De « l’Evénement 201 » à « Cyber Polygone » – Simulation d’une « cyberpandémie » à venir au Forum de Davos

Après la pandémie physique, la pandémie numérique… autrement dit une cyber-attaque géante qui permettrait la mise en oeuvre du Grand Reset ? Voilà qui rappelle d’autres scénarios de l’oligarchie mondialiste, dont le fameux « Dark Winter » évoqué par DanseOD

Dmitri Samartsev, PDG de BI.ZONE, fait une présentation lors de la première session de Cyber Polygone lors de la réunion annuelle du Forum économique mondial, en janvier 2020. Source : BI.ZONE

par Johnny Vedmore et Whitney Webb.

L’année dernière, le Forum économique mondial (FEM) s’est associé au gouvernement russe et aux banques mondiales pour mener une simulation de cyberattaque très médiatisée qui visait le secteur financier, un événement qui ouvrirait la voie à une « réinitialisation » de l’économie mondiale. Cette simulation, baptisée Cyber Polygone, était peut-être plus qu’un simple exercice de planification et présente des similitudes avec la simulation de pandémie, l’Évènement 201, parrainé par le FEM qui a précédé la crise du COVID-19.

Mercredi, le Forum économique mondial, ainsi que la banque russe Sberbank et sa filiale de cybersécurité BI.ZONE ont annoncé qu’une nouvelle simulation de cyberattaque mondiale aurait lieu en juillet prochain pour apprendre aux participants à « développer des écosystèmes sécurisés » en simulant une cyberattaque de la chaîne d’approvisionnement similaire au récent piratage de SolarWinds qui permettrait « d’évaluer la cyber-résistance » des participants à l’exercice. Sur le site web de l’événement récemment mis à jour, la simulation, appelée Cyber Polygone 2021, avertit de façon inquiétante que, compte tenu des tendances à la numérisation largement encouragées par la crise du COVID-19, « un seul lien vulnérable suffit à faire tomber le système tout entier, selon un effet domino », ajoutant qu’une « approche sécurisée du développement numérique aujourd’hui déterminera l’avenir de l’humanité pour les décennies à venir ».

Cet exercice intervient plusieurs mois après que le FEM, « l’organisation internationale pour la coopération public-privé » qui compte parmi ses membres l’élite la plus riche du monde, ait officiellement annoncé son initiative pour une Grande Réinitialisation, qui impliquerait la transition coordonnée vers une économie mondiale de la Quatrième Révolution industrielle dans laquelle les travailleurs humains deviennent de plus en plus insignifiants. Cette révolution, dont son plus grand partisan, le fondateur du FEM, Klaus Schwab, a déjà présenté un problème majeur pour les membres et les organisations membres du FEM, à savoir le sort réservé aux masses de personnes laissées au chômage par l’automatisation et la numérisation croissantes sur le lieu de travail.

Les nouveaux systèmes économiques basés sur la numérisation, en partenariat avec les banques centrales ou gérés par elles, sont un élément clé de la Grande Réinitialisation du FEM, et de tels systèmes seraient une partie de la réponse au contrôle des masses de chômeurs récents. Comme d’autres l’ont fait remarquer, ces monopoles numériques, et pas seulement les services financiers, permettraient à ceux qui les contrôlent de « couper » la rentrée d’argent d’une personne et son accès aux services si cette personne ne respecte pas certaines lois, mandats et règlements.

Le FEM a activement promu et créé ces systèmes et a récemment commencé à appeler son modèle préféré « capitalisme des parties prenantes ». Bien qu’il soit annoncé comme une forme de capitalisme plus « inclusive », le capitalisme des parties prenantes fusionnerait essentiellement les secteurs public et privé, créant ainsi un système qui ressemble beaucoup plus au style corporatiste du fascisme de Mussolini qu’à autre chose.

Cependant, pour inaugurer ce nouveau système radicalement différent, le système corrompu actuel doit en quelque sorte s’effondrer dans son intégralité, et son remplacement doit être commercialisé avec succès auprès des masses comme étant en quelque sorte meilleur que son prédécesseur. Lorsque les personnes les plus puissantes du monde, telles que les membres du FEM, souhaitent apporter des changements radicaux, des crises apparaissent commodément – qu’il s’agisse d’une guerre, d’un fléau ou d’un effondrement économique – qui permettent une « remise à zéro » du système, qui s’accompagne souvent d’un transfert massif de richesses vers le haut.

Au cours des dernières décennies, de tels événements ont souvent été précédés par des simulations qui se déroulent avant que l’événement qu’ils étaient censés « prévenir » ne se produise. Parmi les exemples récents, citons les élections américaines de 2020 et le COVID-19. L’une de ces simulations, l’Événement 201, a été organisé conjointement par le Forum économique mondial en octobre 2019 et a simulé une nouvelle pandémie de coronavirus qui se propage dans le monde entier et provoque des perturbations majeures de l’économie mondiale – quelques semaines seulement avant l’apparition du premier cas de COVID-19. Cyber Polygone 2021 n’est que la dernière simulation de ce type, co-parrainée par le Forum économique mondial. Le programme actuel du forum et ses antécédents en matière d’accueil de simulations prophétiques exigent que l’exercice soit examiné de près.

Bien que Cyber Polygone 2021 ne soit pas prévu avant plusieurs mois, il a été précédé par Cyber Polygone 2020, une simulation similaire parrainée par le FEM qui a eu lieu en juillet dernier et dans laquelle les intervenants ont mis en garde contre une « pandémie » de cyberattaques mortelles qui cibleraient principalement deux secteurs économiques, la santé et la finance. Cyber Polygone 2020 a été officiellement décrit comme une « formation internationale en ligne pour accroître la cyber-résistance mondiale » et a impliqué de nombreuses grandes entreprises technologiques et autorités internationales, d’IBM à INTERPOL. L’événement a également attiré de nombreux participants surprenants, dont certains ont été traditionnellement considérés comme opposés aux intérêts impériaux occidentaux. Par exemple, la personne choisie pour ouvrir l’événement Cyber Polygone était le premier ministre de la Fédération de Russie, Mikhail Mishustin, et son hôte principal, BI.ZONE, était une filiale de la Sberbank contrôlée par le gouvernement russe. Cela suggère que le récit récurrent du « piratage russe » pourrait toucher à sa fin ou sera bientôt remplacé par un autre croque-mitaine plus approprié à la lumière des réalités politiques actuelles.

Outre Mishustin, le directeur exécutif du FEM Klaus Schwab et l’ancien premier ministre britannique Tony Blair ont participé à l’événement Cyber Polygone 2020, qui doit être répété chaque année et qui présente de nombreuses similitudes avec l’Événement 201 de 2019. Plutôt que de se préparer à une éventuelle pandémie médicale, le Cyber Polygone 2020 s’est concentré sur la préparation d’une « cyberpandémie », qui, selon les médias grand public comme le New Yorker, est « déjà en cours ». Au vu des récentes simulations du FEM, les puissants propriétaires d’entreprises et banquiers milliardaires semblent prêts à utiliser les pandémies physiques et numériques pour réformer nos sociétés selon leur propre conception et pour leur propre bénéfice.

Les architectes de Cyber Polygone

Selon la société russe de cybersécurité BI.ZONE, 120 organisations réparties dans 29 pays ont participé aux deux scénarios simulés lors de Cyber Polygone 2020, avec jusqu’à cinq millions de personnes qui auraient regardé le direct en streaming dans plus de 57 pays. Comme de nombreux événements qui ont eu lieu en 2020, les simulations du Cyber Polygone ont été réalisées en ligne en raison des restrictions imposées par le COVID-19. En collaboration avec le Forum économique mondial, BI.ZONE, une filiale de Sberbank, gère le projet Cyber Polygone. Le plus grand actionnaire de la Sberbank, depuis l’année dernière, est le gouvernement russe, et elle est donc souvent décrite par les médias anglophones comme une banque contrôlée par l’État.

L’événement de 2020 a été lancé par un discours du premier ministre de la Fédération de Russie, Mishustin, qui courtisait les entreprises technologiques occidentales avant d’entrer en politique. En 1989, Mishustin a obtenu un diplôme en ingénierie des systèmes à l’Université technologique d’État de Moscou (généralement connue sous le nom de Stankin). Au cours des années 1990, il a travaillé au sein de l’International Computer Club (ICC), une organisation à but non lucratif dont l’objectif est « d’attirer les technologies de l’information avancées occidentales » en Russie. Entre 1996 et 1998, Mishustin était le président du conseil d’administration de l’ICC, mais la société a été liquidée en 2016. Entre 2010 et 2020, il a été à la tête du Service fédéral des Impôts de la Fédération de Russie. Bien qu’il n’ait jamais manifesté d’ambitions politiques auparavant, le 16 janvier 2020, il a été nommé premier ministre de la Fédération de Russie par un décret du président Poutine.

Lors des allocutions de bienvenue de Mishustin au Cyber Polygone 2020 du FEM, le premier ministre russe a mis en garde contre la nécessité de créer une politique publique pour « renforcer la sécurité numérique des activités critiques sans compromettre les bénéfices de la transformation numérique dans les secteurs critiques qui restreindrait inutilement l’utilisation et l’ouverture de la technologie numérique ». La déclaration suggère que les « restrictions inutiles » pourraient être considérées comme nécessaires à terme.

Mishustin a poursuivi en expliquant que le redressement économique de la Russie après la crise sera basé sur « la numérisation croissante de cette économie et de ce gouvernement », ajoutant que « nous allons augmenter de manière drastique le nombre de services publics numériques disponibles et introduire des mesures de soutien fondamentalement nouvelles pour les entreprises numériques ». Il a également déclaré que « la Russie a développé un système national commun pour l’identification et la prévention des cyberattaques avec les systèmes d’information de l’agence gouvernementale reliés dans le système ». Il s’est également adressé à l’audience de Cyber Polygone sur la nécessité pour la communauté internationale de se rassembler pour prévenir une « pandémie mondiale de cyberfraude ».

Sberbank, la plus grande institution bancaire russe et ancien monopole d’épargne soviétique, qui a été fondée à l’origine par Nicolas Ier, a été l’hôte officiel de l’événement Cyber Polygone 2020 aux côtés du Forum économique mondial. Comme l’a rapporté The Economist en janvier 2021, le géant bancaire russe a commencé à réimaginer ses activités dans le but de devenir un géant de la technologie de consommation. Sberbank a dépensé environ 2 milliards de dollars en technologie et en acquisitions, avec notamment l’acquisition du groupe de médias Internet Rambler, qu’il a entièrement racheté en 2020. Le 30 décembre 2020, Sberbank a acquis Doma.ai, qui se décrit comme « une plateforme de gestion immobilière pratique ». Le 15 juin 2020, Sberbank a acheté 2GIS, une carte, un navigateur et un annuaire d’entreprises avec plus de 42 millions d’utilisateurs actifs par mois. Les 22 investissements de Sberbank, dont 11 en tant qu’investisseur principal, comprennent certains des services les plus utilisés en Russie, et son intention claire est de devenir un portail numérique unique pour tous les services. La banque est également devenue propriétaire de l’un des plus grands centres de traitement des données en Europe lorsque le centre de traitement des données South Port a ouvert en novembre 2011, remplaçant les 36 centres de traitement des données régionaux existants. La Sberbank devrait être la première banque au monde à lancer sa propre cryptomonnaie, le Sbercoin, et son « écosystème » de finance numérique en mars prochain. Elle a notamment annoncé le lancement prochain du Sbercoin, un « stablecoin » lié au rouble russe, quelques semaines seulement après l’exercice Cyber Polygone 2020.

L’alliance de la Sberbank avec le FEM et sa présence au Cyber Polygone 2020 ont été soulignées lors de l’événement lors du discours de bienvenue prononcé par Klaus Schwab. Schwab a remercié tout particulièrement Herman Gref, membre du conseil d’administration du Forum économique mondial et PDG de Sberbank, et a également lancé l’avertissement suivant :

« Nous connaissons tous, mais n’y prêtons pas encore suffisamment attention, le scénario effrayant d’une cyberattaque globale qui mettrait complètement à l’arrêt l’approvisionnement en électricité, les transports, les services hospitaliers, notre société dans son ensemble. La crise du COVID-19 serait à cet égard considérée comme une petite perturbation par rapport à une cyberattaque majeure. Nous devons nous demander, dans une telle situation, comment nous avons pu laisser cela se produire alors que nous avions toutes les informations sur la possibilité et la gravité d’une attaque à risque. La cybercriminalité et la coopération mondiale devraient être au premier plan de l’agenda mondial ».

Des avertissements similaires ont été entendus lors d’une simulation de 2019 qui était également co-parrainée par le Forum économique mondial, l’Événement 201. L’Événement 201, qui a simulé une pandémie mondiale quelques mois avant la crise du COVID-19, a mis en garde dans sa documentation officielle : « La prochaine pandémie grave ne provoquera pas seulement de grandes maladies et des pertes de vies humaines, mais pourrait également avoir des conséquences économiques et sociétales majeures en cascade qui pourraient contribuer grandement à un effondrement et à la souffrance des populations au niveau mondial ». Contrairement aux simulations similaires réalisées dans le passé, l’Événement 201 a défendu une approche de « partenariat public-privé » pour lutter contre les pandémies, en mettant l’accent sur l’engagement « du secteur privé dans la préparation aux épidémies au niveau national ou régional ». Le FEM est, entre autres, un acteur majeur pour la fusion des secteurs public et privé au niveau mondial, se décrivant lui-même comme « l’organisation internationale pour la coopération public-privé ». Il n’est donc pas surprenant que leur dernière simulation de catastrophe, qui se concentre sur les cyberattaques, promeuve ce même agenda.

Les orateurs de Cyber Polygone 2020

Outre Schwab et Mishustin, 20 autres personnes ont participé au Cyber Polygone 2020, dont quelques grands noms de l’élite politique. Tout d’abord, Herman Gref s’est entretenu avec l’ancien premier ministre britannique Tony Blair, qui milite depuis des décennies en faveur des systèmes d’identité numérique. Blair a déclaré sans détour au PDG de Sberbank que les systèmes d’identité numérique biométriques seront « inévitablement » les outils que la plupart des gouvernements utiliseront pour faire face aux futures pandémies. Blair, discutant de la pandémie de coronavirus avec Gref, a préconisé les mesures de verrouillage les plus sévères, affirmant que la seule alternative aux identités numériques biométriques est de « verrouiller l’économie ».

Ensuite, Sebastian Tolstoy, directeur général d’Ericsson pour l’Europe de l’Est, l’Asie centrale et la Russie et président actuel de la Fondation de la famille Tolstoy en Suède, a dialogué avec Alexey Kornya. Kornya est président, PDG et président du conseil d’administration de Mobile TeleSystems. Il a précédemment travaillé pour PricewaterhouseCoopers et AIG-Brunswick Capital Management chez North-West Telecom. Tolstoï et Kornya ont présenté un segment à Cyber Polygone 2020 intitulé « Building a Secure Interconnected World » : Dans ce cadre, ils ont discuté de l’importance de la communication et de la connectivité numériques pour notre mode de vie moderne.

Dans le segment suivant, Nik Gowing, présentateur de BBC World News entre 1996 et 2014 et fondateur et directeur de Thinking the Unthinkable, s’est entretenu avec Vladimir Pozner, journaliste et radiodiffuseur, sur le sujet des « fausses nouvelles » dans une conversation qui était en fait quelque peu rafraîchissante dans ses arguments et son approche.

Stéphane Duguin, le PDG de l’Institut CyberPeace, une société basée à Genève qui se décrit comme « des citoyens qui recherchent la paix et la justice dans le cyberespace », a ensuite donné une conférence aux millions de téléspectateurs qui regardaient la simulation. L’Institut CyberPeace, financé par Microsoft, Facebook, Mastercard et la Fondation Hewlett, entre autres, prétend aider ses clients à « accroître la résilience numérique et la capacité à répondre aux cyberattaques et à s’en remettre ». Les principaux bailleurs de fonds de l’Institut CyberPeace font également partie des principaux bailleurs de fonds de la Global Cyber Alliance, qui réunit les secteurs publics des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France avec des multinationales et des sociétés de cybersécurité liées au renseignement, en utilisant « une approche coordonnée et une collaboration non traditionnelle » pour « réduire le risque cybernétique ».

« Nous voulons un monde de collaboration, c’est pourquoi nous sommes en train de construire un réseau de cyber-volontaires à partir des capacités et de la volonté afin de travailler collectivement pour atteindre la cyber-paix »

Duguin, qui fait également partie du conseil consultatif du Forum mondial sur la Cyber-Expertise, a récemment lancé l’initiative Cyber4Healthcare, un service de cybersécurité « gratuit » destiné aux prestataires de soins de santé qui luttent contre la pandémie de COVID-19. L’initiative Cyber4Healthcare compte parmi ses principaux partenaires BI.ZONE ainsi que Microsoft et la Global Cyber Alliance. Il s’agit d’un autre service de cybersécurité gratuit lié à Microsoft qui est actuellement proposé et adopté par les prestataires de soins de santé du monde entier, à un moment où les avertissements d’une cyberattaque imminente contre les systèmes de santé dans le monde entier sont de plus en plus publics.

Dhanya Thakkar, vice-président senior de l’AMEA chez Trend Micro, qui se présente en ligne comme l’un des principaux « influenceurs en cybersécurité » du réseau LinkedIn de l’ANASE, et Wendi Whitmore, vice-président d’IBM X-Force Threat Intelligence, ont ensuite abordé le sujet « Connaître son ennemi : comment la crise modifie-t-elle le paysage des cybermenaces ? » La présence d’IBM est notable en raison des relations de longue date de la société avec la CIA, qui remontent au début de la Guerre froide. L’entreprise s’est tellement enracinée que la CIA a récemment recruté son directeur de l’information directement chez IBM Federal. Avant de rejoindre IBM, Whitmore a occupé des postes de direction au sein des sociétés technologiques de cybersécurité CrowdStrike et Mandiant, basées en Californie, cette dernière ayant été rachetée par FireEye dans le cadre d’une opération en actions et en espèces d’une valeur supérieure à un milliard de dollars. Whitmore était responsable des « services professionnels ». Il est à noter que CrowdStrike et Mandiant/FireEye sont les deux organisations clés qui mènent l’enquête sur le récent piratage de SolarWinds, que les services de renseignement américains ont imputé à un « hacker russe » sans fournir aucune preuve. Whitmore a commencé sa carrière en tant qu’agent spécial chargé des enquêtes sur les crimes informatiques au sein du Bureau des Enquêtes spéciales de l’armée de l’air.

Jacqueline Kernot, la « partenaire en cybersécurité » australienne d’Ernst and Young, et Hector Rodriguez, vice-président senior et responsable régional des risques pour Visa, ont ensuite discuté de la manière de se préparer aux cyberattaques. Kernot a travaillé pendant plus de 25 ans comme officier militaire pour le Corps de Renseignement australien et a passé deux ans à travailler pour IBM Defence|Space|Intelligence pour Tivoli Software au Royaume-Uni avec « des responsabilités internationales au sein du Ministère de la Défense britannique, des Defence Primes et de l’OTAN ». Ernst and Young et Visa, ainsi que d’autres sociétés liées au FEM telles que Salesforce, sont bien représentées au sein du Conseil exclusif du Vatican pour le Capitalisme inclusif. Le Conseil, tout comme le FEM, appelle à une reconstruction du système économique plus « durable », « inclusive » et « dynamique » en « exploitant le pouvoir du secteur privé ».

Troels Ørting Jørgensen, président du conseil consultatif du Centre pour la Cybersécurité du Forum économique mondial, et Jürgen Stock, secrétaire général danois d’INTERPOL, se sont également exprimés ensemble à Cyber Polygone sur les changements survenus dans la cybercriminalité mondiale au cours de l’année précédente. Quelques mois après avoir participé à Cyber Polygone, l’Autorité danoise de Surveillance financière a annoncé dans un communiqué officiel que « Troels Ørting a notifié au Ministère des Affaires commerciales qu’il démissionnait du conseil d’administration de l’Autorité danoise de Surveillance financière ». Citant des sources anonymes, le service d’information financière danois FinansWatch a rapporté que, entre 2015 et 2018, alors qu’il était employé comme chef de la sécurité de la banque Barclays, Ørting avait été une figure clé dans la chasse à un dénonciateur qui avait exposé la même activité criminelle que celle contre laquelle Ørting s’était battu pendant Cyber Polygone.

« Nous devons poursuivre le rythme d’introduction des règles de cyber hygiène car les criminels ne veulent pas investir 1 dollar pour voler 50 cents, ils veulent que cela soit automatisé, donc si c’est trop difficile, ils passeront à quelqu’un d’autre »

L’homme qui parlait aux côtés d’Ørting, Jürgen Stock, est un ancien policier, criminologue et avocat allemand. Il a été élu pour un second mandat en tant que secrétaire général d’INTERPOL en 2019, mandat qui dure généralement cinq ans. Craig Jones, le directeur de la cybercriminalité à INTERPOL, s’est également joint à la discussion lors du Cyber Polygone 2020. Le Néo-Zélandais a passé 27 ans dans les forces de l’ordre et est considéré comme un expert en matière d’enquêtes sur la cybercriminalité. Il a précédemment occupé plusieurs postes de direction dans les services de police britanniques, et plus récemment à la National Crime Agency.

Petr Gorodov et John Crain ont été brièvement interviewés lors de l’événement Cyber Polygone 2020. Gorodov est le chef de la Direction générale des Relations internationales et de l’Assistance juridique du Bureau du Procureur général de la Fédération de Russie et il siège également à la Commission de Contrôle des Fichiers d’INTERPOL. Il fait partie de la Chambre des Requêtes d’INTERPOL, qui examine et décide des demandes d’accès aux données ainsi que des demandes de correction et/ou de suppression des données traitées dans le système d’information d’INTERPOL. John Crain est responsable de la sécurité, de la stabilité et de la résilience à l’ICANN, la société à but non lucratif de sécurité Internet. Il est actuellement responsable de la gestion du serveur L-Root, l’un des treize serveurs racine de l’internet, ce qui rend sa participation à la simulation particulièrement notable. À Cyber Polygone 2020, il a promu une « solution à long terme de collaboration au sein de la communauté de la cybersécurité ».

Le mot de la fin de Cyber Polygone 2020 a été prononcé par Stanislav Kuznetsov, vice-président du conseil d’administration de la Sberbank. Il est également membre du conseil d’administration de la fondation caritative de Sberbank « Contribution to the Future », un projet qui vise à intéresser les écoliers russes de la septième à la onzième année d’études à l’intelligence artificielle, à l’apprentissage automatique et à l’analyse des données, et à les aider à développer des compétences en mathématiques et en programmation. Kuznetsov a étudié à l’Institut de droit du Ministère des Affaires intérieures de la Fédération de Russie.

L’événement principal : Entrez dans le Polygone

Participants à l’événement Cyber Polygone 2020, source : https://cyberpolygon.com/

La simulation Cyber Polygone 2020 a vu 120 équipes de 29 pays prendre part à la simulation technique de cybersécurité. Pendant l’événement en ligne, les participants « exercent les actions de l’équipe d’intervention dans une attaque ciblée visant à voler des données confidentielles et à porter ainsi atteinte à la réputation de l’entreprise ». Deux équipes, la rouge et la bleue, se sont affrontées dans les simulations où l’Équipe rouge, composée des organisateurs de la formation de BI.ZONE, a simulé des cyberattaques et les membres de l’Équipe bleue ont tenté de protéger leurs segments de l’infrastructure de formation. La simulation réelle était composée de deux scénarios dans lesquels les différents sous-groupes composant les équipes pouvaient gagner des points.

Le premier scénario, appelé Défense, a permis aux participants de Cyber Polygone de s’entraîner à repousser une cyberattaque active APT (menace persistante avancée). L’objectif du scénario était de « développer des compétences pour repousser des cyberattaques ciblées sur un système critique pour l’entreprise ». L’infrastructure virtuelle de l’organisation fictive de la simulation comprenait un service qui traite les informations confidentielles des clients. Ce service est devenu le sujet d’intérêt d’un groupe d’APT qui prévoyait de voler des données confidentielles des utilisateurs et de les revendre sur le « darknet » pour en tirer un bénéfice financier et nuire à la réputation de l’entreprise. Le groupe APT a étudié le système cible à l’avance et a découvert plusieurs vulnérabilités critiques. Dans le scénario, le « gang » cybernétique prévoit d’attaquer le jour de l’exercice. Les participants impliqués ont été jugés sur leur capacité à faire face à l’attaque le plus rapidement possible, à minimiser la quantité d’informations volées et à maintenir la disponibilité du service. Les participants de l’Équipe bleue pouvaient utiliser toutes les applications et tous les outils pour protéger l’infrastructure et étaient également autorisés à corriger les vulnérabilités du système en améliorant le code de service.

Dans le second scénario, appelé Réponse, les équipes devaient enquêter sur l’incident en utilisant « les techniques classiques de la police scientifique et de la chasse aux menaces ». Sur la base des informations recueillies, les participants devaient composer un dossier qui aiderait les services de police à localiser les criminels. L’objectif du second scénario était de développer les compétences en matière d’enquête sur les incidents en utilisant le scénario dans lequel les cybercriminels ont accédé à un compte privilégié grâce à une attaque d’hameçonnage réussie.

Lorsque l’équipe de BI.ZONE a publié les résultats de la simulation, elle a intentionnellement évité d’utiliser les vrais noms des organisations afin de ne pas « déclencher une compétition entre les participants et de garder leurs résultats confidentiels ». Cependant, les équipes ont pu par la suite comparer leurs résultats avec les autres en utilisant un tableau de bord de base, et les hôtes ont pu analyser les données cruciales montrant les diverses faiblesses organisationnelles de chacune des équipes/institutions participantes.

Le rapport final indique que les résultats ont montré que « les banques et les entreprises du secteur des technologies de l’information ont fait preuve de la plus grande résilience. L’expertise en matière d’évaluation de la sécurité dans ces secteurs est assez bien développée, la médecine légale classique et la chasse aux menaces étant largement appliquées ». En termes simples, les équipes des banques et de l’industrie informatique semblaient mieux préparées que la plupart des autres secteurs pour enquêter sur les menaces et les traquer. Cependant, toutes les équipes impliquées se sont révélées moins que capables lorsqu’il s’agissait de la défense initiale contre une cyber-attaque, le rapport BI.ZONE indiquant que « 27% des équipes ont eu des difficultés à gagner des points pour le premier scénario, ce qui nous permet de conclure que certains des membres de l’équipe manquent ou ont une expertise insuffisante en matière d’évaluation de la sécurité et de protection des applications web ». En ce qui concerne la chasse aux menaces, le rapport indique que « 21% des équipes n’ont pas pu gagner un seul point pour le deuxième tour du deuxième scénario. Cela a été attribué au fait que la « chasse aux menaces » est une approche relativement nouvelle et que la majorité des organisations manquent d’expérience dans l’application de ses techniques dans la pratique ».

L’événement « Cyber Polygone 2020 » a révélé la faiblesse de la réaction défensive et de la résilience de l’homme en matière de cyberdéfense. Ce résultat convient aux entreprises de cybersécurité de haute technologie comme BI.ZONE qui souhaitent souligner la supériorité des produits de cybersécurité basés sur l’IA par rapport aux travailleurs humains « inefficaces ». Il convient également de noter que le fait que BI.ZONE ait acquis des connaissances sur les faiblesses institutionnelles mondiales grâce à la formation en matière de cyberdéfense pourrait être utile à sa société mère, la Sberbank, et à son tour au plus grand actionnaire de la Sberbank, le gouvernement russe.

Faire sortir la Russie du froid ?

Bien que les autorités de la Fédération de Russie aient l’habitude d’être en froid avec l’Occident, il semble y avoir un changement dans l’ordre habituel des nations. L’inclusion de la Russie en tant que leader dans une initiative mondiale de cybersécurité aussi importante est un peu surprenante, surtout après que la Russie ait été le bouc émissaire de choix pour toute cyberattaque commise contre une puissance occidentale pendant plusieurs années, plus récemment avec le piratage de SolarWinds aux États-Unis. Pourtant, il n’y a pas eu de tollé en Occident à propos de Cyber Polygone 2020, dans lequel une société détenue majoritairement par le gouvernement russe a pu prendre directement connaissance des faiblesses en matière de cyberdéfense des grandes institutions, banques et entreprises mondiales en accueillant l’exercice.

L’absence totale du récit du « piratage russe » à Cyber Polygone ainsi que le rôle de leader de la Russie lors de l’événement suggèrent soit qu’un changement géopolitique a eu lieu, soit que le récit du piratage russe communément déployé par les agences de renseignement aux États-Unis et en Europe est principalement destiné au grand public et non aux figures d’élite et aux décideurs politiques présents à Cyber Polygone.

Une autre possibilité pour la Russie de ne plus être traitée comme l’ennemi perpétuel du cyberespace est qu’elle soit entièrement d’accord avec le récit officiel sur le coronavirus et la cyberpandémie prétendument imminente. Cyber Polygone 2020 est apparu, en partie, comme une offensive de charme russe qui a été bien accueillie par la puissante élite. Tony Blair, qui a un jour tendu la main de la fausse réconciliation au nom de la communauté internationale au colonel Kadhafi, a souvent été impliqué dans ces exercices de diplomatie internationale au nom des élites dans les années qui ont suivi son départ de la fonction publique. Sa participation à cet exercice a peut-être eu pour but de faciliter le soutien des gouvernements occidentaux alignés sur le FEM en faveur d’une inclusion encore plus grande de la Russie dans la Grande Réinitialisation. Cela est dû en partie à l’effort du FEM pour amener les nations du BRICS comme la Chine et la Russie dans le giron de la Grande Réinitialisation, car c’est essentiel pour le succès de leur programme à l’échelle mondiale. Aujourd’hui, la Russie est le pionnier de ce nouveau modèle de systèmes financiers nationaux que le FEM soutient par la création par la Sberbank d’un monopole numérique non seulement des services financiers mais de tous les services au sein de la Fédération de Russie.

Cyber Polygone 2020 était à la fois une publicité pour les relations pro-russes et un exercice de promotion pour Klaus Schwab et la Grande Réinitialisation du Forum économique mondial. Certaines des personnes qui ont participé et soutenu l’événement Cyber Polygone sont impliquées aux plus hauts niveaux du cyber-espionnage ; certaines peuvent même avoir été des représentants non officiels de leur appareil national de renseignement d’État. La décision de plusieurs gouvernements nationaux de participer directement à la Grande Réinitialisation organisée par le FEM n’est pas une « théorie du complot ». Par exemple, le nouveau gouvernement Biden a dépêché son envoyé pour le climat, John Kerry, à la réunion annuelle du FEM le mois dernier, où Kerry a souligné l’engagement des États-Unis en faveur du programme de la Grande Réinitialisation et de la Quatrième Révolution industrielle qui y est associée et qui vise à automatiser la plupart des tâches actuellement effectuées par les humains. Les gouvernements de Russie, de Chine, des États-Unis, du Royaume-Uni, d’Israël, du Canada et de l’Inde, entre autres, ayant adhéré à ce programme transnational, il devient profondément troublant que des agents de haut rang des secteurs public et privé aient rejoint le FEM pour mener une simulation de crise qui bénéficierait clairement au programme de la Grande Réinitialisation.

Comme mentionné précédemment, le FEM a coparrainé une simulation d’une pandémie de coronavirus quelques mois avant l’événement réel. Peu après le début de la crise de COVID-19 en mars dernier, Schwab a fait remarquer que la crise pandémique était exactement ce qu’il fallait pour lancer la Grande Réinitialisation car elle a servi de catalyseur pratique pour commencer à remanier les économies, la gouvernance et la société sociale à l’échelle mondiale. Si les événements déstabilisateurs simulés à Cyber Polygone se produisent, il est probable que le FEM s’en félicitera également, étant donné qu’une défaillance critique du système financier mondial actuel permettrait l’introduction de nouveaux monopoles public-privé de type « écosystème numérique », comme ceux que la Sberbank est en train de mettre en place en Russie.

Cet effort de la Sberbank pour numériser et monopoliser l’accès à tous les services, tant privés que publics, peut être attrayant pour certains en raison de son apparente commodité. Cependant, il sera également emblématique de ce que nous pouvons attendre de la Grande Réinitialisation de Schwab – des monopoles d’entités fusionnées des secteurs public et privé déguisés par le terme « capitalisme des parties prenantes ». Ce que le grand public ne réalise pas encore, c’est qu’il ne sera pas lui-même inclus parmi ces « parties prenantes », car la Grande Réinitialisation a été conçue par les banquiers et l’élite riche pour les banquiers et l’élite riche.

Quant à l’événement Cyber Polygone 2020, la prochaine cyberpandémie nous est prophétiquement jetée au visage, tout comme l’exercice de pandémie l’était avant l’apparition de la maladie proprement dite. Mais ces avertissements prophétiques ne viennent pas seulement du FEM. Par exemple, le chef de la Direction nationale des Cyberattaques d’Israël, Yigal Unna, a averti l’année dernière qu’un « hiver cybernétique » de cyberattaques « arrive et arrive plus vite que je ne le soupçonnais ». Au sein de la cyberdirection, Unna travaille en étroite collaboration avec les agences de renseignement israéliennes, dont la tristement célèbre Unité 8200, qui a une longue histoire d’espionnage électronique ciblant les États-Unis et d’autres pays et qui a été responsable de plusieurs piratages dévastateurs, dont le virus Stuxnet qui a endommagé le programme nucléaire iranien. Les services de renseignement israéliens sont également sur le point de figurer parmi les plus grands bénéficiaires de la Grande Réinitialisation en raison de la force du secteur de la haute technologie du pays. En outre, le mois dernier, la Banque centrale des Émirats Arabes Unis a suivi l’exemple de Cyber Polygone en menant sa toute première simulation de cyberattaque en coordination avec le secteur financier privé émirati. Les médias corporatistes, pour leur part, ont commencé cette année en affirmant que « les cyberattaques pourraient déclencher la prochaine crise pour les banques » et, depuis le 1er février, que « la prochaine cyberattaque est déjà en cours ».

Certains diront qu’une « cyberpandémie » est une conséquence inévitable du développement rapide du monde de la haute technologie dans lequel nous vivons, mais il est tout de même juste de souligner que 2021 est l’année que beaucoup prédisent pour la destruction financière des grandes institutions qui conduiront à de nouveaux systèmes économiques s’alignant sur la Grande Réinitialisation. L’effondrement inévitable du système bancaire mondial, résultant de la corruption et de la fraude hors normes qui sévissent depuis des décennies, se fera probablement par un effondrement contrôlé, qui permettrait aux riches banquiers et aux élites, comme ceux qui ont participé à Cyber Polygone, d’éviter d’être tenus pour responsables de leur pillage économique et de leurs activités criminelles.

Cela est particulièrement vrai pour la Deutsche Bank, qui participe à Cyber Polygone, dont l’effondrement inévitable a été ouvertement discuté pendant des années en raison de l’extrême corruption, de la fraude et de l’exposition massive aux produits dérivés de la banque. Fin 2019, quelques mois avant le début de la crise du COVID-19, le PDG de la Deutsche Bank a averti que les banques centrales ne disposaient plus d’outils pouvant répondre de manière adéquate à la prochaine « crise économique ». Il est certainement révélateur que des systèmes bancaires entièrement nouveaux, tels que le monopole monétaire numérique de la Sberbank, qui sera bientôt lancé, aient commencé à être développés au moment même où l’on commençait à reconnaître publiquement que les moyens traditionnels des banques centrales pour répondre aux calamités économiques n’étaient plus viables.

Une cyberattaque majeure, telle que celle simulée à Cyber Polygone 2020, permettrait de blâmer les pirates informatiques sans visage pour l’effondrement de l’économie, exonérant ainsi les véritables criminels financiers de toute responsabilité. De plus, en raison de la nature difficile des enquêtes sur les piratages et de la capacité des agences de renseignement à faire porter le chapeau aux autres États-nations pour les piratages qu’ils ont eux-mêmes commis, tout croque-mitaine de choix peut être blâmé, qu’il s’agisse d’un groupe de « terroristes intérieurs » ou d’un pays non aligné sur le FEM (pour l’instant, du moins) comme l’Iran ou la Corée du Nord. Entre les avertissements bien placés, les simulations et l’avantage évident pour l’élite mondiale qui a l’intention d’une Grande Réinitialisation, Cyber Polygone 2020 semble avoir servi non seulement son objectif déclaré publiquement, mais aussi ses arrière-pensées.

 Unlimited Hangout, le 5 février 2021

traduit par Réseau International

Rappels :

Vers la quarantaine électronique : Le général Richard Barrons annonce la fermeture d’Internet, sans doute en 2021

Daniel Estulin confirme les plans sataniques de l’élite

« Vous aurez bientôt à choisir : la liberté ou l’esclavage » (Catherine Austin Fitts)

Coronavirus, jeu de rôles de l’oligarchie mondialiste ?

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 55 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

41 commentaires pour De « l’Evénement 201 » à « Cyber Polygone » – Simulation d’une « cyberpandémie » à venir au Forum de Davos

  1. parabellum666 dit :

    « Deutsche Bank, Rothschild et Troika Dialog ont agi en tant que conseillers financiers de la Sberbank. Linklaters LLP et Taboglu étaient les conseillers juridiques de Sberbank, tandis que KPMG effectuait une diligence raisonnable financière et fiscale pour le compte de Sberbank… »

    https://www.sberbank.at/press-releases/sberbank-announces-agreement-acquire-9985-denizbank

    Heureux les rêveurs…
    Ils ont la tête dans les étoiles…

  2. Alcide dit :

    Allez-y ! Fermez tout et qu’on en finisse avec vous.

    Si les banques ferment en gardant malicieusement votre argent au prétexte de cette fumeuse attaque, ce n’est pas grave, vous profiterez de la bagarre générale au Carouf du coin pour passer votre dernier caddie rempli à raz-bord et après, plus d’électricité et plus d’eau ?
    Il y en a toujours au domicile des zélites locales avec plein de bonnes bouteilles qui remplacent avantageusement la flotte au fluor du robinet, vous suivez la foule avec ses torches et vous vous servez.

    La coupure du Net n’effraie que les moutons branchés.

    • zorba44 dit :

      Il faut un peu s’acccrocher pour décrypter cet article documenté d’Olivier.

      Mishutin et Sberbank (quelle ironie une institution créée par Nicolas 1er il y a 179 ans pour sécuriser l’épargne !) sont deux noms à retenir dans le scénario de cyberattaque.

      Toute la mouvance un peu nébuleuse identifiée autour du FME et du sinistre Schwab pour bien nous faire comprendre ce qui nous attend.

      Il est bien clair qu’une cyberattaque sera programmée et bien ordonnée et non pas ce false exercice contre les cyberattaques, afin de casser définitivement « ceux qui ne sont rien »

      De l’aveu de la Deutsche bank les banques centrales n’ont plus les moyens d’aider les banques ; ceci signifie que toutes les injections sont vouées à être aspirées dans le maelström de la dette plus vite encore que les masses monétaires injectées. En ce sens cela veut dire que tout le système bancaire est en voie d’assêchement.

      Les monnaies digitales seront diffusées (aux plus hauts « cours ») afin de remplacer la monnaie scripturale.

      Pour le moment ce qui fait échec à ce tsunami financier se tient dans l’échec de la vaccination. Les peuples se raidissent et vont continuer à se raidir contre leur destruction en masse.

      Dernier point : la coordination en masse de cyberattaques ciblées n’est pas mince affaire et, pour corser le tout, il y a de forts potentiels d’attaquants dissidents et incontrôlés capables, au bon moment, de semer la pagaille et le bordel dans la confusion la plus totale. A l’instar du coronononosse ce n’est pas gagné d’avance,

      Donc, des réserves d’eau (et de bonnes bouteilles !), de nourriture, de bois de chauffage (et de cuissons) sans oublier quelques essentiels de bon sens…

      Priez pour que l’hiver se termine vite et que sautent les gouvernements en nombre !
      Résistez, oui résistez de toutes vos forces …résistez !

      Jean LENOIR

  3. Danse dit :

    Mille merci Olivier d’avoir trouvé cet article en français ! Depuis sa parution, je voulais le poster et j’avais commencé à en traduire des extraits en français, mais pas encore eu le temps de finaliser.
    Il faut surveiller tout ce qui vient de Whitney Webb et de ses collaborateurs. Unlimited Hangout est son site, mais elle est interviewée sur de multiples sites déjà depuis quelques années, c’est une personne intacte qui voit les choses en arborescence et en réseau, comme je crois tout être Humain non trafiqué et non convaincu de « son » impuissance.

    ===ARME DE MODIFICATION DE L’ESPACE-TEMPS :===
    Il s’agit d’une deuxième information que j’avais évoquée mais que je n’ai pas eu le temps de mettre en forme pour un post, pourtant elle est au moins aussi importante et urgente à connaître. Je vous la livre ici sous la forme de plusieurs liens, que je n’ai pas eu le temps de lire pour les comparer avec les sources en anglais que j’avais lues en premier :

    Salvatore Pais, le scientifique derrière les « brevets d …
    https://guyboulianne.com/2019/10/15/salvatore-pais-le-scientifique-derriere-les-brevets-dovni-en-a-maintenant-depose-un-pour-un-reacteur-a-fusion-compact/
    Le brevet pour le « dispositif de fusion au plasma » de Pais a été déposé le 22 mars 2018 et vient d’être publié le 26 septembre 2019.

    Guerres Mondiales » Les documents du « brevet OVNI » de la …
    https://www.guerresmondiales.com/2021/01/28/les-documents-du-brevet-ovni-de-la-marine-parlent-de-larme-de-modification-de-lespace-temps-des-tests-experimentaux-detailles/
    Les documents du « brevet OVNI » de la marine parlent de « l’arme de modification de l’espace-temps », des tests expérimentaux détaillés. Dans une lettre, Bill Gates appelle à se préparer à la prochaine pandémie comme on prépare une guerre. La Chine organisera des exercices militaires dans le golfe du Tonkin du 27 janvier au 30 janvier . Les documents du « brevet OVNI » de la …

    The Warzone : un scientifique derrière les « brevets d’OVNI …
    https://mufonfrance.com/2019/10/the-warzone-un-scientifique-derriere-les-brevets-dovni-de-la-marine-americaine-en-a-depose-un-pour-un-reacteur-a-fusion-compact/
    Oui, certains se demanderont probablement si cela pourrait être la source d’énergie qui accompagne ses autres « brevets d’OVNIS » récents – le moteur nécessaire pour compléter un engin apparemment d’un autre monde. Le traitement de ces brevets et leur relation potentielle les uns avec les autres sont pour le moins intrigants. Pour être franc, à The War Zone , nous n’avons …

    L’inventeur des « brevets OVNI » secrets de la marine US s …
    https://pressegalactique.com/2020/02/03/linventeur-des-brevets-ovni-secrets-de-la-marine-us-sexprime-enfin/?print=pdf
    L’inventeur des « brevets OVNI » secrets de la marine US s’exprime enfin par BRETT TINGLEY et TYLER ROGOWAY Au cours des six derniers mois, The War Zone a fait un reportage approfondi sur un ensemble de brevets bizarres attribués à la marine américaine. Ces brevets, qui sont tous le fruit d’un seul inventeur, ressemblent vraiment à de la science-fiction et comprennent des …

    Les e-mails montrent que les brevets sur les OVNI de la …
    https://eveilhomme.com/2020/12/27/les-e-mails-montrent-que-les-brevets-sur-les-ovni-de-la-marine-de-larmee-des-usa-ont-fait-lobjet-dun-examen-interne-important-qui-a-abouti-a-des-demonstrations-experimentales/
    Les e-mails montrent que les brevets sur les OVNI de la marine de l’armée des USA ont fait l’objet d’un examen interne important, qui a abouti à des démonstrations expérimentales. Plus nous en apprenons sur les inventions bizarres que le Dr Salvatore Pais a brevetées au nom de la Marine, plus nous nous posons de questions.

    ===Reliées aux informations ci-dessus, il y a des « remote-viewings » d’Edward Riordan dont je reviendrai poster l’essentiel du contenu. « ILS » ESSAIENT DE CRÉER UN AUTRE UNIVERS…
    Si quelqu’un a trouvé des traductions en français, merci de me le faire savoir !

  4. Danse dit :

    Sur la guerre contre l’Humanité, voici un article de 2017 que je voulais poster : « la DARPA finance un projet d’extinction de gènes qui pourrait effacer des races entières, juste au moment où l’armée reconnaît collecter des échantillons biologiques russes »…

    FOIA Docs Reveal US Military Developing Genetic Extinction Technologies
    https://www.thelastamericanvagabond.com/foia-docs-reveal-us-military-developing-genetic-extinction-technologies/
    Posted on December 7, 2017 Author Jay SyrmopoulosComment(0)
    A FOIA request has revealed that DARPA is funding a ‘gene extinction’ project that could wipe out entire races, just as the military admits to harvesting Russian biosamples.
    Washington, D.C. – (TFTP) A secretive US military technology agency, known as the Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), is investing $100m into “gene drive” research in an effort to procure GENETIC EXTINCTION TECHNOLOGIES according to emails released under freedom of information rules.

    The documents reveal that DARPA has become the world’s leading source of funding for genetic extinction technology. This information comes as a panel of experts with the UN Convention on Biological Diversity (CBD) meet to debate whether to impose a moratorium on gene research after several southern countries expressed fear of a potential military application.
    (…)
    According to the report in The Guardian:
    Interest in the technology among US army bureaus has shot up since a secret report by the elite Jason group of military scientists last year “received considerable attention among various agencies of the US government”, according to an email by Gerald Joyce, who co-chaired a Jason study group in June.
    A second Jason report was commissioned in 2017 assessing “potential threats this technology might pose in the hands of an adversary, technical obstacles that must be overcome to develop gene drive technology and employ it ‘in the wild’,” Joyce wrote.

    The paper would not be publicly disclosed but “widely circulated within the US intelligence and broader national security community”, his email said.

    Interestingly, just a little over a month ago, Russian President Vladimir Putin made, what seemed at the time, an outlandish claim that some shadowy entity – possibly with ties to the United States – had been collecting biological tissues from Russians from different ethnic groups.
    “Do you know that biological material is being collected all over the country, from different ethnic groups and people living in different geographical regions of the Russian Federation? The question is – why is it being done? It’s being done purposefully and professionally. We are a kind of object of great interest,” Putin told Russia’s Human Rights Council, without making any specific accusations of who was behind the collection of biological samples.
    “Let them do what they want, and we must do what we must,” he said.
    (…)
    Eyebrows were first raised in July when the AETC issued a tender seeking to acquire samples of ribonucleic acid and synovial fluid from Russians, adding that all samples (12 RNA and 27 synovial fluid) “shall be collected from Russia and must be Caucasian.” The Air Force said it wouldn’t collect samples from Ukrainians, but didn’t specify why.

    Although some initially discounted Putin’s statements as a conspiracy theory, in fact, he was correct in his assertion: The group responsible for the tissue collection was identified as none other than the US Air Force.
    (…)
    “I’m not saying that it is about preparing a biological war against Russia. But its scenarios, are, no doubt, being worked on. That is to say, IN CASE THE NEED SUDDENLY ARISES,” Franz Klintsevich, the first deputy chairman of the Federation Council’s Committee for Defense and Security, wrote on Facebook.
    “It is also no secret that different ethnic groups react differently to biological weapons. Hence the collection of the biological material from Russians living in different geographical locations. In the west, everything is done extremely scrupulously and is verified up to the tiniest detail,” Klintsevich added.

  5. Danse dit :

    Sur la guerre contre l’Humanité, une réflexion profonde de Cynthia Chung en français :

    UN MONDE ORWELLIEN, OU PLUTÔT ORWELLSIEN ? COMMENT LES « TEMPS À VENIR » DE H.G. WELLS SONT ARRIVÉS
    http://www.entelekheia.fr/2021/01/19/un-monde-orwellien-ou-plutot-orwellsien-comment-les-temps-a-venir-de-h-g-wells-sont-arrives/
    Paru sur Strategic Culture Foundation sous le titre An OrWELLSian Purge? Why H.G. Wells’ ‘The Shape of Things to Come’ Has Arrived Today https://www.strategic-culture.org/news/2021/01/15/an-orwellsian-purge-why-wells-shape-things-come-has-arrived-today/

    Où l’on découvre, entre autres, que les idées d’H.G. Wells, qui ont nourri la réflexion de l’Occident libéral moderne, ses prétentions à l’universalisme, son culte de la performance, ses nouvelles approches scientistes telles que le transhumanisme visant à créer des « hommes supérieurs », ou encore son accent sur le modèle du « winner » parfaitement amoral, délivré de ses « tabous » et situé « au delà du bien et du mal » (en d’autres termes déshumanisé), ne différaient en rien de celles d’Hitler…
    (…)
    « Il est devenu évident que des masses entières de population humaine sont, dans l’ensemble, inférieures à d’autres masses dans leurs attentes sur l’avenir, qu’on ne peut pas leur donner d’opportunités ou leur faire assez confiance pour leur donner du pouvoir comme on fait confiance aux peuples supérieurs, que leurs faiblesses caractéristiques sont contagieuses et nuisent au tissu civilisateur, et que leur éventail d’incapacités tente les forts et les démoralise. Leur donner l’égalité, c’est s’abaisser à leur niveau. Les protéger et les chérir, c’est être noyé dans leur fécondité. »
    – H.G. Wells dans « Anticipations : de l’influence du progrès mécanique et scientifique sur la vie et la pensée humaines » (« Anticipations : Of the Reaction of Mechanical and Scientific Progress upon Human Life and Thought », 1901, non traduit en français)

    Dans « The Shape of Things to Come: The Ultimate Revolution » (« Une Histoire des temps à venir », 1933), H.G. Wells prédit avec optimisme qu’il y aura une autre guerre mondiale dans quelques années, suivie d’une épidémie et d’une famine. Dans ce futur fictionnel, la guerre perdure pendant trente ans, jusque dans les années 1960, bien qu’entretemps, les gens aient oublié pourquoi ils se battent. L’humanité entre dans un nouvel Âge sombre. Dans une dernière tentative de victoire, l’ennemi déploie une arme biologique qui provoque la « maladie de l’errance », créant les premiers zombies, et en 1970, la population mondiale est tombée à un peu moins d’un milliard.

    Bien que ce soit décrit comme épouvantable, c’est en même temps décrit comme une nécessité – un « Grand Reset », pour rétablir l’ « équilibre ». C’est seulement avec cette réduction de la population que le monde peut commencer à se reconstruire à partir de son précédent chaos, et entrer dans sa nouvelle phase d’évolution en tant qu’espèce biologiquement supérieure – l’espèce inférieure ayant été éliminée par la guerre et la maladie – gérée par un système bureaucratique sous la forme d’un gouvernement mondial.
    C’est la science-fiction de H.G. Wells, et c’est le thème central de tout ce qu’il a écrit, y compris de ses œuvres de non-fiction. Les moyens de réduire la population mondiale était un dilemme pour Wells… non pas la réduction en elle-même, MAIS LA PENSÉE DE GENS QUI SERAIENT ASSEZ STUPIDES POUR S’Y OPPOSER.

    Vous savez, certains considéraient que l’espèce humaine s’était retrouvée en crise dans les années 1900. (…) Pas la guerre, pas la maladie, pas la famine, pas la pauvreté, mais LA CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE A ÉTÉ DÉFINIE COMME LE DÉSASTRE de tout un siècle.
    (…)
    A travers Huxley, la conception de Wells de la nature de l’humanité s’est formée sur les fondements des philosophies de Charles Darwin et Thomas Malthus. Comme Wells était très influencé par ces hommes, et qu’ils constituent de fait la base même de sa morale, j’ai jugé opportun de partager avec vous quelques citations.

    Dans son « Essai sur le principe de population » (1799), Thomas Malthus a écrit :
    « Nous devrions faciliter, au lieu de tenter en vain et sottement de les entraver, les opérations de la nature qui produisent de la mortalité ; et si nous redoutons la fréquentation trop fréquente de l’horrible famine, nous devrions encourager les autres formes de destruction que nous contraignons la nature à utiliser. Dans nos villes, nous devrions rendre les rues plus étroites, entasser plus de gens dans les maisons, et courtiser le retour de la peste. »
    (…)
    Dans « La Filiation de l’homme », Charles Darwin, bien que spirituellement très en conflit avec les conséquences sociales de ses philosophies, expose ses réflexions sur l’élevage de bétail :
    « Aucun de ceux qui se sont penchés sur l’élevage d’animaux domestiques ne douteront que cela soit très insultant envers la race humaine. Il est surprenant de voir à quel point un manque de soins, ou des soins mal faits, conduisent à la dégénérescence d’une race animale ; mais à part dans le cas de l’homme lui-même, PRESQUE PERSONNE N’EST IGNORANT AU POINT DE PERMETTRE À SES ANIMAUX DE MOINDRE VALEUR DE SE REPRODUIRE. »

    Au crédit de Darwin (bien que le mal ait été fait), il a inclus un avertissement dans sa « Filiation de l’homme », selon lequel si l’humanité devait prendre sur elle l’application des supposées « forces de la nature », ce serait au prix de ses « plus nobles qualités ».
    Comme l’affirme Darwin :
    « Nous ne pourrions pas non plus bannir NOTRE EMPATHIE, même sous l’impulsion de la raison, sans que la partie la plus noble de notre nature ne se DÉTÉRIORE. Le chirurgien peut s’endurcir en pratiquant une opération, car il sait qu’il agit pour le bien de son patient ; mais si nous négligions intentionnellement les faibles et les impuissants, ce ne pourrait être que pour un bénéfice contingent, et un mal immédiat écrasant. »

    De Darwin, Malthus, Huxley et Wells, Darwin était de loin le plus troublé par les conséquences sociales de ce qu’il croyait être une nécessité. Pourtant, il n’a jamais pu déterminer pourquoi quelque chose de nécessaire pouvait être si mentalement destructeur, et cette incapacité à concilier ces deux pensées opposées allait lui coûter cher. À la fin de sa vie, dans son autobiographie, il a décrit son incapacité à éprouver du plaisir dans la vie : (2)

    « J’ai dit qu’à un certain égard, mon esprit a changé au cours des vingt ou trente dernières années. Jusqu’à l’âge de trente ans, ou au-delà, la poésie de toutes sortes m’a procuré un grand plaisir, et même en tant qu’écolier, je prenais un plaisir intense à Shakespeare, en particulier dans les pièces historiques… la musique [était] un très grand plaisir. Mais maintenant, depuis de nombreuses années, je ne peux plus supporter de lire un vers de poésie : J’ai essayé récemment de lire Shakespeare, et je l’ai trouvé si intolérablement ennuyeux qu’il m’a donné la nausée. J’ai aussi presque perdu mon goût pour la musique… MON ESPRIT SEMBLE ÊTRE DEVENU UNE SORTE DE MACHINE à broyer des lois générales à partir de grandes quantités de faits, mais pourquoi cela aurait-il dû provoquer l’atrophie de cette partie du cerveau dont dépendent les goûts supérieurs, je ne peux pas le comprendre…
    La perte de ces goûts est une perte de bonheur, et peut éventuellement être préjudiciable à l’intellect et plus probablement au caractère moral, en affaiblissant la part affective de notre nature. » [*]

    Quelle est la valeur de la vie, si en luttant pour notre soi-disant « survie » NOUS PERDONS NOS PLUS NOBLES QUALITÉS ? Pourquoi devrions-nous sacrifier nos meilleures qualités dans un compromis humiliant, pour un « bénéfice contingent » et « un mal écrasant » ?
    (…)
    La vision de Wells pour une Nouvelle République contre le Peuple de l’abîme
    Dans les « Anticipations » de Wells, publiées en 1901, il écrit que des « MASSES NUISIBLES, IMPUISSANTES ET PAUVRES » sont apparues, se répandant comme les systèmes ferroviaires se sont répandus, et représentant une partie intégrante du processus d’industrialisation, comme les déchets d’un organisme sain. Pour ces « grandes masses inutiles », il adopte le terme de « Peuple de l’abîme » et prédit que la « nation qui s’occupera le plus résolument de son Peuple de l’abîme, l’éduquera, le STÉRILISERA, le déportera ou l’empoisonnera » sera en ascension. (4)

    Le système moral établi dans la Nouvelle République de Wells interdit la croissance du « Peuple de l’abîme ». Dans le passé, la nature les a tués, et dans certains cas, il sera encore nécessaire de les tuer. Et nous ne devrions pas être effrayés par cette tâche, selon M. Wells. Pour ces gens, LA MORT signifiera simplement « LA FIN DE L’AMERTUME DE L’ÉCHEC, l’oblitération miséricordieuse des choses faibles, idiotes et inutiles ». Il est clair pour Wells que la réalisation de cet objectif sera moralement justifiable :

    « La nouvelle morale considérera la vie comme un privilège et une responsabilité, et non comme une sorte de refuge nocturne pour des esprits vils venus du néant ; et l’alternative pour ceux qui se conduisent bien sera soit de vivre pleinement, magnifiquement et efficacement, soit de mourir. Pour une multitude de créatures méprisables et idiotes, animées par la peur, impuissantes et inutiles, malheureuses ou haineuses, heureuses au milieu d’un déshonneur sordide, faibles, laides, inefficaces, nées de bas instincts effrénés, et qui se multiplient par pure concupiscence et stupidité, LES HOMMES DE LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE AURONT PEU DE PITIÉ ET ENCORE MOINS DE BIENVEILLANCE. »

    Si « toute la teneur des actions d’un homme » montre qu’il est inapte à vivre, les Nouveaux Républicains l’extermineront. Ils n’auront pas peur d’infliger la mort, car ils auront une idée plus précise des possibilités de la vie. « Ils auront un idéal qui justifiera pleinement ces meurtres. » Le meurtre, explique Wells, ne sera pas inutilement brutal. « Tous ces meurtres seront réalisés avec DES OPIACÉS. »
    (…)
    Je ne pense pas que ce soit une coïncidence si notre industrie du divertissement actuelle, si saturée par l’influence de la propagande de Wells, est obsédée par le thème d’un monde post-apocalyptique, avec UN RETOUR CONSTANT DU JEU DE LA MORT dont les avatars sont testés sur leur capacité à survivre à tout prix. À travers ces aventures, nous, les spectateurs, sommes amenés et apprenons à ressentir le frisson de la chasse, la catharsis de la matraque, le défoulement engendré par le chaos. Car nous sommes les enfants de la révolution ultime, à l’aube de la grande purge.

    La Religion moderne : Un esprit collectif orwellien
    Dans « La Conspiration au grand jour » de H.G. Wells, il n’hésite pas à déclarer que sa trilogie « Les grandes lignes de l’histoire » (1919), « La science de la vie » (1929), et « Le travail, la richesse et le bonheur de l’humanité » (1932) forme une nouvelle Bible :
    (…)
    De sa vision d’une « Religion moderne », Wells a écrit :
    « … si la religion doit développer un pouvoir unificateur et de direction dans la confusion actuelle des affaires humaines, elle doit s’adapter à une tournure d’esprit tournée vers l’avenir et l’analyse de l’individualité ; elle doit se défaire de son histoire du sacré… Le désir de servir, de subordination, d’échapper à la mesquinerie et à la mortalité désolantes de la vie individuelle, est l’élément infrangible de tout système religieux.
    Le temps est venu de réduire la religion à cela seul [LE SERVICE ET LA SUBORDINATION SONT TOUT CE QUE WELLS VEUT GARDER DE L’ANCIENNE RELIQUE QU’EST LA RELIGION]… L’explication du pourquoi des choses est un effort inutile… Le fait essentiel… est le désir de religion et non pas la façon dont il est né… La première phrase du credo moderne doit être, non pas « je crois », mais « je m’engage. »

    Et à quoi devons-nous nous « engager » sans nous poser de questions, mais avec une foi aveugle et une adoration envers ce qu’on nous dit être LE BIEN ?
    Wells nous l’explique ainsi :

    « Le caractère de la CONSPIRATION AU GRAND JOUR sera désormais affiché. Elle sera devenue un grand mouvement mondial aussi répandu et évident que le socialisme ou le communisme. Elle aura très largement pris la place de ces mouvements. Elle sera plus que ces derniers, elle sera franchement une religion mondiale. Cette grande MASSE D’ASSIMILATION DE MOUVEMENTS, de groupes et de sociétés tentera évidemment d’englober toute la population du monde et de devenir la nouvelle communauté humaine. » (11)

    Conclusion
    Dans le film « Rope » (« La Corde », 1948) d’Alfred Hitchcock, deux étudiants de Harvard assassinent un de leurs amis pour faire l’expérience du « crime parfait » et démontrer leur supériorité intellectuelle.
    (…)
    En fait, c’est Rupert qui a enseigné aux deux jeunes hommes que « le meurtre est un crime pour la plupart des hommes, mais un privilège pour une minorité ». Cela s’explique par sa conviction selon laquelle « LES CONCEPTS MORAUX DE BIEN ET DE MAL NE CONCERNENT PAS L’ÊTRE SUPÉRIEUR ».
    (…)
    Pour faire court, après que tous les invités soient partis, seuls Rupert et les deux jeunes assassins restent dans l’appartement. Rupert découvre qu’ils ont assassiné David (qui était aussi un de ses étudiants). Il ouvre le coffre et trouve le corps. Horrifié et écœuré, il demande « pourquoi avez-vous fait cela ? » Ils lui répondent, bien sûr : « Nous avons simplement fait ce dont vous parliez toujours ».

    CONFRONTÉ À LA CONCRÉTISATION DE SES PAROLES, Rupert a honte d’être en partie responsable de cette scène macabre. Cependant, Rupert affirme qu’ « il y avait toujours, au fond de moi, quelque chose qui M’EMPÊCHAIT DE PASSER À L’ACTE », en d’autres termes, il n’avait jamais cru possible que quelqu’un ait réellement en lui la capacité de passer à l’acte.

    C’est à ce moment que Rupert réalise que ce n’est pas, en fait, l’être supérieur qui est capable de commettre un meurtre, MAIS LE FOU CRIMINEL. Que l’idée de purger le monde de ses « inférieurs », débarrasserait le monde DE SES ÊTRES LES PLUS AIMANTS ET LES PLUS ÉTHIQUES, leurs traits de caractère étant considérés comme intolérablement stupides et faibles.

    En fin de compte, nous nous retrouverions avec LA LIE DE L’HUMANITÉ : UNE RACE HUMAINE QUI SE SERAIT CANNIBALISÉE

    • Pierson dit :

      * Cher Olivier ;Je viens d’être victime d’intimidation et d’avertissement de la part de Facebook pour avoir publié simplement votre article ! Où est la liberté d’opinion dès que l’on égratigne les Puissants qui nous régentent à l’échelon planétaire .. et cela vient des USA !!! D’après eux ; il s’agit d’1 fakenews démentie par plusieurs organismes sans apporter ni précisions, ni arguments ==> Je leur ai répondu ceci : « En ce cas, adressez-vous à Mr Demeulenaere pour lui intenter 1 procès en diffamation et non pas à ses lecteurs… La liberté d’opinion existe encore en France ; Mrs les superviseurs de Facebook, que je sache, mais peut-être plus aux USA ? »

  6. parabellum666 dit :

    🚨🚨🚨Mr Godicheau🚨🚨🚨

    Mr Godicheau s’appuie sur le test Lewino publié en 1986 dans Le Nouvel Observateur…
    On ne trouve quasiment rien si ce n’est rien sur le web à propos de ce test…
    Mr Lewino…

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Walter_Lewino

    Je serais toujours fasciné par les gens qui meurent le jour de leur anniversaire…
    Du 18 janvier au 18 janvier…

    Quel bon outil pour les recruteurs et manipulateurs du système…
    Notre petit Emmanuel et sa contrôleuse jésuite a peut-être brillé lors de ce test…
    Qui sait…?

    Ce test a pour but de classifier les hommes politiques en fonctions de leurs penchants…
    Tête…cœur…portefeuille…
    Tête à gauche ou droite ou centre…
    Pareil pour le cœur et le portefeuille…
    Avec attribution de notes…
    La tête de -14 à +14
    Le cœur de -15 à + 15
    Le portefeuille de -15 à + 20 environ…

    Je vais attaquer le chapitre 6…
    Jusqu’à présent Mr Godicheau nous fait une revue historique de quelques hommes politiques français…à partir du fameux test…
    Le livre de Mr Godicheau date de 2014…

    Page 28…
    « Certains hommes politiques comme Georges Pompidou ou Alain Peyrefitte,plus à droite,se sont relativement extraits de cette médiocrité et se sont approchés de l’excellence, du moins pour leur note globale, mais ils demeurent des exceptions. »

    Là Mr Godicheau…sur le web vous allez vous faire des potes…😀

    La loi Pompidou-Giscard de 1973 sur la Banque de France, dite « loi Rothschild…?

    Page 30…

    « On ne peut pas parler de la classe politique française de 1945 à nos jours sans parler du général de Gaulle. Outre qu’il a incarné pendant la deuxième guerre mondiale la continuation d’une nation française libre, apte à continuer le combat, il a doté la France, à son retour au pouvoir, d’instruments de puissances essentielles, comme le programme nucléaire militaire et la force de frappe. »

    Vous auriez pu ajouter…et le retour des francs-maçons…

    Page 32…

    « Pour disséquer Pompidou à la Lewino, je dirais qu’il avait le cœur à droite, la tête au centre et le portefeuille à droite (l’homme des banquiers et du grand « kapital » selon ma terminologie de l’époque.)

    Portefeuille à droite?
    (Le portefeuille à des poumons Mr Godicheau…et ceux-ci sont à gauche…
    Par nécessité à l’accomplissement d’un certain programme…)

    La longue liste des travers de Pompidou que vous dressez montre bien que la seule science du type était d’être conseillé…
    Tout comme…
    Le même fondé de pouvoir de la même banque actuellement à l’Élysée…
    Des marionnettes…

    Sur Peyreffitte…

    Page 33…

    « Comme Pompidou, il a le cœur à droite, la tête au centre et le portefeuille à droite, mais il a le cœur et le portefeuille plus à droite que celui-ci (ndlr: non sens), ce qui a accru ses performances dans les postes qu’il a occupés, on peut dire qu’il a fait le sans faute politique et économique… »

    Son talent c’était le portefeuille…donc son accès aux finances…
    Et quand il a fallu remercier…

    Page 34…

    « On peut repérer certaines faiblesses : ainsi il n’a pas clairement protesté, à ma connaissance, contre le regroupement familial sous Giscard… »

    Pouvait-il se mettre en porte-à-faux avec Mme Veil…?
    Ses cordons de la bourse miraculeuse se seraient peut-être resserrés…

    Bref…

    De prime abord…
    Vous vous êtes radicalement planté Mr Godicheau…
    Votre test Lewino est faussé par le fait que le portefeuille du grand kapital …contrairement à ce que vous croyez…n’est pas à droite mais à gauche…
    Le grand capital applique la théorie marxiste…mais pour sa classe sociale…

    Peu importe que les politiciens soient de droite de gauche ou du centre…
    Ce sont les revers d’une même pièce de monnaie…casher…
    Mais faut pas le dire…c’est « caché »…

    Je vous invite à acheter un petit bouquin…bien écrit…dont l’auteur glisse parfois quelques bons mots caustiques …
    J’ai bien acheté le vôtre…
    Ça vous aidera à comprendre ce que vous n’avez…d’évidence…pas encore compris…

    Vos postes de hauts fonctionnaires vous ont occupés dans des choses très certainement compliquées et complexes…ce qui est judicieusement fait par le système pour occuper les cerveaux les plus brillants…et pour que…surtout…vous ne regardiez pas ailleurs…

    Allez…sixième chapitre…

  7. Desbois dit :

    Il va falloir les enfermer tous ces personnages diaboliques (à Guatanamo éventuellemen).
    C’est une forme de terrorisme contre l’humanité qui se prépare. Mettons les hors d’état de nuire !

  8. 2112 dit :

    Ben voilà un article qui a de la teneur ! (d’ailleurs y a pas foule de commentaires semble-t-il).

    Cela-dit, niveau sécurité, si Microsoft est dans le coup c’est pas gagné; mais nécessaire pour le but inavoué d’une « cyberpandémie », car faut bien des failles, hein ?

    Bon, faut voir dans le détail l’approche de Polygone, car l’hameçonage d’une ou quelques personnes clefs ça date une peu et pas qu’un peu ! À comprendre qu’une cyberattaque réussie bénéficie le plus souvent d’une compromission sur le terrain. Ah là, c’est pas à la porté de « geeks », mais d’un service d’intelligence !

    (je dit cela mais je ne dit rien, la simul pandémie avec le CSS John Hopkins mettait en scène un labo P4 de Wuhan, en tout cas Wuhan sauf erreur; de là, soit grosse boulette, soit un/une taré au courant de la simule car publiée et sinon compromissions comme ci-dessus.)

    Donc, p’tete que le popov de Sberbank sera le premier compromis ah! ah!. Toutefois à propos de Sberbank notons l’incongruité suivante (sauf erreur de traduction) : Sberbank proposa son Sbercoin basé sur…le rouble !!!

    Euh…à la limite basé sur les réserves d’or russe et voir meme les capacités aurifères russes. Mais ça, ça relève de Poutine, or ce dernier a toujours dit niet aux cryptocoins !

    De là, Sberbank, manifestement ou probablement, ne représente pas la Russie de Poutine ; manquerait plus que, dans ce conciliabule, Jack Ma, pourtant passé en « redressement politique et moral, blah,blah » du Grand RPC.

    On en arrive aux Brics (pour faire simple). Sur que le FEM/WEF a besoin de leur adhésion. Problème : les Brics c’est encore du billard à trois bandes; besoin du mondialisme mais en restant souverain ! Pour lever cette contradiction rien ne vaut qu’un accord commercial, chose qu’a fait la Chine dans sa sphère d’influence.

    Alors oui, c’est l’accord du plus fort mais sans commune mesure avec le mondialisme idéologique, d’où Trump (ben oui !).

    Bref, le père Schwab a besoin des Brics mais ceux-là seraient intéressés d’un Big Reset à leur profit uniquement. Vu ainsi le FEM/WEF ferait mieux de revoir leur copie; sinon père Schwab sera au chomage (on ne doute pas qu’il s’en fout, n’est-ce pas ?)

  9. Sur les Mondialistes, et le premier d’entre-eux, en France, la dernière chronique du presque Dr. T’Ché-RIEN ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/02/chronique-de-rien-mec-do-complete-et-enrichi-par-jbl1960.pdf

    Que j’ai intégrée, en analyse dans mon billet du jour, sous lequel je placerais cet article ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2021/02/11/halte-au-massacre-des-populations-par-inoculation-de-pathogenes-synthetiques-experimentaux/

    Alors je suis pas d’accord avec tout, mais au moins on pourra affuter nos arguments et notre réflexion !

    Cliquer pour accéder à chronique-de-rien-mec-do-complete-et-enrichi-par-jbl1960.pdf

  10. zorba44 dit :

    Tout cela mérite, après une lecture en travers, une visitation complète ce WE…

    Mais la chose dont on peut être sûr serait l’échec de la coupure du courant si la plus grande masse avait refusé de se faire vacciner…

    Jean LENOIR

  11. Ratatouille dit :

    Bonsoir,

    Merci, c’est trop pointu pour moi, pas qualifiée pour commenter. Bien a vous,

    Victime d’une cyberattaque, l’hôpital de Dax fonctionne au ralenti.

    Le système d’information de l’hôpital de Dax a été mis hors service à la suite d’une attaque informatique. Les dossiers patients entièrement numérisés ne sont plus accessibles, de même que certains équipements médicaux, tels que les stérilisateurs utilisés dans les blocs opératoires. Une enquête judiciaire a été ouverte.

  12. e dit :

    la prochaine élimination avec la campagne de vaccination massive en aout, castex veut toute la population vaccinée en aout selon l’ordre de l’UE https://www.euractiv.fr/section/all/news/lue-appelle-les-27-a-vacciner-70-des-adultes-dici-fin-aout/, deuxième septembre, accaparemment de tous vos biens après votre mort
    ils veulent non seulement tuer avec les vaccins, mais voler les propriétés des gens par la suite avec la fin de la propriété privée avec une nouvelle loi à venir en septembre 2021
    voir vidéo https://www.quartierlibre.tv/jfakra/il-devoile-les-plans-de-letat-profond-pour-2021-2022/

    mais comme ils savent qu’il y aura une résistance massive, ils planifient une cyberattaque mondiale qui va couper les transports (fin de l’approvisionnement des magasins) et fin de l’électricité
    sauf bien sur pour les transports des vaccins, et l’électricité marchera toujours dans les centres de vaccination pour faire marcher les frigos à -80 degrés celcius pour Pfizer et -20 degrés celcius pour moderna, -8 degrés celcius pour Astranezeca et les autres

    donc les gueux crèveront de faim, magasins vides, électricité coupée

    l’électricité ne marchera que pour les hôpitaux, centres de vaccination, et militaires, ainsi que la bouffe pour eux

    citation simulation Cyberpolygone (tout comme il y a eu la simulation 201 avant la fausse pandémie, il y a la simulation cyberpolygone avant le reset de Shwab, pour une cyberattaque pour affamer les gueux, les laisser sans électricité sauf pour les centres de vaccination)

    « Nous connaissons tous, mais n’y prêtons pas encore suffisamment attention, le scénario effrayant d’une cyberattaque globale qui mettrait complètement à l’arrêt l’approvisionnement en électricité, les transports, les services hospitaliers, notre société dans son ensemble »
    https://reseauinternational.net/de-levenement-201-a-cyber-polygone-simulation-dune-cyberpandemie-a-venir-au-forum-economique-mondial/
    donc ils s’apprêtent bien à supprimer l’électricité pour toute la population
    et à faire des ruptures de stock des magasins (transports)

    et donc attribuer faussement les morts de la faim et d’eau au mort du covid ou variante du covid

    faire passer les morts de la famine pour les morts d’une épidémie imaginaire afin de forcer le vaccin covid 21 en plus du vaccin covid 19 (c’est le même vaccin, ils changeront juste l’étiquette de la fiole), en fait c’est trois piquouze du vaccin covid 19 pour la variante du covid
    https://www.midilibre.fr/2021/02/10/vaccin-faudra-t-il-une-troisieme-dose-pour-faire-face-aux-variants-du-covid-19-9364646.php, la variante du covid, c’est pour permettre de vendre une fiole de vaccin supplémentaire contenant 5 doses
    parce que ouais, chaque vaccin contient à lui seul 5 doses
    https://www.ouest-france.fr/sante/vaccin/vaccins-contre-le-covid-19-six-doses-au-lieu-de-cinq-dans-un-flacon-un-choix-rentable-pour-pfizer-7127866
    c’est officiel, alors qu’avant ils faisaient comme s’ils administraient 5 doses d’un coup par erreur…
    https://www.doctissimo.fr/sante/news/covid-des-employes-de-maison-de-retraite-recoivent-cinq-doses-vaccin-allemagne
    https://www.europe1.fr/international/allemagne-ils-recoivent-par-erreur-cinq-doses-de-vaccin-anti-covid-4015097
    https://www.ladepeche.fr/2021/01/19/covid-19-cinq-morts-apres-linjection-du-vaccin-en-france-dont-un-a-montpellier-annonce-le-ministere-9321027.php

    • Robert dit :

      Que prevoyez vous pour vous et votre famille?vous attendez la mort pour , comment certains,  »je veux retrouver Dieu, je mets toute ma confiance en Dieu »,ou prevoyez vous, organisez vous une solution??

  13. Virol dit :

    Herr Schwab veut nous implanter des puces électroniques.

  14. Alcide dit :

    Les Popovs sont pas contents, mais vraiment pas contents.
    Je doute que la romance humide de domination absolue par singeries des ploutocrates puisse se réaliser.
    En effet, on rentre dans le dur maintenant:

    Moscou est prêt à rompre ses relations diplomatiques avec l’Union européenne, a déclaré ce vendredi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

    La Russie est prête à rompre ses relations diplomatiques avec l’Union européenne si cette dernière adopte des sanctions créant des risques pour les secteurs sensibles de l‘économie, a déclaré ce vendredi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, sur la chaîne YouTube Soloviev Live.

    https://fr.sputniknews.com/international/202102121045213160-moscou-est-pret-a-rompre-ses-relations-diplomatiques-avec-lue/

    Les pédales au pouvoir sont suffisamment coupées des réalités pour prononcer des sanctions contre la Russie.

  15. Eric83 dit :

    En complément de cet article, je joins un lien vers un article de Tom Luongo sur l’intervention de Poutine au dernier WEF.

    Du coup, en tentant une analyse des informations de ces deux articles, la très forte implication de la Sberbank et du gouvernement russe dans « Cyber Polygone 2021 » n’a-t-elle pas pour objectif de contrôler au plus près les positions de « l’ennemi », à savoir la clique mondialiste de Davos/Etat Profond, pour maîtriser le prochain champ de bataille, le cyber espace.

    « Grande réinitialisation? Poutine dit: « Pas si vite »

    Extrait : « Poutine n’y avait pas parlé depuis près d’une décennie. À une époque où les marionnettes contrôlées par le WEF dominent les positions de pouvoir en Europe, au Royaume-Uni, au Canada et maintenant aux États-Unis, Poutine est entré dans Virtual Davos et a jeté son café sur le tapis.

    En des termes que je ne peux que décrire comme d’une politesse infaillible, Poutine a déclaré à Klaus Schwab et au WEF que toute leur idée de la grande réinitialisation est non seulement vouée à l’échec, mais va à l’encontre de tout ce que les dirigeants modernes devraient poursuivre ».

    https://tomluongo.me/2021/02/10/great-reset-putin-not-so-fast/

    • Danse dit :

      Je le pense aussi.

    • Danse dit :

      « Du coup, en tentant une analyse des informations de ces deux articles, la très forte implication de la Sberbank et du gouvernement russe dans « Cyber Polygone 2021 » n’a-t-elle pas pour objectif de contrôler au plus près les positions de « l’ennemi », à savoir la clique mondialiste de Davos/Etat Profond, pour maîtriser le prochain champ de bataille, le cyber espace. »

      Je le pense aussi.
      Poutine avait expliqué aux Russes il y a environ 2 ans lors d’un discours à une université que le pays qui gagnera LA COURSE À L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE contrôlera le reste de la planète.

  16. Alcide dit :

    La politique de la Russie est à l’opposée du centralisme de Davos qui s’appuie simplement sur l’arrogance des possédants la monnaie fiduciaire par la mise en esclavage pour dette de la quasi-totalité de la population et leur ignorance de la vraie monnaie qui causera leur perte :

    Le président de la Russie, Vladimir Poutine, a prononcé un long discours au forum en ligne Davos 2021, organisé par le Forum économique mondial. Comme d’habitude, ce discours n’a pas eu beaucoup d’écho dans les médias « occidentaux ».

    Poutine y anticipe le danger de grands conflits internationaux. Car les déséquilibres économiques ont causé des problèmes sociopolitiques dans de nombreux pays qui, s’ils sont projetés sur l’extérieur, peuvent conduire à des conflits internationaux.

    Pour résoudre ce problème, il faut rejeter la doctrine du laissez-faire qui est à l’origine de ces déséquilibres économiques. Les États-nations doivent intervenir davantage dans leurs économies. Le peuple doit être considéré comme la fin, et non le moyen, des politiques économiques.

    https://lesakerfrancophone.fr/poutine-explique-pourquoi-nous-avons-besoin-detablir-de-nouvelles-politiques-economiques

    Alors, les gesticulations de Schwab, les aboiements menaçants de Gattes ou les singeries de Macron n’y changeront rien.
    La Russie a dit niet.

    • parabellum666 dit :

      Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent…
      Poutine est toujours et encore le meilleur élément de la maison mère…

      Si vis pacem para bellum a dit Lavrov à l’Europe…
      Maintenant que l’Angleterre est sortie…

    • Danse dit :

      https://fr.sputniknews.com/russie/202012171044949179-pourquoi-vous-nous-prenez-pour-des-cons-poutine-sinterroge-sur-les-pretentions-de-loccident/
      « Lors de sa grande conférence de presse annuelle tenue pour la 16e fois ce jeudi 17 décembre, le Président russe a commenté les prétentions de l’Occident à l’égard de son pays et portant sur le domaine militaire. Il a rappelé que les États-Unis s’étaient progressivement retirés de plusieurs ententes internationales, notamment du traité ABM (missile antibalistique) et de celui sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI).

      «Ensuite, ils se sont retirés du traité Ciel ouvert. Que nous reste-t-il? Je ne veux pas vous poser cette question, mais qu’a-t-on à faire dans ce contexte? Laisser les choses telles qu’elles sont? Vous, en tant que pays de l’Otan, vous allez survoler notre pays et tout transmettre au partenaire américain. Et nous, devons-nous être privés de cette option pour le territoire américain ? Vous êtes intelligents, MAIS POURQUOI VOUS NOUS PRENEZ POUR DES CONS ? Pourquoi vous considérez que nous ne pouvons pas analyser des choses aussi élémentaires?», lance Vladimir Poutine au journaliste de la BBC qui lui a demandé si la Russie se sentait responsable de la détérioration des relations avec l’Occident. »

      Les Peuples d’Europe ont compris aussi que la keptocracie de la dictature EU les prend pour des cons. Et je pense que Vladimir Poutine nous a été d’un immense soutien.
      Les seuls qui n’ont pas encore compris ce sont les kleptocrates.

  17. Ping : De « l’Evénement 201 » à « Cyber Polygone » – Simulation d’une « cyberpandémie » à venir au Forum de Davos – La Voix de Dieu Magazine

  18. matbee dit :

    Ils répètent leurs gammes…

    Cyberattaque : l’hôpital de Villefranche-sur-Saône paralysé

    Après l’hôpital de Dax la semaine dernière, c’est l’hôpital de Villefranche-sur-Saône qui a annoncé lundi être victime d’une cyberattaque. L’ensemble du système informatique a dû être déconnecté, les opérations chirurgicales prévues ce mardi sont reportées.

    En l’espace d’une semaine, deux hôpitaux ont été la cible de cyberattaques en France.

    Après Dax (Landes), le centre hospitalier de Villefrance-sur-Saône (Rhône) a annoncé lundi 15 février être victime d’une attaque informatique « d’ampleur », détectée à 04h30 du matin. Cette attaque par le crypto-virus RYUK « impacte fortement » les sites de Villefranche, Tarare et Trévoux de l’Hôpital Nord-Ouest, précise ce dernier dans un communiqué. La méthode ? L’utilisation d’un « rançongiciel », un logiciel malveillant qui bloque les données d’un système informatique. Celles-ci ne sont plus accessibles qu’après paiement d’une rançon.

    https://actu.orange.fr/france/cyberattaque-l-hopital-de-villefranche-sur-saone-magic-CNT000001xahUh.html

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s