La Fed retire le bol de punch

par Brandon Smith

Il y a quatre ans, le sentiment général de la plupart des économistes alternatifs et traditionnels était que la Réserve fédérale n’augmenterait JAMAIS ses taux d’intérêt, ne réduirait pas ses mesures de relance ou ne réduirait pas son bilan en cas de faiblesse économique. En fait, c’était l’un des rares points de vue sur lesquels les médias grand public et les économistes indépendants s’accordaient. Certains d’entre nous avaient cependant des idées différentes.

L’argument repose sur une hypothèse dangereuse : l’objectif de la Fed est purement de soutenir et de prolonger la durée de vie de l’économie et des marchés boursiers américains. Si vous avez suivi l’évolution des actions du Dow ou du Nasdaq au cours de la dernière décennie, cela peut sembler être un pari sûr. Pendant plusieurs années, la banque centrale a systématiquement ajouté des mesures de relance ou réduit les taux dès que les actions commençaient à chuter de plus de 10 %, et c’est ce qui a lancé le célèbre mantra des investisseurs « Acheter la putain de différence ». C’était une valeur sûre : il suffisait d’acheter des actions après une correction d’environ 10 % pour que la Fed vienne sauver la situation avec un nouvel assouplissement quantitatif inflationniste.

Cependant, les choses changent et il est insensé de penser que la Fed se soucie réellement du maintien de l’économie américaine. Si elle s’en souciait, elle n’aurait pas essayé de cacher la menace de l’inflation pendant si longtemps. Le fait de la cacher nuit beaucoup plus aux États-Unis que de l’admettre dès que possible.

Ma position sur la Fed est la même qu’elle a toujours été : La Réserve fédérale est un kamikaze. Elle est une arme utile pour les globalistes de la BRI, du FMI, du WEF, etc. Ces globalistes veulent une nouvelle crise financière afin de pouvoir mettre en œuvre des changements globaux dans le fonctionnement de l’argent et des diverses économies nationales (la grande réinitialisation). Ils veulent une autorité financière globale unique et un système de monnaie numérique global unique. Ils veulent pouvoir dicter tous les échanges commerciaux de la planète à l’aide d’un mécanisme unique.

Pour parvenir à ces fins, ils ont besoin que la Fed fasse exploser l’économie américaine, et c’est exactement ce qu’ils ont fait ; la plupart des gens ne le réalisent simplement pas encore.

Comme je l’ai noté dans mon article « Le piège du Tapering de la Fed est une arme, pas une erreur de politique« , publié l’année dernière :

Si la Fed augmente les taux d’intérêt dans la faiblesse et réduit progressivement les achats d’actifs, alors nous pourrions assister à une répétition de 2018, lorsque la courbe des taux a commencé à s’aplatir. Cela signifie que les obligations du Trésor à court terme finiront par avoir le même rendement que les obligations à long terme et que l’investissement dans les obligations à long terme chutera. Un dumping des obligations à long terme entraîne une baisse de la valeur des devises et un afflux de dollars vers les États-Unis. Résultat ? L’inflation.

Peu importe ce que fait la Fed, la conséquence sera inflationniste/stagflationniste. La seule différence, c’est que si elle réduit ses taux d’intérêt, il y aura également une baisse immédiate des actions et le crash global sera plus rapide. Certains pensent qu’un retournement de tendance des actions attirera davantage d’argent vers le dollar, ce qui pourrait se produire pendant une courte période. Toutefois, comme nous l’avons mentionné, si la courbe des taux s’aplatit ou si les obligations du Trésor sont instables, le dollar ne pourra pas non plus être sauvé…

La seule question qui se pose est celle du timing. Quand la Fed essaierait-elle de tirer la prise et de laisser le désastre inflationniste se dérouler sans le cacher plus longtemps ? Eh bien, nous le savons maintenant…

Comme je l’avais prédit, la Fed s’est lancée dans une campagne active de relèvement des taux d’intérêt de 50 points de base ou plus par réunion (y compris les éventuelles réunions d’urgence). En dépit de la politique d’austérité présentée par la Fed, les impressions de l’IPC continuent d’augmenter et maintenant les banquiers globaux (et même Joe Biden) admettent soudainement que l’inflation atteint des niveaux de crise après avoir prétendu toute l’année dernière que le problème était « transitoire ».

Certains membres de la Fed ont cherché à tempérer les inquiétudes concernant les taux élevés en affirmant que ces hausses seront limitées à environ 2 ou 3 %. Il s’agit probablement d’un mensonge. Le bond de la masse monétaire américaine et le niveau d’inflation que je constate indiquent que des taux d’intérêt de 2 à 3 % ne feront RIEN pour arrêter la crise. Les véritables données sur l’inflation recueillies par des sites de suivi comme shadowstats.com soutiennent également cette position. La Fed utilisera les augmentations de prix en cours et les pressions stagflationnistes comme une excuse pour continuer à augmenter les taux bien au-delà de 3 %.

La question de la masse monétaire est essentielle ici, car la Fed ne reconnaît pas tant l’inflation des prix qu’elle n’utilise la masse monétaire pour justifier un changement de politique.

Ce n’est pas une règle, mais c’est certainement une habitude que la Fed aime changer la façon dont elle calcule les statistiques économiques gênantes lorsqu’il y a une crise majeure. Elle a changé la façon dont l’inflation était mesurée dans les années 1980 après le quasi-désastre de Jimmy Carter (ce n’était pas vraiment sa faute, c’est Nixon et la Fed qui ont complètement retiré le dollar de l’étalon-or quelques années plus tôt qui l’ont causé). Ils ont également modifié la façon dont le PIB est ajusté à plusieurs reprises, et ils ont changé la façon dont le chômage officiel est déclaré. Dans la plupart des cas, ces changements sont conçus pour CACHER un problème plutôt que d’essayer d’obtenir des données plus précises.

Par exemple, la Fed a mis fin à ses rapports sur M3, qui est une mesure plus fine de la masse monétaire totale des dollars américains en circulation dans le monde (elle prétendait que M2 était tout aussi bon). Cette mesure ne convenait pas à la Fed, car les politiques inflationnistes sont omniprésentes et un rapport précis pourrait « alarmer » le public américain. Elle a donc tout simplement cessé de rendre ces données disponibles.

Ce n’est peut-être qu’une coïncidence, mais la Fed a mis fin à M3 en 2006, juste avant le début de la crise du crédit de 2007/2008, et juste avant d’introduire des dizaines de milliers de milliards de dollars fiduciaires dans les plans de sauvetage et les mesures de stimulation de l’assouplissement quantitatif. On pourrait penser qu’ils savaient qu’une implosion de la dette allait se produire et que des politiques inflationnistes massives seraient la réponse…

Un autre changement a été apporté au calcul de M1 et M2 (une mesure moins précise de la masse monétaire américaine), et cela a été fait en 2020, en plein milieu de la réponse à la pandémie de Covid. Étrangement, cette fois, les changements de la Fed ont consisté à ajouter les dépôts d’épargne des petits comptes aux données de la masse monétaire globale, ce qui signifie que la masse monétaire déclarée a fait un bond substantiel.

Pourquoi ont-ils fait cela ? J’ai quelques théories.

Théorie n° 1 : En 2020, la Fed était déjà au milieu de l’un des programmes de relance les plus importants depuis les sauvetages de 2008/2009. Elle a créé plus de 6 000 milliards de dollars d’argent frais en une seule année, et il ne s’agit là que du chiffre officiel, sans tenir compte des prêts à vue et autres programmes. Cet argent a été injecté directement dans l’économie générale et sur les comptes des gens ordinaires, ainsi que dans les coffres des sociétés internationales.

Il est possible que la Fed ait changé sa façon de calculer M1 et M2 parce qu’elle voulait cacher la véritable quantité de dollars qu’elle créait de toutes pièces. Si vous essayez d’argumenter que la Fed a causé notre crise inflationniste actuelle, et que vous utilisez M1 ou M2 comme exemple, les banquiers centraux peuvent maintenant dire « Hé, ce grand saut dans la masse monétaire n’est pas dû à notre impression fiduciaire, nous avons ajouté les comptes d’épargne au calcul et c’est pourquoi il est si élevé ».

Bien sûr, il faudrait alors croire que les dollars détenus sur les petits comptes d’épargne à travers le pays sont suffisants pour multiplier par CINQ la masse monétaire totale. Je ne le pense pas. En résumé, la Fed a volontairement modifié ses données de manière négative afin de masquer le rôle qu’elle joue dans le désastre inflationniste qui se déroule actuellement.

Théorie n°2 : La banque centrale VEUT augmenter les taux d’intérêt en cas de faiblesse économique sans argument. Elle a donc ajusté les calculs de la masse monétaire pour être légèrement plus honnête. Que ce bond géant de M1 et M2 en 2020 soit dû ou non à l’ajout de comptes d’épargne ou à l’impression illicite de la Fed n’a pas d’importance. Le fait est que la Fed a l’intention d’augmenter les taux d’intérêt et de les réduire à l’extrême alors que le PIB et le commerce de détail sont en déclin et que les salaires stagnent. C’est la même chose que la Fed a fait au début de la Grande Dépression, ce qui a rendu la dépression bien pire qu’elle ne l’aurait été autrement.

En d’autres termes, la Fed cherche à saboter notre économie, mais elle a besoin des données pour justifier ses actions. Elle a besoin que les données reflètent plus honnêtement la menace de l’inflation afin de pouvoir augmenter les taux et réduire progressivement la faiblesse de l’économie tout en évitant d’être tenue responsable des conséquences inévitables.

Dans un cas comme dans l’autre, les actions de la Fed suggèrent que l’inflation va se poursuivre sans relâche, qu’elle sait ce qui va se passer et qu’elle se positionne simplement pour détourner la responsabilité.

L’argument des économistes indépendants et des économistes traditionnels sera désormais que la Fed « capitulera » et fera marche arrière dès qu’elle « réalisera son erreur ». Désolé, mais les banquiers centraux sont parfaitement conscients de ce qu’ils font. Je soupçonne certaines personnes du mouvement pour la liberté de vouloir croire que la Fed va poursuivre ses mesures de relance parce qu’elles veulent que les prix de l’or et de l’argent augmentent.

Ne vous inquiétez pas, les prix finiront par monter car il n’y a aucune chance que la Fed arrête l’inflation/stagflation avec une hausse des taux d’intérêt de 2 à 3 %. De plus, alors que la guerre économique avec l’Est continue de s’intensifier, des nations comme les BRICS continueront à abandonner le dollar comme monnaie de réserve. Le prix physique de l’or et de l’argent se découplera du prix papier manipulé des ETF. Cela s’est déjà produit en 2020-2021, et cela se reproduira bientôt.

Les commentateurs financiers grand public veulent croire que la Fed va capituler parce qu’ils veulent désespérément que la fête sur les marchés boursiers continue, mais la fête est terminée. Bien sûr, il y aura des moments où les marchés se redresseront sur la base de rien d’autre qu’un ou deux mots d’un fonctionnaire de la Fed semant de faux espoirs, mais cela deviendra rare. En fin de compte, la Fed a emporté le bol de punch et il ne reviendra pas. Elle a l’excuse parfaite pour tuer l’économie et les marchés sous la forme d’un désastre stagflationniste qu’elle a provoqué. Pourquoi feraient-ils marche arrière maintenant ?

N’oubliez pas qui est réellement responsable de ce gâchis, alors que les prix continuent de grimper en flèche et que l’économie se déstabilise. Les comptes doivent être rendus et les banquiers centraux ne doivent pas pouvoir s’échapper sans être punis.

Brandon Smith, Alt-Market.us, le 12 mai 2022

Traduit par Hervé pour Vers où va-t-on ?

Rappels :

La Fed a déclenché un désastre stagflationniste qui va frapper fort cette année

Le piège stagflationniste conduira au revenu universel et au rationnement alimentaire

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 57 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La Fed retire le bol de punch

  1. zorba44 dit :

    Peu importe la méthode, puisque le but est de tout casser…

    Seulement quand on casse tout sans plan B (la 5G était le plan B) ceux qui tireront leur épingle du jeu seront ceux qui ont des bocaux de verre, des terres (pas à la façon de ce malade de Billy) et qui savent collecter l’eau et faire pousser des légumes.

    Dans ce schéma le prix de l’or et de l’argent n’a aucune espèce d’importance car on n’échange pas contre de l’hyperinflation qui ne s’ACHÊTE pas mais qu’il convient de fuir.

    Le troc, de bons voisins et des …armes !

    Le sang va malheureusement couler à flots.

    Jean LENOIR

  2. rodez21 dit :

    La FED retire le bol de punch pour permettre aux requins de pouvoir faire leur marché.
    A titre indicatif, le fond de W Buffet (Berkshire Hathaway) dispose de près de 150 milliards de dollars en cash.

    Et puis le paradigme de la croissance tirée par les classes moyennes année après année, c’est FINI ! TERMINE ! Place désormais aux placements dits décarbonés, donc serrage de ceinture pour (nous) tous, sauf pour Buffet & consorts

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s