Bientôt un contrôle des capitaux en Grèce ? Et potentiellement en Europe ?

controle capitaux en grece et europe

« Comme Chypre au printemps 2013, il faut suivre avec attention ce qui se passe en Grèce, cela nous montrera à quelle sauce nous serons mangés. Suite à la faillite des banques chypriotes, il avait été décidé, dans l’urgence, de ponctionner directement les comptes de plus de 100.000 euros des déposants. Un pur vol, une remise en cause du droit de propriété, mais qu’importe ! Désormais, ce mode de règlement des crises bancaires est devenu très officiellement une directive européenne (BRRD, Bank Recovery and Resolution Directive) qui sera bientôt en vigueur dans l’ensemble des pays de la zone euro. Chacun est prévenu.

A Chypre, cette spoliation des comptes bancaires s‘était évidemment accompagnée de la mise en place d’un strict contrôle des capitaux, de façon à empêcher les épargnants d’y échapper. Il semble qu’un dispositif comparable se mette en place en Grèce.

Dans la perspective d’une sortie de la Grèce de la zone euro, un scénario qui devient de plus en plus probable, il importe d’éviter un effondrement des banques et du circuit financier, aussi bien Athènes que les créanciers auraient tout à y perdre. En effet, devant la perspective de se retrouver avec des drachmes ne valant pas forcément grand-chose, les Grecs videraient leurs comptes pour mettre leurs euros à l’abri, en billets sous leur lit ou dans des banques étrangères. Ce mouvement a d’ailleurs déjà commencé, les retraits et les fuites de capitaux s’accélèrent ces dernières semaines, il s‘agirait simplement d’y mettre fin.

Le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung a affirmé, lundi, que les créanciers de la Grèce (FMI, BCE et Commission européenne) préparent un plan pour instaurer un contrôle des capitaux dans le pays, car celui-ci n’en dispose pas. Le parlement grec devrait voter une loi à cet effet, ce qui prendrait du temps, et laisserait aux capitaux le temps de partir, d’où la nécessité d’agir dans l’urgence pour ces créanciers afin d’éviter un effondrement complet de l’économie grecque. Il s’agit aussi, pour ces créanciers, de faire pression sur Athènes car ce contrôle des changes pourrait être imposé de l’extérieur si sa mise en œuvre trainait…

Eh bien prenons les paris : il apparaîtra bientôt une directive pour codifier et pouvoir mettre en place rapidement un contrôle des changes dans l’ensemble des pays de la zone euro. Une telle directive s’avère inévitable : celle sur la ponction des comptes bancaires (BRRD) entrera bientôt en vigueur, mais à quoi servira-t-elle si les épargnants peuvent virer leur épargne dans un autre pays, ou faire des retraits massifs en billets ?

De cette façon le contrôle des comptes bancaires serait complet : en cas de crise, en l’espace de 24 ou 48 heures, les retraits en liquide sont limités, les virements à l’étranger interdits, et finalement les comptes sont ponctionnés sans difficulté ni perte. Un scénario parfait pour les grandes banques, Bruxelles et les gouvernements, mais un cauchemar pour les épargnants ».

Goldbroker.fr, le 18 juin 2015

Rappels :


La directive BRRD (permettant de ponctionner les comptes des déposants) bientôt en France !

Alerte : première application de la directive permettant la ponction des comptes bancaires

Le mécanisme de votre spoliation en cas de chute de la Bourse (B. Bertez)

Olivier Delamarche : « La Grèce sortira de l’euro »

 

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 51 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Bientôt un contrôle des capitaux en Grèce ? Et potentiellement en Europe ?

  1. Ping : Bientôt un contrôle des capitaux en Grèce ? Et potentiellement en Europe ? - Ma banque a moi

  2. Christ dit :

    La directive européenne BRRD dans son intégralité, les rubriques 73 à 85 sont des plus explicites.
    http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=celex:32014L0059

  3. zorba44 dit :

    Les retraits s’accélèrent en Grèce et une récente analyse sur ce blog semble montrer que les retraits sont particulièrement importants en fin de mois (jour de paie ?!)

    Braves gens honnêtes fuyez pendant qu’il est encore temps. L’aube du bail-in va surgir, très vite.

    Les politiques ont mal joué et ils perdent la partie : échec et cash !

    Jean LENOIR

    • Je me demande comment quelqu’un d’aussi avisé que vous peut encore avaler ces salades. Vous ne vous posez même pas la question de savoir en quoi consiste ces dépôts. Croyez-vous vraiment que ce sont les Grecs qui retirent leurs picaillons à la banque. Mais ces gens sont riches comme Crésus, depuis le temps que dure cette comédie. Et où va l’argent?? Ah non, c’est trop compliqué pour ma petite tête! C’est trop « technique » :-)) Ce ne sera pourtant pas faute d’avoir essayé d’expliquer l’entourloupe sur ce site à maintes reprises. En attendant le l’euro est au plus haut sur ces trois derniers mois et le Dax est en plein boom.

      • Y Varoufakis dans le texte à propos du renflouement caché des banques grecques par le biais de la collatéralisation auprès de la Banque centrale grecque des obligations émises par elles-mêmes, puis refilées par la BCG à la BCE, par exemple dans le cadre d’un QE lui donnant droit de racheter des obligations bancaires.

        This is how it worked: Bank X would lend money to… itself. It would do this by issuing a bond which it did not intend to sell. So, why issue such a phantom bond? Why write an IOU and give it to one’s self? The answer is: In order to hand this phantom bond over to the European Central Bank as collateral in exchange for a cash loan. Normally, of course, the ECB would never accept such a phantom bond as collateral. Accepting it would have been to accept a loan it gave to Bank X as collateral for the said loan. It would have been an assault on the meaning of collateral and a gross violation of the ECB’s rulebook. So, bank X, knowing this, took its phantom bond first to the Greek government and had it guarantee it. With the government’s guarantee stamped on it, the ECB then accepted Bank X’s phantom bond and handed over the cash. Why? Because the Greek taxpayer had, in the meantime, unknowingly provided the collateral for Bank X’s loan.

        http://yanisvaroufakis.eu/2014/05/11/how-the-greek-banks-secured-an-additional-hidden-e41-billion-bailout-from-european-taxpayers/

    • Avez-vous remarqué comment la fuite des dépôts suit inévitablement la fourniture de liquidités d’urgence aux banques grecques par la BCE? Seul un esprit mal intentionné pourrait discerner ici un lien de cause à effet. Cette semaine n’a pas dérogé à la règle. A chaque fois que Mario renfloue les banques grecques avec de la monnaie banque centrale, cette monnaie semble inévitablement convertie en « dépôts » qui se font la malle hors de Grèce. Renseignements pris auprès de BNP Research, il s’agit tout simplement d’entreprises grecques transférant leur trésorerie en Allemagne à cause du manque de confiance dans le secteur bancaire grec, en ce qui concerne son aptitude à assurer la liquidité du cash. Plus c’est gros, mieux ça marche. Mais ils n’ont pas souhaité creuser le sujet outre mesure, la mesure se limitant à la nature des entreprises en question ressemblant étrangement à des entités financières, type coquille vide, et non à des artisans en production d’huile d’olive souhaitant goûter aux joies de la productivité des banques allemandes en cash management.

      Die griechischen Banken sind in der Einschätzung von EZB-Chef Mario Draghi weiter absolut kreditwürdig, weil sie solvent seien. Daher vergibt die EZB auch weiter Kredite an die Banken. Die Griechen greifen offenbar dankbar auf de das Angebot zurück: Allein am Montag sollen 400 Millionen Euro abgehoben worden sein.
      http://deutsche-wirtschafts-nachrichten.de/2015/06/15/draghi-griechenlands-banken-sind-solvent-und-bekommen-weiter-kredite/

  4. Alcide dit :

    Je me marre !
    Les Charlie qui écoutent consciencieusement la propagande officielle tout-va-bien dans le poste seront surpris et essorés, puis de désespoir vont bouffer leur chapeau et le reste…
    Je leur souhaite un bon appétit, le chapeau peut être coriace !

    Blague à part , il y a une solution simple:
    Laisser les banques aller à la faillite puisque cette faillite inéluctable est inscrite dans les gènes de la création monétaire frauduleuse mais légalisée par les tartuffes au pouvoir , ensuite nationaliser le système bancaire à la drachme symbolique et parachever en interdisant l’usure .

    Ce qui permettrait aux emprunteurs de ne payer qu’une fois leur maison plutôt que deux ou trois fois avec l’argent inventé par le système rothschildien de spoliation généralisée.
    Idem pour la voiture , etc…
    On peut imaginer l’augmentation du pouvoir d’achat des ménages et le renouveau du commerce et de l’industrie alors débarrassé du parasitisme bancaire.

  5. Ping : L’Europe le défaut? | blocnotes2015

  6. leducmichael dit :

    Le gouverne-ment grec, me semble-t-il, a organisé les retraits d’argent afin de « sauver du cash » pour l’après €uro. Les grecs pourront , pour certain, s’acheter de la drachme nouvelle avec leurs €uros sortis des comptes. Ne plus payer ses dettes, sauver du cash, effacer la facture pour repartir à blanc….. et recommencer.

  7. leducmichael dit :

    J’oubliais ! Comme le fait de ne pas payer ses dettes ne sera pas considéré comme un défaut (sic), cela tombe bien, l’assurance du défaut n’ayant plus un sou, elle pourra encore cacher sa nudité et continuer à rassurer ….

  8. navarro dit :

    Jacques Sapir: «Pour la Grèce, le grexit n’est pas un problème»

    http://geopolis.francetvinfo.fr/jacques-sapir-pour-la-grece-le-grexit-nest-pas-un-probleme-65647

  9. brunoarf dit :

    Selon un sondage publié dans « Die Zeit », 28 % des Allemands sont opposés au Grexit.

    58 % des Allemands sont favorables au Grexit.

    Autrement dit : 58 % des Allemands veulent que la Grèce sorte de la zone euro.

    Mercredi 17 juin 2015 :

    en Allemagne, le principal créancier européen de la Grèce, l’opinion publique devient de plus en plus hostile à la Grèce. Un sondage de l’institut Yougov, publié mercredi matin dans le quotidien « Die Zeit », montre que 58% des Allemands se prononcent pour un « Grexit », contre 28% qui s’y opposent et 14% qui n’émettent pas d’opinion sur le sujet.

    http://www.boursier.com/actualites/economie/grece-fini-de-jouer-28340.html

  10. Ping : Les tactiques de négociations grecques Par Andreas Höfert/ Bientôt un contrôle des capitaux en Grèce ? Et potentiellement en Europe ?/ Game Over pour les banques grecques : les déposants retirent € 2 milliards les trois derniers jours !! | Le blog

  11. Ping : Les tactiques de négociations grecques Par Andreas Höfert/ Bientôt un contrôle des capitaux en Grèce ? Et potentiellement en Europe ?/ Game Over pour les banques grecques : les déposants retirent € 2 milliards les trois derniers jours !! | Le blog

  12. Ping : Bientôt un contrôle des capitaux en Grèce ? Et potentiellement en Europe ? Actualités

  13. Ping : 22 June, 2015 12:25 | Boycott

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s