Après la mise en scène “chimique”, la comédie des frappes !

La coalition tripartite de l’OTAN, comme Trump, nous a joué – surjoué – une comédie grotesque, des frappes en trompe-l’oeil qui n’ont tué personne et ont détruit trois fois rien… quand les missiles ont atteint leur cible ! Sur la centaine de missiles lancés par les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, 71 ont en effet été détruits ou détournés par les Syriens. Des contacts au plus haut niveau auraient neutralisé d’avance ces « frappes » et Israël se serait abstenu de participer à ce simulacre contre la promesse que le Hezbollah n’ouvrirait pas un nouveau front au Liban-Sud et dans le Golan. Finalement Trump, avec l’aide de Poutine, est peut-être parvenu à déjouer très habilement les plans de guerre des instigateurs du bidonnage chimique. Quoiqu’il en soit l’essentiel est sauf, on a échappé à une escalade militaire à très haut risque… OD

« Hier soir, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis ont lancé une attaque illégale contre la Syrie et ont bombardé plusieurs sites militaires et civils à l’intérieur du pays. Ils justifient leur attaque comme une vengeance ou une punition pour une prétendue « attaque chimique » qui a eu lieu une semaine plus tôt.

L’incident chimique du 7 avril à Douma a été conçu pour renverser la décision annoncée publiquement par Trump d’ordonner à l’armée états-unienne de quitter la Syrie. Les « rebelles » salafistes financés par les Saoudiens à Douma ont rassemblé des corps, probablement à la suite d’un autre incident, et les ont empilés dans un appartement pour monter une scène et créer de fausses vidéos d’une « attaque chimique » qu’ils ont faussement attribué au gouvernement syrien.

Trump a fait semblant d’être pris par les vidéos et a tweeté des menaces contre la Syrie et la Russie. La Russie a menacé de répondre par la force si une attaque des États-Unis blessait ses soldats ou ses intérêts en Syrie.

Le Royaume-Uni et la France, qui, comme les États-Unis, n’ont reçu que récemment la visite du prince héritier saoudien et se sont gavés de milliards d’euros saoudiens, ont sauté sur l’affaire. La France admet aujourd’hui que ses « sources de renseignement » sur l’incident à Douma sont uniquement basées sur les vidéos de youtube évidemment mises en scène et les allégations faites par des opérations de propagande financées par l’Occident qui coopèrent avec les djihadistes.

Hier, le ministère russe de la Défense a accusé la Grande-Bretagne d’avoir organisé l' »incident chimique » :

    Aujourd’hui, il y a d’autres preuves à la disposition du département militaire russe, qui témoignent de la participation directe de la Grande-Bretagne à l’organisation de cette provocation dans la Ghouta orientale.

    Le camp russe sait avec certitude que du 3 au 6 avril, les représentants des Casques blancs ont été influencés par Londres pour la mise en œuvre rapide de la provocation préparée à l’avance.

    Les Casques blancs ont été informés que les militants de Jaysh al-Islam devaient mener une série de puissants bombardements d’artillerie sur Damas du 3 au 6 avril.

    Cela favorisera une réponse des troupes gouvernementales, que les représentants des Casques blancs devront utiliser pour effectuer des provocations avec des armes chimiques présumées.

Les « Casques blancs » sont financés par le gouvernement britannique et sont dirigés par un « ancien » officier de renseignement militaire britannique. Les accusations directes contre la Grande-Bretagne ont peut-être joué un rôle dans le lancement précipité du bombardement d’hier soir. L’arrivée de techniciens de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) à Damas en est un autre. Ces derniers enquêteront aujourd’hui sur l’incident présumé à Douma et constateront probablement qu’il n’a pas eu lieu. Le fait que les trois pays n’ont même pas attendu les résultats préliminaires de l’enquête doit être considéré comme un aveu de culpabilité. Ils savent que l’attaque chimique n’a pas eu lieu.

L’armée étatsunienne se méfiait de tout conflit potentiel avec la Russie. Des négociations intenses ont eu lieu la semaine dernière entre le Pentagone et le ministère russe de la défense. Le secrétaire à la Défense Mattis aurait dissuadé Trump d’une frappe plus sérieuse. La troisième guerre mondiale a été évitée.

La nuit dernière, quelque 107 missiles et missiles de croisière ont été tirés contre deux sites de recherche et huit aéroports militaires en Syrie par les forces étatsuniennes, françaises et britanniques. Les forces russes et syriennes ont été averties. Les gens et l’équipement avaient été déplacés. Les forces russes n’ont pas réagi directement car leurs zones en Syrie n’étaient pas visées. La défense aérienne syrienne a réussi à abattre ou à détourner 71 missiles avant qu’ils n’atteignent leur cible. Le Pentagone prétend qu’aucun de ses missiles n’a été détruit ou détourné de son objectif. Un média d’opposition syrien bien connu n’est pas d’accord avec les allégations du Pentagone :

    L’Observatoire syrien des droits de l’homme a réussi à surveiller l’interception par les forces du régime de dizaines de missiles qui ont ciblé leurs positions et bases militaires sur le territoire syrien, où plusieurs sources croisées ont confirmé à l’Observatoire syrien que le nombre de missiles abattus dépassait 65 missiles…

Un taux de réussite de 60 à 70% pour la défense aérienne contre les missiles entrants est stupéfiant. La plupart d’entre eux auront été détruits par les systèmes Pantsir-S1 fournis par la Russie à la Syrie. Tous les aéroports militaires syriens sont désormais protégés par de tels systèmes à courte portée et, alors que huit d’entre eux ont été ciblés, un seul a été touché.

L’une des cibles qui a été touchée était le Centre de recherche scientifique de Barzah, non défendu, près de Damas. Le Pentagone prétend que des armes chimiques y ont été fabriquées ou stockées. Cette affirmation est absurde pour plusieurs raisons :

  • En 2013, la Syrie a adhéré à la Convention sur la guerre chimique et a renoncé à toutes ses armes chimiques.
     
  • L’OIAC a vérifié tous les anciens sites d’armes chimiques accessibles en Syrie et a observé la destruction de l’équipement de production.
     
  • Le site de Barzah a été abandonné.
     
  • On n’attaque pas un site avec des bombes normales si l’on sait que des armes chimiques sont stockées. Les bombes distribueraient les produits chimiques et tout le monde sous le vent serait sérieusement affecté.
     
  • Après les bombardements étatsuniens, on peut voir des gens marcher à travers les ruines récentes. Aucun ne porte de protection. Il n’y avait sûrement rien de ‘chimique’.

Il en va de même pour l’installation de Jaramana frappée par les bombardements. Les allégations du Pentagone selon lesquelles les bombardements ont frappé en Syrie les « installations de production et de stockage de produits chimiques » sont mensongères.

Personne n’aurait été tué par les frappes. L’évaluation du ministère russe de la Défense indique que trois personnes ont été blessées. D’autres évaluations du raid aérien peuvent être trouvées ici : 1, 2 et 3.

Quelles seront les conséquences de ces bombardements ?

Ces dernières semaines, la pression des médias, des interventionnistes et des néoconservateurs en faveur d’une guerre plus large contre la Syrie (et la Russie) a été calmée. Même John McCain, qui veut toujours plus de guerres, semble quelque peu satisfait.

Le président de la Russie Vladimir Poutine a publié une déclaration forte :

Un acte d’agression contre un État souverain qui est sur la ligne de front dans la lutte contre le terrorisme a été commis sans mandat du Conseil de sécurité de l’ONU et en violation de la Charte des Nations Unies et des normes et principes du droit international.

Le gouvernement chinois déplore également la violation du droit international et de la charte de l’ONU.

En ordonnant les bombardements, le président Trump a également enfreint la loi étatsunienne, en particulier la War Powers Resolution.

Une réunion du Conseil de sécurité aura lieu aujourd’hui, mais, comme les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont des vetos, cela n’aura aucune conséquence.

L’une des questions dont les États-Unis ne sont certainement pas satisfaits est la démonstration réussie des défenses aériennes russes qui ont été utilisées hier soir contre les frappes états-uniennes. Cette annonce de la déclaration du ministère russe de la Défense va créer des tracas supplémentaires :

Il convient de souligner qu’il y a plusieurs années, compte tenu de la forte demande de nos partenaires occidentaux, la Russie a choisi de ne pas fournir les systèmes S-300 AD à la Syrie. Compte tenu de l’incident récent, la Russie estime qu’il est possible de réexaminer cette question non seulement en ce qui concerne la Syrie, mais aussi d’autres pays.

Plus de pays seront désormais en mesure d’acheter et de recevoir du matériel de défense aérienne russe de pointe. Les interférences futures des États-Unis et les frappes israéliennes contre la Syrie deviendront beaucoup plus risquées. Lorsque la Syrie recevra les systèmes S-300, elle aura la possibilité de détecter et d’attaquer tout avion israélien survolant le Liban. Israël a souvent utilisé l’espace aérien libanais pour attaquer des cibles en Syrie. Il perdra bientôt ce luxe.

La Syrie, l’Iran et le Hezbollah ont tous publié une déclaration promettant des représailles pour l’attaque.Leurs réponses viendront probablement sur le terrain contre les cibles et les actifs étatsuniens en Irak, au Liban, en Syrie et en Israël. Le peuple syrien à Damas a pu observer le succès des défenses aériennes et en a été très satisfait. Ils répondront par un soutien accru à leur gouvernement et à ses plans de libération de toute la Syrie.

Trump a échappé à la pression publique créée par la fausse « attaque chimique » avec une frappe aérienne plus ou moins symbolique. Il a tweeté « Mission accomplie ! » Je m’attends à ce qu’il continue d’insister pour qu’il soit mis fin aux opérations états-uniennes en Syrie. Celui qui a lancé l’attaque truquée n’a rien gagné.

Le Pentagone garde l’option ouverte pour d’autres attaques chimiques et des frappes états-uniennes. Il a affirmé aujourd’hui que la Syrie dispose toujours d’installations d’armes chimiques supplémentaires. Si c’était vraiment le cas, pourquoi les États-Unis n’exigent-ils pas une inspection et un démantèlement de ces installations par l’OIAC ? La Syrie a signé la Convention sur les armes chimiques et devrait l’accepter.

Le mépris évident des États-Unis pour le droit international et pour les organisations internationales comme l’ONU, l’OIAC et l’AIEA aura de graves conséquences. Les États-Unis peuvent maintenant sûrement oublier leur désir d’un accord de désarmement avec la Corée du Nord. La Russie, la Chine et d’autres pays utiliseront l’exemple des frappes aériennes de la nuit dernière pour ignorer le droit international quand cela leur conviendra. Il n’y aura plus de faveurs comme la retenue des systèmes S-300 ou l’adhésion aux sanctions états-uniennes contre d’autres pays.

En fin de compte, les instigateurs de l’incident, les États-Unis et leurs partenaires criminels se sont fait plus de mal avec ces bombardements qu’ils n’en ont fait à la Syrie ».

Moon of Alabama, le 14 avril 2014

Traduction SLT

Lire aussi :

Une opération bidon ?

La Chine peut dormir tranquille à la lumière des piètres prestations militaires occidentales en Syrie

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Après la mise en scène “chimique”, la comédie des frappes !

  1. zorba44 dit :

    La Comedia del Arte dans toute sa splendeur…

    Il est aussi démontré que la Russie devient, avec les armes de défense dont elle dispose, le grand protecteur (non impérialiste !) du monde.

    En ce sens, sauf folie, le spectre de WW3 s’éloigne.

    Le temps de l’éclatement des bulles financières peut venir !…

    AVERTISSEMENT SANS FRAIS POUR LE MOMENT.

    Jean LENOIR

  2. Apolitique dit :

    On peut avoir le sentiment que les « partenaires » se sont concertés afin que personne ne perde la face . Tel est mon désir , mais . . . .

  3. Schoonejans dit :

    Bonjour
    Je suis hors sujet, mais je viens demander de l’aide.
    Une résolution portée par la Russie a été débattue à l ONU.
    Dans les médias français, on trouve ceci
    « La Russie, la Bolivie et la Chine ont voté pour le texte, huit pays ont voté contre et quatre se sont abstenus. »
    Bon, les Usa, la Gb et la France ont voté contre.
    Mais quels sont sont les noms des 5 autres pays qui ont voté contre ?
    Et quels sont les noms des pays qui se sont abstenu?

    J’ai cherché sur différents sites ( mal cherché, sans doute) et je n’ai pas trouvé la réponse.
    Merci de m’aider.
    Schoonejans

    • Le mieux est de remonter à la source, c’est-à-dire au compte rendu des Nations Unies :

      « Le projet de résolution présenté par la Fédération de Russie a été rejeté à l’issue d’un vote ayant recueilli 3 voix pour (Bolivie, Chine et Russie), 8 voix contre (Côte d’Ivoire, États-Unis, France, Koweït, Pays-Bas, Pologne et Royaume-Uni, Suède) et 4 abstentions (Éthiopie, Guinée-Équatoriale, Kazakhstan et Pérou). »

      https://www.un.org/press/fr/2018/cs13296.doc.htm

  4. Robert dit :

    On a effectivement l’impression d’ assister à une démonstration théâtrale d’armes de guerre, sur fond de tragédie car c’est la Syrie et son peuple qui paient « les pots cassés » dans un conflit qui les dépasse avec, en toile de fond, des enjeux pétroliers et financiers… comme toujours.
    Ce conflit oppose donc les USA et leurs valets (pardon : leurs alliés !), face à la Russie soutenue par l’ Iran. Les chinois, impavides, comptent les points. Une nouvelle donne géopolitique se met en place dans la douleur…

  5. rodez21 dit :

    « en toile de fond, des enjeux pétroliers et financiers… »
    A contrario, Il n’y aurait plus une goutte de pétrole et de gaz au moyen orient (donc aucun enjeu), on foutrait une paix royale aux Syriens et l’Etat hébreu aurait quelques soucis en perspective.
    Si l’on prend les chiffres fournit par l’US Geological Survey, les réserves mondiales seront épuisées d’ici une quarantaine d’année (au rythme actuel de conso & basé sur les réserves prouvées).
    Donc d’ici une quinzaine d’années, les tensions (déjà vives dans la région) risquent d’augmenter.

  6. brunoarf dit :

    Une information très importante :

    Les enquêteurs de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) devraient arriver dimanche dans l’ex-ville rebelle de Douma, près de Damas, pour enquêter sur l’attaque chimique présumée qui a déclenché des frappes occidentales contre le régime, selon un responsable syrien.

    La question est donc :

    Pourquoi les membres de l’OTAN ont-ils bombardé la Syrie avant d’avoir eu le résultat de l’enquête de l’OIAC ?

    Si les membres de l’OTAN avaient été de bonne foi, ils auraient dû attendre le résultat de l’enquête de l’OIAC, et ensuite ils auraient dû prendre une décision de bombardement ou alors de non-bombardement.

    Or les membres de l’OTAN se sont dépêchés de bombarder la Syrie avant même le début de l’enquête de l’OIAC.

    Comme d’habitude, le Royaume-Uni, la France et les nations occidentales se sont comportés en caniches des Etats-Unis.

    Theresa May et Emmanuel Macron sont les caniches des Etats-Unis.

  7. Robert dit :

    Le journal Capital estime le coût de cette « comédie » à 16 millions d’euros, uniquement pour la dizaine de missiles lâchée… Les retraités (et les autres !) n’ont pas fini de payer de la CSG ! Et le pire c’est qu’il y a encore des Français pour gober les c… de la presse aux ordres…

  8. Ping : Après la mise en scène “chimique”, la comédie des frappes ! | Ombre43

  9. Christ dit :

    Les fake news a la sauce Macron

  10. josephhokayem dit :

    A reblogué ceci sur Histoire militaire du Moyen-Orient.

  11. leduc dit :

    La dernière guerre nous avions des frappes CHIRURGICALES , aujourd’hui 100 missiles tirés aucun blessé ! Ce sont des frappes ENDOSCOPIQUES !

    • zorba44 dit :

      Très vrai… et on peut imaginer le dialogue au téléphone. « Bon …d’accord vous voulez sauver l’honneur de Teresa et de Bobo » … « voici les coordonnées GPS des bâtiments que nous voulions démolir » … « vous envoyez 110 missiles ? OK on n’enverra que 65 intercepteurs pour que vous puissiez dire que les objectifs sont atteints » …  » les frappes pas avant une dizaine d’heures ?… Merci on évacue  »

      Voici comment on organise le chantier de démolition le plus cher du monde …en France aux frais de tout le monde et, en particulier, des retraités.

      Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s