McKinsey : le Sénat a-t-il intentionnellement noyé la mèche qui devait exploser ?

Le rapport du Sénat sur les activités de Mc Kinsey a fait couler beaucoup d’encre. En apparence, il est très critique et démontre que le cabinet de conseil s’est engraissé sur le dos des contribuables sans payer d’impôt sur les sociétés. Mais était-ce bien cela, le problème ? N’était-ce pas plutôt les liens osmotiques entre le Président de la République et un cabinet qui lui a proposé un prêt personnel pour financer sa campagne électorale ? et n’était-ce pas plutôt l’emprise de Mc Kinsey et d’Accenture sur la stratégie de lutte contre le COVID, notamment l’invention du passe sanitaire, puis du passe vaccinal, partout en Occident – sujet éludé par le rapport ?

[NDLR : ce ne serait pas la première fois que pour étouffer un problème majeur on attire l’attention sur un problème secondaire.]

Rapport sénatorial « Mc Kinsey »

Bien entendu, il y a la version officielle, et officiellement méchante, du rapport de la sénatrice communiste (présidente du groupe communistes, d’ailleurs) Eliane Assassi sur les cabinets de conseil en matière de politiques publiques : ils gagnent beaucoup trop d’argent sur le dos de l’Etat. Cette ancienne adjointe au maire de Drancy a par exemple pointé du doigt l’évasion fiscale dont Mc Kinsey France est la bénéficiaire, avec des impôts payés au Delaware. 

Mc Kinsey, les méchants qui gagnent trop d’argent

Toute la presse (y compris le Courrier) s’est fait écho du rapport de la sénatrice Assassi sur l’activité des cabinets de conseil privés auprès du gouvernement. Et toute la presse a retenu deux informations qui, au fond, arrangent bien tout le monde : ils gagnent trop d’argent (2.168 €/jour), et, s’agissant de Mc Kinsey, ils ne paient pas leurs impôts en France.

Bouh ! pas bien ! et l’affaire est pliée. 

Donc, on résume : pas un mot sur le “pourquoi ?” que nous avons soulevé à plusieurs reprises. Nous avons notamment, il y a quelque temps, rappelé les liens d’amitié entre Emmanuel Macron alors candidat à l’élection présidentielle de 2017 et le cabinet Mc Kinsey. Nous avions aussi pointé du doigt l’étrange reproduction, dans l’affaire du passe sanitaire, des méthodes prônées par Mc Kinsey dans le scandale des opioïdes aux USA.  Sans même évoquer l’étrange reproduction des méthodes utilisées en Afrique du Sud pour asservir l’intérêt général. 

Autrement dit, le Sénat a concentré ses critiques sur le cabinet Mc Kinsey (et partiellement Accenture), en épargnant soigneusement Emmanuel Macron, le financement de sa campagne, et l’intervention de la caste mondialisée dans la définition de la stratégie française en matière de COVID. 

C’est quand même bizarre…

Un rapport adopté à l’unanimité par la commission 

Si certains avaient des doutes sur le caractère réellement bizarre de cette bizarrerie, il suffit de régarder le destin du rapport. Comme le pointe habilement le site Publicsénat :

Le rapport, adopté à l’unanimité des membres de la commission le 16 mars, sera traduit en proposition législative. Une proposition de loi « transpartisane » est d’ores et déjà annoncée.

Autrement dit, même Nicole Duranton, sénatrice LREM, a voté pour les conclusions de ce rapport ? Preuve incontestable qu’il évite soigneusement de gêner le pouvoir. 

Les questions qui n’ont pas été posées par la communiste Assassi

On se souvient ici des positions du Courrier sur l’intervention de Mc Kinsey (et d’Accenture) dans la question du COVID, et singulièrement dans la question de la vaccination et du passeport vaccinal. 

Nous défendons la conviction selon laquelle si tous les pays occidentaux ont adopté la même stratégie en matière de lutte contre le COVID, c’est parce que les grands cabinets mondialisés ont été utilisés pour la mettre en place, en grande partie sous l’influence du gouvernement profond américain qui déroule l’agenda du Great Reset. Parmi ces grands cabinets, on retrouve Mc Kinsey bien sûr, mais aussi Accenture (qui a fait affaire avec tout le petit cercle mondialisé comme le Forum de Davos, Trudeau ou les Bataves, sur l’identité numérique) ou Roland Berger dont nous avons décelé l’influence dans la campagne d’Eric Zemmour. 

Il était donc crucial non de se demander si Mc Kinsey et Accenture avaient gagné beaucoup d’argent dans l’affaire du COVID (le “beaucoup” étant forcément subjectif), mais s’ils avaient été les agents et même les principes actifs des mesures liberticides adoptées à l’occasion du COVID. 

Sur ce point, on se souviendra de l’étrange mollesse de la gauche communiste sur les suspensions de soignants non-vaccinés. Prompts à dénoncer les licenciements boursiers, ils se sont curieusement trouvé très secs et silencieux sur la mise à la rue sans indemnité de soignants objecteurs de conscience vaccinale. 

Une commission qui a enterré le dossier ?

Les communistes français ont-ils peur de dénoncer la mondialisation dans ses aspects les plus brutaux, notamment la désignation des non-vaccinés comme boucs-émissaires et l’utilisation politique et financière du COVID pour imposer la loi de Pfizer et de l’identité numérique aux pays occidentaux ?

En lisant le rapport Assassi, on ne peut que le penser. 

On ne trouvera dans ce document qu’une analyse à charge pour les laboratoires pharmaceutiques, qui passe gentiment sous silence la subordination de l’équipe Macron aux mondialistes de Davos et à leurs affidés. 

C’était pourtant bien le sujet : par quel mode opératoire la caste impose-t-elle son agenda à tous les pays industrialisés en même temps ? De notre point de vue, le rapport conforte cette thèse par une série d’indications. Mais, malheureusement, elles sont savamment escamotées ou mal exploitées, pour que les sénateurs ne donnent aucune interprétation politique à leurs constats. 

Reste à savoir pourquoi.

Le Courrier des Stratèges, le 21 mars 2022 

Rappels :

McKinsey a été payé 26,8 millions € depuis 2020 pour nous « emmerder » avec notre pognon

En France, la République est-elle prisonnière de McKinsey ?

Est-ce McKinsey qui agite la pulsion génocidaire de Macron ?

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 57 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour McKinsey : le Sénat a-t-il intentionnellement noyé la mèche qui devait exploser ?

  1. Très, très juste !

    Je le rajoute, en intégralité sous ma publication du jour qui traite aussi du sujet ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2022/03/28/si-voter-devait-changer-les-choses-ya-longtemps-que-ce-serait-interdit/

    En appui de 4 Instantanés de RIEN et du Rappel PDF d’Emma Goldman : Un (autre) regard anarchiste sur la vie avec Emma Goldman, 1869 – 1940, version PDF N° 62 de 43 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2018/06/un-autre-regard-anarchiste-sur-la-vie-avec-emma-goldman1.pdf

    Qui bien avant Coluche avait dit : Si voter changeait quelque chose, ils l’auraient rendu illégal

  2. z dit :

    Trois Hauts Gradés de l’US ARMY dévoilent le scandale des vaccins – CRIME CONTRE L’HUMANITE
    http://belverne.over-blog.com/2022/02/trois-hauts-grades-de-la-us-army-devoilent-le-scandale-des-vaccins-crime-contre-l-humanite.html

    • zorba44 dit :

      Merci z pour cette contribution qui s’ajoute à la liste des martyrs du COVID. C’est à proprement parler une organisation de crime contre l’humanité.

      Jean LENOIR

  3. mark knopfler dit :

    https://www.20minutes.fr/politique/3260407-20220327-mckinsey-aillent-penal-agace-emmanuel-macron-face-accusateurs

    En gros, « Allez vous faire foutre ! » .
    Est-ce assez clair maintenant ?
    Ils en ont rien à foutre, ils possèdent le contrôle de toutes les institutions, ca fait presque deux ans qu’un cabinet de consulting manage la République, les ministres et sénateurs ne sont que des pions, des images, des icônes, pour que les moutons retournent aux urnes afin de voter pour leur champion de la communication.

    Mais derrière ce ténor du verbe, c’est McKinsey, c’est Rothschild, c’est Vanguard, c’est Blackrock, c’est State Street, les bâtisseurs du nouveau monde en gestation.

  4. L’appartenance à l’élite est aussi
    un pouvoir économique ou d’influence qui ne peut être confié à
    un individu exempté de tout moyen de pression, ou qui, par son
    intelligence et ses capacités, échappe aisément au contrôle de ses
    agissements. Il doit être tenu d’une manière ou d’une autre, afin
    que ses agissements et son discours servent toujours le bien de la
    Nation. Il ne doit exister ni dissidence, ni décadence au sein de
    l’élite ; l’élite est faite par l’État, elle appartient à l’État, et elle
    doit servir les meilleurs intérêts de l’État, à petit comme à plus
    grand degré. Napoléon Bonaparte, lorsqu’il a pris le pouvoir,
    avait trouvé un moyen remarquable d’ingéniosité pour faire plus
    vite disparaître les héritiers de l’ancienne élite qui pouvaient ne
    pas être favorables à l’Empire, et pour contrôler la circulation des
    élites d’une façon générale ; c’est un écrivain français, et non un
    penseur de la science politique qui nous l’explique, mais il
    s’appuie une preuve que n’aurait pas rejetée un bon historien.
    « Aujourd’hui les familles riches sont entre le danger de ruiner
    leurs enfants, si elles en ont trop, ou celui de s’éteindre en s’en
    tenant à un ou deux : un singulier effet du Code civil auquel
    Napoléon n’a pas songé.
    « – C’est au contraire un effet auquel Napoléon a parfaitement
    songé et qu’il a délibérément cherché, témoin ce passage d’une
    lettre à son frère Joseph, roi de Naples, texte dont Le Play et son
    école ont tiré le plus heureux parti :
    « “Mon frère, je veux avoir à Paris cent fortunes, toutes
    s’étant élevées avec le trône et restant seules considérables ;
    puisque ce ne sont que des fidéicommis et que tout ce qui ne sera
    pas elles, par l’effet du Code civil va se disperser […] Établissez
    le Code civil à Naples : tout ce qui ne vous est pas attaché va se
    détruire en peu d’années, et ce que vous voulez conserver se
    consolidera. Voilà le grand avantage du Code civil. Il faut établir
    le Code civil chez vous ; il consolidera votre puissance,
    puisque par lui tout ce qui n’est pas fidéicommis tombe, et qu’il
    ne reste plus de grandes maisons que celles que vous érigez en
    fiefs. C’est ce qui m’a fait prêcher un Code civil et m’a porté à
    l’établir”. »
    Théorie et pratique du collectivisme oligarchique
    https://freepdf.info/index.php?post/Goldstein-J-B-E-Theorie-et-pratique-du-collectivisme-oligarchique

  5. zorba44 dit :

    Ces gens-là (comme le chantait Jacques Brel) sont des parasites qui n’ont que la fonction de se gaver de leurs avantages pécuniaires.

    Il faudra balayer cette institution merdique qui cherche à sauver son prévaricateur nourricier, en l’occurence Tyran dernier…

    Jean LENOIR

  6. Élysée dit :

    Cela m’a toujours un peu étonné que les gens ayant un minimum d’esprit critique et analytique puisse encore croire au « pouvoir » des urnes.

    La ‘démoncratie’ n’est qu’une parfaite illusion pour lobotomisés depuis des décennies.
    « Veauter » équivaut à nourrir la bête et un système totalement corrompu sur le point de s’effondrer.

    Le réveil trop tardif d’une certaine partie de la population française, pressée comme un citron, encore à la recherche d’un sauveur providentiel est à la fois pathétique mais humainement compréhensible.
    Des années de programmation mentale et d’ingénierie sociale ont bien préparé le terrain.

    Préparez-vous au nouvel impact avec réalisme.
    Si, à force de secouer le peuple, cela leur explose à la gueule, ce sera salutaire pour les uns et destructeur pour beaucoup d’autres.

    • mark knopfler dit :

      Le vote, symboliquement, est d’abord et avant tout un héritage d’un acte de l’ordre du rituel.
      Procession, isolation, identification, votation dans une urne (ca doit vous rappeler une actualité plus covidienne, les gestes barrières en sus dont le masque ou le gel hydroalcoolique en lieu et place de la communion).
      Dans la haute antiquité, les dieux (souvent le leader) étaient dépositaires de la royauté sur terre.
      En Egypte, le Pharaon était d’ordre divin et était le média(teur) entre les dieux et les hommes/esclaves.
      Plus loin dans le temps civilisationnel et d’un point de vue mythologique, les divinités frayaient même avec le roi ou la reine qu’ils avaient choisis, pour perpétuer la continuité de leur sang.
      Le vote dit démocratique, c’est la conitinité de la symbolique de l’élu divin, dont la légitimité provient des citoyen et non plus des dieux.

      Pour un résultat identique : Perpétuer la domination d’une minorité agissante, sur la majorité.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s