Déclin impérial et triomphe matriciel : la mue mondiale du capitalisme totalitaire (N. Bonnal)

« Je serai bref, car il ne me semble pas nécessaire de s’étendre sur des données que tout le monde connait maintenant. Mais il me semble nécessaire d’insister sur ce point : le système mue, comme un Alien de Ridley Scott, comme une bête monstrueuse, et il change de peau et de corps. Il mute et devient certainement plus dangereux. Tout le monde s’en rend compte, sauf les malins qui font mine de s’extasier sur la grande crise ou l’écroulement d’un ensemble qui n’a jamais été aussi près de nous éteindre et de nous passer la laisse électronique. La vérité c’est que l’ennemi n’est pas vaincu ; il a changé d’arme, en appliquant Tocqueville : en démocratie le pouvoir délaisse le corps et va droit à l’âme.

Il me semble inutile de s’étendre avec tout le monde sur le déclin militaire américain et de l’OTAN. Il accompagne le déclin économique voulu, désiré et démesuré des économies américaine et européenne, et le presque effondrement de l’ancien monde blanc chrétien, colonialiste et autre. Tout cela est suffisamment recensé, et par des gens qui font semblant de ne pas comprendre que ce qui va succéder à cet ordre impérial occidental est bien pire.

[…]

Grâce à la matrice qui remplace la réalité, et grâce à cette arme qui épargne le corps et s’empare de l’âme (Tocqueville donc, qui avait mieux compris qu’on ne croit la démocratie), le malade imaginaire humain se soumet au grand reset, au masque, au contrôle social, au fric digital, au contrôle numérique, au passeport biométrique, à cet effondrement contrôlé de toutes les économies destiné à justifier emprisonnement et extinction démographique, surtout en occident d’ailleurs (race vieillie, sous contrôle, inutile économiquement, et trop détestée par ses élites hostiles). Ce capitalisme-écran totalitaire nie ce qui reste de sexe, race, nation, espace, histoire, bon sens ou jugement, etc. Il n’en a plus besoin car il n’a plus besoin des hommes.

En un mot l’empire a empiré. Le dictateur qui prend le pouvoir va nous faire regretter l’ancien, à nous qui ne sommes pas encore passés en mode machine ».

Lire l’intégralité de l’article

Rappel :

Nouvel ordre mondial et transhumanisme – Le Covid pour « reprogrammer » l’homme ?

Voir aussi :

« Le président Loukachenko a révélé que la Biélorussie s’était vu offrir une multiplication par 10 du montant des prêts internationaux si elle imposait un confinement sévère. C’est ça le vrai COVID ».

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 55 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Déclin impérial et triomphe matriciel : la mue mondiale du capitalisme totalitaire (N. Bonnal)

  1. nicolasbonnal dit :

    oui le covid renverse le Belarus !

  2. zorba44 dit :

    Elle rigole la Cricri, c’est la rilance du Covide !

    Jean LENOIR

  3. Alcide dit :

    Selon un éthicien, les «  pilules morales  » pourraient être le meilleur moyen des États-Unis pour mettre fin à la pandémie de coronavirus

    L’auteur de l’article est Parker Crutchfield, professeur agrégé d’éthique médicale, de sciences humaines et de droit à l’Université Western Michigan, et son argument peut être divisé en quatre points clés:

    – Le port de masques et la distanciation sociale sont bons pour la santé publique
    – Les personnes qui refusent de suivre ces règles sont des «transfuges» qui doivent être «moralement améliorés»
    – Cette amélioration morale peut être obtenue avec des médicaments pour rendre les gens plus «empathiques» et «coopératifs»
    – Ce médicament doit être obligatoire et / ou administré secrètement via l’approvisionnement en eau.

    (Remarque perso : Je me permets de rappeler la grande importance du traitement individuel de l’eau du robinet )

    Extrait:
    « Un autre défi est que les transfuges qui ont besoin d’une amélioration morale sont aussi les moins susceptibles de s’y inscrire […] une solution serait de rendre l’amélioration morale obligatoire ou de l’administrer secrètement, peut-être via l’approvisionnement en eau. »

    Et:
    On nous a déjà dit que les «transfuges» sont plus susceptibles d’être des narcissiques ou des psychopathes , et nous les avons vus soumis à la brutalité policière en toute impunité .

    La Nouvelle-Zélande est en train de mettre en place des «centres de quarantaine» où vous devrez rester «indéfiniment» si vous refusez d’être testé .

    Et maintenant, il est sérieusement posé que ceux qui refusent de se conformer devraient être soumis à des médicaments secrets pour les rendre plus malléables au «bien public».

    La suite:
    https://fort-russ.com/2020/08/the-new-normal-covert-moral-enhancement-for-coronavirus-defectors/

    Question pratique, comment faire pour refuser l’injection fatale de la Marque de la Bête en douceur, sans bastonnade venant d’un petit groupe d’individus zombifiés, pénétrés de l’idée du « bien  » qu’ils veulent nous imposer de force en violation manifeste du Code de Nuremberg ?

    https://www.espace-ethique.org/ressources/article/du-proces-au-code-de-nuremberg-principes-de-lethique-biomedicale

  4. Alcide dit :

    Je me permets d’insister sur la grande importance du Code de Nuremberg :

    L’élaboration du code de Nuremberg
    Extrait:
    …Elle présentait les principes qui inspireront la rédaction du code :
    « I) Le consentement du sujet est nécessaire: on ne peut recourir qu’aux seuls volontaires.
    « a) Lorsqu’ils encourent des risques, les volontaires doivent en être informés avant de donner leur consentement.
    « b) Chaque fois que cela possible, toutes les dispositions doivent être prises pour éviter tout accident.
    « II) L’expérience doit être conçue sur la base des résultats obtenus par l’expérimentation animale de sorte que les résultats que l’on anticipe légitiment la réalisation de l’expérience: autrement dit, l’expérience doit être utile, et ses résultats doivent être tels qu’ils servent le bien public.
    «III) L’expérience doit être réalisée:
    « a) En évitant toute atteinte et souffrance inutiles qu’elles soient mentales ou physiques.
    « b) Par des scientifiques qualifiés.
    «c) L’expérience ne doit pas être réalisée s’il existe des raisons de penser qu’elle peut conduire à la mort ou à l’invalidité du sujet. »[15]

    Deux jours avant l’ouverture du procès des médecins, le 7 décembre 1946, l’expert médical de l’accusation, Leo Alexander, adresse au procureur général, Telford Taylor, un premier rapport dans lequel il énumère les trois conditions nécessaires à la pratique des expérimentations humaines:
    « 1) Le sujet de recherche doit donner son consentement en toute liberté.
    2) La relation professionnelle aussi bien thérapeutique que scientifique que le médecin établit avec les hommes repose sur les principes établis par le serment d’Hippocrate. Il stipule que le médecin intervient que dans l’intérêt thérapeutique du malade tout en lui interdisant de délivrer du poison à quiconque, même si on le lui demande.
    3) L’expérimentation ne peut se faire qu’après recherche physico-chimique et expérience animale. »
    Et:
    …L’importance du Code de Nuremberg tient à ce qu’il a constitué le point de départ de la prise de conscience des dangers des progrès de la science avec les dérives qu’elle peut susciter, et de la nécessité de l’encadrer par un certain nombre de règles. Il s’agit d’un code légal de droits humains et non un code de déontologie médicale qui devrait être appliqué seulement par des médecins[18]…

    Et:
    1. Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. Cela veut dire que la personne intéressée doit jouir de capacité légale totale pour consentir : qu’elle doit être laissée libre de décider, sans intervention de quelque élément de force de fraude, de contrainte, de supercherie, de duperie ou d’autres formes de contraintes ou de coercition. Il faut aussi qu’elle soit suffisamment renseignée, et connaisse toute la portée de l’expérience pratiquée sur elle, afin d’être capable de mesurer l’effet de sa décision. Avant que le sujet expérimental accepte, il faut donc le renseigner exactement sur la nature, la durée, et le but de l’expérience, ainsi que sur les méthodes et moyens employés, les dangers et les risques encourus; et les conséquences pour sa santé ou sa personne, qui peuvent résulter de sa participation à cette expérience.
    L’obligation et la responsabilité d’apprécier les conditions dans lesquelles le sujet donne son consentement incombent à la personne qui prend l’initiative et la direction de ces expériences ou qui y travaille. Cette obligation et cette responsabilité s’attachent à cette personne, quine peut les transmettre à nulle autre sans être poursuivie.

    https://www.espace-ethique.org/ressources/article/du-proces-au-code-de-nuremberg-principes-de-lethique-biomedicale

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s