Ravages des taux zéro : la valeur de HSBC France passe de 11 milliards € à zéro

« Voici une illustration supplémentaire des dégâts que provoquent les taux zéro sur la banque de détail, en France et dans le monde. En 2000, lorsque le mastodonte bancaire sino-britannique HSBC veut acheter le Crédit Commercial de France (CCF), il est en concurrence avec le néerlandais ING et doit mettre 11 milliards d’euros sur la table. Vingt ans plus tard, alors qu’il cherche à s’en défaire, le prix de cession est « proche de zéro » selon Les Echos.

Rebaptisé HSBC France, on parle tout de même de 800.000 clients d’un niveau de revenu et de patrimoine supérieur à la moyenne, de grands industriels, de 300 agences et de 5.000 salariés. À l’époque sixième banque française, le CCF se positionnait sur le haut de gamme, bien plus rémunérateur que les gros bataillons des banques de réseau.

Mais l’acquéreur devra commencer par engager des frais de restructuration devenus nécessaires pour le réseau et pour un plan de départ de 500 salariés (200 à 300 millions d’euros), ainsi que pour la migration informatique (100 millions d’euros). Certes, mais cette clientèle rapporte-t-elle de l’argent ? Ça c’était avant, à l’époque où les taux d’intérêt réels étaient positifs et où des clients aisés et fortunés apportaient des montagnes de liquidités que la banque replaçait sur les marchés pour empocher de substantiels revenus. À l’époque où le crédit rapportait, quand les emprunteurs payaient 5, 6, ou 7% d’intérêt annuels pour un argent que la banque trouvait dans ses comptes, ou sur le marché à 2 ou 3%, ce qui lui faisait une belle marge d’intérêt, comme on dit. Celle-ci a disparu désormais avec les taux zéro qui ont envahi notre monde financier. HSBC France a annoncé une perte de 39 millions d’euros pour 2019.

Toutes les banques françaises ont regardé le dossier mais seulement deux d’entre elles se sont montrées intéressées, la Société Générale et la Banque Postale. La première s’est pourtant engagée dans un programme de cession de plusieurs filiales (Norvège, Bulgarie, Serbie, Pologne, Afrique du Sud), à moins qu’il s’agisse d’un recentrage sur le territoire national. La seconde trouverait là un réseau bancaire en propre et une clientèle haut de gamme, en parfaite complémentarité de ses bureaux de poste. C’est bien sûr l’offre qui est privilégiée par les salariés de l’ex-CCF, alors que la Société Générale est déjà engagée dans un programme de restructuration de son propre réseau (fermeture de 500 agences entre 2015 et 2020).

Ce cas emblématique ne concerne pas que la France, bien sûr, et le groupe HSBC vient d’ailleurs d’annoncer sa volonté de supprimer 35.000 emplois dans le monde, soit 15% de ses effectifs, après une chute de 53% de son bénéfice net en 2019. Toutes les banques sont touchées par cet écrasement de leur marge d’intérêt, toutes souffrent et dégraissent leurs effectifs.

Suggérons une idée aux banques pour sortir, au moins en partie, de cet étau des taux zéro : proposer et encourager l’acquisition d’or physique par leurs clients, ce qui leur procurera des commissions de vente, et débarrassera dans le même temps leurs clients d’une partie de leurs liquidités dont elles ne savent que faire et qui finissent par leur coûter. Mais c’est sans doute trop disruptif pour qu’elles y pensent… »

Philippe Herlin, Or.fr, le 20 février 2020

Rappels :

[Arte] HSBC, des gangsters au-dessus des lois et des Etats !

HSBC : la banque de tous les désirs (B. Gensane)

La Deutsche Bank prédit l’effondrement financier de l’Europe

Voir aussi :

 

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 55 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Ravages des taux zéro : la valeur de HSBC France passe de 11 milliards € à zéro

  1. zorba44 dit :

    Les choux chinois, l’alugbati et autres légumes voilà ce qui rapporte …car il faut bien se nourrir et se nourrir sain c’est un investissement du consommateur pour garder la forme…

    Voilà la voie choisie par le signataire et sa famille : tout simplement !

    Jean LENOIR

  2. Nanker dit :

    Ayons une pensée émue pour le crétin sidéral Lionel Jospin, qui à la fin des années 1990 avait décidé de lancer la casse de l’industrie française puisqu’on l’avait convaincu que les emplois perdus au profit de l’Asie seraient compensés par ceux crées par le secteur financier…
    20 ans plus tard ce ne sont pas des charrettes qui vont toucher le secteur bancaire mais un vrai massacre…

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :