L’épidémie de mensonges anti-chloroquine ne faiblit pas

Lynchage organisé de la chloroquine par les médias, basé sur une étude aux données non vérifiées, ni vérifiables (N. Delépine)

Honteux.

Feu d’artifice de l’AFP et de quasiment tous les journaux français à propos d’une pseudo-étude financée par big pharma, prétendant que la chloroquine augmenterait la mortalité du covid19 !

Le journalisme serait-il passé à la trappe et la désinformation bien organisée le remplacerait-il définitivement ? Journalisme, victime décédée du Covid19, incinérée sans autopsie possible !

Depuis ce vendredi 21 Mai, quasiment tous les médias français (Le Figaro, Le Monde, Marianne, L’Obs, LCI, etc…) presse écrite et audiovisuelle, se livrent à un lynchage en règle de la chloroquine, citant ce qu’ils considéreraient comme « la plus grande étude internationale » sur le sujet.

Manifestement, ils ne l’ont pas lue ou ne savent pas ce qu’est une étude scientifique. L’étude citée n’est même pas une macroanalyse (étude critique de la littérature médicale, synthétisant les articles internationaux parus sur une base de données fiables, comme PUBMED, et référencés sur un sujet). Ici, nous n’avons à faire en réalité qu’à un large ramassis de données non étayées, reposant sur des éléments non vérifiables, récupérés par un site privé à but lucratif.

Tristement, la publication dans le LANCET de ce texte navrant, pour rester poli, semble suffire à ses laudateurs comme preuve de « science exacte ». Pauvre science dont le nom a tellement été galvaudé depuis trois mois qu’on ose à peine le prononcer. Le Lancet et nos biais de perception en fonction de l’émetteur, explicite le JIM. Le Lancet et alors : c’est oublier que depuis 20 ans et la mainmise de Big Pharma sur la médecine internationale et ses revues scientifiques, les revues à comité de lecture ne sont plus ce qu’elles étaient.

Il suffit pour les honnêtes lecteurs de s’en référer aux écrits de Marcia Angell qui fut rédactrice en chef du New England journal of medicine, en démissionna et écrivit un livre explicite dès 2002. « La vérité sur l’industrie pharmaceutique » a perverti nos élites : comment elle nous trompe et comment les contrecarrer, fut un premier choc sur ce qu’il se tramait et allait tant s’aggraver. Son successeur à la tête du journal démissionna trois ans plus tard pour les mêmes raisons d’incompatibilité de l’éthique scientifique et la soumission aux marchands de Big Pharma.

Les professeurs Even et Debré ont également alerté en France dans le silence, et furent même poursuivis par l’ordre des médecins, dont on voit clairement les choix. Les Français eurent grand tort de mépriser ces alertes. Leur système de santé aux mains du business s’écroula et ils n’en prirent conscience qu’avec la crise du Covid. Pour combien de temps ?

Plutôt que de croire sur parole les mystificateurs du Lancet, qui se dévalue une nouvelle fois, examinons les faits.

Qui sont les principaux auteurs de cet article mensonger du Lancet ?

Le Dr Mandeep Mehra est cardiologue dans le service du Brigham and Women’s Hospital Heart and Vascular Center de Boston. Son activité principale est d’aider les entreprises du médicament à vendre les drogues. Pas bénévolement : il a ainsi reçu des émoluments des laboratoires Abbott, Medtronic, Janssen, Mesoblast, Portola, Bayer, Baim Institute for Clinical Research, NupulseCV, FineHeart, Leviticus, Roivant, and Triple Gene… Ça commence très fort !

Sapan S Desa SSD est chirurgien vasculaire fondateur de Surgisphere Corporation, firme privée, responsable d’une grande partie de l’acquisition des données de cette étude.

Frank Ruschitzk est cardiologue à Zurich ; il a été payé comme conseiller de laboratoires, comme responsable d’essais thérapeutiques, et aussi pour des conférences et des travaux rémunérés par big pharma (pour certains à son compte universitaire).

Aucun des auteurs n’est infectiologue, aucun n’a traité un malade atteint de Covid19. Très fort !

Quelles sont leurs sources ?

Les registres d’hôpitaux (essentiellement américains, comme le montre la population, 69 % de natifs américains).

Ces registres ne sont pas publiés dans la littérature internationale, ni accessibles par internet, contrairement aux registres nationaux sur lesquels nous travaillons régulièrement. Leurs valeurs et données médicales n’ont jamais été vérifiées par des médecins indépendants. L’article en question ne constitue donc qu’une somme de données de valeurs incertaines, provenant de sites dont la sélection est possiblement biaisée. Quand on sait, de plus, que dans de nombreux pays du monde, les patients suspects de Covid19 sans preuve ont été automatiquement classés Covid19 sur la recommandation de l’OMS, mais aussi par intérêt financier des institutions, puisque des hôpitaux américains aux italiens en passant par les français, allemands et espagnols, les malades classés covid19, sans test le plus souvent, et sur simple « impression » du médecin, entrainaient une attribution de moyens financiers plus élevée et encore plus, si les patients avaient été ventilés.

Comment de telles imprécisions peuvent-elles conduire à une publication aussi douteuse et à son écho magnifié dans les médias, désinformant le peuple ? Visée financière évidente : puisque parallèlement, on nous raconte la belle histoire du Remdesivir qui ne fera en réalité du bien qu’aux actionnaires de Gilead.

De quels malades parlent-ils ?

L’article ne s’intéresse qu’aux malades hospitalisés, alors que le but du traitement du Professeur Raoult est justement d’éviter l’hospitalisation en traitant les malades tôt dans l’évolution de la maladie.

 Cette étude sur registres est rétrospective, non randomisée, sans groupe témoin tiré au sort, toutes exigences répétées au centuple sur les médias pour critiquer les travaux de Raoult, qui eux au moins étaient prospectifs.

Si cette étude du Lancet avait eu pour but d’étudier le devenir des échecs de la chloroquine selon le schéma marseillais, elle aurait pu avoir un sens, à condition de ne pas en tirer de généralités sur l’ensemble des patients traités par ce schéma.

Mais sélectionner seulement les échecs d’un traitement pour soi-disant évaluer son intérêt global, témoigne d’une méthode non scientifique, complètement biaisée. Si on appliquait cette méthode pour juger de l’efficacité de la vaccination contre la rougeole en regardant les hospitalisations lors des dernières résurgences de la maladie aux USA, on conclurait que la vaccination est inefficace, puisque la grande majorité des malades ont été vaccinés !

Leur conclusion d’inefficacité de la chloroquine sont invalidées par leurs propres chiffres !

Leurs conclusions sur l’inefficacité du traitement Raoult sont également contredites par le faible pourcentage de malades hospitalisés après bithérapie précoce conseillée par Raoult : sur les 98262 malades de l’étude du Lancet, atteints de covid19 hospitalisés, seulement 6211 (6%) ont reçu une bithérapie dans les 48 heures qui ont suivi le diagnostic, alors que l’évolution naturelle de la maladie nécessite une hospitalisation dans 10% à 20% des cas selon le ministère de la santé. Si le protocole Raoult était sans aucune efficacité, on devrait retrouver parmi les patients hospitalisés un pourcentage de malades équivalent à l’ensemble du groupe. Or aux USA 50 % des médecins utilisent le schéma Raoult comme traitement du Covid. Si ce traitement était inefficace, la même proportion devrait se retrouver parmi les malades hospitalisés, ce qui est loin d’être le cas.

Leurs conclusions sur la surmortalité après chloroquine sont également biaisées par leur échantillonnage et/ou leur a priori.

Seule une étude prospective pourrait évaluer le risque de mortalité et le risque cardiaque après traitement Raoult pour Covid19.

Le risque de troubles du rythme cardiaque de la chloroquine seule est connu depuis 70 ans et largement inférieur à 1%. La possibilité d’augmentation du risque par l’association à l’azithromycine ne peut être exclue chez les personnes âgées à comorbidité lourde, mais n’a pas été observée chez les femmes enceintes des pays d’endémie palustre où cette association est fréquemment utilisée.

Actuellement la plus grande étude prospective publiée sur ce problème est celle du Pr Raoult qui n’a observé aucune complication cardiaque mortelle de la chloroquine.

En conclusion il est dommage qu’un si grand nombre de journaux répètent des conclusions manifestement fausses sans aucune enquête critique sur leur validité. Existe-t-il encore des journalistes d’investigation ? Sont-ils bâillonnés par leurs actionnaires ?

Nicole Delépine, Agoravox, le 23 mai 2020

Dessin d’Ignace (source : MPI)

N.B. La réaction d’Olivier Véran a été fulgurante !

Véran exige une révision des règles de prescription de la chloroquine après une nouvelle étude qui pointe son inefficacité

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 55 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour L’épidémie de mensonges anti-chloroquine ne faiblit pas

  1. kanopus dit :

    La réaction quasi instantanée dudit ministre de la santé interpelle… !
    Pourquoi tant de célérité ? Cependant…, il ne faut pas être mauvaise
    langue, mais lui, l’a du plus mauvais bois !

  2. zorba44 dit :

    Si demain un quidam, qui me ressemble, dit que la chloroquine lui donne des verrues et le fait sombrer dans la dépression, pour sûr il va être interviewé et choyé par les labos…

    Il convient juste de dénoncer sans relâche, comme vous le faites Olivier, la prévarication que commet l’industrie pharmaceutique avec un bel ensemble et l’infestation du cerveau de prétendus grands professeurs par le virus du pognon – un des pires qui existe et pour lequel n’existe aucun vaccin.

    Les noms ignobles de la pharma qui démolissent la santé vont voir leurs comptes démolis par leur propre catalogue de spécialités gangrenées de saloperies et d’effets secondaires.

    Vous avez vendu vos âmes à la volonté prédatrice de vos actionnaires et sur le tombe de la chute de vos bénéfices nous iront cracher nos germes et nos mépris sans limite.

    Jean LENOIR

    • zoé dit :

      Zorba je vous adore ! Vous avez toujours le mot juste pour décrire une situation. Pour info, j’ai pris de la nivaquine lorsque je me suis rendue en Afrique noire (il y a longtemps, j’avais 22 ans)j’avoue avoir eu des nausées pendant tout le séjour à cause de ce médicament anti paludisme. Je pense que les essais qui ont été faits, l’ont été sur les moribonds et boum on a dit que la chloroquine n’était pas efficace. Big pharma a tous les culots. Voilà belle lurette que je me soigne uniquement avec les médecines parallèles et je m’en porte que mieux.

      • Ratuma dit :

        moi également – pas de médocs seulement des plantes – renforcer son immunité d’abord – quand je lis les effets secondaires des médocs, au secours

      • zorba44 dit :

        Vous êtes trop bonne zoé et je suis confus car …on adore que Dieu ! …et je suis bêtement humain. Et comme je ne suis pas un violent mes armes sont les mots.

        Merci, si vous appréciez c’est qu’ils percutent, seul effet que je recherche pour exposer un ressenti des situations et, souvent, les ressentiments qu’elles m’inspirent…

        Jean LENOIR

  3. Marc dit :

    Ce qui est consternant c’est que l’ensemble des médias traditionnels (surtout les chaînes de télévision qui ont l’action de formatage la plus intense et la plus efficace sur le « bon peuple » ) sont ouvertement au service de Big Pharma !….Une preuve de plus que ce sont bien les lobbies et non pas les politiques qui gouvernent le monde !

    • zorba44 dit :

      La loi sur la liberté de la Presse du 29 juillet 1881 est bafouée depuis longtemps.

      Les journaleux obéissent au doigt et à l’oeil aux consignes des Directeurs de publication et non à des informations sourcées et vérifiées.

      Quant aux sites d’information tel celui-ci ils sont sous la menace de la censure voire de la fermeture,

      Ne vous étonnez pas Marc de la lutte pas proportionnée qui existe entre merdias et medias internet…

      Mais les signes ne trompent pas, les consciences qui s’éveillent sont plus nombreuses que celles qui se perdent ! Tout espoir n’est pas perdu dans ce combat disproportionné …en apparence !

      Jean LENOIR

  4. Eric83 dit :

    En complément, plusieurs documents :

    Tout d’abord – fait rarissime – cette très bonne interview exclusive de France Soir du Pr Mehra, initiateur de l’étude publiée dans le Lancet.

    En fait, cette étude est une tempête dans un verre d’eau car les résultats – qui sont basés sur des extrapolations de simulations modélisées !? – se basent sur des patients hospitalisés !

    En conséquence, la 1ère chose d’urgence à faire pour le sinistre Véran, c’est de faire arrêter immédiatement l’essai clinique Discovery puisqu’il accorde de l’intérêt à cette étude qui indiquerait la dangerosité de l’HCQ pour les patients hospitalisés et donc à un stade avancé de la maladie…exactement le protocole de Discovery sur l’HCQ.

    http://www.francesoir.fr/opinions-entretiens-societe-sante/interview-exclusive-mandeep-mehra-lhydroxychloroquine-pas-efficace

    Ensuite, l’analyse de Jean-Dominique MICHEL sur cette « étude » publiée dans le Lancet; revue soi-disant de référence gangrenée par la corruption et dénoncée officiellement comme telle depuis des années.

    https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/05/24/hydroxychloroquine-the-lancet-dans-de-sales-draps-306637.html

    Enfin, autre complément fort intéressant, la vidéo de Silvano Trotta qui s’est penché sur l’hôpital où travaille ce Pr Mehra et on y découvre plein de choses tout à fait surprenantes sur cet hôpital, dont, par exemple, de lourds déficits.

    Danger Chloroquine ? Vraiment ?

  5. Danse dit :

    Réponse du collectif « COVID19 laissons les médecins prescrire »

  6. Danse dit :

    Article publié par The Lancet en 2003 sur les effets très positifs de la chloroquine sur les coronavirus :

    EFFECTS OF CHLOROQUINE ON VIRAL INFECTIONS: AN OLD DRUG AGAINST TODAY’S DISEASES
    https://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099(03)00806-5/fulltext
    Dr Adrea Savarino John R Boelaert Antonio Cassone Giancario Majori Roberto Cauda
    Published:November, 2003

    Summary
    Chloroquine is a 9-aminoquinoline known since 1934. Apart from its well-known antimalarial effects, the drug has interesting biochemical properties that might be applied against some viral infections. Chloroquine exerts direct antiviral effects, inhibiting pH-dependent steps of the replication of several viruses including members of the flaviviruses, retroviruses, and coronaviruses. Its best-studied effects are those against HIV replication, which are being tested in clinical trials.

    Moreover, chloroquine has immunomodulatory effects, suppressing the production/release of tumour necrosis factor α and interleukin 6, which mediate the inflammatory complications of several viral diseases. We review the available information on the effects of chloroquine on viral infections, raising the question of whether this old drug may experience a revival in the clinical management of viral diseases such as AIDS and severe acute respiratory syndrome, which afflict mankind in the era of globalisation.
    (…)

  7. Bernie dit :

    Philippe Douste-Blazy dénonce l’étude anti-chloroquine et lance un (énorme) pavé dans la mare !

    « Si vous donnez de la chloroquine à des mourants, c’est sûr qu’ils vont mourir »

    « Pourquoi des scientifiques reconnus fausseraient-ils des données médicales aussi importantes ? » lui demanda alors Apolline de Malherbe, qui l’interrogeait. La réponse de Douste-Blazy vaut le détour. Selon lui, une revue de renom comme The Lancet, comme d’autres revues aussi reconnues, sont désormais sous l’influence directe des multinationales du médicament. Les sommes en jeu sont tellement énormes que les labos financent en sous-main certains articles. « Si le laboratoire américain Gilead annonce qu’une de ses molécules marche, le Wall Street journal reprend cette info le lendemain et la hausse immédiate du cours de Bourse fait gagner quatre milliards de dollars aux actionnaires. Les laboratoires ne peuvent laisser passer cette chance unique de faire des profits colossaux », selon Douste-Blazy.

    À travers les annonces fracassantes de l’ancien maire de Lourdes, et surtout ancien ministre de la Santé, on comprend que l’étude en question pourrait n’être qu’une tentative de déstabilisation du professeur Raoult par les multinationales, pour le discréditer et se donner du temps pour proposer leurs solutions. Au demeurant, Philippe Douste-Blazy a cité comme exemple le laboratoire Gilead : est-ce fortuit, quand on sait que cette société a investi des sommes énormes pour sortir le vaccin avant tout le monde ?

    « Si on m’avait dit, après vingt ans de recherche, que je verrais de pareilles choses, je n’y aurais pas cru une seconde », a conclu Douste-Blazy, visiblement abasourdi par ce pavé qu’il a lui même lancé dans la mare.

    https://www.bvoltaire.fr/philippe-douste-blazy-denonce-letude-anti-chloroquine-et-lance-un-enorme-pave-la-mare/?fbclid=IwAR34TTokDgjR6Vlx9e4a721vTzzYtYG5hdCM63JT6WNdFdoeh0VyOZe20c8

  8. Surfize dit :

    Bonjour !
    Ce qui se passe en France c est tout bonnement un genocide organisé ( les vieux , les handicapés, les malades sont tout simplement exterminés
    Pour les autres dont hélas beaucoup de moutons on leur fait peur !! Et le masque ne fait que ramollir le cerveau ( il est bien sur complètement inefficace !!)
    En effet pour le covid on a exprès soigner avec respirateurs sachant très bien que ça ne fonctionnait pas
    La cloroquîne est interdite désormais
    Les médecins n ont pas le droit de soigner comme ils veulent
    On n a jamais parler des médecines parallèles….
    Par contre on interdit tout ce qui fonctionne bien! Comme l armoise annuelle
    Pour les nombreuses personnes atteintes de Lyme ….. des antibiotiques !!! Alors que l armoise fonctionne bien!!
    La France est un pays des non droits de l homme et devrait changer sa devise car il n y a plus de liberté
    Il y a de plus en plus d inégalités
    Et la fraternité disparaît avec la distanciation sociale… et la délation
    quelle honte! Marre de tous ces mensonges !!!
    J ai mal à ma France

  9. WERY Michel dit :

    Voici un brevet qui pose des questions. plus de 320 pages sur les coronavirus,.
    FASCICULE DE BREVET EUROPEEN
    NOUVELLE SOUCHE DE CORONAVIRUS ASSOCIE AU SRAS ET SES APPLICATIONS

    Cliquer pour accéder à EP1694829B1.pdf


    avec des noms illustres qui sont occupés à lâcher leurs poste aujourd’hui et du terme « vaccine ».
    Je l’ai reçu au hasard d’une vidéo qui a rapidement disparu.

  10. WERY dit :

    Comment signer la pétition, je n’ai qu’un PC et pas de smartphone.

  11. Maxime Muller dit :

    En 2005 le « Virology Journal » disait ceci :
    https://virologyj.biomedcentral.com/articles/10.1186/1743-422X-2-69?fbclid=IwAR1mYanyW5d7dtpPqskG7TAtbOrNIUJxMVY-dlftVTwZ_wZiugcZMMc-fC0
    que la chloroquine soignait du SRAS et conronavirus…….

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s