Effondrement économique : C’est pour quand, au juste ?

economic-collapse- when« Article de Jeff Thomas, publié en septembre 2015 sur International Man.com, dont le titre original est : « ne pas confondre inévitable et imminent », sur le rôle de l’or et les impatients qui contemplent leurs métaux précieux en espérant demain l’effondrement économique afin de voir la valeur de leur patrimoine bondir… Cela arrivera, tôt ou tard. Certains pourraient finir par regretter d’avoir appelé ce crash de leurs vœux, leurs métaux précieux n’étant qu’une maigre consolation face aux difficultés qui nous attendent :

« Au début des années 2000 je m’étais mis à prévenir mes amis et mes collègues que la majorité de la planète connaîtrait probablement un début de dépression économique avant la fin de la décennie. Je pensais que cela se produirait en différentes étapes, d’abord avec un mini crash et une reprise. Puis, quelques années plus tard, on se rendrait compte que le redressement économique escompté n’était pas là. L’économie serait dans les limbes. Ensuite, un crash bien plus important aurait lieu, propulsant le monde dans une dépression économique à grande échelle. En tant que couverture, je préconisais l’achat d’or vu que ce métal survivrait et conserverait de la valeur tandis que les actions, les obligations et même les devises plongent.

Les faits m’ont donné raison à propos du timing des crashes initiaux, mais m’ont donné tort à propos du timing du crash majeur.

Je pensais que le feu d’artifice pourrait démarrer dès 2010 tout en estimant que 2012 et après étaient des dates plus plausibles. L’eau a coulé sous les ponts et malgré le fait que les gouvernements ont continué de contribuer à la détérioration de leur économie, le château de cartes, aussi branlant soit-il, est toujours debout.

Heureusement, je ne suis pas le seul à m’être planté. Des investisseurs et des économistes avec des décennies de pronostics corrects derrière eux ont tous été trop prompt à anticiper le crash majeur.

Ces gens avaient tout recommandé l’or en tant que protection en affirmant que lorsque les marchés s’effondreront et que les devises tangueront, le cours de l’or augmentera de façon spectaculaire.

Sans surprise, l’or poursuivit sa progression après le mini-krach de 2008 tout en semblant n’avoir plus de limites. Beaucoup d’analystes affirmèrent que si l’or devait atteindre les 2000 $ sa progression deviendrait irrésistible vu que même le citoyen lambda comprendrait que l’or n’est pas un investissement en tant que tel mais un moyen de préserver sa richesse, surtout durant les périodes incertaines.

Mais après avoir franchi le cap des 1900 $ l’once, l’or plongea. Les aficionados de l’or prirent l’événement en tant que correction inéluctable tandis que ceux qui s’étaient rués sur le métal dans l’espoir d’engranger des profits mirobolants à court terme lâchèrent l’or comme une patate chaude et le métal poursuivit sa baisse. Depuis, à chaque fois que l’or tente une percée, les banques de lingots [bullion banks] ont vendu des positions short nues sur les marchés des futures pour ensuite acheter les parts échangeables contre du métal vendues sur le marché papier, massacrant ainsi le cours. Aujourd’hui, 4 années après le début de la chute de l’or à 1900 $, le cours du métal se situe à un niveau qui rend son extraction difficilement profitable. (…)

Contrairement à l’or, le dollar est en danger. La dette américaine l’a mis dans une situation tellement délicate qu’il finira plus que probablement par tomber. Comme l’investisseur milliardaire Jim Rogers l’a répété à de nombreuses reprises : « Je suis long sur le dollar, mais j’espère que je serai assez intelligent pour en sortir à temps ». Récemment, il a déclaré : « si l’or devait passer en dessous des 1000 $, j’espère que je serai assez intelligent pour saisir l’opportunité d’en acheter, peut-être même beaucoup. »

Le dollar n’est pas véritablement une monnaie forte. C’est en fait la moins mauvaise de toutes. Ce sera la dernière à tomber, mais elle tombera. Il faudra peut-être patienter beaucoup avant que cela arrive. Que ce soit une question de mois ou d’années, c’est impossible à prédire. Mais actuellement, surtout si le dollar augmente encore par rapport à l’or, ce métal représente une affaire. Il a soit atteint son plus bas ou il est sur le point de le faire. Toute baisse significative serait le signal qu’il faut charger la mule vu que sa hausse est inévitable. (…)

Comme c’est le cas pour tout actif, lorsque la panique se déclare sa valeur n’a plus de limites. Nous assisterons à une ruée sur l’or. La plupart des économistes contrariens prédisent un cours variant de 5000 aux 8000 $ l’once, d’autres bien plus. La ruée vers l’or n’est pas imminente mais inévitable. »

Source : or-argent.eu, le 6 octobre 2015

Rappel :

Nous sommes dans une situation pire encore qu’en 2008

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Monnaies, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Effondrement économique : C’est pour quand, au juste ?

  1. Ping : Effondrement économique : C’est pour quand, au juste ? Actualités

  2. Alcide dit :

    Les rigolos n’évoquent pas le caractère illégal , illégitime et anticonstitutionnel d’une dette odieuse qui nécessairement doit être répudiée , non , on fait de l’habillage , de la politique politichienne pour rassembler ce qu’il reste comme abrutis qui soutiennent des traîtres:

    Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à l’élection présidentielle de 2012, a annoncé mercredi la tenue d’une « conférence internationaliste du plan B » contre l’austérité européenne les 14 et 15 novembre à Paris.

    « Il faut nous préparer, nous les Français, à ce que comme cela a été dit par (l’ancien ministre grec des Finances) M. (Yanis) Varoufakis, qu’un jour ou l’autre le gouvernement allemand tombe sur la France parce que c’est son intention de nous passer nous aussi à la toise. Le gouvernement allemand a toujours un plan B. Ca consiste à dire +ou vous faites ce qu’on vous dit, ou on vous met hors de la zone euro+, alors même que c’est totalement illégal », a déclaré M. Mélenchon sur France 2 cité par l’AFP.

    « Nous aussi nous devons avoir un plan B. J’ai proposé avec Varoufakis et Oskar Lafonfaine (fondateur de Die Linke) une conférence internationaliste du plan B qui aura lieu les 14 et 15 novembre à Paris », a indiqué le député européen.
    La suite:
    http://fr.sputniknews.com/international/20151007/1018647323/melenchon-conference-internationaliste-plan-paris.html

    Ce qui est amusant est la présence du traître Varoufakis comme caution.

    Aucun de ces charlatans ne propose de liquider le système bancaire maffieux rothschildien, tous des pantins grotesques à la botte du système , des révolutionnaires de guimauve.

  3. Robert dit :

    Bon, on sait où on va, mais on ne sait pas quand… C’est la destinée de l’homme: on va mourir, et on ne sait pas quand (heureusement !). Rien de nouveau sous le soleil…

  4. Mais l’effondrement global s’étale sous nos yeux ébahis, y compris et surtout dans l’UE. Pas la peine de compter sur les « émergents », en pleine récesssion avec une forte inflation en prime. Il a vraiment tout faut, ce Jeff Thomas, comme le « Commissaire » Moscovici, qui doit en manger sa cravate (on l’espère, du moins). Comment se fait-il qu’il ne le remarque pas, alors que le FT en fait ses gros titres, une fois n’est pas coutule????:

    In the US, the September jobs numbers were terrible. Even though the unemployment rate looks fine, the employment ratio has stalled at a low level — which does not paint a picture of a tight labour market. The Atlanta Fed’s “now-cast” estimate of current GDP suggests annualised growth of barely 1 per cent.

    http://delong.typepad.com/.a/6a00e551f08003883401bb087b9716970d-pi

    In Japan both services and manufacturing (including exports despite the weaker yen) are slowing. The same is true for the UK. The rest of Europe is trudging on, but that comes after an awful performance since the crisis, as the European Central Bank’s Peter Praet grimly reminded investors last week. In any case, it is a depressing world in which the eurozone’s lacklustre growth is the bright point.

    If things are bleak for the rich world, they look even worse for the rest of the global economy. The Tiger-FT index shows that emerging markets especially are losing momentum. Gavyn Davies also measures a slowdown across emerging economies that is moderate in China and India, but dramatic in Brazil and Russia. Indeed the International Monetary Fund forecasts the emerging and developing world will record a fifth consecutive year of slowing growth.

    http://www.ft.com/intl/cms/s/3/f14bda44-6c41-11e5-8171-ba1968cf791a.html?ftcamp=published_links%2Frss%2Fmartin-sandbu-free-lunch%2Ffeed%2F%2Fproduct#axzz3nsK6j58p

  5. bocanegra dit :

    1929 …en grand ! mondialisé ! pour tous …………

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s