Du codage hospitalier au Covidage des esprits…

C’est le coeur de l’arnaque pandémique ! Le tour de passe-passe du «Covid» vient en premier lieu de la bureaucratie sanitaire. Notre lecteur Stanislas a effectué un remarquable travail d’identification et d’analyse de toutes les innovations administratives et statistiques, réalisées sous l’autorité de l’OMS (dont on sait aux mains de qui elle se trouve), qui ont permis l’escroquerie du siècle. En voici la synthèse. OD

Le 15 mars 2020, Macron annonce que « nous sommes en guerre » et déclenche un « état d’urgence » aussi nécessaire qu’opportun pour développer un certain nombre d’opérations d’ingénierie sociale ainsi qu’un business juteux pour Big Pharma.

Un avis de l’HCSP du 5 mars 2020 fait un état de la situation épidémique au 27 février :

« tous les continents sont touchés et les pays notifiant le plus de cas confirmés sont la République de Corée (1 595 cas), l’Italie (400), le Japon (186), l’Iran (139 cas) et Singapour (93 cas) [1]. ». Le microscope est désormais mis sur la terre entière.

Il est important de comprendre que dans cette arnaque du Covid, c’est la construction de la première « vague » qui est essentielle, la période qui va de janvier à juin 2020, la suite devenant trouble pour des raisons compréhensibles (déprogrammations massives d’actes, injections toxiques, etc.)

Dans les jours qui ont suivi le 15 mars, on assiste à une première historique : un croque-mort nommé Jérôme Salomon s’installe sur les chaînes de télé pour débiter les chiffres de « cas« , « d’hospitalisations« , de « réas » et de « décès« …  ce qui va assurer à cette psy-op le succès que n’avait pas obtenu l’opération ratée de la H1N1.

Je vais tenter, dans un raccourci compliqué, de vous expliquer comment s’est constitué ce tour de prestidigitation de bureaucratie sanitaire et infectiologique, amplifié par un intense bombardement médiatique.

Tout ce qui suit se base sur une importante bibliographie que je suis en mesure de fournir.

Les innovations par rapport à H1N1 pour réussir le coup fumant du Covid

– Une codification hospitalière (CIM10) inédite dans l’histoire depuis la création de la T2A. Codes d’urgence et remontées en accéléré inédits

– La création en 2016 de SI-VIC suite aux attentats de Paris du 13 novembre 2015

– La création en 2014 d’un plan ORSAN REB en complément les plans blancs hospitaliers

– Un élargissement du suivi épidémique, du concept de « grippe » à celui d’« IRA » (infection respiratoire aiguë)

– La taylorisation de services hospitaliers, par l’innovation des « réas éphémère »

L’utilisation inédite de la codification CIM10 de mortalité et hospitalière

En janvier 2020, l’OMS crée deux codes d’urgence U07.1 et U07.2 qui auront ensuite des extensions (la France n’applique pas U07.2). La 22ème famille des codes CIM10 n’a jamais été utilisée de la manière dont elle va l’être dès avril 2020 (première consigne ATIH le 17 mars 2020).

Ces codes n’ont pas de libellé et ils sont affectés à des racines particulières, ce sont des sortes  de codes « coucous » ou « caméléons ». Il existe déjà des codes à corona dans la CIM10 (B342 – B972 – U049 (SRAS)… ZIKA avait été d’abord classé en U06, il y a deux ans,  puis, n’étant visiblement pas utilisé, il a été recasé récemment en A925. Comme quoi…

Le principe est que ces codes d’entrée à l’hôpital se font à partir de la détection de « cas possibles » et ils sont remontés en accéléré par la tuyauterie sécurisée SI-VIC qui part vers l’ARS et la DGS. D’où la possibilité pour le croque-mort de ZOOMER, en direct sur un plateau télé, les seuls «Covid».

Ces codes n’ont pas de libellé et ils sont imputés, par décision d’origine inconnue (voir Note du collectif médecins COVID-19 et T2A de mai 2020), à des racines ciblées principalement dans la famille des « maladies respiratoires », et de façon moindre dans celle des « maladies infectieuses », au milieu d’autres pathologies respiratoires et infectieuses très diverses…

La fameuse expression qui symbolise ce tour de passe passe est : « mort DU Covid ou AVEC le Covid ».

L’élargissement de grippe à « IRA »

Le 15 mars 2020, le Réseau Sentinelles qui surveille les diverses épidémies écrit : « En mars 2020, la surveillance des « syndromes grippaux » a été élargie et remplacée par celle des « infections respiratoires aiguës » (IRA) ».

Il faut avoir lu les rapports, réflexions, assises, des plateaux d’infectiologues depuis 20 ans, pour apprécier à quel point les infections respiratoires et leurs exacerbations sont compliquées à diagnostiquer. La bibliographie est énorme (BPCO, asthme, pneumonies Sepsis nosocomiales, etc.). Dans la précipitation et le chaos organisé, le triage des «cas possibles » et des « signes évocateurs de », il n’est pas certain que tout ait été bien confirmé (cf. remontées en accéléré).

En élargissant aux IRA donc, le système sanitaire et médical s’ouvre un réservoir important dIRC (infections respiratoires chroniques). Il faut aller voir les fiches pathologiques d’AMELI pour bien se rendre compte des chiffres liés aux prises en charge dans ce domaine. En 2018 et 2019, l’effectif est respectivement de 2 874 100 et 3 000 000 de personnes !

Et en termes de décès, sans télés, sans politique, et sans état d’urgence :

2018 : 81 700 décès et 2019 : 84 600…  soit 166 300 morts sur 2 ans.

Combien déjà pour le « Covid » sur 2 ans ?… 150 000. 

Le plan ORSAN REB

Deux textes, le 20 février et le 16 mars. Ce plan déclenche deux points très importants à retenir :

Désignation de 38 établissements de 1ère ligne (des CHU) avec SAMU 15, labo et surtout infectiologues référents, puis une centaine d’établissements de 2ème ligne du secteur public qui ont eu pour tâche de trier les « cas possibles » suspectés après avis du référent.

C’est-à-dire que 10 % des hôpitaux environ sont habilités à recevoir et à isoler des cas possibles Covid. Ceux qui savent, se souviendront que les établissements privés étaient quasi vides.

2° Déprogrammation massive d’autres actes

Les points remarquables à extraire de ce plan :

– L’infectiologie est une petite famille de 700 spécialistes en France. Sur les 38 « infectiologues référents » désignés, 3 sont au conseil scientifique – 1 va ensuite au cabinet de Véran – 3 à la HCSP – 5 sont cotés en conflit d’intérêts de belle facture…

37 % des Covid ont été codés en Ile-de-France

– et les 4 régions : Ile-de-France, Grand Est, Hauts de France et Auvergne Rhône Alpes représentent 75 % des codages Covid…

– En avril 2020, au pic de l’épidémie 1ère vague, le système hospitalier avait une activité inférieure de 50% à celle de 2019

Sur le plan de la bureaucratie sanitaire, on peut affirmer que le N-COV (OMS janvier 2020) , devenu « Sars Cov 2 » ensuite, a été très autoritaire avec ses congénères.

Le CNR (centre national de référence des virus), lors de sa restitution d’activités épidémiques des années 2014 à 2018, fait état de la présence simultanée de 700 à 900 virus isolés dans le cadre de la surveillance réseau Sentinelles.

Cette fois, en semaine 12 de 2020, probablement pour la première fois dans l’histoire, le virus du « Covid » a liquidé toute la concurrence grippale. Les virus de la grippe et des exacerbations respiratoires diverses ont fui la terre.

…… Ou alors on n’a pas trouvé ce qu’on n’a pas cherché .

Il resterait à traiter l’astuce des réas éphémères dans les espaces de soins critiques, entre mars et juin 2020, qui a permis de doubler le nombre de lits, en « armant » des lits moins dotés et en organisant des équipes de soignants et la rotation des patients (rapport de la Cour des comptes au Sénat en juillet 2021). Si on compare les journées d’entrée en « réas » et le nombre de lits opérationnels par département, il est difficile d’entrevoir une surcharge, compte tenu du fait que l’activité est moitié moindre que celle de 2019.

Pour finir, une analyse simple des différents tableaux de l’activité hospitalière qu’on trouve en ligne sur SCAN SANTE de l’ATIH montre clairement qu’en 2020, il ne s’est rien passé de plus que les années précédentes sur la famille CMD4 des « maladies respiratoires » et CMD 18  « infectieuses ».

N.B. Pour information, les escrocs ont sorti début 2022 la nouvelle codification CIM11, qui fait entrer « Covid » dans le langage courant hospitalier et fait passer le code Covid de U07.1 d’urgence… à RA01.0 – RA01.1 et d’autres variétés. Cela signifie que ça va durer officiellement sous différentes formes et sans bruit… Et ça permettra aussi de faire durer tous les textes de lois « Covid » scélérats, inscrits dans le marbre constitutionnel, dont la disparition du contrat de travail avec la suspension sans salaire à vie et l’apartheid.

Stanislas, le 4 novembre 2022

Rappels :

2020-2030 : LE PLAN

L’OMS reconnaît que ses gros chiffres sur la mortalité Covid étaient faux

Le rapport de l’ATIH sur les hospitalisations en 2020 confirme que tous les choix faits depuis deux ans n’ont rien à voir avec la santé des Français

L’OMS confirme que le test Covid-19 PCR est invalide, les estimations de « cas positifs » sont sans fondement. Le confinement n’a aucune base scientifique

Coronavirus : Réveillez-vous, on se fout de vous ! Il y a des directives pour surestimer considérablement le nombre de décès dans tous les pays

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 57 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

45 commentaires pour Du codage hospitalier au Covidage des esprits…

  1. Élysée dit :

    Excellent travail !
    Un éclairage essentiel trop peu connu sur le réacteur de la « machine Covid ».
    Merci Stanislas ! 🙂

  2. matbee dit :

    Bravo Stanislas ! Magnifique travail… Et maintenant que les covidistes fous osent nous sortir leurs salades en état de décomposition avancée…

  3. En 2020, j’avais remarqué qu’on ne parlait plus de la grippe. En septembre 2020, j’ai enfin trouvé un graphique, sur la mortalité de l’épidémie de grippe, sur le site de l’INSEE, ce fameux graphique en forme cloche, non fini car les données s’arrêtent le 11 mars 2020.

  4. Tonnerre dit :

    Bravo à Stanislas !

  5. georgio licante dit :

    Du beau boulot, dense et technique.
    Et on sent que Stanislas en a certainement encore pas mal en réserve…

    • Stanislas dit :

      georgio licante

      Ce qui apparait ici, c’est la fondation de la création de l’exercice COVID très résumée. Il y a quelques bricoles qui manquent, dont l’élément central de la codification des décès COVID qui ne peut être vérifiée qu’avec des relations, soit à l’INSERM, soit à l’OMS. C’est donc à prendre comme une hypothèse tout de même assez sérieuse….sans la preuve formelle

      Pour les décès, en 2016 est sorti une étude du CEPIDC INSERM qui explique la méthode de codification et de choix des « causes initiales » et « causes sous jacentes ». C’est un logiciel IRIS qui fait le travail après codification des certificats qui ne comportent souvent que des mots…

       » ANALYSE DE LA MORTALITÉ PAR CAUSE : PONDÉRATION DES CAUSES MULTIPLES » Soumis le 03.10.2016 // Date of submission: 10.03.2016 (7 pages)

      Il s’avère qu’un certificat de décès comporte 3,4 causes en moyenne sur 550 000 certificats (2010). Suit un tableau qui montre en 2010 qu’apparait :

      – 140 936 fois la mention de la cause « maladie respiratoire »,
      – 32 640 fois la cause « respiratoire » en cause initiale

      Hypothèse sous truandage général de la cause COVID (valable pour l’international, mais je n’ai examiné que les procédures françaises) La question qui se pose, est ce que le « choix » effectué par un logiciel in fine a pu ressortir des « maladies respiratoires » qui n’étaient pas écrites en cause initiale ?

      Pourquoi cette question ?
      – parce qu’un décret opportun en mars 2020 (de mémoire) a élargi la possibilité que soient écrit les certificats de décès par des étudiants de 3 eme cycle..

      – parce que dans la va vite et la sidération générale organisée en début 2020, un certificateur qui ne connait pas le dossier du malade et se méfie peut noter « covid » pour simplifier (cette dernière hypothèse se base sur des affirmations de toubibs de mon secteur qui connaissaient les dossiers et m’ont parlé effectivement de cause « covid » non avérées

      – le site GEODES de décompte des certificat électronique des décès « associés au COVID » (où apparait donc le mot COVID sur le certificat ) indiquait 27 688 décès en semaine 53 de 2020…

      bref de quoi se poser des questions

  6. johnjohn dit :

    Très bon travail d’enquète.
    Je telecharge et partage.
    Merci.

  7. Ratatouille dit :

    Bravissimo Stanislas, 🙂

    Questo merita grandi abbracci,

  8. Danse dit :

    Stanislas,

    Ce que vous décrivez là c’est la colonne vertébrale de l’escroquerie « covid », son ARCHITECTURE TENTACULAIRE conçue pour être déployée en arborescence par des exécutants destinés à la faire avancer comme un rouleau compresseur sur l’Humanité, sans en apercevoir jamais la logique d’ensemble, sans apercevoir d’où elle vient, sans comprendre qu’ils travaillent déjà au service d’une intelligence artificielle…

    Que vouliez-vous dire hier avec votre projet de mémoire ? Est-ce un livre qu’on vous propose d’écrire, et vous cherchez quelqu’un pour vous aider à lui donner une colonne vertébrale ? Êtes-vous sûr d’avoir les limites que vous voyez ??

    • Stanislas dit :

      Danse

      Disons que j’ai eu un métier de réorganisation de PME défaillantes (autour de 100 personnes) . Un système défaillant peut l’être, par désordre de procédures ou totalement (procédures et humains en errance), dans ce dernier cas il faut tout reconstruire pour faire repartir une boutique qui a tout de même un potentiel (je n’étais pas un tueur de coûts)…
      Quand vous arrivez dans un système très défaillant, comme celui là, la 1ere chose à faire, c’est d’ouvrir les placards pour voir tomber les cadavres…
      autrement dit, recueillir des infos et des données multifactorielles :

      – les infos, données du passé pour comprendre la défaillance
      – observer les pratiques procédurales du moment
      – observer le potentiel général des salariés présents ou les profiteurs du système « flottant »..
      – connaitre l’environnement concurrentiel du secteur d’activité pour en tirer des particularités possibles de la PME pour prendre appui dans la relance

      Bon donc j’ai fait ce boulot pour le COVID » par déformation pro..

      AU fur et à mesure que j’ai avancé, et que j’avais la possibilité d’être entendu par des pros du secteur hospitalier, ma préoccupation a été de « boucher les trous » pour limiter les possibilités de mise en doute d’un point de la fondation..
      j’ai donc colmaté à chaque fois que les questions posées pendant une des rares auditions que j’ai pu faire, mettaient en doute un point quelconque.

      Le système voulu « défaillant » « COVID  » qui a consisté à déclencher un exercice sous état d’urgence, ne s’examine qu’au début, entre janvier 2020 et mai-juin 2020..
      C’est ce moment qui est important. Le reste c’est du dressage, de la procédure devenue usuelle, de la consolidation de simplification administrative … et des pressions constantes de tous ordres
      ON n’oublie souvent de considérer que quelques personnes sont au courant des procédures complètes. Ils n’ont pas été nombreux à mettre en oeuvre ou à être informé des intentions de départ. Je pose l’hypothème même que parmi des ministres, journalistes, médecins, au départ, il y ait eu des pigeons…

      C’est ça que j’aimerais restituer par écrit, logiquement, en triant les points importants des multiples données. C’est immense et tout est basé sur des documents officiels des agences sanitaires, infectiologiques et médicales nationales

      Je ne sais pas faire seul, je me connais assez bien…
      Selon moi, on est dans un travail universitaire de style mémoire de recherche ou thèse (en toute modestie).

      • Danse dit :

        « C’est ça que j’aimerais restituer par écrit, logiquement, en triant les points importants des multiples données. »

        Stanislas, c’est exactement ça que j’appelle donner une colonne vertébrale à un document.
        La question est de définir À QUEL PUBLIC vous souhaitez rendre intelligible votre analyse : spécialisé ou général, restreint ou large, et DANS QUEL DÉLAI, compte tenu de la vitesse de détérioration du système qui ne nous permet pas de savoir combien de temps la diffusion papier ou électronique restera possible.
        Aucun étudiant ne sera autorisé à en faire un sujet de thèse. Mais un travail du type « le maître ignorant » est envisageable.

        Vous auriez besoin d’une petite équipe constituée de GENS HABITUÉS À TOUT SCANNER ET TRIER ce qu’ils voient, par « dé »formation professionnelle ou/et formation personnelle, les deux allant souvent de pair, avec un médecin hors système dans le lot.
        Chacun apportant son angle d’attaque sur l’architecture des « défaillances » organisées et sa vision de l’éventail des effets à court, moyen et long terme de cette machine à tuer la réalité.

        Si vous restez seul à la rédaction du document, puisque vous avez déjà eu des retours sur vos observations, vous pourriez le présenter sous une autre forme plus courte :
        >faire un résumé plus « tonique » contenant tous les liens hypertextes utiles, et en encarts les définitions des sigles mentionnés,
        >puis dérouler la liste des objections que vous avez relevées avec en regard la liste des « colmatages » que vous y avez apportés,
        >enfin, lui donner un titre percutant, par exemple :
        Opération Covid ou la militarisation des CODES – un tour de prestidigitation anti-sanitaire

      • Danse dit :

        Sans oublier d’illustrer les points saillants par les graphiques le plus expressifs…

  9. zorba44 dit :

    Pour avoir une certaine expérience des statistiques et de ce qu’il est possible de leur faire dire (le tout et son contraire) on peut mesurer le travail de traquage, d’analyse et de synthèse considéralble accompli.

    Certes en 2020 toute l’arnaque consistait à faire remonter toute pathologie en lui imputant le label COVID à tel point que cela pouvait s’appliquer à des victimes d’accidents de la route mais à la loupe de Sherlock, pardon Stanislas rien n’a échappè !…

    Un petit lexique, toutefois, serait de décoder ou définir SI-VIC ORSAN-REB… car cela rend la lecture un peu brouillée.

    Bien amicalement

    Jean LENOIR

    (lequel subit depuis quelques jours ,des attaques d’arthrite, avec ou sans arthrose, …avec COVID ou sans COVID !)

    • Stanislas dit :

      zorba44

      allez je prends sherlock comme un compliment…

      Je vous comprends, mais encore une fois, c’est un résumé optimisé et accéléré

      définitions simples prise en ligne en un clic

       » – SI-VIC, le système d’information pour le suivi des victimes d’attentats et de situations sanitaires exceptionnelles »

      commentaire bibi : c’est cette tuyauterie sécurisée qui a permis de remonter les données en accéléré des « cas possibles » covid directement aux ARS et à la DGS entre autre (les consignes sont en ligne) …Là également la procédure spécifique consistait à remonter des dossiers non finalisés comme il est usage de faire dans les codifications hospitalières habituelles.

      – ORSAN REB

      Le plan ORSAN, pour Organisation de la Réponse du système de santé en situations Sanitaires exceptionnelles, est un dispositif d’organisation des soins français qui a été pensé par les Agences Régionales de Santé (ARS) en 2014. Il a d’abord été partiellement appliqué durant l’été 2014 au moment de l’entrée d’Ebola sur le territoire français, puis en totalité en février 2015 lors de l’épidémie de grippe saisonnière, qui a été particulièrement meurtrière (18 300 décès). Le plan ORSAN a été réactivé le 13 novembre 2015 suite aux attaques terroristes à Paris, puis le 14 juillet 2016 lors des attentats de Nice. Lorsqu’il est déclenché, le plan ORSAN a deux objectifs principaux

      Optimiser la prise en charge des patients lors d’événements graves et/ou inhabituels, comme l’épidémie Covid-19 par exemple.

      Garantir la continuité et la qualité des soins des patients non directement impliqués dans l’événement, par la mobilisation – au plus juste – des ressources nécessaires.

      ………………………………………
      Ce qui est intéressant dans les relectures ou auditions c’est que souvent les questions posées, ou les points non compris, m’ont fait creuser des aspects qui ne m’apparaissaient pas à priori dans ma submersion dans des centaines de pages de documents et de données accumulés..

      D’où l’intérêt d’une petite équipe de travail pour améliorer encore ce qui a été fait par bibi.
      Par exemple j’examine aujourd’hui des choses étonnantes dans les codifications de diagnostics associés sur les « maladies respiratoires » entre la période de 2017 à 2019 et 2020 et 2021…
      Je suis donc obligé de lire un dico médical ou un thésaurus de codage pour avancer très lentement. Un travail avec un toubib serait évidemment très efficace..

      C’est passionnant…

  10. Stanislas dit :

    Je voulais dire aussi que compte tenu de l’origine et de la nature de mes documents supports, il va être difficile de me traiter de complotiste car la personne qui le ferait, insulterait en même temps l’Etat et ses agences sanitaires :
    l’OMS, le conseil scientifique, l’académie de médecine, Santé Publique, le réseau Sentinelles, la DGS, l’ATIH, la HCSP, AMELI, le CEPIDC INSERM, la HAS, la SPILF, la SF2H, Institut Pasteur, des infectiologues, la cour des comptes, l’IGAS…etc..

    Depuis que j’ai fait ce boulot je peux affirmer que je suis en paix avec les gens qui se sont fait avoir, la majorité des médecins de ville qui méconnaissent globalement la codification CIM10, nombre de médecins hospitaliers qui connaissent vaguement la codification des actes dans leur spécialité,
    Seuls quelques personnages de haut niveau chargés des opérations pouvaient savoir.
    Il n’y a pas eu d’errances possibles au départ vu le nombre de plans épidémiques existants entre 2011 et 2019…

    C’est très très vicieux, d’autant que si vous comprenez ça, vous comprenez également nombre de choses comme le droit sous état d’urgence et les exercices sociaux de fragmentation des familles etc..

    • RIEN dit :

      Très très bon boulot Stanislas…et c’est heureux que ce soit un non médecin car un toubib qui ferait cela se fait immédiatement lynché par la caste …
      Je te confirme très très peu de médecins connaissent les codifications et quand nous en connaissons quelques unes nous ne savons pas comment cela est traité ensuite comme pour beaucoup d’infos remontées

      • Stanislas dit :

        tonnerre

        mais je suis fier de mon boulot et de ma caboche de non conforme de naissance………….. et mes gosses aussi..

        je remercie d’ailleurs Mr Demeulenaere et Pierre Lecot (site DECODER L’ECO ), les deux seules personnes (hors les quelques auditeurs médecins et scientifiques cités, en privé) qui se soient intéressées à ce sujet en France et l’avoir exposé publiquement à leurs lecteurs ou abonnés…

        et archi désolé que tous les messages envoyés dans la galaxie des alternatifs, résistants de tous poils, avocats, chaines d’infos, n’aient même daigné me répondre ou tenté de savoir, ni d’avoir répondu, ne serait ce que « merde », signe que le message a pu être lu ou reçu..

        c’est ainsi….

    • Tonnerre dit :

      « il va être difficile de me traiter de complotiste »
      Il faut arrêter de s’excuser d’être complotiste. Puisque vous dénoncez un complot, vous êtes complotiste. Ce n’est pas une insulte mais un compliment alors soyez-en fier.

  11. Catherine dit :

    A Stanislas, je m’associe à tous nos sympathiques blogueurs pour vous féliciter du travail de bénédictin que vous avez fourni pour mettre un éclairage objectif sur cette « plandémie » et ces « vaxxins ». Petite anecdote : à l’été 2020, on m’a raconté de source sûre qu’à Charleroi en une semaine il y a eu 5 suicides, tous étiquetés « mort covid »au service population de l’administration communale. On peut facilement extrapoler ce glissement « sémantique » aux autres communes de notre petite Belgique. Donc pas étonnant que nous ayons eu tant de décès « covid »!!!!

    • Stanislas dit :

      merci Catherine

      En fait, j’ai des billes sur d’autres sujets comme sur les injections comme tout le monde, mais j’évite d’aller là dessus parce qu’il y a du monde sur ces sujets très compétents.

      En réalité la base de mon étude/enquète, explique in fine nombre de problèmes évoqués ici et là par des scientifiques et médecins qui font de la formation sur leurs chaines (microscopes et soins)…
      Tout est important évidemment , c’est si on remet le chien dans la niche, en commençant par la manipulation des codages à partir de la base des INFECTIONS RESPIRATOIRES AIGUES , (valable en Belgique puisque j’ai la procédure)
      on déduit ceci sur la nécessité d’état d’urgence politique :

      Tous les médicaments usuels pouvaient soigner (voir la séances du CSI avec les médecins qui évoquent les antihystaminiques) etc;…..
      L’état ne pouvait donc que mettre en oeuvre tous ses moyens de répression légaux ou pseudos légaux comme les ordres..pour interdire un max de prescription en évoquant les techniques de tri hospitaliers et de taylorisation des équipes (réas éphémères sur quelques établissement)
      Un codage Z290 : isolement est utilisé anormalement entre autres…

      je passe sur le fait que la non possiblité de médocs existants ouvrait la voie à la piquouze

      Mais il y a des sujets très brûlants qui sont laissé de côté et qui serait nécessaire d’évoquer suite à cette période d’état d’urgence sous faux drapeau

      1) l’exarcerbation de droit souple (étude annuelle du conseil d’état de 2013)
      c’est celui qui permet les consignes, recommandations, algos de prise en charge etc.. qui est très important dans le domaine médical et qui se propage doucement sur d’autres codes…
      Le droit souple c’est la consigne a priori non contraignante genre appel du 13 juillet 2021 par le mercenaire Macron .. Tout ce qui n’est pas contraignant est par conséquent du consentement et du volontariat…

      2) l’innovation et l’accélération dans le domaine des médocs.. La fiche référence est cette réunion qui a eu lieu en 2018 sous E. Philippe :

      Cliquer pour accéder à 2018_07_dossier_de_presse_-_conseil_strategique_des_industries_de_sante_-_10.07.2018.pdf

      On remarque que des limites de procédures sont clairement définies pour accélérer le business des médocs. Il n’est donc pas surprenant d’avoir vu apparaître des procédures accélérées de mise sur le marché. Ca va continuer .. donc gaffe..

  12. Allergo dit :

    Très gros travail!!!!
    Ce que vous décrivez est en fait le coeur de la « manip » et l’organisation centrale, mise en place par des super spécialistes assistés par un cabinet de conseil.
    Cette façon jamais exploitée semble-t-il d’aborder le sujet est destinée à quelques rares spécialistes du sérail, comme vous l’avouez
    « Seuls quelques personnages de haut niveau chargés des opérations pouvaient savoir ».
    Il est certain qu’un individu comme J. Castex convenait parfaitement à l’emploi
    Des études universitaires pourront repartir sur ces bases, bien sûr.
    Mais un faisceau de constatations aveuglantes, externe à cette « manip » organisée, permettait au fur et à mesure au profane de comprendre ce qui se passait.
    Il fallait vraiment être borné ou vendu pour ne pas voir l’évidence

  13. Nicole Lereg dit :

    Enfin, ça vient, l’étau se resserre autours de ces pourris qui devront payer le prix fort. Depuis le début ça puait l’arnaque, le coup pourris, avec des « responsables » qui mentaient mal, des gouvernants trop synchronisés dans leur attitude pour ne pas être suspectés de complot organisé. Quelques illuminés se sentant investis d’un pouvoir universel s’imaginent avoir droit de vie ou de mort sur l’espèce humaine; qu’ils crèvent !

    • pollockino dit :

      Bonjour Nicole,
      Vous en connaissez beaucoup ? des pourris qui ont payé leurs crimes, depuis des décennies ?

      • zorba44 dit :

        Au moins un Pollockino, Bernard Tapie (qui était un sympathique salaud et franc-mac jusqu’au bout des ongles) et qui a été lâché par Macron, lequel savait que ses jours étaient comptés …car BT lui aurait dit au téléphone qu’une foultitude de français souhaitaient sa mort (celle de Tyran dernier s’entend !) …sacrifié pour l’exemple…

        Jean LENOIR

  14. Veracruz dit :

    1- Test (faux décès médias)
    2- Rodage (Technique administrative de codage parfaitement montré ici par Stanislas bravo)
    3- Mise en Production (actuel et à venir vrais décès avec technique administrative bien en place et tendant à évoluer encore avec nouvelles classifications maladies infantiles par ex.)
    A noter ici que tout est principalement lié au fameux IRA (mélange symptômes grippaux etc…), et donc aux antennes…
    Avec tout ça, comment ne pas penser que les hôpitaux sont devenus des camps ?

    Cause inconnue pour les assurances… Nouvel Angle: Laetitia Rodriges – Augmentation du nombre de morts : comment expliquer les statistiques inquiétantes

  15. Veracruz dit :

    Puisqu’on parle hôpitaux ici et que d’autres réclament l’amnistie pour un Plan qui est tout juste démarré… Source: The Epoch Times en español
    Une fuite du courrier de l’hôpital Fresno en Californie révèle une augmentation des morts nés et un vaccin COVID suspecté :
    « Il y a eu 22 décès de patients en août 2022, ce qui égale le nombre record de décès de juillet 2021, et jusqu’à présent en septembre, il y en a eu 7 et ce n’est que le 8e jour du mois », a écrit une infirmière gestionnaire… il y avait un à deux cas tous les trois mois en moyenne dans son hôpital »
    https://es-theepochtimes-com.translate.goog/senal-de-peligro-correo-filtrado-de-hospital-revela-aumento-de-mortinatos-sospechan-de-vacuna-covid_1055186.html?_x_tr_sl=es&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr

    ps: à quand les nouvelles de l’Hexagone ?

    • pollockino dit :

      Merci Stanislas pour votre remarquable travail.
      Comment clouer le bec d’un covidiot ?
      1) Lui demander comment le virus grippe a disparu des radars pendant 2 ans?
      2) Lui demander comment les mesures liberticides comme le confinement, le masque ont éradiqué le virus grippe mais pas le virus COVID?

  16. Veracruz dit :

    Je rejoint @Stanislas dans sa conclusion lucide.
    C’est inquiétant, car nous sommes face à une transformation des hôpitaux en camps de terminaisons (soleil vert ?), une énorme machine de guerre (un monstre) qui s’est mise en route et qui se perfectionne dans les moindres détails.
    La machine prépare t-elle une phase d’après production, une grande production ?
    Ne pas oublier aussi que : qui dit codification dit actes, dit pognon de dingue…

    • Danse dit :

      La transformation des hôpitaux en usines de mort a eu lieu depuis longtemps. C’est juste la prise de conscience de ce fait qui est récente pour ceux qui n’en avaient pas vécu l’expérience.
      Tout comme la prise de conscience de la nature du « management », de l’école…

    • Stanislas dit :

      Veracruz

       » qui dit codification dit actes, dit pognon de dingue… »

      Je mettrai quand même un petit bémol à cette réflexion pour des raisons qui seraient à développer, car des contrôles sévères de la sécu ont lieu périodiquement sauf pour le « covid » ; mais en gros…

      – la racine principale 04M07 : Infections et inflammations respiratoires, âge supérieur à 17 ans, dans laquelle viennent se positionner 80 % des codages COVID est un peu mieux payée que les autres c’est vrai… mais ça reste une faible activité dans le total des séjours.

      – des méthodes existent pour améliorer la prise en charge globale d’un patient, mais ce n’est pas vraiment l’eldorado

      – depuis 2020 existe la « garantie de financement » qui permet aux hôpitaux de garder un minimum de budget calé sur l’année 2019
      même si un hôpital ferme des lits pour manque de personnel il est compensé par rapport à 2019…
      Je ne parle pas de « l’ambulatoire » qui augmente depuis des années

      En fait l’hôpital se trouve coincé aujourd’hui entre optimisation des opérations (faire plus avec moins) et techniques de rotations rapides des patients atteints assez sévèrement, tueries des coûts..

      En fait, je crois que le secteur public hospitalier se fait prépare gentiment grâce à des cabinets spécialisés à être vendu sains au secteur privé .. il y a du monde qui attend…

      Il y a taylorisation des actions à l’hôpital, comme dans les entreprises privées. L’exercice covid a permis de peaufiner :

      – la polyvalence des équipes par des formations ultra rapide
      – « l’armement » de lits de base en lit de soins critiques avec l’apport de matos et d’armoires à pharmacies dédiées..
      – les formations rapides des infirmiers à l’exercice de soins en période « d’urgence »

      C’est aussi pour ça qu’il ne faut plus sur le terrain que des carrossiers des corps dans les hôpitaux, qui lisent les tutos préparés par des plateaux de technocrates sanitaires théorisant les prises en charge…

      • Veracruz dit :

        Oui et comme les processus opportunistes administratifs s’entendent parfaitement avec les carrossiers des corps, la tendance est bien aux actes qui rapportent (la reprise des hôpitaux publics par les américains -il faut les nommer car ce sont eux et pas d’autres- se fera qu’a cette condition qu’ils rapportent).
        ps: mon arracheur de dents a compris depuis belle lurette le principe et fait des radios à tout va et en exagérant l’interprétation je sait qu’il … ment (comme un …). Futé le système des actes de dingue…

      • Veracruz dit :

        Un pognon de Dingue…
        Pierre Chaillot présente la T2A (tarification à l’activité) que touche les hôpitaux pour ci et ça, et en l’occurrence pour les patient covid les hôpitaux perçoivent d’avantage de deniers, ce qui les incitent à considérer les patients comme étant covidiens puisque qu’une radio suffit pour rendre officiellement possible l’état de COVID. Les hôpitaux sont ainsi incités à déclarer une partie des patients en réa comme ayant le COVID car le séjour rapporte 400 euros de plus à l’hôpital, notamment lors des confinements car à cause du report de certaines opérations comme prévu par les confinements les hôpitaux ont moins de rentré d’argent.
        https://tinyurl.com/598bjurj

  17. Ping : Nouvelles des Brigades Anti-Graphène. Novembre 2022 | Xochipelli

  18. Veracruz dit :

    La danse du codage Hospitalier psyOP MkUltra à ciel ouvert …
    https://eldiestro.tv/video/ni-olvido-ni-perdon-para-estos-traidores-vendidos/

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s