Goldman Sachs : « Guérir les malades n’est pas un modèle d’affaires durable »

« L’Argent serait-il à l’origine de la méfiance envers les Chinois et la chloroquine ?

Money talks.

Et quand l’argent parle, Goldman Sachs écoute.

Donc qui de mieux pour nous informer à ce sujet que cette pieuvre de la finance «ayant orchestré toutes les grandes manipulations financières depuis la Grande Dépression» selon le journaliste Matt Taibbi du Rolling Stones.

Cette icône tristement célèbre de la finance ne se cache même pas pour le dire : guérir les malades n’est pas un modèle d’affaires durable.

C’est ce que rapportait CNBC en avril 2018 :

«“Guérir les patients est-il un modèle d’affaires durable ?” demandent les analystes [de Goldman Sachs] dans un rapport du 10 avril intitulé La révolution du génome. “La possibilité de fournir des ‘remèdes ponctuels’ est l’un des aspects les plus attrayants de la thérapie génique, de la thérapie cellulaire et de la modification génétique. Cependant, par rapport aux traitements chroniques, ces traitements ponctuels offrent une perspective très différente en ce qui a trait aux revenus récurrents”, a écrit l’analyste Salveen Richter dans la note aux clients mardi. “Bien que cette proposition ait une valeur énorme pour les patients et la société, elle pourrait représenter un défi pour les développeurs de médicaments génomiques à la recherche d’un flux de trésorerie durable.”»

En d’autres termes, on ne fait pas fortune à guérir des malades.

CNBC ajoute :

«L’analyste a fait référence au traitement de Gilead Sciences contre l’hépatite C, lequel a atteint un taux de guérison au-delà de 90 %. Les ventes de ces traitements contre l’hépatite C aux États-Unis ont atteint un sommet de 12,5 milliards de dollars en 2015, mais elles sont en baisse depuis. Goldman estime que les ventes aux États-Unis pour ces traitements seront inférieures à 4 milliards de dollars cette année, selon un tableau dans le rapport.»

Bref, la guérison est l’ennemie du cash-flow des pharmaceutiques.

Le hasard faisant bien les choses, la crise sanitaire provoquée par le nouveau coronavirus, permet à la biotech étasunienne Gilead Sciences de «donner une seconde chance à un médicament», le Remdesivir, lequel «présentait constamment des signes de potentiel dans les cellules et les animaux infectés par d’autres coronavirus comme le SRAS et le MERS», selon STAT, un média spécialisé dans le «commerce de la fabrication de médicaments». «Ces microbes ne provoquaient toutefois pas de crises mondiales durables», précise-t-on. (C’est l’auteure qui souligne.)

Le Remdesivir fait maintenant l’objet de cinq essais cliniques aux États-Unis.* Précisons que cette molécule n’a pas démontré de fort potentiel pour contrer des coronavirus comme la COVID-19. L’on parle de «signes de potentiel». Peu encourageant.

En revanche, les résultats des traitements ponctuels à l’hydroxychloroquine et à l’azithromycine offerts aux patients contre la COVID-19 sont «spectaculaires» selon Didier Raoult et son équipe, donc loin devant «les signes de potentiel» connus du Remdesivir contre d’autres coronavirus comme le SRAS.

La chloroquine, rappelons-le, est efficace contre le SRAS.

Et elle «ne coûte absolument rien», affirme Didier Raoult.

Pourtant – ou évidemment, c’est selon – les investisseurs s’emballent pour le Remdesivir.

Selon le magazine Forbes, «les actions de Gilead ont connu une hausse de 10 % depuis le début de février, après que l’OMS a déclaré l’urgence sanitaire mondiale» et la compagnie «est susceptible de profiter de cette crise puisque l’on considère qu’elle a trouvé un traitement contre la COVID-19».

En somme, beaucoup d’espoir et d’argent sont mis dans un traitement ayant démontré des «signes de potentiels» contre d’autres coronavirus et dont il faut attendre les résultats d’essais cliniques, alors qu’un traitement efficace existe déjà.

Devant l’urgence, ne faudrait-il pas d’abord miser sur un traitement qui a fait ses preuves avant de le faire pour un traitement toujours à l’essai ? La Presse annonçait il y a 3 jours que « des patients seront privés de chloroquine » en raison d’une pénurie.

Il est intéressant de noter que l’on présente la chloroquine et l’hydroxychloroquine comme faisant «l’objet de spéculations comme possibles médicaments efficaces contre l’infection au coronavirus».

Lorsque le plus grand expert mondial dans ce domaine affirme que ces médicaments sont efficaces, on est loin de la spéculation. Sans compter qu’il a vraisemblablement connu du succès dans le pays le plus populeux au monde.

Pendant que l’on attend un nouveau remède, de plus en plus de gens tombent malades.

Plus il y a de malades, plus il y a de l’argent à faire.

Et les vaccins dans tout ça ?

Vous l’aurez deviné, comme de nombreuses autres sociétés, Gilead tente également de développer un vaccin contre la COVID-19. Il est clair que la vaccination à l’échelle mondiale contre ce coronavirus serait très lucrative. Il s’agit d’un traitement potentiellement chronique pouvant générer des «revenus récurrents».

Toujours selon Forbes :

«Si [Gilead] réussit ses essais sur le Remdesivir pour le traitement et un éventuel vaccin contre la COVID-19, cela sera probablement un facteur positif majeur pour les actions de la société.

Pour mettre les choses en perspective, le marché de la vaccination contre la grippe représente à lui seul environ 4 milliards de dollars, et compte tenu de l’importance de la COVID-19, les ventes de vaccins pourraient être beaucoup plus importantes. Certains analystes ont estimé à plus de 6 milliards de dollars les ventes de Remdesivir la première année, s’il arrive à traiter la COVID-19 avec succès. Ce chiffre se comparerait aux 22 milliards de dollars que Gilead a générés en 2019.»

Ces chiffres ont de quoi donner confiance à Goldman Sachs et susciter une méfiance orchestrée envers les Chinois et leur médecine traditionnelle non durable «qui ne coûte absolument rien».

Julie Lévesque, Le Tribunal de l’Infaux, le 31 mars 2020 (via Mondialisation.ca)

Article dans son intégralité : Coronavirus et chloroquine : « Guérir les malades n’est pas un modèle d’affaires durable » selon Goldman Sachs

Rappels :

Goldman Sachs, LA banque

Big Pharma : L’industrie la plus rentable

Après le confinement : un programme mondial de vaccination contre le coronavirus…

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 55 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Goldman Sachs : « Guérir les malades n’est pas un modèle d’affaires durable »

  1. Flash dit :

    Merci pour ces infos ! Elles ne font qu’illustrer – mais c’est très important ! – un des enseignements qu’on tire de la lecture de la série des livres de Pierre Lance intitulée « Savants maudits, chercheurs exclus » : on ne fait pas fortune à guérir les malades, mais à les soigner !

  2. Flash dit :

    A propos du Remdesivir et des autres anti-retro-viraux (lopinavir et ritonavir) testés dans la fameuse « étude » Discovery, dont les mass-media français nous rebattent les oreilles (aucune mention sur Internet ailleurs que dans ces médias et le communiqué de l’Inserm qui la pilote), il est très éclairant d’écouter l’analyse qu’en a fait l’UPR et que F. Asselineau a présentée sur YT il y a 2 jours : https://youtu.be/FPKt8fg9eyA (on peut éventuellement passer le 1er quart d’heure consacré à la chloroquine).

  3. chaput christian dit :

    Il est évident que la chloroquine qui n’est pas sous brevet d’une grosse société pharmaceutique côté en bourse ne représente aucun attrait pour les investisseurs par contre un médicament qui ne marche pas mais aurait du potentiel boursier est tout autre.
    Le professeur Raoult travaille pour guérir les gens alors que bigpharma travaille pour grossir ses richesses et les 2 ne sont pas compatibles…..

  4. zorba44 dit :

    En un mot comme en mille ; guérir avec un médicament peu coûteux qui a fait ses preuves ne rapporte pas (assez) d’argent.

    Gold man saque l’hydroxychloroquine et fait tout pour mettre des bâtons dans les roues de son spécialiste mondial numéro 1 reconnu. Et Bill compte les points et attend son heure…

    Etrange monde qui veut se refaire sur les décombres de ses spécialités financières sulfureuses en déniant aux malades leur guérison à moindre coûts !

    Jean LENOIR

    • Flash dit :

      Vous ne comprenez pas. Ici, la question n’est pas tel médicament contre tel autre parce que l’un serait plus cher que l’autre, mais la question de GUERIR ou SOIGNER.
      Guérir ne peut PAS rapporter de façon régulière du 15% aux actionnaires. Quand on est guéri, on n’achète plus le produit ! Pour pouvoir assurer du 15% de rendement aux actionnaires, il faut fournir des médicaments qui n’ont surtout pas pour objet de guérir – que ce soit du COVID-19 ou de n’importe quoi d’autre – mais de soigner : c’est à dire de fournir un soin. Ce soin consistant, pour l’industrie pharmaceutique, à améliorer passagèrement l’état du malade sans agir sur la cause de la maladie. Ce qui permet de vendre indéfiniment au malade (ou à l’organisme qui administre) – enfin, jusqu’à la mort du malade – le médicament.

  5. Danse dit :

    L’OFFENSIVE MONDIALE CONTRE LES CRIMINELS PHARMACEUTIQUES S’ACCÉLÈRE avec de multiples articles et vidéos sur lesquels je reviendrai, mais voici un bref tableau réalisé par Children’s Health Defense (association de Robert F. Kennedy, Robert Kennedy « junior »): https://childrenshealthdefense.org/.
    • Il pose clairement les termes du CHOIX auquel font face nos « protecteurs » qui prétendent s’arroger le droit de décider à notre place = « quelles priorités pour le Dr. Fauci et COVID 19 : des TRAITEMENTS efficaces tout e suite ou des VACCINS dangereux plus tard ? » (Vitamine C et Chloroquine sont mentionnés)
    • Il nous donne une série de noms, de témoignages de médecins et d’événements à garder précieusement comme références pour constituer notre dossier de protection contre les VACCINS et faire passer les traitres responsables devant un tribunal du Peuple.
    • Il donne un soutien entier au Pr. Didier Raoult.

    DR. FAUCI AND COVID-19 PRIORITIES: THERAPEUTICS NOW OR VACCINES LATER?
    There is a raging debate in our government. How should America respond to the Coronavirus crisis? With therapeutic drugs? Or with a vaccine? Dr. Anthony Fauci is predictably shining a spotlight on risky and uncertain coronavirus vaccines that may not be available for two years, rather than prioritizing the short-term therapies that patients need right now.

  6. Danse dit :

    Faits & Documents : l’émission #6 – CORONAVIRUS : LE NOUVEL ORDRE MONDIAL À QUITTE OU DOUBLE
    https://www.egaliteetreconciliation.fr/Faits-Documents-l-emission-6-Coronavirus-le-Nouvel-Ordre-mondial-a-quitte-ou-double-58819.html
    Au sommaire de cet épisode dirigé par le rédacteur en chef de F&D Xavier Poussard :

    01’13 : Méthode Raoult et dépistage : quelques éléments sains au sommet de l’État
    06’07 : Confinés jusqu’au vaccin ? Le syndicat du chaos
    15’30 : Jérôme Salomon a un compte à régler avec la France
    22’34 : Le rôle délétère d’Édouard Philippe
    27’23 : Macron, prisonnier d’une enfance cachée ?
    33’33 : [INTERLUDE 1]
    35’54 : Alexis Kohler, celui qui dirige la France
    45’29 : Le vol des stocks d’hydroxychloroquine et l’ombre des services secrets israéliens
    52’05 : [INTERLUDE 2]
    53’03 : Le coup de force d’un Nouvel Ordre mondial aux abois
    01h01’23 : La Chine et le Nouvel Ordre mondial
    01h11’29 : [INTERLUDE 3]
    01h12’13 : Paris, capitale assiégée du mondialisme
    01h19’21 : L’Italie et la chute de l’Union européenne
    01h26’23 : « Une tragédie aux proportions bibliques »
    01h31’22 : La chute des Saoud
    01h33’30 : Les vrais enjeux : vers un « reset » énergétique et monétaire ? Vers un retour à l’étalon Or ? Vers une nationalisation de la FED ? Quid du Fixing de Londres ?
    01h38’12 : Le coronavirus : nouveau théâtre de la guerre entre Trump et l’État profond
    01h43’47 : La mort de la démocratie libérale

  7. Danse dit :

    IL Y A URGENCE !
    Brest Buzz : https://www.youtube.com/channel/UCpwWIg7cSrFja9MQgtdwBkw)
    Pétition : https://www.youtube.com/redirect?redir_token=JvrE1uvHNXvOr-6MtNE_9HRxARt8MTU4NjAwOTI4MkAxNTg1OTIyODgy&event=video_description&v=a3FWeatEF9k&q=https%3A%2F%2Fwww.petition-chloroquine.fr%2Fsignature

    COUP DE GUEULE AUX MÉDECINS QUI DÉNIGRENT LE PROFESSEUR RAOULT ET L’USAGE DE LA CHLOROQUINE !
    Puisque tous les médecins ne sont pas d’accord, auriez-vous l’obligeance de nous laisser décider quels médecins nous voulons croire !
    Apparemment, la définition de l’arrogance ne fait pas partie de vos études et le livre l’amour, la médecine et les miracles de Bernie Siegel ne fait pas partie de vos études !
    Et bien sûr, vous savez mieux que chacun ce qui est bon pour lui.
    En ce cas, pourquoi ne pas vous reconvertir dans l’industrie automobile ?
    Vous aurez une nomenclature bien établie de toutes les pièces détachées et vous pourrez à loisir suivre toutes les consignes des revues techniques pour le remplacement des pièces défectueuses.
    Nous préférons nous tromper en ayant fait quelque chose que mourir en ayant laissé faire. Le temps du jugement viendra pour tous les complices de cette mascarade.

  8. voleur menteur tricheur et Assassin dit :

    Gilead avait comme « directeur » Donald Rumsfeld, il en est encore actionnaire principal.
    Gilead a inventé le tamiflu et l’a fait produire par le laboratoire Roche en empochant 10% des ventes lors de la grppe aviaire de 2009.
    Pourquoi BFM est contre le Pr Raoult ? Peut être parce qu’Altice est actionnaire chez Gilead et que Drahi a payé la campagne présidentielle de miss Macron
    https://lesobservateurs.ch/2020/03/29/coronavirus-tres-hostile-au-professeur-raoult-bfm-tv-a-beaucoup-dactionnaires-communs-avec-le-laboratoire-gilead/

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s