Euro numérique : un moyen de « confiner » votre argent si besoin

Par Henry Bonner et Simone Wapler

Le projet le plus futuriste des banques centrales, celui d’une monnaie qu’elles contrôlerait de A à Z, n’est pas une bonne nouvelle pour votre épargne… et d’autant moins que l’inflation est forte. 

Imaginez les effets sur l’économie de taux d’intérêt de 5%, 6% ou même 7% – donc au niveau de l’inflation ou un peu plus haut. Le coût du service de la dette (le paiement des intérêts) exploserait. Entre les dépenses dues au service de la dette, à la défense nationale, à la sécurité sociale et à l’assurance maladie… il n’y aurait plus d’argent pour rien d’autre.

Et que provoqueraient de tels taux d’intérêt pour des entreprises déjà lourdement endettées ? Pour des propriétaires ayant contracté des prêts à taux variables ? Pour des collectivités locales déjà très endettées ? Un effondrement.

Des intérêts plus élevés augmenteraient le poids de la dette. Les défauts se succéderaient. La monnaie et le crédit seraient détruits. La valeur des actifs financiers sombrerait.

La seule solution : plus d’impôts et plus de monnaie. Difficile de discerner une issue honorable. L’inflation ET la mort sera la sortie la plus probable.

La riposte est déjà lancée

C’est maintenant que vous devez agir et voici pourquoi.

Premièrement, l’élite riposte. Les escrocs et les initiés dégainent en parlant des dangers des cryptomonnaies non-étatiques. Ils ne veulent pas de menaces sur leurs devises. Le contrôle de ces devises est la raison de leur pouvoir et de leur fortune. Ils ne peuvent admettre de concurrence.

Deuxièmement, les régulateurs se préparent. Le département du Trésor américain a récemment publié une note de recherche financière à destination du Congrès. Ce document inclut un passage important sur le « danger » des stablecoins, des cryptomonnaies dont le cours est indexé sur le cours d’une devise. Et ce, même lorsqu’elles sont adossées à de la dette gouvernementale ou des liquidités, car cela pourrait représenter un risque financier systémique et provoquer des paniques bancaires.

Cette note du Trésor américain comporte aussi un chapitre entier sur la meilleure alternative que présenteraient les monnaies numériques de banque centrale (MNBC) [CDBC en anglais, OD]. Fin octobre, le président de la commission de travail sur les marchés financiers, la Société fédérale d’assurance-dépôt (FDIC) et le bureau du contrôleur monétaire ont émis conjointement un rapport demandant que les stablecoins soit contrôlées comme les banques. Tous voient ces monnaies privées comme autant de menaces à la monnaie publique et à son contrôle.

Enfin, troisièmement, combattre le changement climatique pourrait coûter environ 100 000 Mds$. Le principal objectif de la conférence de Glasgow sur le climat (COP 26) était de chiffrer la « crise climatique » (boire, manger des petits-fours et se gorger d’argent des contribuables n’était qu’un bénéfice collatéral). Ce prix est donc, apparemment, de 100 000 Mds$.

Il s’agit en pratique de la captation de la monnaie privée par les banques et les gestionnaires d’actifs et de création monétaire par « assouplissement quantitatif » pour le climat. Cet argent sera réquisitionné et investi pour réorganiser fondamentalement l’économie mondiale dans le but d’éliminer le pétrole, le gaz et le charbon.

Les futures recettes fiscales ne couvriront pas les dépenses projetées. De plus, il s’agit seulement des dépenses courantes, qui ne prennent pas en compte les droits infondés ou les 150 000 Mds$ pour « décarboner » l’économie. La création monétaire, la substitution de devises et la redéfinition de la monnaie elle-même (d’analogique à numérique) sont les seules solutions.

Une monnaie pour tout contrôler

L’ennui, pour les élites, est que tant que vous avez du cash et que vous conservez votre liberté financière, votre indépendance et votre esprit critique se mettront en travers de LEURS objectifs de politique publique. C’est pourquoi notre liberté financière est leur prochaine cible, tout comme notre liberté physique a été leur cible durant la pandémie. Tout converge.

Les mêmes technologies de traçage imposées durant les confinements seront utilisées à l’argent. La pandémie vous a contraint à la vaccination. Pour prouver que vous êtes vacciné vous devez avoir un passeport vaccinal numérique ou un pass sanitaire. Et même s’il a été mis de côté, il pourrait vite revenir, dès la prochaine occasion rencontrée. Ou sous une autre forme, comme la MNBC.

Ce principe de passe sanitaire est devenu de fait l’équivalent d’une note de crédit social, employée pour déterminer vos autorisations de déplacement et de travail. Cette note de crédit social – qui déterminera par exemple si vous avez dépassé votre quota de carbone émis – sera liée à la MNBC qui restreindra votre capacité à consommer.

Dit autrement, la monnaie numérique de banque centrale devient un outil pour inciter, contraindre, restreindre, interdire, permettre ou punir tous nos comportements. Votre vie privée devient publique.

Vivre comme vous l’entendez demande une autorisation. L’idée que nous sommes tous nés avec des droits inaliénables et que nous n’avons à demander à personne l’autorisation de les exercer ? Désolé, c’est du passé.

La Chronique Agora, le 7 avril 2022

Rappels :

Allons-nous bientôt basculer vers un système de « monnaies digitales de banques centrales » (CBDC) ?

#BlackRockGate : Comment Larry Fink s’est payé Macron

Tout ce qui se passe aujourd’hui dans le monde pousse à la mise en œuvre d’un système mondial d’identification numérique et de monnaie numérique

Le PDG de Blackrock confirme que la guerre en Ukraine servira d’accélérateur du Great Reset

Le Nouvel ordre mondial pour les Nuls en 7 étapes et en images

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 57 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Euro numérique : un moyen de « confiner » votre argent si besoin

  1. clavreul dit :

    Qui massacrent les civils ukrainiens ?
    Quand Emmanuel Macron dit qu’ il agit au nom de la France et bien surtout pas en mon nom, et je n’ ai pas voté pour lui, jamais !
    Ce qui se passe en Ukraine est très sale et c’ est couvert par les médias.
    https://odysee.com/@Steph:2/Armée-ukrainienne-massacre-des-civils:4

    • clavreul dit :

       » Peu importe le prix de la révolution Chinoise, elle a réussie de façon évidente; non seulement en produisant une administration plus dévouée et efficace, mais aussi en stimulant un moral élevé et une communauté d’ ambition. L’ expérience sociale menée en Chine sous la direction du Président Mao est l’ une des plus importante et des plus réussie de l’ histoire humaine « . Le banquier américain internationaliste, David Rockefeller, dans le New York Times le 8 octobre 1973.
      https://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20121119.OBS9850/la-grande-famine-de-mao.html

  2. 2112 dit :

    Comme rapporté ici, on substitue le socle des libertés fondamentales par une myriade de libertés conditionnelles.
    On notera toutefois que la Chine pratique déjà le crédit-social sans crypto-yuan ou autre. Les CBDC faciliteraient/renforceraient cette pratique en ce sens mais sur le papier plutot que sur le terrain.
    Bref, le Diable se cache dans les détails tout comme ceux-là se trouvent sur le terrain.

  3. zorba44 dit :

    Les cibles que nous sommes pour ces tarés de l’économie doivent devenir petites et mouvantes…
    Depuis des années il a été proné la petite sinon micro entreprise, l’autosuffisance, le troc et un maillage informel de relations entre des hommes et des femmes, lesquels partagent le constat et les conclusions.

    Notre éparpillement et notre isolement sont des forces statiques. En face l’étau étatique ne peut plus grand chose : il devient un outil monstrueux et sec. Pensez donc ils ont même affaibli leurs forces de coercition (maintien de l’ordre) en les piquouzant massivement !…

    Jean LENOIR

  4. mark knopfler dit :

    Encore une bonne capsule de Bonnal, il évoque la recherche d’un idéal gnostique consubstantielle à la fin programmée de la race blanche/patriarcat, donc du catholicisme et par extension, des exotérismes.
    Quelques petits bêmols, cependant et de mon point de vue.
    D’abord, si Bonnal nous lit, qu’il fasse le job de recherche concernant les principaux favoris de la présidentielle.
    Ce sont tous des apôtres de la secte mondialiste, ils cochent les cases politiques de son échiquier, à l’insu de leur plein gré ou pas.
    Les véritables opposants au projet gnostique ne peuvent pas se présenter.
    Ensuite, la secte ne cherche pas que l’on ne puisse plus consommer, elle veut juste que l’on ne consomme plus comme avant, elle veut que l’on consomme à crédits, avec de l’argent numérique.
    Le Revenu Universel est dans les cartons, la fin de l’argent liquide est plus que certain.

    En revanche, bien vu, sur le triptyque Lucky Luke-Rantanplan-Jolly Jumper, un triangle, le canasson représente la kabbale et l’hermétisme, les autres sont ses crétins.
    Goscinny, cousin germain du kabbliste et franc maçon Beresniak.
    « Idéal gnostique », c’est ni plus ni moins l’humanisme universaliste, lui même intégré dans le corpus des droits de l’Homme, une dérivée du contrat/Philosophie social d’un Junius Frey ayant diffusé le monde, post révolution.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s