Le gaz de Gaza, la face cachée de la guerre israélienne

Israël Gaza gaz offshore« La guerre de Gaza cache-t-elle, derrière un alibi militaire, la volonté israélienne de reprendre une zone géographique permettant à l’Etat hébreu de revendiquer les gisements gaziers ? Le débat avait été lancé dès la découverte des gisements sous-marins au début de ce siècle, mais la nouvelle offensive de Tsahal relance la polémique.

Voici quelques jours, le ministre israélien de la Défense, Moshe Ya’alon, avait annoncé que l’opération militaire contre le Hamas s’étendrait « par tous les moyens à notre disposition… Le prix payé par l’organisation – le Hamas – sera très lourd « . Mais, rapportait le Guardian du 9 juillet, dès 2007, juste avant l’opération militaire « Plomb Fondu » dirigée contre la bande de Gaza, le même Moshe Ya’alon s’inquiétait déjà d’une source de gaz naturel découverte en 2000 au large des côtes de Gaza. L’actuel ministre avait dit craindre, à l’époque, que cette source potentielle de revenus ne serve pas à aider à la construction d’un Etat palestinien, mais bien à financer des attaques terroristes contre Israël. Il avait alors évoqué la possibilité, pour le Hamas, d’utiliser ces fonds pour attaquer le Fatah : « Sans une opération militaire permettant de chasser le Hamas des postes de commande de Gaza, aucun forage ne peut débuter sans l’accord du mouvement islamistes radical « . L’opération Plomb Fondu n’avait, à l’époque, pas permis d’atteindre ses buts (éradiquer le Hamas), mais avait coûté la vie à près de 1400 Palestiniens dont 773 civils et 9 Israéliens (dont 3 civils).

Selon un spécialiste des enjeux énergétiques mondiaux que nous avons interrogé mais qui a voulu conservé l’anonymat, la découverte de champs gaziers au large de la bande de Gaza remonte à l’an 2000. Les campagnes de recherches assurées par British Gaz (BG) ont mené dans un premier temps à la découverte de gaz naturel au large de Gaza et, ensuite dans les zones offshore israélienne et chypriote.

gaza gaz carte gisements offshore

A ce jour, à cause de la situation politique de la région, aucune des ressources de la zone de Gaza n’a pu être mise en exploitation. « Les conditions globales ne le permettent pas. BG a essayé de définir les règles d’exploitation, mais cela n’a jamais été possible et les tentatives ont été abandonnées il y a quelques années », nous a déclaré notre interlocuteur. En 2009, Jean-Michel Vernochet, journaliste et géopolitologue français déclarait dans une interview que « British Gaz s’est chargé des opérations et dispose d’un contrat d’exploitation de recherche de 25 ans. » Ce contrat aurait été négocié avec les Palestiniens, puis renégocié avec l’Etat israélien. Selon d’autres sources, des négociations auraient aussi eu lieu entre l’Autorité Palestinienne et le russe Gazprom pour développer le champ gazier de Gaza.

Du gaz pour renforcer la Palestine ou financer le Hamas ?

La seule certitude est que depuis la découverte en 2000 de ces ressources gazières, la guerre de l’énergie donne un nouveau visage au conflit dans un contexte où les besoins énergétiques d’Israël sont en croissance. On peut lire dans le Guardian que Mark Turner, fondateur de Research Journalism Initiative explique le siège de Gaza par l’ambition d’Israël d’éliminer la puissance du Hamas dans la bande de Gaza afin de « générer un climat politique permettant de mener à un accord sur le gaz ». Cela passerait donc par la reprise du pouvoir du Fatah et de Abbas sur la bande de Gaza.

En 2012, le premier ministre Benjamin Netanyahu appelait aussi de ses vœux un accord sur le gaz de Gaza. Mais déjà à l’époque le Hamas, exclu des négociations, avait rejeté par avance la légitimité de cet éventuel accord qui n’est d’ailleurs jamais intervenu.

La position du ministre Ya’alon (du moins celle qu’il exprimait en 2007) est plus catégorique. Il craignait que, même dans la perspective d’une éradication du Hamas de la bande de Gaza, le contrôle par la Palestine de ses propres ressources de gaz n’augmente fondamentalement l’influence de l’Etat Palestinien.

Les gisements découverts constituent un élément géostratégique important. Et parmi eux les « Leviathan field” situés plus au nord, loin des côtes de Gaza. Les ressources sont estimées à près de 500 milliards de mètres cubes de gaz naturel. Un tel volume pourrait transformer Israël en exportateur net vers l’Europe, la Jordanie et l’Egypte.

Le problème est que ces dizaines de milliards de mètres cubes de gaz et 1,6 milliard de barils de pétrole se trouvent dans une zone marine frontalière que plusieurs pays se disputent : Israël le Liban et Chypre.

Tamar : l’indépendance énergétique d’Israël

Depuis un an (mars 2013) Israël peut compter sur des ressources gazières propres grâce à la mise en œuvre du champ de Tamar, situé dans la zone israélienne. Outre la consommation nationale, cette poche de gaz naturel va permettra à Israël d’exporter une partie de la production vers la Jordanie.

Israël ne dispose pas encore de ressources pétrolières, mais une campagne de recherche a débuté cet été sous la poche de gaz de Tamar dans l’espoir d’y trouver des gisements pétroliers.

Après des débats politiques, Israël pourrait ainsi exporter jusqu’à 60% de ses réserves, le solde servant à assurer ses propres besoins en gaz, nous a déclaré un spécialiste du commerce gazier mondial. Mais comme rien n’est simple, des scientifiques israéliens ont mis le gouvernement en garde contre l’insuffisance de ces ressources pour supporter à la fois sa consommation interne et ses exportations. Durant les prochaines décennies “Nous pensons que la consommation domestique en gaz naturel augmentera d’ici 2020 et qu’il ne faudrait pas exporter » peut-on lire dans le Guardian. Dans le même sens, Gary Luft – un conseiller de l’US Energy Security Council a pour sa part écrit dans le journal of Energy Security qu’Israël pourrait être confronté à une crise énergétique d’ici quelques années. Il incite Israël à diversifier ses sources d’approvisionnement.

Entre la volonté d’Israël d’assurer son indépendance énergétique et le scénario d’une guerre de défense qui servirait en réalité à s’attribuer le gaz offshore de Gaza, les spéculations vont bon train. L’auteur Jean-Michel Vernochet établit un parallèle avec le Golan qui, selon lui, est moins un promontoire aux atouts militaires qu’une vaste réserve d’eau. Raison de son intérêt stratégique pour Israël. Plus que jamais, l’énergie (et son contrôle) reste un pion essentiel du jeu d’échec diplomatique et militaire qui se joue au Moyen-Orient ».

Jean-Claude Verset, rtbf.be, le 25 juillet 2014

Lire aussi :

Gaza : le gaz dans le viseur (Manlio Dinucci)

Rappel :

Ukraine, Syrie, Venezuela : Cherchez le gaz

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Matières premières, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

27 commentaires pour Le gaz de Gaza, la face cachée de la guerre israélienne

    • FAUX.
      Israël veut la Paix.
      Le Hamas est le pur produit de l’idéologie de l’Islam.
      L’islam n’est pas une religion mais un système politique qui utilise le divin pour justifier et imposer son idéologie totalitaire.

      Les civils et les enfants palestiniens sont les victimes du Hamas qui installe des lancements de tir dans les écoles, les hôpitaux et les habitations. Le Hamas utilise la terreur et la violence contre les palestiniens pour les forcer à servir de boucliers.
      Fathi Hamad du Hamas déclare utiliser des enfants, des femmes et des vieillards comme bouclier humains.  

      De plus les palestiniens ont toujours manipulé les informations, ils ont même fabriqué beaucoup plus de morts… à regarder comment les palestiniens font du cinéma : https://www.youtube.com/watch?v=xkfKAz8l37U
      C’est en anglais mais les images parlent d’elles mêmes.

      Pour information sur ce conflit :
      – ARABES POUR ISRAEL – La Palestine « en tant qu’entité autonome » n’a jamais existé  de Joseph Farah. http://arabespourisrael.unblog.fr/2008/09/12/la-palestine-en-tant-quentite-autonome-na-jamais-existe/

      – Un historique du conflit au Proche Orient présenté par Walid Shoebat, ex-musulman, ancien terroriste palestinien.

  1. canville dit :

    j’ai posé ma question à Résistance71 – et la réponse confirme ce que je venais de lire (merci à eux) :

    L’OLP est devenu quoi ?? Le Hamas, c’est quoi ?? je n’y comprends rien –

    Le Hamas a été créé par israël dans les années 70-80 pour diviser les Palestiniens sur une ligne religieuse. L’OLP, le Fatah, le FPLP sont des factions politiques, qui à terme aurait scellé quelque accord que ce soit autour d’une table de négociation, chose que les sionistes ne voulaient et ne veulent en aucun cas. Il fallait donc diviser les Palestiniens entre le politique et le religieux. Les dirigeants originels du Hamas font partie des « frères musulmans », qui sont une émergence des services de renseignement britanniques dans les années 1920. A l’époque de la création du Hamas, l’implantation yankee au Moyen-Orient était quasiment nulle et son renseignement inefficace, ils devaient s’en remettre a MI6 et au Mossad. L’OLP, une fois Yasser Arafat assassiné, est rentrée dans le rang et tout comme le FPLP de Georges Habache (marxiste) dont un des cadres est le pus vieux prisonnier politique de France dont on entend parler de temps en temps: Georges Ibrahim Abdallah.

    La question est: A quel point le Hamas est-il toujours sous contrôle du Mossad et des services occidentaux ? Il y a eu des « purges » d’un côté et de l’autre. Sur le terrain, il apparaîtrait que le Hamas ne soit plus sous contrôle des services israéliens et occidentaux, mais il y a quand même des choses qui font tiquer, par exemple: Khaled Mechaal réside à Doha au Qatar, qui est l’état acheté et payé par Exxon-Mobil (Rockefeller), état qui soutient financièrement toute la fange islamiste terroriste qui agit en Syrie pour le compte de l’empire en tant qu’armée mercenaire islamiste… Question: Pourquoi le patron du Hamas serait-il en sécurité dans la gueule du loup ?

    Une autre chose assez significative: si Le Hezbollah libanais, seule entité de résistance non infiltrée au Moyen-Orient, soutient la résistance du Hamas, il a toujours refusé une coopération directe. Nasrallah se méfie de toute évidence, mais ne dira rien pour ne pas semer plus de division.

    A noter: les images publiées des Palestiniens tués lors des cérémonies mortuaires montrent des corps de personnes de tous âges et de tous sexes enroulées dans le drapeau du Hamas et non pas dans le drapeau palestinien… çà n’a l’air de choquer personne, mais la récupération est significative… Le glissement des valeurs est telle que certains que de plus en plus la cause palestinienne devient la « cause du Hamas » ce qui enterre la cause originelle de ce conflit: le colonialisme sioniste et la remplace par une façade religieuse d’un conflit judéo-musulman, ce qui n’est en aucun cas la réalité historique. C’est en fait la fonction du Hamas !
    Notre position: Le Hamas a terme est un outil qui se veut de pénétration du Hezbollah et qui se retournera contre lui par la volonté de ses marionnettistes. Nasrallah se méfie et il a à notre sens raison. Rien de ce qui touche de près ou de loin aux frères musulmans ne peut être cru, la confrérie est une création des services occidentaux.

    La cause palestinienne est une cause anti-coloniale. Le pays du goulag levant, la GB, le Canada sont les trois gros piliers du soutien à israël en toute logique: ces trois pays sont les instigateurs du colonialisme moderne en Amérique du nord (terre volée et usurpée) et sur tous les territoires volées par la « couronne » (lire City de Londres et sa Banque d’Angleterre/Rotshchild) toujours sous dépendance du Commonwealth…
    Le fond du problème, sa racine est, comme nous l’avons toujours dit sur ce blog: LE COLONIALISME OCCIDENTAL et plus particulièrement anglo-américain.

  2. Ping : Le gaz de Gaza, la face cachée de la gue...

  3. lilou dit :

    Toutes les guerres tournent au final autour des mêmes enjeux : le gaz, le pétrole et l’installation de bases militaires. On ne veut absolument pas libérer un peuple des mains d’un pseudo tyran ou se défendre contre des terroristes, on veut seulement s’accaparer la richesse du pays et laisser des millions de gens livrés à eux même au milieu de champs de ruine… Et tous les moyens sont bons pour y parvenir…

  4. raimanet dit :

    A reblogué ceci sur raimanet.

  5. Alcide dit :

    ALERT: ISDA Announces that the New “London Silver Price” for Silver Derivatives is OPTIONAL!

    http://www.silverdoctors.com/alert-isda-announces-that-the-new-london-silver-price-for-silver-derivatives-is-optional/

    Est-ce une information sérieuse ? Quelles implications réelles ?

    Les banksters renverseraient-ils impunément la table de jeu au motif grotesque que le FIX n’existera plus le 14 août ?
    Auquel cas , avec ebola hors de contrôle, la combinaison or/argent physique est super gagnante … Pour les survivants…

    http://www.mirror.co.uk/news/uk-news/ebola-terror-gatwick-passenger-collapses-3977051#ixzz39NQZ8IlC

    • Garfy dit :

      http://www.causeur.fr/etre-juif-francais-et-soutenir-israel-chocking-28734.html

      Légitime défense ? Au premier jour, il y a plusieurs milliers d’années, il y avait bien la légitimité. Le hic, c’est qu’il y a débat sur la légitimité acquise par les « populations locales » au cours des siècles. « Très franchement, notre droit à la terre d’Israël est inscrit dans la Bible », tranche Cyril, ingénieur financier dans les assurances. Le chef d’entreprise israélien cité plus haut ne dit pas autre chose : « C’est notre terre, elle a été définie par le bon Dieu. »

      la messe est dite – c’est Dieu qui en a décidé ainsi !!!!!

  6. Garfy dit :

    pour les survivants ………….. Vite vite achetez du chlorure de magnésium (ou du NIGARI c’est moins cher) une cuillère à soupe par litre d’eau – et boire le litre dans la journée et recomencer – le Nigari ne coute que 7 euros par litre dans une maison de régime (travaux du Dr Neveu et du professeur DELBET) –

    • zorba44 dit :

      Dites Garfy… ne pouvez-vous laisser un aoûtien qui s’évade le 12 août vers l’hémisphère sud terminer tranquillement ses vacances. Merci !

      Jean LENOIR

    • Franchement Garfy, vous exagérez. En ces temps de vacances, l’heure est à la décontraction familiale et au pastis, pas au chlorure de magnésium et autres remèdes écoeurant à base de clou de girofle ou de soufre organique. Enfin prenez vos précautions quand même. La sortie d’une nouvelle version de la « planète des singes » n’est pas du tout anodine, surtout que le film a justement pour thème une épidémie mondiale dévastatrice.

    • Garfy dit :

      Je crois que quelqu’un a dit « encore un peu et le problème des retraites était résolu »

      là – il y a bien un problème que certains cherchent à résoudre – Obama (barry soetero) a tenu une grande conférence pour l’Afrique – altruiste !!

      oubliez, c’est la période des vacances …………. sea, sex and sun

  7. Bonnal dit :

    Gaza : un terrain d’expérimentation de la technologie militaire israélienne

    « Israël est peut-être un relativement petit état mais il a le plus gros ratio d’exportation d’armes par personne de la planète. Les marchands d’armes israéliens ont l’avantage de pouvoir dire à leurs clients que leurs produits ont été testés en situation de guerre.

    Des officiers de haut rang de l’armée israélienne font souvent une seconde carrière dans l’industrie de l’armement après leur retraite et, pendant qu’ils sont dans l’armée, ils en profitent pour rendre d’inestimables services à leurs futurs employeurs en testant les systèmes d’armement mis au point par l’industrie de l’armement israélienne, en convainquant le gouvernement israélien que ces armes sont nécessaires pour gagner la guerre et en encensant les firmes qui les produisent.

    Les foires commerciales de technologie militaire et d’équipement de sécurité à usage interne sont fréquentes en Israël, particulièrement après chaque attaque et/ou invasion de Gaza. Le principal argument de vente de ces entreprises d’armement est que la technologie « a déjà été utilisée par l’armée israélienne ».

    L’industrie d’armement israélienne opère en coopération étroite avec sa grande sœur étasunienne. L’aide militaire que les Etats-Unis donnent à Israël garantit cette coopération, et chaque conflit au Moyen-Orient augmente les profits des géants de l’armement étasuniens (comme Boeing, General Dynamics, Lockheed Martin, et Raytheon) encore plus que ceux des marchands d’armes israéliens. »

    La suite ici:

    http://fr.sott.net/article/22706-Gaza-un-terrain-d-experimentation-de-la-technologie-militaire-israelienne

  8. markus tam dit :

    Tout le monde sait qu’israel est l’etat le plus criminel qu il soit sur cette terre. depuis leur apparition, ils ont jamais cessé de tuer.

  9. Geraldine dit :

    Patrick Bruel (qui récemment s’est désolidarisé des exactions de Tsahal) : « Qui a le droit ? »

    A voir pour paroles + images !!!

  10. Israël ou israhell n’existe pas ce pays est la Palestine. Israël est une créa »Sion » de Rotschild.
    Keep Calm boycott the kosher nostra

  11. Ping : l’ennemi Rothschildien…

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s