A l’entrée d’un restaurant : « Chiens autorisés, banquiers interdits »

Le paradoxe d’entreprises solvables qui se voient refuser un crédit par des banques insolvablesOD

restaurant-interdit-banquiers

« Le propriétaire des Ecuries de Richelieu, un gastronomique classé dans le prestigieux Guide Michelin, a interdit son établissement aux banquiers. Et ce ne sont pas les principes socialistes qui sont en cause.

« Chiens acceptés, Banquiers interdits! », lit-on sur l’ardoise installée à l’entrée du restaurant Les Ecuries de Richelieu à Rueil-Malmaison. Alexandre Callet, propriétaire de cet établissement prestigieux fréquenté par des vedettes, a adopté cette mesure après s’être vu refuser à plusieurs reprises un crédit.

« J’emploie les grands moyens. Ceux qui ne travaillent pas avec moi, je ne travaille pas avec eux », a expliqué le restaurateur de 30 ans dans un entretien accordé à Spoutnik.

« A partir du moment où je reconnais un banquier dont mon dossier a été traité ou un banquier d’une banque voisine ils n’ont pas le droit. Je leur dis non vous n’entrez pas sauf en payant le droit d’entrée de 70.000 euros », poursuit-il.

70.000 euros c’est justement le montant du crédit qu’il a demandé pour ouvrir un nouvel établissement et qui lui a été refusé. Une somme vraiment symbolique si on prend en compte qu’à l’issue de l’année 2015 le chiffre d’affaires de son restaurant, répertorié depuis 2010 dans le Guide Michelin, était de 330.000 euros.

« Je ne leur demande pas de me donner de l’argent, je ne suis pas un mendiant. Je les appelle pour que tout simplement je puisse leur faire gagner de l’argent, comme je l’ai fait par le passé », s’indigne le restaurateur.

Ce n’est pas la première fois qu’Alexandre Callet a une péripétie avec les banques : en 2008, lorsqu’il ouvrait son premier restaurant, le crédit lui a été refusé plus d’une vingtaine de fois ».

Sputnik, le 17 février 2016

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 51 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Economie, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour A l’entrée d’un restaurant : « Chiens autorisés, banquiers interdits »

  1. viggo1 dit :

    Bonne idée. 🙂
    Amicalement

  2. zorba44 dit :

    Il eût dû ajouter « hommes politiques bannis »…

    Jean LENOIR

  3. Diane dit :

    En Angleterre, dans le temps, c’était : « Interdit aux chiens et aux Français »….

  4. Ping : A l’entrée d’un restaurant : « Chiens autorisés, banquiers interdits » |

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s