Jane Goodall, primatologue, messagère de la Paix de l’ONU et dépopulationniste

L’héritage Goodall ou les espérances malthusiennes

par Thibault Kerlirzin

Gates, Harari, Schwab, Soros, Strong… Si ces hommes influents partagent le vœu de réduction drastique de la population mondiale, c’est aussi le cas de Jane Goodall, primatologue et militante écologiste de l’aube pour qui desseins spiritualiste et malthusianiste ne font qu’un.

La réduction démographique décomplexée

Jane Goodall possède un CV à la Maurice Strong. Âgée de 88 ans, cette éthologue de renom est connue sur la scène internationale pour ses travaux pionniers sur les chimpanzés et les interactions entre les humains et les animaux. Anglaise, elle a reçu le grade de Dame Commander of the British Empire, deuxième grade le plus important de cette distinction. En 2002, les Nations unies lui ont conféré le titre honorifique de Messagère de la Paix, en reconnaissance de son soutien aux travaux de l’ONU. Mais la raison du présent article se situe ailleurs. Invitée à Davos en 2020, Goodall tint les propos suivants, au cours d’une table ronde intitulée « Assurer un avenir durable pour l’Amazonie » 1.

Ces propos font écho aux préoccupations du Good Club réuni en 2009 sur l’initiative de Bill Gates. Mais aussi, à d’autres personnalités. Maurice Strong, dans son autobiographie datée de 2000, se prononçait avec entrain pour un retour à la démographie du début du XXe siècle, « une lueur d’espoir pour l’avenir de notre espèce et son potentiel de régénération » 2. Ted Turner, le milliardaire magnat des médias qui a créé la United Nations Foundation, liée à l’ONU, approuvait en 2013, dans le cadre de sa fondation, l’idée de « réduire la population en ayant volontairement un seul enfant par famille pendant cent ans. Ramener la population là où Paul Ehrlich 3 a dit qu’elle devrait être, soit environ deux à deux milliards et demi de personnes ».

En décembre 2021, James Lovelock, centenaire, auteur de l’Hypothèse Gaïa et co-président de l’ONG Population Matters 4, déclarait pour la BBC que le seuil démographique mondial se limiterait à « pas plus d’un milliard, probablement moins […] c’est très important. » Le Prince Philip de Mountbatten, cofondateur du WWF et mari d’Elizabeth II, dans des propos rapportés par The Guardian, souhaitait se réincarner « sous la forme d’un virus mortel, pour contribuer à résoudre la question de la surpopulation. » Goodall s’inscrit donc dans la droite ligne des élites anglo-américaines et de leur obsession néo-malthusienne.

Un profil ancré dans la spiritualité écologiste

Jane Goodall s’est investie dans de très nombreuses initiatives. Le site Sourcewatch, en sommeil depuis une dizaine d’années sur certaines fiches, en fournit un panorama fort complet. Il recense environ 80 organisations où Goodall a occupé des postes variés (fellow, bureau consultatif, direction, conseil du président, membre honoraire, consultante…). Citons quelques exemples. Comme Ted Turner, elle fut notamment codirectrice du State of the World Forum 5, qui affichait comme objectif de « faire travailler ensemble des partenaires du monde entier pour regrouper le génie créatif de la planète dans la recherche de solutions aux défis mondiaux critiques ».

Outre des entreprises, nous y trouvions des financements de la Rockefeller Foundation, du Rockefeller Brothers Fund, ainsi que des fondations Ford, MacArthur et Hewlett. Goodall siège au bureau honoraire de Green Cross International, calque environnementaliste de la Croix Rouge créé par Gorbatchev 6, et anciennement dirigé par Alexander Likhotal, membre du conseil d’Earth Charter International et membre du comité exécutif du Club de Rome. Elle est en outre une patronne de Population Matters, déjà citée.

La pensée de Goodall est en osmose avec celle de Davos. La devise de la première comme du second sont des paraphrases de la Tikkun Olam (« réparer le monde ») et laissent entendre que les deux se veulent investis d’une mission quasi religieuse. Le World Economic Forum de Schwab déclare vouloir « améliorer l’état du monde », tandis que la Jane Goodall Legacy Foundation affiche « you can help heal the world » (« vous pouvez aider à guérir / réparer le monde »).

Goodall s’inscrit aussi dans la filiation de références écologiques comme la Charte de la Terre. Steven C. Rockefeller, coauteur de la Charte et fondateur d’Earth Council International, a de ce fait siégé sans surprise au bureau consultatif international d’une autre organisation de l’éthologue, le Jane Goodall Institute. Assez logiquement, Goodall est liée au New Age 7, ce que met en lumière une lecture de son autobiographie Reason for Hope : A Spiritual Journey. Chroniquée par la revue New Age, Goodall y décrit son initiation à la théosophie 8. Elle se retrouve également dans plusieurs organisations aux noms liés à la mouvance New Age et à visée syncrétique : Orion Magazine, World Council of Religious Leaders, World Wisdom Council…

De l’Institut Goodall à la Fondation pour l’héritage

Le Jane Goodall Institute, fondé en 1977, est une bonne synthèse des intérêts que représente Jane Goodall, cache-sexe d’autres activités. L’Institut comprend plusieurs dizaines de partenaires, et plusieurs centaines de bailleurs de fonds. Parmi les entreprises et fondations d’entreprises : Microsoft (Bill Gates), Salesforce (Marc Benioff), Facebook (Mark Zuckerberg), Delta Air Lines, ESRI (Environmental Systems Research Institute) 9.

Côté gouvernemental : National Aeronautics and Space Administration (NASA), USAID (faux-nez de la CIA), U. S. Fish and Wildlife Service. Soit des acteurs qui peuvent avoir grand intérêt à s’appuyer sur les connaissances et les réseaux de l’institut (ou l’utiliser comme écran) tant pour identifier et cartographier des zones de ressources et de minerais, que pour développer des leviers de finance verte et bleue sous patronage américain. L’Institut a en effet implémenté un plan d’action de conservation sur 3,4 millions d’hectares. Mais comme nous l’avons déjà souligné ailleurs, ce wilderness, s’il entend préserver des zones de l’activité humaine, se montre moins regardant lorsqu’il s’agit d’extraire des ressources ou de financiariser des services écosystémiques.

Sa Fondation Jane Goodall Legacy, où la primatologue apparaît l’air bienveillante et portant un foulard composé de papillons « monarque » 10, a été créée en 2017. Elle se fixe pour but notable de soutenir et de diffuser les programmes du Jane Goodall Institute, en particulier celui à destination de la « jeunesse du monde », qui travaille avec des écoles, des éducateurs ainsi que des organisations de jeunesse. En trente ans, l’Institut a de fait réussi à développer de tels programmes environnementalistes dans plus de 65 pays.

La Jane Goodall Legacy Foundation dispose par ailleurs d’un Conseil pour l’Espoir (Council for Hope) 11. Quelques profils sont intéressants à mentionner : professeur Lord Nicholas Stern, de la London School of Economics, création de la Société fabienne ; Marc Benioff à nouveau, fondateur et co-PDG de Salesforce ; Muhammad Yunus, Prix Nobel de la Paix et membre de la Rockefeller Foundation 12.

En somme, nous pourrions dire que Jane Goodall est une synthèse : New Age, écologie et réduction démographique, et feuille de vigne de business comme des services de renseignement anglo-américains. Une personnalité bien loin de l’image présentée sur Vikidia, « l’encyclopédie des 8 – 13 ans ».

Thibault Kerlirzin, Davocratie.com, le 28 juin 2022

Rappels :

1969 – Un article du New York Times expose le programme de dépopulation de John D. Rockefeller

Ils ne veulent pas éliminer la pauvreté. Ils veulent éliminer les pauvres

Le vrai programme de Macron, c’est Harari qui en parle le mieux

L’OMS appelle à légaliser l’infanticide pur et simple !

Pourquoi les mondialistes et les gouvernements veulent-ils à tout prix un taux de vaccination de 100 % ?

PLANDEMIE – Gates, Soros, Rockefeller, Buffet, Bezos : l’idéologie néo-malthusienne des élites globalistes

Notes :

1 – En complément de sa déclaration du 22 janvier 2020 à Davos dont elle est contributrice : « Nous ne pouvons pas nous cacher de la croissance de la population humaine, car vous savez qu’elle sous-tend un ensemble d’autres problèmes. Ce dont nous avons parlé ne serait pas un problème si la taille de la population était celle d’il y a cinq cents ans. » ajoutons que la population mondiale d’il y a cinq cents ans, soit en 1500, se situait entre 425 et 540 millions de personnes, chiffre approchant les « commandements » inscrits sur les Georgia Guidestones.

2 – Strong (Maurice), Where on Earth Are we Going ?, format Kindle, emp. 395-398.

3 – Auteur d’un livre qui a marqué le mouvement écologiste et son idéologie néo-malthusienne, La Bombe P. (The Population Bomb, 1968).

4 – Dont l’ancien nom, plus explicite, est Optimum Population Trust. On y trouve par ailleurs Paul Ehrlich.

5 – Dont la première édition a été coorganisée, entre autres, par Mikhail Gorbachev, Ted Turner et Maurice Strong.

6 – Aux côtés entre autres de Leonardo DiCaprio ou de David Suzuki, père de la Greta Thunberg première version du Sommet de Rio, Severn Cullis-Suzuki. Sur la même variation de thème, Greta Thunberg, Jane Goodall et Sir David Attenborough (entre autres patron de Population Matters, anglais comme Goodall, multi-anobli et âgé de 96 ans) figuraient ensemble sur une vidéo du WEF datée de 2019, « Plea for the Planet ».

7 – Chronique reproduite dans ce livre de Goodall, format Kindle, emp. 66.

8 – Au sens de la Société théosophique, comme le montre la fiche consacrée à Jane Goodall sur Theosophy Wiki. Pour les mentions de l’initiation de Goodall, voir son autobiographie aux emplacements 615, 622, 642 et 1160, soit respectivement les pages 32, 34 et 79 de l’édition papier.

9 – Fondé en 1969, l’Esri est pionnier du logiciel de cartographie et d’analyse SIG (Système d’Information Géographique). Il est en outre appuyé par la CIA et travaille depuis plus de trente ans avec la National Geospatial-Intelligence Agency (NGA). En 2010, l’U.S. Geospatial Intelligence Foundation a d’ailleurs remis une récompense à Jack Dangermond, fondateur de l’Esri, précisant que par le passé, ce prix avait été remis à des membres du renseignement dont la CIA.

10 – Certains y verront un lien avec la branche Monarch du projet MK Ultra. Si celui-ci est officiel cette branche ne l’est pas. Nous nous contentons de signaler le clin d’oeil vu les nombreux éléments théosophiques dans celle-ci et que Jane Goodall revendique.

11 – Un élément de langage qui n’est pas sans rappeler l’Arche de l’Espoir.

12 – Yunus a plusieurs autres casquettes. Il a notamment fondé Yunus Social Business (YSB) Global Initiatives, un fonds de capital-risque qui compte, parmi ses partenaires financiers : Rockefeller Foundation, Bill & Melinda Gates Foundation, Clinton Foundation, USAID, Bank of America… Il travaille en outre en collaboration avec la Schwab Foundation for Social Entrepreneurship de Klaus Schwab. Le YSB annonce qu’il « convertit les dons philanthropiques en investissements dans des entreprises sociales durables ».

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 57 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

28 commentaires pour Jane Goodall, primatologue, messagère de la Paix de l’ONU et dépopulationniste

  1. Nanker dit :

    Il faut effectivement réduire massivement les populations… en Afrique! Et parallèlement il faut avoir une politique nataliste énergique chez nous.
    Sinon nous finirons comme Rome en 410 : submergés par les barbares. Quoiqu’Alaric le Wisigoth (donc étymologiquement un Goth sage) était probablement 10 fois plus évolué que ce qui nous arrive par l’Espagne ou l’Italie actuellement.

  2. Danse dit :

    Il est très important de connaître les membres du Club de Rome (fondé par David Rockefeller) et aussi de ses filiales mouvantes, comme les clubs de Budapest et de Madrid, qui labourent profond dans la programmation mentale new-age / Agenda21, mélangée aux « nouvelles technologies spirituelles », incluant le channelling de « nos frères de lumière » bienveillants et aimants avec leurs messages empoisonnés.
    Parmi les membres on trouve : Bill Gates, Al Gore, le Dalaï Lama, George Soros, Bill Clinton, Henry Kissinger, mais aussi Barbara Marx Hubbard, Marianne Williamson, Jane Goodall, Deepak Chopra, Patrick Viveret, Edgar Morin…

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Club_de_Budapest
    Entre 1996 à 2004, le club a émis une série de récompenses.
    Le prix Conscience planétaire était décerné à des personnalités pour leurs exemples remarquables de conscience mondiale dans l’action17.
    Le prix Changer le monde – Prix de la meilleure pratique avait lui pour but de promouvoir les projets innovants utilisant les meilleures pratiques dans le monde concernant, entre autres, le développement durable :
    en appliquant les critères de l’Agenda 21 sur les plans social et écologique d’une manière particulièrement innovante, exemplaire, efficace et intégrale ;
    en disposant d’un potentiel particulier pour lancer le processus fondamental de changement vers un monde responsable et axé vers un mode de pensée gagnant-gagnant ;
    en ayant simultanément un potentiel implicite d’application dans des domaines différents18,19.
    (…)
    Le club de Budapest organise des sommets et des conférences dans le monde entier, et soutient les initiatives innovantes et bénéfiques pour l’humanité et le devenir de la planète, tout en étant dans l’état d’esprit de la théorie intégrale, projets pour lesquels le club de Budapest a décerné différents prix.
    Le club de Budapest est membre fondateur du plan Marshall global, dont le but est d’améliorer le cadre contraignant de l’économie mondiale afin de mettre celle-ci en harmonie avec l’environnement, la société et la culture
    (…)
    En 2007, le club de Budapest crée sa plate-forme opérationnelle à travers le réseau mondial WorldShift Network21 qui retrace, connecte et encourage toutes les associations et particuliers travaillant honnêtement et de façon durable à déplacer la tendance mortelle du changement global actuel dans une direction favorisant l’efficacité politique au sein de la société civile. Il est animé par les capacités humaines que sont la conscience de soi, la compassion et la sagesse. Ainsi, le réseau WorldShift ambitionne de donner naissance à une nouvelle culture mondiale, profondément imprégnée par l’esprit, ainsi que de faire évoluer la conscience planétaire, en lui donnant comme modèles l’amour, la préservation et la promotion de la vie

  3. Laurent dit :

    Préparez vous à avoir froid cet hiver pour sauver l’industrie automobile allemande. Notre ministre de la transition énergétique vient d’accepter ce jour à Bruxelles l’accord de réduction de nos consommations énergétiques de 15% pour partager notre gaz avec d’autres pays et principalement avec l’Allemagne. Les 27 ministres de l’énergie ont pris accord, sauf que la gestion sera assurée par le conseil de l’europe, soit les Etats membres, et non par la commission. Ils envoient balader la caporale Von der Leyen et Thierry Breton, le yankee. Concernant l’aspect répressif, il est prévu une certaine flexibilité et des exceptions en cas de non respect notamment pour les Etats insulaires. Donc hier Pannier Runacher indiquait ne pas accepter l’accord, ce jour on nous annonce que la France a accepté et s’est déculottée devant l’Allemagne. Nous allons geler cet hiver à cause des allemands et de l’incompétence de nos élus, et certaines entreprises seront contraintes de stopper leur production. La macronie confirme être totalement inféodée à des intérêts étrangers et surtout à ceux de l’Allemagne. Atteinte à notre souveraineté énergétique.
    https://www.lefigaro.fr/conjoncture/gaz-les-etats-membres-de-l-ue-s-accordent-sur-un-plan-de-reduction-de-leur-consommation-20220726

    • on est pas dans la merde dit :

      à ce rythme, c’est plus avec la russie par ukronazi interposés que les pays d’europe seront en guerre, mais tous ligués contre l’allemagne.

      D’ailleurs selon F.Asselineau, les allemands lorgnent déjà sur notre capacité d’arme nucléaire en proposant d’aider à financer… or, qui paye commande, donc que les bosch s’achètent du pétrole au lieu de nous envahir. ça évitera aux Gilets Jaunes et aux autres français de se geler les couilles pour les assister.
      Et que les militaires de haut rang français réagissent pour une fois dans leur vie de traitres minables de sous fifres de l’otan

  4. jan85 dit :

    cette dame de 88 ans ferait mieux de s’occuper de son eternité car elle n’a plus beaucoup de temps devant elle. pauvre monde

  5. sherlok dit :

    si les Gates, Harari, Schwab, Soros, Strong… Rokfeller, Rotschild….se souciaient plutôt à oeuvrer pour arrêter les stupides guerres, et injustices, partout sur la planète, à oeuvrer pour une vraie paix solidaire, et le véritable but affiché de l’ United Nations Organisation créée après le 2ème conflit mondial avec toutes ses promesses, au lieu d’aller rechercher leurs vielles théories familiales de vieux racornis insatisfaits de la HIgh Class stupid et blind du 19ème à commencer par Darwin et son neveu Galton on n’en serait pas là. Mais voilà, le sombre et l’obscur du monde l’emporte. Devinez pourquoi ? ils se prennent pour des êtres supérieurs, …vont avoir des comptes à rendre.
    Apocalypse 22 vers 15 dehors sont les chiens … et ceux qui aiment et pratiquent le mensonge.

    • sherlok dit :

      « Assez logiquement, Goodall est liée au New Age, ce que met en lumière une lecture de son autobiographie Reason for Hope : A Spiritual Journey. Chroniquée par la revue New Age, Goodall y décrit son initiation à la théosophie. » TOUT EST DIT. Savez vous ce qu’est la théosophie consacrée par Blavatsky au 19ème justement? un ensemble de doctrines ésotériques qui auraient traversé l’Antiquité et se seraient continuées en Occident, à travers notamment la théosophie « chrétienne  » allemande. sombre, occulte, et avec odeur de souffre.
      et le Diable lui dit  (au Christ) Luc 4 : “ Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de [ces royaumes], parce qu’il m’a été livré, et je le donne à qui je veux. 7 Toi donc, si tu fais un acte d’adoration devant moi, cela sera tout à toi. ”

      • mark knopfler dit :

        Il faut faire le lien entre Wicca, New Age, théosophie, cultes à mystères (ésotérisme, Kabbale) pour toucher du doigt la volonté actuelle d’imposer une religion universelle fortement inspirée de la tradition primordiale.
        Ce retour impérieux au culte de Gaïa (écologisme) renvoie à des traditions anciennes, Déméter par exemple, dans la mythologie Grecque, alias mère nourricière démiurgique et surtout sa fille Coré, issue de son accouplement avec Zeus/Jupiter, une déesse infernale à mi-temps, si je puis dire, ayant un rôle agraire.

        Danse pointe différents clubs (Rome, Budapest etc…) qui reprennent ce syncrétisme post New Age et qui pilotent, en grande partie, la volonté des philanthropes actuels qui font tâche d’huite dans les entrismes très choisis.
        Edgar Morin est effectivement une figure de cette révolution élitiste qui remet en cause le cartésianisme et l’approche atomiste d’un Parménide, l’approche doctrinaire d’Héraclite étant privilégiée.

        Je l’avais déjà posté, mais voici une vidéo de Marc Halevy expliquant à un parterre médusé à l’UNESCO, la révolution métaphysique et anthropologique envisagée pour le post XXIème siècle et Edgar Morin y est plus que mentionné :

        Nous sommes en pleine révolution à partir de ce modèle de la métaphysique du devenir, parfaitement compatible avec l’approche dite Luciférienne.

      • Catherine dit :

        A Mark, quand je vous lis, je me fais l’effet d’être « une bouche inutile ». Pfff😩😩😩😩. C’est dur de comprendre que l’on n’est pas grand’chose……

      • mark knopfler dit :

        @Catherine, rectification, nous ne sommes pas grand chose, ils décident de notre avenir, celui de l’humanité, ce sont les médiateurs de Gaïa/Māyā, nous sommes leurs esclaves bercés de leurs illusions.

        « Ce n’est certainement pas un masque inerte que l’on pourrait appliquer et sans doute aussi retirer à quelque X inconnu ! L’apparence, pour moi, c’est la réalité agissante et vivante elle-même, qui, dans sa façon d’être ironique, à l’égard d’elle-même, va jusqu’à me faire sentir qu’il n’y a là qu’apparence, feu follet et danse des elfes, et rien de plus – que parmi tous ces rêveurs, moi aussi, en tant que « connaissant », je danse ma propre danse. » Nietzsche Le Gai Savoir.

        Tout est illusion, penser le contraire est vaniteux.
        Ce qui renvoie à l’Ecclésiaste : « Vanitás vanitátum et omnia vanitas ! »

  6. clavreul dit :

    La quatrième révolution industrielle n’ est pas possible avec 7 milliards d’ individus :

    https://www.versdemain.org/articles/gouvernement-mondial/item/limiter-la-population-mondiale-a-500-millions

    • clavreul dit :

      Remarquez, les tables de la loi du Nouvel Ordre Mondial n’ ont pas l’ air de plaire à tout le monde :

      • mark knopfler dit :

        C’est plutôt bon signe, les consciences commencent à s’éveiller quant à désigner le véritable adversaire/architecte caché derrière les guerres OTANesques contre Poutine et contre le Covid.

        En bref, l’idéologie derrière ce chaos organisé.

    • rodez21 dit :

      @ clavreul
       »La quatrième révolution industrielle n’ est pas possible avec 7 milliards d’ individus »

      A fortiori avec 8 milliards, chiffre que l’on vient d’atteindre d’après les démographes.
      Et c’est bien ce qui préoccupe l’élite oligarchique qui constate qu’ayant laissé la population se multiplier, la dite population aura tôt fait de tout consommer.
      Et ces prétendues élites, n’ont pas attendu le message que cette charmante jeune femme essaie de nous faire passer, pour réaliser que 8 milliards d’individus sur Terre, représentent désormais un danger.

      • clavreul dit :

        8 ! ça change toutes les semaines…

      • clavreul dit :

        ‘ 8 milliards d’ individus sur Terre, représentent désormais un danger ‘.
        Bill sort de ce corps…
        Le problème ça n’ est pas la question du nombre d’humains sur terre mais le partage et l’ équité sociale face aux ressources de ce monde. Le progrès à détruit les traditions ancestrales des populations qui vivaient dans la simplicité et proche de la nature par une agriculture vivrière. Le modernisme, c’ est le hors limite ou la technologie devient un outil de profitabilité outrancière. Un monde fait de fermiers qui fabriquent leurs fromages dans les alpages laisse de la place pour tout le monde pas celui de la multinationale agroalimentaire coté au CAC 40 qui encadre des fermes usines. Ce monde ou l’ on réduit au maximum la main d’ oeuvre pour améliorer le taux de profitabilité de la minorité qui détient le capital. Uber est la démonstration que nous sommes arrivés au bout de ce système ou le travail est totalement vidé de sa substance qualitative et en premier lieu de la fierté de celui qui l’ accomplit.
        ‘ Il n’ y a rien de plus criminel que celui qui aime l’ argent. ( Siracide 10,10;Vulg.)
        Ce sont ces gens là qui trouvent que l’ on est trop nombreux sur terre ?

      • clavreul dit :

        La profitabilité par le monopole :

  7. Kodiak dit :

    Les criminels ont prévu leurs trous où ils pourront se terrer quand ça tournera au vinaigre pour eux :

    Cliquer pour accéder à Corsham_Tunnel_version1.pdf

  8. Stanislas dit :

    et voilà le travail,
    Elle a passé sa vie à étudier les singes et elle finit à discuter avec eux, à leur table..

  9. zorba44 dit :

    C’est fou comme avec l’âge les expressions d’un visage et ses rides nous rapprochent de la bouille des chimpanzés…

    Sinon je me permets de rappeler qu’avec moins de 2000 km2 de territoire la France peut nourrir 70 000 000 d’habitants …et de rappeler que la Hollande, ce pays confetti est un des premiers exportateurs mondiaux de produits agricoles et, sauf erreur, le premier producteur de fleurs mondial qu’il distribue dans le monde entier.

    Seul challenge avec dix ou vingt milliards d’humains (on n’est pas aux limites de capacité !) de créer un maillage de villages et villes moyennes moins consommatrices de biens d’équipements pharaoniques lesquels coûtent de plus en plus cher dans les mégapoles.

    Bien entendu, revenir à la civilisation des objets bien construits et qui durent – je me plais souvent à rappeler que la machine à coudre SINGER de ma mère a fonctionné sans discontinuer à la main ou à l’électricité depuis les années 1930… Heureuse celle de mes soeurs qui en a hérité, Isabelle je crois.

    Ici un robot ménager de 12 ans d’âge en fonctionnement devient une curiosité !

    Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s