peut même dire qu’à cause de cette addiction Macron est en train de détruire son quinquennat et de ruiner totalement ses chances de réélection.

    En cela (quelle ironie!) Manu s’hollandise à toute vitesse, même si le nul de Tulle ne devait lui ses déclarations idiotes et son comportement honteux qu’à sa nullité intrinsèque et pas à l’abus de poudre colombienne.

    • zorba44 dit :

      …sur des photos (rares) où il n’est pas pommadé et poudré …on constate une accélération « des ans l’irréparable outrage » …Tyran dernier en marche vers le statut d’épave rattrape sa bribri à toute berzingue !

      Jean LENOIR

    • Dom le dodo dit :

      « La tache qui rit », mais laquelle?

  4. alizé33 dit :

    Le cocaïnomane Emmanuel et la cougar Brigitte c’est déjà un très mauvais roman qui donne des cauchemars aux Français !

  5. Marius dit :

    Les français l’ont démocratiquement élu, ( a 66,6 % des voix ) n’oublions pas cela

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s