Covid : l’Espagne tiendra un registre des personnes refusant d’être vaccinées

Les autorités espagnoles tiendront un registre des personnes refusant de se faire vacciner contre le Covid-19, qui sera partagé avec d’autres pays européens mais ne sera pas rendu public, a indiqué le ministre espagnol de la Santé lundi 28 décembre.

Dans une interview à la chaîne de télévision La Sexta, Salvador Illa a de nouveau souligné que la vaccination contre le coronavirus, qui a débuté dimanche en Espagne comme dans de nombreux autres pays de l’UE, ne serait pas obligatoire [Il n’y a pas qu’aux Français qu’on raconte des bobards. OD]. En ce qui concerne les personnes qui ne voudront pas se faire vacciner, «ce qu’on va faire, c’est un registre qui, de plus, sera partagé avec d’autres pays européens», a-t-il poursuivi, précisant qu’il se référait «aux personnes auxquelles on l’aura proposé (de se faire vacciner, NDLR) et qui, tout simplement, l’auront refusé». «Il ne s’agit pas d’un document qui sera rendu public», a-t-il toutefois assuré, ajoutant que ce fichier serait élaboré «avec le plus grand respect pour la protection des données» (sic).

Selon la dernière étude publiée lundi dernier par le Centre d’Investigation sociologique (CIS), un institut de sondages dépendant du gouvernement, la proportion des Espagnols ne souhaitant pas se faire vacciner a chuté de manière spectaculaire, passant de 47% en novembre à 28% en décembre. Durant la même période, le pourcentage d’Espagnols se disant prêts à recevoir le vaccin a progressé de 36,8% à 40,5%.

Comme de nombreux pays européens, l’Espagne a entamé dimanche la campagne de vaccination contre le coronavirus avec le vaccin mis au point par les laboratoires Pfizer et BioNTech. Le gouvernement dirigé par le socialiste Pedro Sánchez a pour objectif que 2,5 millions de personnes – celles appartenant aux groupes prioritaires ou les plus vulnérables – soient vaccinées d’ici à fin février et que le total atteigne 15 à 20 millions d’ici à l’été.

Le Figaro.fr, le 28 décembre 2020

(Merci à Ratatouille)

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 56 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

23 commentaires pour Covid : l’Espagne tiendra un registre des personnes refusant d’être vaccinées

  1. zorba44 dit :

    Pour la piquouse les espagnols adeptes des banderilles …peut-être que, de moutons, cela les rendra furieux comme les toros dans l’arène !

    Ceci posé les sondages sont les sondages à manipuler avec justement …des banderilles !

    Jean LENOIR

    • Oui Jean, l’information à retenir n’est pas dans le sondage mais dans le fichage… et je vous fiche mon billet que la France et les autres pays de l’UE vont suivre le mouvement au nom de la « solidarité européenne » !

      • clavreul dit :

        Le Nouvel Ordre Mondial sera organisé sous le régime de la république universelle, l’ on comprend mieux l’ esprit des révolutions et la grande duperie qui l’ accompagne. L’ Eglise parle de destruction de fond en comble de l’ édifice chrétien qui à régie notre société depuis 496. Nous foulons la mémoire de nos anciens qui ont tant oeuvré pour la grandeur de notre pays et, par cette rage contre Dieu, l’ esprit révolutionnaire s’ acharne à en vouloir détruire la marque de leur éclatante dévotion :
        notre-dame-de-paris-cathedral-france-048.jpg (1000×668)

        La grande apostasie amènera son cortège de souffrance et à certains égards, nous l’ auront bien mérité.
        Conférence de Marion Sigaut sur le règne de la violence des Lumières à la Révolution

  2. e dit :

    cela ne sera pas rendu public, car ils ont peur que les gens voient qu’il y a moins de morts chez les non vaccinés que chez les vaccinés

    cela sera uniquement partagé entre les flicailles européennes entre elles

    j’ai pensé à un truc, pourquoi leurs vaccins ne se vendent pas en ligne? Pourquoi elles ne sont données qu’avec un vaccinateur prêt à vous injecter immédiatement la séringue?
    Parce qu’ils ont peur que les gens achètent les vaccins Pfizer en ligne, les essaient sur des animaux (voir l’effet sur la reproductivité des animaux, et le nombre de générations capables de se reproduire), et prouvent ainsi que leurs vaccins sont dangereux
    Pfizer n’a pas fait les études de vaccins sur les animaux et veut empêcher quiconque de le faire, voilà pourquoi ses vaccins ne seront jamais vendus en ligne, pour éviter à quiconque de faire des expériences avec ses vaccins qui ne seront pas truqués et faux comme il le fait, et que seuls les vaccinateurs auront la séringue prêts à l’injecter sur les cobbayes humains

    • Ratuma dit :

      laissons les animaux tranquilles

      • zorba44 dit :

        oui les humains sont assez ânes comme cela Ratuma…

        Je disais justement hier à ma chatte qu’elle avait bien raison de ne pas être de la race humaine (…sous-entendu ne pas avoir à subir ces conneries) !

        Jean LENOIR

    • e dit :

      Pour le nouvel ordre mondial, la vie des animaux vaut plus que celle des humains, voilà pourquoi ils ont sauté les tests sur les animaux et sont passé direct sur l’homme
      Pfizer admet que son vaccin peut causer la sterilization des femmes, et qu’il n’a fait aucune etude sur les animaux :
      « It is unknown whether COVID-19 mRNA Vaccine BNT162b2 has an impact on fertility” page 6

      Cliquer pour accéder à Information_for_healthcare_professionals.pdf

      “There are no or limited amount of data from the use of COVID-19 mRNAVaccine BNT162b2.Animal reproductive toxicity studies have not been completed.

      COVID-19 mRNA Vaccine BNT162b2is not recommended during pregnancy.

      For women of childbearing age, pregnancy should be excluded before vaccination. “ page 5 https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/941452/Information_for_healthcare_professionals.pdf

      de toute façon, ces tests sur les animaux sont impossibles à faire (c’est voulu par l’oligarchie pour empêcher qu’on ait toute preuve que leurs vaccins sont nocifs), car les vaccins ne peuvent pas s’acheter en ligne, ils ne peuvent être achetés que par les médecins et infirmiers qui peuvent les donner aux militaires pour vous les injecter par la force comme cobbayes humains

      • Dom le dodo dit :

        Son « medecin » bill avait pourtant posé une thèse « algorithmique » sur les veaux, non?

  3. zoé dit :

    J’ai comme dans l’idée que dans quelque temps ceux qui se seront fait vacciner le regretteront amèrement. Cela dit, ce n’est que mon avis.

  4. Lucas Alvarez dit :

    C’est un vrai Scandale!!! Il est vraiment temps de réagir et de refuser MASSIVEMENT ce vaccin! C’est le nombre qui fera notre force, résistons!!!

  5. Zig dit :

    Je ne sais pas si ce document à déjà été référencé ici, (tout ceci est par ailleurs lié au id2020.org et GAVI de Kill Gates.. avec leur agenda 2030)

    ROADMAP FOR THE IMPLEMENTATION OF ACTIONS BY THE EUROPEAN COMMISSION BASED ON THE COMMISSION COMMUNICATION AND THE COUNCIL RECOMMENDATION ON STRENGTHENING COOPERATION AGAINST VACCINE PREVENTABLE DISEASES

    cela fait des années (depuis 2004-5 ou font semblant de nous faire croire..) qu’ils travaillent à mieux pister les soins et spécialement les vaccins, visualisez bien cet agenda ROADMAP en haut à droite, ce qui me choque c’est la dernière mise à jour Q3 2019…! !-(
    et le document a été édité pour la 1ère fois en 2018..! !-((

    visualisez aussi tous les autres points auxquels ils pensent pour nous..! c’est une des plus évidentes preuves que tout cela est planifié d’avance..!!

    Cliquer pour accéder à 2019-2022_roadmap_en.pdf

    le PLAN pour 2022 y est déjà > Commission proposal for a common vaccination card/passport for EU citizens et de même si une base de contrat pour s’octroyer rapidement des vaccins « pandemic influenza » est déjà prête pour la grippe, cela se transcrit facilement pour le covid-19 >
    Joint procurement of pandemic influenza vaccine Framework contracts signed in March 2019

    lisez les différents points et voyez les différentes réunions de préparation bien que ne mentionnant pas le Covid le pas à franchir n’est que plus facile,
    Global Vaccination Summit, taking place on 12 September 2019 organized by the European Commission in cooperation with the World Health Organization. (400 participants worldwide)

    par contre pour le traçage virtuel, cela fait vraiment 4-5 ans qu’ils sont plus assidus sur le sujet, en France le site IIS c’est https://www.mesvaccins.net/ avec IIS pour > Immunisation Information System qui pourra éventuellement être interconnecté avec d’autre pays plus tard puisque l’arborescence sera la même pour tous les pays au moins dans l’UE déjà..

    je laisse quelques blancs copiez les liens sans les blancs pour ouvrir les docs
    https://www. ecdc.europa. eu/sites/portal/files/documents/designing-implementing-immunisation-information-system_0. pdf

    ou suivre l’indice de confiance dans la vaccination par la nature des populations par pays..
    https://ec. europa. eu/health/sites/health/files/vaccination/docs/2018_vaccine_confidence_en. pdf

  6. Zig dit :

    Sinon je vous mets la réf. en France en général pour n’importe quel Carabin, lorsqu’il veut se renseigner sur un traitement, effet secondaire etc..
    https://www.vidal.fr/actualites/26337-vaccin-pfizer-biontech-contre-la-covid-19-enfin-des-donnees-a-analyser.html

    c’est quand même assez édifiant d’entrée de jeu..
    Dans cette étude, 43 448 personnes de plus de 16 ans, sans antécédents de COVID-19, ont été recrutées pour recevoir deux doses de 30 µg d’ARNm administrées à 21 jours d’intervalle. Sur ces 43 448 participants, les données de 36 621 d’entre eux ont été prises en compte par la FDA.
    (Mais et les autres 6827 il leur est arrivé quoi ? )
    —- —-
    Les questions relatives à l’efficacité qui demeurent en suspens
    Si les résultats rendus publics par Pfizer/BioNTech et la FDA sont rassurants sur l’efficacité globale du vaccin BNT162b au cours des 2 mois suivant la 2e injection, de nombreuses questions sur cette efficacité demeurent sans réponse :

    la persistance de la protection obtenue dans le temps ;
    l’efficacité parmi les populations vulnérables aux formes graves (en particulier les insuffisants rénaux et les personnes immunodéprimées) ;
    l’efficacité chez les personnes ayant des antécédents de COVID-19 (même si l’analyse post hoc semble suggérer une efficacité dans ce groupe, celui-ci est trop petit pour conclure) ;
    l’efficacité chez les enfants et les moins de 16 ans ;
    l’efficacité contre les formes asymptomatiques de la COVID-19 ;
    l’efficacité contre les formes graves et l’effet sur la mortalité ;
    l’efficacité contre les effets à long terme des infections acquises malgré le vaccin ;
    l’efficacité sur la transmission du virus en cas de contamination d’une personne malgré le vaccin ;
    le futur de cette efficacité si la pandémie venait à évoluer (mutations de SARS-CoV-2 par exemple).

    Des effets indésirables post-injection plus sévères chez les moins de 56 ans
    Les données de toxicité présentées sont rassurantes (moins de 1 % d’effets secondaires sévères), mais il semble que la bonne immunogénicité obtenue ait un prix en termes de réactions dans les jours suivant les injections.
    Les effets post-injection ont été particulièrement évalués chez 8 183 participants qui devaient remplir un journal électronique pendant 7 jours après chaque injection (ce qui peut avoir artificiellement augmenté la fréquence des effets rapportés, les participants étant rendus particulièrement attentifs par le dispositif de journal à remplir). Ces effets indésirables semblent être plus fréquents chez les personnes de moins de 56 ans, ainsi qu’après la 2e injection. Les effets le plus couramment observés sont la fatigue, les maux de tête et les courbatures (voir figure 2 ci-dessous).
    Par exemple, après la 1re injection (attention, les pourcentages correspondent au nombre de personnes ayant signalé cet effet indésirable rapporté au « nombre de personnes ayant répondu au moins 1 oui ou non pour cet effet après cette injection » ce qui exclut les personnes n’ayant pas répondu – parce qu’elles n’ont pas ressenti cet effet ? – et gonfle artificiellement les pourcentages) :

    la fatigue est observée chez 47,4 % des moins de 56 ans et 34,1 % des plus de 55 ans ;
    les maux de tête chez 41,9 % des moins de 56 ans et 25,2 % des plus de 55 ans ;
    les courbatures chez 21,3 % des moins de 56 ans et 13,9 % des plus de 55 ans ;
    le recours au paracétamol est de 27,8 % chez les moins de 56 ans et de 19,9 % chez les plus de 55 ans.

    Après la 2e injection :

    fatigue : 59,4 % versus 50,5 % ;
    maux de tête : 51,7 % versus 39 % ;
    courbatures : 37,3 % versus 28,7 % ;
    recours au paracétamol : 45 % versus 37,7 %.

    Ces données ont amené un certain nombre de commentateurs à recommander de prévoir un jour de congé le lendemain de la 2e injection…
    Mais, lorsqu’on examine les pourcentages d’effets indésirables post-injection dans la population totale évaluée par Pfizer/BioNTech (N=37 586), une autre image de la fréquence des effets indésirables post-injection émerge. Dans cette population (sans sollicitation via un journal électronique), 6,1 % ont signalé de la fièvre, 5,3 % des frissons, 5,5 % de la fatigue, 5,1 % des maux de tête et 4,8 % des courbatures. Ces pourcentages étaient plus élevés dans le groupe des moins de 56 ans (respectivement, 7,6 %, 6,4 %, 6,4 %, 6 % et 5,8 %).
    Ainsi, il est possible que l’effet loupe de la sollicitation spécifique d’un sous-groupe pour le signalement des effets indésirables post-injection ait été important. Pour corriger cet effet loupe, il est nécessaire de comparer, pour les chiffres du sous-groupe spécifique, les pourcentages obtenus dans le groupe vacciné à ceux du groupe placebo (également élevés).

    Le 10 décembre 2020, la presse britannique a rapporté 2 cas de réactions d’hypersensibilité chez des soignants fraîchement vaccinés avec BNT162b. Ces soignants présentaient des antécédents d’allergie justifiant la possession d’un stylo injecteur d’adrénaline. En conséquence, le National Health Service (NHS) recommande de ne pas administrer ce vaccin aux personnes présentant des antécédents de maladie allergique. De fait, les sujets ayant des antécédents d’anaphylaxie étaient exclus de l’étude C4591001.
    (Edit du 17 décembre 2020) Le 17 décembre 2020, la FDA a signalé deux autres cas de réactions allergiques sévères chez des personnes vaccinées en Alaska, dont une seule avait des antécédents de maladie allergique.

    Les autres données de toxicité
    Parmi les autres effets indésirables observés, certains attirent l’attention par leur fréquence plus importante dans le groupe vacciné :

    des lymphadénopathies des aisselles ou du cou, 2 à 4 jours après l’injection (64 cas dans le groupe vacciné contre 6 dans le groupe placebo) qui font pencher les experts de la FDA et le laboratoire vers un effet indésirable dû à la vaccination pour au moins 47 d’entre elles ;
    des paralysies du nerf facial (paralysie de Bell, 4 dans le groupe vacciné, 0 dans le groupe placebo), mais les experts de la FDA relèvent que 4 cas sur environ 20 000 personnes suivies pendant 2 mois correspond à la fréquence habituelle de cette affection ;
    des appendicites (8 dans le groupe vacciné, 4 dans le groupe placebo), mais sans différence statistiquement significative entre les deux groupes (p=0,38).

    Outre les lymphadénopathies, la FDA considère que deux autres événements peuvent être liés au vaccin : une blessure de l’épaule suite aux injections et un cas d’arythmie ventriculaire chez un patient ayant des antécédents de maladie cardiaque.
    Six décès (2 dans le groupe vacciné, 4 dans le groupe placebo) ont été enregistrés. Les 2 décès du groupe vacciné était dû à des accidents cardiovasculaires, le premier 62 jours après la 2e injection, le second 3 jour après la 1re injection, chez des personnes âgées de plus de 55 ans.

    Les questions relatives à la toxicité qui demeurent en suspens
    Malgré des résultats rassurants en termes de toxicité, y compris chez les personne à risque de forme sévère de COVID-19, des questions demeurent relatives à la sécurité du vaccin BNT162b :

    la possibilité d’effets indésirables graves, rares ou décalés dans le temps ;
    la possibilité de COVID-19 aggravée par la vaccination (voir notre article sur le sujet), même si le moindre nombre de formes sévères dans le groupe vacciné est rassurant ;
    la toxicité chez les moins de 16 ans, les femmes enceintes et allaitantes et les personnes immunodéprimées.

    Les études qui restent à faire sur BNT162b
    Même si les données examinées par la FDA sont encourageantes, cette dernière insiste sur la nécessité de mener des études complémentaires pour répondre aux questions en suspens citées précédemment, tant en termes d’efficacité que de toxicité.
    De plus, les experts de la FDA voient d’un mauvais œil l’intention affichée de Pfizer/BioNTech de vacciner les personnes qui se trouvent dans le groupe placebo après 6 mois de suivi post-injections. En effet, la disparition du groupe placebo exposerait à des difficultés à analyser d’éventuelles toxicités à moyen et long terme.

    En conclusion, les données présentées à la FDA sur le vaccin BNT162b sont à la fois positives, avec un taux de protection dont beaucoup de vaccins rêveraient, et rassurantes avec un profil de toxicité post-injection acceptable.
    Néanmoins, beaucoup de questions demeurent. Si son efficacité contre les formes légères à modérées de COVID-19 semble confirmée, il n’en est pas de même pour les formes asymptomatiques ou sévères (même si, dans ce dernier cas, les données vont dans le bon sens). La question de la protection des personnes souffrant de comorbidités reste également en suspens. Enfin, nous n’avons aucune information sur la durée de la protection accordée par ce vaccin.
    De plus, et c’est une question essentielle pour le contrôle de la pandémie, nous ne savons rien sur la transmission du virus par des personnes vaccinées et néanmoins atteintes de formes asymptomatiques. En l’absence de données sur cette question, le respect des gestes barrières devra persister en dépit de la vaccination, tant que la pandémie ne sera pas contrôlée. Enfin, la question d’une éventuelle toxicité à long terme se pose toujours, ainsi que celle des effets indésirables graves et rares qui pourraient survenir.
    Ces points irrésolus montrent la nécessité absolue, à la fois de poursuivre l’étude C4591001 sans vacciner le groupe placebo, de mener des études complémentaires ciblées sur ces questions et de mettre en place des mesures de vaccino-vigilance efficaces, voire d’évaluation de l’efficacité de ce vaccin chez les personnes de plus de 75 ans qui vont être massivement vaccinées dans les semaines qui viennent
    —- —-
    et les consignes d’informations normalement remises à chaque personne avant le vaccin covid, pas sur que notre Mauricette nationale en ait eu lecture de tout ça..! « Ah bon, il FAUT faire un vaccin.. »
    elle ne sait sans doute pas non plus que la seule vraie vérité dans la vie pour chacun de nous c’est qu’il FAUT mourir un jour, bon le plus tard sera le mieux quand même..

    Cliquer pour accéder à Information_for_UK_recipients.pdf

    Philippe Amouyel du CHU de Lille > “Les réactions anaphylactiques représentent autour de 5 % des réactions allergiques, elles sont donc très rares”.., ben voyons..
    https://www.france24.com/fr/europe/20201228-a

    aux US ils prévoient 30min d’observation après vaccination, c’est sérieux quand même alors ? https://www.cdc.gov/vaccines/covid-19/info-by-product/pfizer/anaphylaxis-management.html

    • zorba44 dit :

      On se fout totalement mais, même plus, en nous ravalant au plan de statistiques monstrueuses …tout ça pour nous faire croire que la grippe est dangereuse…

      …et le vaccin du massacre, sûr …évidemment !

      Ceux qui vont accepter la vaccination sont des c… finis – QI plus faible tu meurs !

      Jean LENOIR

    • Dom le dodo dit :

      Zig, je pense que vous avez oubliez la sodopathie ? une brulure de l’anus, comparable à une courbature, mais qui s’estompe au fur et à mesure que le spectre de la 5g s’accroît: bonne bourre des salopards; -)

  7. Ping : Persécution en Espagne pour les non vaccinés. Tolkien et notre destin de vivre une époque d’épouvante : – J’aurais bien voulu que cela n’eût pas à se passer de mon temps, dit Frodon. – Moi aussi, dit Gandalf, comme tous

  8. Ping : Ils ne veulent plus être soignés ou guéris, mais vaccinés. Ne sous-estimez pas la télé. Le seul vaccin qui compterait : contre la lâcheté et la salauderie humaine. Les non vaccinés, une fois minoritaires, seront exterminés par les gouvernements

  9. Zig dit :

    Voici la base des test Pfizer,
    si tout cela s’applique aux participants des tests, que va-t-il rester sur les Notices réellement ..? surtout si vous regardez page 132-133 les conditions requises sexuellement > abstinence et même vasectomie conseillée..!!

    Cliquer pour accéder à C4591001_Clinical_Protocol_Nov2020.pdf

    • e dit :

      ouais et dès la première page, ils indiquent que les participants sont tous en bonne santé, alors qu’ils veulent imposer leurs vaccins sur des gens avec comorbidités et âgés
      du foutage de gueule

      merci, je l’ai enregistré
      j’espère trouver les PDF des autres aussi (Astranezeca, Moderna, etc…)

  10. Ping : Covid : l’Espagne tiendra un registre des personnes refusant d’être vaccinées – La Voix de Dieu Magazine

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s