Premier cas d’étude post-mortem d’un patient “vacciné” contre le Covid-19 : « ARN viral trouvé dans chaque organe du corps »

La toute première autopsie d’une personne vaccinée contre le COVID-19, qui a été testée négative 18 jours plus tard lors de son admission à l’hôpital, mais 24 jours après le vaccin, a révélé que l’ARN viral était présent dans presque tous les organes du corps. Le vaccin, tout en déclenchant une réponse immunitaire, n’a PAS empêché le virus de pénétrer dans tous les organes du corps.

L’ARN viral a été trouvé dans presque tous les organes du corps, ce qui signifie que les protéines Spike aussi.

Il existe des anticorps (comme ceux que le “vaccin” est censé créer), mais ils ne sont pas pertinents car, d’après une étude japonaise, nous savons maintenant que c’est la protéine spike S1 qui cause les dommages.

Nous avons parlé à un spécialiste des maladies infectieuses d’un hôpital du New Jersey ce matin. Nous lui avons envoyé les résultats de l’autopsie et lui avons demandé son avis.

Lorsqu’il nous a rappelés un peu plus tard, il était clairement secoué. Il nous a dit : “Vous ne pouvez pas me citer par mon nom, je serai renvoyé par l’hôpital si vous le faites”. Nous avons accepté de dissimuler son identité.

Il nous a ensuite dit :

“Les gens pensent que seule une minorité de personnes subissent des effets indésirables du vaccin.

D’après ces nouvelles recherches, cela signifie que tout le monde – finalement – aura des effets indésirables, car ces protéines Spike se lieront aux récepteurs ACE2 partout dans le corps.

Cet ARNm était censé rester sur le site d’injection, mais ce n’est pas le cas. Cela signifie que les protéines Spike créées par l’ARNm se retrouveront également dans tous les organes, et nous savons maintenant que ce sont les protéines Spike qui causent les dommages.

Pire encore, la présence de l’ARN viral dans tous les organes, malgré un vaccin, indique :
1) Soit que le vaccin ne fonctionne pas du tout ;
2) Soit que le virus bénéficie d’un renforcement dépendant des anticorps (ADE), ce qui signifie qu’il se propage plus rapidement chez les personnes vaccinées.

Il s’agit d’une bombe à retardement mondiale”.

Selon le rapport d’autopsie publié, l’homme vacciné était âgé de 86 ans et a été testé NÉGATIF pour le COVID-19 lorsqu’il a été admis à l’hôpital pour de graves troubles gastro-intestinaux et des difficultés respiratoires. Voici ce que décrit le rapport :

Nous rapportons le cas d’un homme de 86 ans résidant dans une maison de retraite qui a reçu le vaccin contre le SRAS-CoV-2. Ses antécédents médicaux comprenaient une hypertension artérielle systémique, une insuffisance veineuse chronique, une démence et un carcinome de la prostate. Le 9 janvier 2021, l’homme a reçu le vaccin BNT162b2 à ARN modifié par des nucléosides, sous forme de nanoparticules lipidiques, en une dose de 30 μg. Ce jour-là et au cours des 2 semaines suivantes, il n’a présenté aucun symptôme clinique (tableau 1). Le jour 18, il a été admis à l’hôpital pour une diarrhée qui s’est aggravée. Comme il ne présentait aucun signe clinique de COVID-19, l’isolement dans un cadre spécifique n’a pas eu lieu. Les tests de laboratoire ont révélé une anémie hypochrome et une augmentation des taux sériques de créatinine. Le test d’antigène et la réaction en chaîne par polymérase (PCR) pour le SRAS-CoV-2 se sont révélés négatifs.

Le rapport de l’autopsie précise que les tests n’ont montré “aucun changement morphologique associé au COVID” dans ses organes.

“Morphologique” signifie structurel. On sait maintenant que l’infection par le COVID provoque des changements structurels très spécifiques aux endroits qu’elle infecte. CES CHANGEMENTS N’ÉTAIENT PAS apparus chez l’homme vacciné avant sa mort.

L’homme vacciné maintenant décédé se trouvait dans une chambre où un autre patient a finalement été testé POSITIF pour le COVID, et le rapport indique qu’ils pensent que l’homme vacciné décédé a attrapé le COVID après avoir été admis, par l’autre patient dans la même chambre.

Les dommages causés aux organes de l’homme vacciné aujourd’hui décédé ont donc eu lieu AVANT qu’il ne soit infecté par le COVID par l’autre patient de la chambre d’hôpital.

Pire, une fois que l’homme vacciné a effectivement été infecté par le COVID, celui-ci s’est propagé si rapidement dans son corps qu’il n’a apparemment eu aucune chance. Voici des images de tissus :

Le rapport post-mortem complet est publié sur ScienceDirect.com (ICI)

Nouveau Monde, le 14 juin 2021

Source anglophone : Hal Turner Radio Show

Rappels :

Il se passe des choses étranges et diaboliques avec cette “vaccination” à laquelle ils tiennent tant…

La vraie pandémie sera-t-elle créée par la “vaccination” ?

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 56 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour Premier cas d’étude post-mortem d’un patient “vacciné” contre le Covid-19 : « ARN viral trouvé dans chaque organe du corps »

  1. Douk dit :

    Ce qui se profile c’est un génocide pur et simple…
    RESISTANCE ET REBELLION !!!

  2. RIEN dit :

    Pour ceux qui ignorent POURQUOI FISCHER voit la “vaccination” des adolescents comme un “impératif arithmétique” et a tout intérêt à ce que le pays adopte une politique de vaccination à grande échelle ?

    Faisant partie du conseil d’administration de la fondation Bettencourt : https://www.fondationbs.org/fr/la-fondation/gouvernance

    Fondation qui investit énormément dans la vaccination :
    https://www.fondationbs.org/fr/sciences/soutien-aux-chercheurs/prix-scientifiques/dotation-du-programme-atip-avenir/blanchard-2009

    https://www.fondationbs.org/fr/sciences-de-la-vie/soutien-aux-chercheurs/prix-scientifiques/prix-liliane-bettencourt-pour-les-12).

    Décidément veulent tous être philanthrope ces milliardaires !

  3. r dit :

    La protéine spike peut faire des ravages sur les vaisseaux sanguins et les organes vitaux même s’il n’y a pas de preuve d’infection virale. Ainsi, l’injection aux personnes de vaccins qui forcent les cellules à produire des protéines spike présente de graves risques pour leur santé

    Les effets indésirables des vaccins sont si semblables aux symptômes du Covid, qu’ils pourraient être «comptés à tort comme de nouveaux cas de Covid». En d’autres termes, les médias et Fauci pourraient rendre les «variants» responsables de décès qui devraient être attribués aux vaccins (pour ensuite donner de faux tests positifs de variants au non piqouzés en bonne santé, et se donner un faux prétexte pour leur imposer la piqouze, après les avoir raflé dans les covid hotels « camps nazis » ou hôpitaux)

    page 17 à 19 https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/06/dossier-pour-dire-non-a-linjection-transgenique-experimentale-jbl1960-juin-2021.pdf

  4. e dit :

    les anticorps peuvent faciliter l’entrée du virus dans certains cas
    « L’ADE de l’infection virale est un phénomène dans lequel les anticorps spécifiques du virus favorisent l’entrée du virus, et dans certains cas la réplication du virus, dans les monocytes/macrophages et les cellules granulocytaires par interaction avec les récepteurs Fc et/ou du complément. »
    en 1960, Le VRS est une maladie des voies respiratoires supérieures très similaire à celle causée par les coronavirus. À l’époque, ils avaient décidé de sauter les essais sur les animaux et de passer directement aux essais sur les humains.

    « Ils l’ont testé sur environ 35 enfants, je crois, et la même chose s’est produite », a déclaré Kennedy. « Les enfants ont développé une réponse anticorps championne – robuste, durable. Tout semblait parfait [mais] lorsque les enfants ont été exposés au virus sauvage, ils sont tous tombés malades. Deux d’entre eux sont morts. Ils ont abandonné le vaccin VRS. C’était un grand embarras pour la FDA et le NIH. »
    http://stateofthenation.co/?p=61048

  5. zorba44 dit :

    Mais non, ce n’est pas la vraie cause de la mort …les complotistes que nous sommes ont oublié de dire que cet ARN viral est ASYMPTOMATIQUE.

    Le défunt a succombé à la suite d’un arrêt cardiaque symptomatique ! M’enfin !

    Jean LENOIR

  6. e dit :

    le conseil scientifique indépendant censuré sur youtube mais dispo ici
    https://crowdbunker.com/v/F5dD64WjnN

  7. Jean-Marc SIMIAND dit :

    Le jour 0 arrive ?

    https://rumble.com/vimkl1-le-jour-0-sen-vient-.-.-..html?fbclid=IwAR0zynOhKfzd6Izuyf400dqMzNo-uqi7TIREcfzb1fIvbPTCaHkeM9085e4

    • zorba44 dit :

      On verra Jean-Marc, avant ou après ce 11 août…

      Jean LENOIR

      • Jean-Marc SIMIAND dit :

        Oui Jean, enfin pas moi je serai en altitude dans le Queyras et loin d’une quelconque source d’info !

      • e dit :

        la cyberattaque mondiale aura lieu le 9 juillet 2021 pour instaurer le nouveau Reset 4ème révolution industrielle transhumaniste de Klaus Schwab fin de la propriété privée puçage pass sanitaire biométrique (la biométrie est facile à pirater et copier et permet l’usurpation d’identité d’un individu à vie, car on peut changer son mot de passe, mais pas ses données biométriques) , pass électronique biométrique (carte bancaire, carte identité, permis, échange sur les réseaux sociaux, messages sur portable, code d’accès au wifi publique, etc… tout sera sur le pass électronique, et le pass sanitaire sera fusionné au pass électronique qui entrainera la fin du cash car le pass électronique via smartphone sera seul moyen de paiement), fin du cash
        https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2021/06/17/apres-le-covid-une-cyberattaque-mondiale-pierre-hillard-sur-tvlibertes/

        donc le 11 aout sera déjà trop tard

        à moins de faire la prophétie de la Bible, et je viendrais quand il ne restera presque plus aucun survivant parmi les gentils élus (qui sont contre le génocide de la piqouze mortelle)
        « Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés. »
        https://www.bibleserver.com/LSG/Matthieu24

  8. lez dit :

    Il y a aussi une série de vidéos très intéressantes, très factuelles, cette fois sur la maladie elle-même , et avec sous-titrage et texte explicatif en français . En voici un exemple :
    https://lezarceleurs.blogspot.com/2021/06/12-cas-dautopsies-de-morts-par-covid-19.html

  9. Ratatouille dit :

    Saluti a toustes,

    C’est ce qu’on appelle: lui mettre son nez dans le KK! Jouissif!

    Bel après-midi et merci,

    • MB LANGRENE dit :

      Bravo aurélien et ce journaliste incite les gens à se faire vacciner ce qui n’est franchement pas son rôle. Moi non plus, pas de vaccination.

  10. Ratatouille dit :

    35 nonnes ont reçu le #vaccin #Covid dans le Kentucky, USA.

    2 sont mortes, 2 jours après.

    28 sont positives, certaines encore hospitalisées.

    Elles étaient négatives avant.

    Sans sortir du couvent, comment sont-elles tombées malades aussi vite?

    Posez-vous la question.

  11. e dit :

    en plus de la protéine spike, une protéine OGM magnétique

    Pour les piqués, comment votre cerveau est contrôlé.

    dans cette vidéo, il dit qu’il n’y a pas que la protéine spike nocive, mais également une protéine magnéto OGM qui permet de contrôler le cerveau à distance,
    il a aussi dit que dans les essais lors des souris à qui on a injecté ces mêmes protéines, elles se sentaient mieux dans les endroits magnétisés que non magnétisés, cela signifie que les vaccinés se sentiront mieux dans les endroits à 5G, mais ne pourront pas supporter les endroits sans 5G
    cela signifie qu’ils seront incapables de se sauver dans les campagnes et sortir des smart cities
    ils seront mentalement programmés pour rester sagement dans les smart cities

  12. MONGEARD dit :

    Merci pour ces informations capitales qui ne font que confirmer ce qu’on constate sur le terrain

    • mark knopfler dit :

      Il y a un truc qui me turlupine quand même….Papa Castex a bien dit que le masque en extérieur, c’est terminé, vrai ?
      Pourtant, je vois encore des personnes déambuler dans les métropoles et même dans des villages avec le masque ou dans leur voiture, par 35°C !!!! et pas que des personnes agées hein ?

      Ca prouve qu’ils ont de la marge !!!! Les mougeons se sont tellement habitués au masque, qu’ils ne peuvent plus s’en passer.

      Et bien le vaccin, comprendre la logique du pass, le sésame, ils ne pourront plus s’en passer également et ce, malgré des infos alarmantes.

      Les cerveaux ont été neuropiratés !

  13. Ping : Premier cas d’étude post-mortem d’un patient “vacciné” contre le Covid-19 : « ARN viral trouvé dans chaque organe du corps » — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie – INSURRECTION PACIFIQUE

  14. e dit :

    une médecin américaine explique comment les piqouzés se font controler le cerveau à distance
    vidéo 41 minutes vostfr (vous pouvez enregistrer les vidéos d’odysee en utilisant les mêmes sites pour sauver les vidéos youtubes quand l’option d’enregistrement de vidéo sur odyssee est désactivée comme c’est le cas ici, preuve qu’Odysee ne veut pas qu’on enregistre cette vidéo, bien que la plupart des vidéos sur odyssee ont l’option enregistrement, sans doute l’odysee a peur du NVO et veut lui dire que si il supprime cette vidéo pour lui plaire, aucun résistant n’aura pu sauver cette vidéo)
    https://odysee.com/@Miniver:4/amzpolly:5

  15. Raphaël dit :

    Bonjour,
    Je vous fais part d’une information personnelle sur la protéine « S », dite Spike.
    En 2012 mon épouse enceinte, se plaint fortement d’une douleur dans le bras droit, après 48h consultation médecin classique en urgence, puis radiologie le même jour, avec dans l’heure consultation angiologue, piqure anticoagulant d’urgence, avec coup de téléphone aux urgences de la part du spécialiste, bref, interdiction de bouger du lit d’hôpital pendant 15 jours car trombose veineuse profonde dans le bras droit. Après analyse du plasma pendant plusieurs mois, et un traitement préventif depuis plusieurs années sous xarelto ( anticoagulant) quotidien,
    le CHR de Lille informe mon épouse qu’il s’agit de la protéine « S » qui a agit sous forme de coagulation et donc a généré un caillot dans le sang. 6 mois avant sa trombose, l’une de des soeurs a été admise à l’hôpital pour une trombose dans la jambe. Depuis des résultats ont été communiqué : l’origine est génétique,
    et chacun possède cette « S » en lui….

    • e dit :

      En 1989, une société californienne de biotechnologie, Vical, basée à San Diego, rapporte avoir réussi à inclure un ARN messager dans une nanoparticule lipidique et à introduire celle-ci dans plusieurs types de cellules.
      https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2020/12/14/laventure-scientifique-des-vaccins-a-arn-messager/

      Des vaccins ARN ont déjà été testés en clinique, notamment contre la rage et le H1N1 en 2009
      https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/covid-un-tourangeau-dans-la-boucle-du-3e-vaccin#!
      Peut être qu’en 2009, certains ont été cobbayes à leur insu et sont tombés par malchance sur un lot expérimental à ARNm

      L’entreprise américaine Moderna (820 employés en 2019) a été créée en 2010 et est dirigée depuis 2011 par le Français Stéphane Bancel (puisque c’est un français il a pu faire des expériences ARN en France sur des cobbayes avant de diriger Moderna); son nom signifie d’ailleurs « Modified RNA », c’est-à-dire « ARN modifié ». En mars 2013, Moderna et AstraZeneca ont conclu un accord de coopération pour développer les technologies avec ARN messager, portant sur 240 millions de dollars.
      https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/katalin-kariko-pionniere-des-230411

      les vaccins peuvent aussi se trouver sous forme de pillule ou comprimé:
      Un vaccin contre le coronavirus sous forme de pilule d’Oravax pourrait entrer dans les premières phases d’essais cliniques cette année.
      https://fr.finance.yahoo.com/actualites/covid-19-vaccin-forme-pilule-152034564.html

      Des vaccins sous la forme de pilules ou de comprimés. Plusieurs entreprises travaillent actuellement sur des vaccins contre la Covid-19 qui ne devraient plus être administrés sous la forme d’une injection. C’est notamment le cas de l’entreprise américaine ImmunityBio. Selon le quotidien britannique, elle est en train de développer des vaccins qui se présentent sous la forme de pilules ou de comprimés. Les essais cliniques auraient d’ailleurs déjà commencé
      https://fr.metrotime.be/actualite/le-vaccin-contre-le-coronavirus-bientot-disponible-sous-forme-dune-pilule

      peut être aussi que des pillules contraceptives ont la protéine S…

      et tiens, ils prescrivent cette protéine S toxique à des patients carrément!
      Il suffit qu’ils diagnostiquent quelqu’un trompeusement de trombose, et poff, ils leur donnent la protéine S comme traitement !

      du foutage de gueule:

      « Les tests de protéine C et de protéine S sont prescrits en cas d’épisode thrombotique, en particulier si le patient est jeune (moins de 50 ans) et s’il n’y a pas de facteurs évidents de thrombose. »
      https://www.doctissimo.fr/html/sante/analyses/sa_724_e_c.htm

      « La protéine C réactive 2. Pour quelles indications ? Le dosage de la CRP est prescrit lorsque le médecin soupçonne l’existence d’une infection bactérienne ou virale ou d’une inflammation.  »
      https://sante.lefigaro.fr/sante/analyse/proteine-c-reactive/pour-quelles-indications

      « La protéine C réactive (CRP) est une protéine qui apparaît dans le sang lors d’une inflammation aiguë. Son taux augmente rapidement après le début de l’inflammation. »

      https://www.doctissimo.fr/html/sante/analyses/ana_proteines07.htm

      La protéine C-réactive (CRP) est un marqueur de test sanguin pour l’inflammation dans le corps
      https://parlons-sante.com/actualites-sante/proteine-c-reactive-crp-basse-ou-elevee-decryptage-conseils/

      La protéine C-réactive, aussi appelée CRP, est synthétisée par le foie lors d’une inflammation aiguë ou chronique dans l’organisme.
      https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-anatomie-et-examens/2506230-proteine-c-reactive-crp-definition-taux-basse-elevee-quand-s-inquieter/

      protéine S:
      citation du PDF

      « La protéine S (PS), découverte à Seattle, d’où son nom, est une glycoprotéine vitamine K-dépendante de 69 kDa, synthétisée par les hépatocytes, les cellules endothéliales, les mégacaryocytes et les ostéoblastes. Sa synthèse requiert la présence de vitamine K. Sa demi-vie est de 42 heures et sa concentration plasmatique de 25 mg/l (0,33 μm).
      La protéine S est un inhibiteur physiologique de la coagulation. Elle agit comme cofacteur de la protéine C activée (PCa) en favorisant l’inactivation par protéolyse des facteurs Va et VIIIa. Elle inhibe l’activation de la prothrombine et la formation du complexe prothrombinase sur les phospholipides ainsi que l’activation du facteur X. La protéine S circule dans le sang sous deux formes : 40 % sous forme libre biologiquement active, et 60 % sous forme liée à une protéine de transport du système du complément, la C4bBP (C4b Binding Protein), inactive.

      Dosage de la protéine S libre antigène ou de la protéine S totale (libre + liée à la C4bBP) antigène : méthodes immunologiques. Seule la mesure de l’activité fonctionnelle de la protéine S permet de dépister tous les types de déficits ; c’estpourquoi elle est recommandée en première intention,ce qui n’était pas le cas auparavant, compte tenu de sa mauvaise spécificité, mais les réactifs ont été améliorés. La mesure de l’activité consiste à mesurer l’allongement du temps de coagulation d’un mélange du plasma à tester et d’un plasma réactif déplété en PS, en présence de PCa (exogène ou produite dans le mélange à l’aide du Protac). La coagulation est étudiée dans un test de type TQ ou TCA après activation par du FXa ajouté ou produit par activation » https://www.eurofins-biomnis.com/referentiel/liendoc/precis/PROTEINE_S.pdf

      « La protéine C est synthétisée par le foie et est transformée en enzyme active sous l’effet de la thrombine en présence de calcium et de phospholipides. En présence de la protéine S, son cofacteur, elles agissent conjointement pour exercer une activité anticoagulante physiologique en activant les facteurs Va et VIIIa.

      Elles favorisent la fibrinolyse (laquelle permet la re-perméabilisation d’un vaisseau après la formation d’un caillot) et neutralise aussi les inactivateurs circulants du plasminogène.

      Lorsqu’un vaisseau sanguin ou un tissu est lésé, le corps va déclencher le phénomène de coagulation, qui implique une vingtaine de protéines appelées facteurs de coagulation. Le but est de créer un caillot sanguin stable qui va permettre d’empêcher une trop grande perte de sang et protéger la blessure jusqu’à sa guérison. Après cette étape, d’autres facteurs parmi lesquelles les protéines C et S vont participer à un ralentissement de la production de thrombine, et donc à inhiber la coagulation. S’il n’y a pas assez de protéine C ou de protéine S, ou si l’un des deux ne fonctionne pas, cela peut conduire à une activation excessive de la coagulation qui peut bloquer la circulation sanguine.
      Pourquoi prescrire un dosage de la protéine C et de la protéine S ?

      Les tests de protéine C et de protéine S sont prescrits en cas d’épisode thrombotique, en particulier si le patient est jeune (moins de 50 ans) et s’il n’y a pas de facteurs évidents de thrombose. Mais ces tests ne peuvent être prescrits avant 10 jours après l’accident thrombotique et ne peuvent l’être si le patient est sous traitement anticoagulant.

      Concrètement, le médecin va d’abord traiter la maladie thromboembolique (pendant trois à six mois, période durant laquelle il pourra recourir à différents tests pour détecter un problème hépatique, une carence en vitamine K, un cancer… qui pourrait être à l’origine de la thrombose). Une fois la situation stabilisée, un test des protéines C et S (et d’autres tests en rapport avec la coagulation) pour déterminer l’origine de la thrombose et surtout mieux gérer le risque de récidive. »
      https://www.doctissimo.fr/html/sante/analyses/sa_724_e_c.htm

      La réflexion que je me fais, il existe peut être une bonne protéine S naturelle et biologique qui avec la protéine C protège l’organisme contre les caillots sanguins

      mais peut être que si elle rencontre une protéine S synthétique chimique (avalé par pillule ou autre comprimé par un faux traitement contenant une protéine S chimique de supplément), ou remplacé par cellle ci (en étant dans le corps d’un cobbaye de vaccin ARN créé dès 2009), peut être que les vaccins à ARN ont pour but de prendre le gène responsable de produire la protéine S naturelle, et lui fait produire la protéine S synthétique à la place pour le faux vaccin, de ce fait, lorsque la protéine C cherche son partenaire, il se trouve avec un traitre, et non plus avec la vraie protéine S biologique, donc comme son partenaire vrai S n’est plus là, il n’a plus personne pour l’aider à empêcher les thromboses et caillots sanguins.

  16. Ping : Dictature sanitaire en marche : Non au traçage, aux injections géniques et aux centres de rétention pseudo-sanitaires ! Il suffit de dire NON ! Ensemble ! | Resistance71 Blog

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s