Comprendre la géopolitique de la troisième guerre mondiale

Ou la vraie raison pour laquelle la Russie et la Syrie sont ciblées en ce moment.

petrodollar-world-war-3

[un article de SCGnews.com traduit par Les Brindherbes engagés]

Une synthèse de très bonne facture pour qui veut comprendre les grands enjeux géopolitiques de notre époque – jusqu’aux développements les plus récents et les plus brûlants. Les habitués du blog s’y sentiront en terrain familier : Le cocktail explosif de pétrole, de gaz et de dollars de l’Empire états-unien va-t-il nous mener à la troisième guerre mondiale ? OD

« Contrairement à la croyance populaire, la conduite des nations sur la scène internationale n’est presque jamais motivée par des considérations morales, mais plutôt par un cocktail obscur d’argent et de géopolitique. Ainsi, lorsque vous voyez les porte-paroles de la classe dirigeante commencer à diaboliser un pays étranger, la première question dans votre esprit doit toujours être « qu’y a-t-il réellement en jeu ici ? »

Depuis quelque temps la Russie, la Chine, l’Iran et la Syrie ont été dans le collimateur. Une fois que vous comprenez pourquoi, les événements qui se déroulent dans le monde en ce moment prennent beaucoup plus de sens.

Le dollar américain est une monnaie unique. En effet, son design actuel et sa relation à la géopolitique ne ressemblent à aucune autre dans l’histoire. Si elle a été la monnaie de réserve mondiale depuis 1944, ce n’est pas ce qui la rend unique. Beaucoup de monnaies ont successivement tenu le statut de réserve au cours des siècles, mais ce qui rend le dollar unique, c’est le fait que depuis le début des années 1970, il a été, à quelques exceptions notables près, la seule monnaie utilisée pour acheter et vendre du pétrole sur le marché mondial.

Avant 1971, le dollar américain était indexé sur la valeur de l’or, du moins officiellement. Selon le FMI, dès 1966, les banques centrales étrangères détenaient 14 milliards de dollars américains, mais les États-Unis avaient seulement 3,2 milliards de dollars en or alloué pour couvrir les avoirs étrangers.

Traduction : la Réserve fédérale a imprimé plus d’argent qu’elle ne pouvait réellement garantir.

Le résultat a été une inflation galopante et une fuite générale du dollar.

En 1971, dans ce qui est devenu plus tard le «choc Nixon», le président Nixon a complètement supprimé l’étalon-or du dollar.

À ce stade, le dollar est devenu une monnaie fiduciaire basée uniquement sur la dette. Avec une monnaie indexée sur la dette, l’argent est littéralement fabriqué a la demande.

Environ 70% de la monnaie en circulation est créée par les banques ordinaires qui sont autorisées à prêter plus que ce qu’elles ont véritablement sur leurs comptes.

Le reste est créé par la Réserve fédérale, qui prête de l’argent qu’elle n’a pas, la plupart du temps au gouvernement.

Un peu comme des chèques en bois, sauf que pour les banques, c’est légal. Cette pratique qui est appelé le système bancaire de réserve fractionnaire est soi-disant régulé par la Réserve fédérale, une institution qui se trouve être détenue et contrôlée par un conglomérat de banques privées, et aucune agence ou succursale du gouvernement ne réglemente la Réserve fédérale.

Maintenant, pour rendre les choses encore plus intéressantes ces prêts de réserve fractionnaires ont des intérêts attachés, mais l’argent pour payer ces intérêts n’existe pas dans le système. En conséquence, la somme de la dette totale est toujours supérieure a la somme d’argent en circulation, et pour pouvoir subsister l’économie doit sans cesse croître.

Ce n’est évidemment pas durable.

Maintenant, vous vous demandez peut-être comment le dollar a maintenu une position dominante sur la scène mondiale depuis plus de quarante ans, si ce n’est rien de plus qu’une chaîne de Ponzi élaborée.

Eh bien c’est là que le dollar rencontre la géopolitique.

En 1973, sous couvert de la crise artificielle du pétrole dans l’OPEP, l’administration de Nixon a entamé des négociations secrètes avec le gouvernement d’Arabie Saoudite pour établir ce qui est depuis appelé le système de recyclage des pétrodollars. En vertu de l’accord, les Saoudiens ne vendraient leur pétrole qu’en dollars américains, et devraient investir la majorité de leurs profits pétroliers excédentaires dans les banques américaines et les marchés de capitaux. Le FMI devrait alors utiliser cet argent pour faciliter les prêts aux pays importateurs de pétrole qui avaient des difficultés a assumer l’augmentation des prix du baril. Le paiement et les intérêts sur ces prêts seraient évidemment libellés en dollars américains.

Cet accord a été formalisé dans la « Commission Américano-Saoudienne sur la coopération économique » mise en place par Henry Kissinger, le secrétaire d’Etat de Nixon en 1974.

Un autre document publié par le Congressional Research Service (service de recherche du Congrès) révèle que ces négociations leur donnaient un avantage supplémentaire, puisque les responsables américains discutaient ouvertement la possibilité de saisir militairement des champs de pétrole en Arabie Saoudite.

“Aux États-Unis, le choc pétrolier a entraîné une inflation, de nouvelles préoccupations quant aux investissements étrangers des pays producteurs de pétrole, et la spéculation ouverte sur ​​l’opportunité et la faisabilité de prise militaire des champs de pétrole en Arabie Saoudite ou d’autres pays. Dans la foulée de l’embargo, les deux responsables saoudiens et américains ont travaillé à renforcer la relation bilatérale sur la base d’une opposition commune au communisme, une coopération militaire renouvelé, et grâce à des initiatives économiques qui ont favorisé le recyclage des pétrodollars saoudiens aux États-Unis par l’intermédiaire d’investissements saoudiens dans les infrastructures, l’expansion industrielle, et des titres américains.”

Le système a été élargi en 1975 pour inclure le reste des membres de l’OPEP.

Bien que présenté comme un tampon pour les effets récessifs de la hausse des prix du pétrole, ce dispositif a eu un effet secondaire caché. Il a supprimé les contraintes traditionnelles sur la politique monétaire américaine.

La Réserve fédérale est depuis libre d’augmenter les réserves monétaires à volonté. La demande toujours croissante de pétrole permet d’éviter l’abandon du dollar, tout en distribuant les conséquences inflationnistes à l’ensemble de la planète.

Le dollar est passé d’une monnaie indexée sur l’or à une monnaie soutenue par l’or noir. Il est également devenu premier produit d’exportation des USA.

◊  Vous êtes-vous déjà demandé comment l’économie américaine a été en mesure de rester à flot tout en ayant plusieurs milliards de dollars de déficit commercial pendant des décennies ?

◊  Vous êtes-vous déjà demandé comment il se fait que les États-Unis détiennent une telle quantité disproportionnée de la richesse mondiale quand 70% de l’économie américaine est basée sur la consommation ?

Dans l’ère moderne, les combustibles fossiles font tourner le monde. Ils se sont intégrés dans tous les aspects de la civilisation : l’agriculture, le transport, les matières plastiques, le chauffage, la défense et la médecine, et la demande ne cesse de croître encore et toujours.

Tant que le monde a besoin de pétrole, et aussi longtemps que le pétrole est vendu uniquement en dollars américains, il y aura une demande de dollars, et c’est cette demande qui donne au dollar sa valeur.

Pour les États-Unis c’est une affaire primordiale. Les dollars sortent, soit en tant que papier ou chiffres dans un système informatique, tandis que des produits et des services réels et tangibles entrent.

Cependant, pour le reste du monde, ce n’est qu’une forme très sournoise d’exploitation.

Que le commerce mondial se fasse principalement en dollars fournit également à Washington une arme financière puissante au travers de sanctions. Cela est dû au fait que la plupart des transactions à grande échelle en dollars doivent nécessairement passer par les États-Unis.

Ce système des pétrodollars est resté incontesté jusqu’en septembre 2000, lorsque Saddam Hussein a annoncé sa décision de vendre le pétrole irakien en euros plutôt qu’en dollars. C’était une attaque directe contre le dollar, et certainement l’événement géopolitique le plus important de l’année, mais seulement un article dans les médias occidentaux anglophones l’a mentionné.

project for a new american centuryLe même mois où Saddam annonçait qu’il s’éloignait du dollar, une organisation appelée le «Projet pour un Nouveau Siècle Américain », dont il s’avère que Dick Cheney est membre, a publié un document intitulé «Reconstruire la stratégie, les forces et ressources de défense américain pour un nouveau siècle ».

Ce document a appelé à une augmentation massive des dépenses militaires américaines et une politique étrangère plus agressive afin d’étendre la domination des États-Unis dans le monde entier. Cependant le document a déploré que la réalisation de ces objectifs risquait de prendre de nombreuses années « en l’absence d’un événement catastrophique et catalyseur – comme un nouveau Pearl Harbor ».

Un an plus tard ils avaient ce qu’ils souhaitaient.

Profitant de la réaction émotionnelle du 11 septembre, l’administration Bush fut capable d’envahir l’Afghanistan et l’Irak ainsi que de voter le Patriot Act sans réelle résistance.

Il n’y avait aucune arme de destruction massive en Irak et ce n’était en aucun cas une question de mauvais renseignements. C’était purement et simplement un mensonge prémédité, et la décision d’invasion a été prise en parfaite connaissance des désastres qui en découleraient.

Ils savaient exactement ce qui allait se passer, mais en 2003, ils l’ont quand même fait. Une fois les champs de pétrole irakiens sous contrôle des États-Unis, les ventes de pétrole en euros ont été immédiatement interrompues. Mission accomplie.

Peu de temps après l’invasion de l’Irak, l’administration Bush a tenté d’étendre ces guerres à l’Iran. Le gouvernement iranien aurait soit-disant travaillé à la construction d’une arme nucléaire. Après le fiasco irakien, la crédibilité de Washington a été gravement endommagée et par conséquent ils n’ont pas réussi à mobiliser le soutien international ou national pour une intervention. Leurs efforts ont en outre été sabotés par des éléments au sein de la CIA et du Mossad qui ont publiquement affirmé que l’Iran n’avait pas encore pris la décision de développer des armes nucléaires, encore moins commencé à le faire. Toutefois, la campagne de diabolisation contre l’Iran a continué même sous l’administration Obama.

Pourquoi ?

Eh bien, pourrait-il y avoir quelque chose à voir avec le fait que depuis 2004, l’Iran a entamé l’organisation d’une bourse pétrolière indépendante ? Ils construisaient leur propre marché du pétrole, et il n’allait pas être lié au dollar. Les premières livraisons de pétrole ont été vendus sur ce marché en juillet 2011.

Incapables d’obtenir la guerre qu’ils voulaient, les États-Unis ont utilisé l’ONU pour imposer des sanctions contre l’Iran. L’objectif des sanctions était de renverser le régime iranien. Bien qu’elles aient infligé des dégâts sur l’économie iranienne, les mesures n’ont pas réussi à déstabiliser le pays. Cela était dû en grande partie à l’aide de la Russie à contourner les restrictions bancaires étatsuniennes.

En février 2009, Mouammar Kadhafi a été nommé président de l’Union africaine. Il a immédiatement proposé la formation d’un État unifié avec une monnaie unique. C’était la nature de cette monnaie proposée qui l’a tué.

En mars 2009, l’Union africaine a publié un document intitulé «Vers une monnaie unique africaine ». Les pages 106 et 107 de ce document précisent les avantages et les techniques de gestion d’une banque centrale africaine utilisant l’étalon-or. À la page 94 il est dit explicitement que la clé de la réussite de l’Union monétaire de l’Afrique serait la « l’indexation éventuelle d’une monnaie unique africaine au plus monétaire de tous les biens – l’or. » (Notez que le numéro de page est différent selon les versions du document qu’ils ont publié.)

En 2011, la CIA s’est installée en Libye et a commencé à soutenir des groupes militants dans leur campagne pour renverser Kadhafi alors que les États-Unis et l’OTAN imposaient et élargissaient une résolution de zone d’exclusion aérienne Onusienne pour faire pencher la balance avec des frappes aériennes. La présence d’extrémistes d’Al-Qaïda parmi ces combattants rebelles a été discrètement étouffée.

La Libye, comme l’Iran et l’Irak avait commis le crime impardonnable de remettre en cause le dollar américain.

L’intervention de l’OTAN en Libye a continué dans une guerre secrète contre la Syrie. Les arsenaux du gouvernement libyen ont été pillés et les armes ont été expédiés via la Turquie aux groupes rebelles syriens travaillant pour renverser Assad. Il était déjà clair à ce stade que beaucoup de ces combattants avait des liens avec des organisations terroristes. Cependant l’appareil de sécurité nationale des États-Unis considère qu’il s’agit d’un mal nécessaire. En fait, le Conseil sur les relations étrangères (CFR) a publié un article en 2012 déclarant que

«L’afflux de djihadistes apporte la discipline, la ferveur religieuse, l’expérience de combat d’Irak, le financement de sympathisants sunnites dans le Golfe, et surtout, des conséquences mortelles. Bref, l’Armée Libre Syrienne (ALS) a besoin d’al-Qaïda en ce moment. »

(Chapeau à theantimedia.org pour avoir mis le doigt là-dessus.)

Soyons clairs ici, les États-Unis ont mis l’EIIL/ISIS/Daesh au pouvoir.

En 2013, ces mêmes rebelles syriens en cheville avec Al-Qaïda ont lancé deux attaques au gaz sarin. Il s’agissait d’une tentative pour faire accuser Assad et mobiliser le soutien international pour une intervention militaire. Heureusement, ils ont été exposés par les enquêteurs de l’ONU et les Russes et l’appel à des frappes aériennes est tombé complètement à l’eau quand la Russie est intervenue pour négocier une solution diplomatique.

La campagne pour le changement de régime en Syrie, comme en Libye a été présenté en termes de droits de l’homme. Évidemment, ce n’est pas le véritable motif.

En 2009, le Qatar a mis sur la table une proposition visant à lancer un pipeline de gaz naturel à travers la Syrie et la Turquie à destination de l’Europe. Assad a toutefois rejeté cette offre, et en 2011 il a arrangé un pacte avec l’Irak et l’Iran pour faire un pipeline vers l’est, mettant ainsi le Qatar et l’Arabie Saoudite complètement sur la touche. Il n’est pas surprenant que le Qatar, l’Arabie saoudite et la Turquie aient été les puissances régionales les plus insistante en faveur d’un renversement du gouvernement syrien.

Mais pourquoi cette histoire de pipeline a mis la Syrie dans la ligne de mire de Washington ? Trois raisons:

1. Cette disposition du pipeline aurait significativement renforcé la position de l’Iran, leur permettant d’exporter vers les marchés européens sans avoir à passer par l’un des alliés de Washington. Cela réduit évidemment l’effet de levier du gouvernement américain.

2. La Syrie est le plus proche allié de l’Iran. Son effondrement affaiblirait intrinsèquement l’Iran.

3. Syrie et l’Iran ont signé un accord de défense mutuelle, et une intervention américaine en Syrie pourrait ouvrir la porte à un conflit ouvert avec l’Iran.

En février 2014, ce jeu d’échec mondial s’est emballé sur un nouveau territoire : l’Ukraine. La véritable cible était cependant la Russie.

Voyez-vous, la Russie se trouve être le deuxième plus grand exportateur de pétrole au monde, et non seulement ils ont été une épine diplomatique dans le pied de Washington, mais ils ont également ouvert une bourse de l’énergie en 2008, avec des ventes libellées en roubles et en or. Ce projet était en préparation depuis 2006, ils ont également travaillé avec la Chine à retirer le dollar dans l’ensemble de leur commerce bilatéral.

La Russie a également travaillé à l’organisation d’une Union économique eurasienne, qui comprend l’intention d’adopter une unité monétaire commune, et qui devrait avoir son propre marché énergétique indépendant.

Ce qui nous mène à la crise en Ukraine. Celle-ci s’est vue offrir un choix : rejoindre l’UE ou adhérer à l’Union eurasienne. L’Europe a insisté sur le fait qu’il s’agissait d’une offre exclusive. L’Ukraine ne pouvait pas joindre les deux. La Russie, pour sa part, affirmait que l’adhésion aux deux ne posait pas de problème. Le président Ianoukovitch a décidé d’écouter la Russie.

En réponse, le dispositif de sécurité nationale des États-Unis a fait ce qu’il fait le mieux : ils ont renversé Ianoukovitch et installé un gouvernement fantoche. Pour voir la preuve complète de l’implication de Washington à la veille du coup d’état regardez « La crise en Ukraine ce qu’on ne vous dit pas » (en anglais, ndlr).

Cet article du Guardian est également intéressant à lire.

Bien que tout cela semblait se passer au mieux dans un premier temps, les États-Unis ont rapidement perdu le contrôle de la situation. La Crimée a organisé un référendum et le peuple a voté massivement pour la sécession de l’Ukraine et la réunification avec la Russie. La transition a été ordonnée et pacifique. Personne n’a été tué, mais l’Occident a immédiatement maquillé l’événement comme un acte d’agression russe, et cela est devenu dès lors le leitmotiv.

La Crimée est importante sur ​​le plan géostratégique en raison de sa position sur la mer Noire qui permet la projection de la puissance navale Russe dans la Méditerranée. Elle a également fait partie du territoire russe pour la plupart de l’histoire récente.

Les États-Unis pressent pour l’inclusion de l’Ukraine dans l’OTAN depuis des années. Une telle démarche placerait les forces américaines à la frontière de la Russie et aurait pu potentiellement aboutir à la perte de bases navales Russes en Crimée. C’est pourquoi la Russie a immédiatement accepté les résultats du référendum de Crimée et rapidement renforcé le territoire.

Pendant ce temps dans l’Est de l’Ukraine, deux régions ont déclaré l’indépendance de Kiev et ont tenu leurs propres référendums. Les résultats sont évidemment quasi unanimement en faveur de l’indépendance.

Kiev a répondu à cela avec ce qu’ils appellent des opérations anti-terroristes. En pratique, cela a été une campagne massive et aveugle des bombardements qui ont tué des milliers de civils. Apparemment, tuer des civils n’est pas considéré comme une agression pour l’Occident. En fait, le FMI a mis en garde explicitement le gouvernement provisoire que leur prêt de 17 milliards de dollars d’aide pourrait être en danger s’il n’était pas en mesure de mettre un terme au soulèvement en Ukraine orientale.

Alors que la guerre contre l’Ukraine de l’Est faisait rage, des élections ont eu lieu et Petro Porochenko a été élu président. Il s’avère que Porochenko a été exposé par un câble diplomatique divulgué et publié par Wikileaks en 2008 après avoir travaillé comme informateur pour le Département d’Etat des États-Unis depuis 2006. Ils se sont référés à lui comme «Notre taupe Ukrainienne» et la plupart des câbles visés faisaient état de l’information qu’il fournissait. (Un câble distinct a montré que les États-Unis savaient Porochenko corrompu, même à ce moment-là.)

Avoir une marionnette en place ne s’est cependant pas avéré être suffisant pour donner à Washington la plus haute main dans cette crise. Qu’est-ce que Washington fait quand elle n’a pas d’autre moyen de pression ? Ils imposent des sanctions, ils diabolisent et ils montrent les dents (ou utilisent une opération sous fausse bannière).

Ce n’est pas une très bonne stratégie pour traiter avec la Russie. En fait, elle a déjà fait contre-feu. Les sanctions ont simplement poussé la Russie et la Chine dans une coopération plus étroite et accéléré le programme de dé-dollarisation de la Russie. Et en dépit de la rhétorique, cela n’a pas conduit à l’isolement de la Russie. Les États-Unis et l’OTAN ont mis un fossé entre eux et la Russie, mais pas entre la Russie et le reste du monde (cherchez ‘BRICS’ si vous n’êtes pas sûr à ce sujet).

Ce nouvel axe anti-dollar va plus loin que l’économie. Ces pays comprennent ce qui est en jeu ici. C’est pourquoi, dans le sillage de la crise ukrainienne la Chine a proposé un nouveau pacte de sécurité eurasienne qui inclurait la Russie et l’Iran.

Examinez les implications ici tandis que l’administration Obama commence les bombardements en Syrie, qui a également un accord de défense mutuelle avec l’Iran.

Ce n’est pas la guerre froide 2.0. C’est la Guerre Mondiale 3.0. Les masses peuvent ne pas encore voir l’ensemble du tableau, mais l’Histoire s’en souviendra de cette façon.

Les alliances se solidifient déjà et une guerre chaude est en cours sur plusieurs fronts. Si les provocations et les guerres par procuration continuent, ce n’est qu’une question de temps avant que les grandes puissances s’affrontent directement, et ça c’est une recette pour un désastre.

Est-ce que tout cela vous semble fou ?

Eh bien, vous avez raison. Les gens qui dirigent le monde en ce moment sont fous, et le public somnambule marche vers une tragédie. Si vous voulez modifier le cours des affaires courantes, il n’y a qu’une seule façon de le faire. Vous devez réveiller ce public. Même les armes les plus puissantes sont neutralisées si vous atteignez l’esprit de l’homme derrière la gâchette.

Comment pouvons-nous réveiller les masses me demanderez-vous ? N’attendez pas que quelqu’un d’autre réponde à votre place. Faites preuve de créativité. Agissez comme si le futur de vos enfants et petits-enfants en dépendait, car c’est exactement le cas.

Source : SCGnews.com, le 11 septembre 2014

Traduit par Manu Gignoux pour Les Brindherbes Engagés

—————————————————-

Quelques rappels :

En route vers la troisième guerre mondiale ?

La chute du pétrodollar résonnera sur la planète entière (Jim Willie)

11 septembre, Journée officielle des « merdias » et du mensonge d’Etat

Nous avons le pouvoir de refuser le projet des Etats-Unis ! (Peter Koenig)

« Dans le conflit ukrainien, on peut observer la relation entre le pétrole, le gaz et l’OTAN dans toute sa splendeur » (D. Ganser)

Les USA, pour tenter de ralentir leur déclin, entrainent le monde vers le chaos et la tyrannie (P. Leconte)

Revoir aussi :

[Vidéo] Pourquoi l’Amérique a-t-elle besoin d’une grande guerre en Europe ?

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

41 commentaires pour Comprendre la géopolitique de la troisième guerre mondiale

  1. Ping : Comprendre la géopolitique de la troisième guerre mondiale | Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie | salimsellami's Blog

  2. zorba44 dit :

    Rebloguer c’est bien, cela contribue à la diffusion de cet article et, en ce sens, cela ne peut avoir que des effets bénéfiques.

    Toutefois les reblogueurs devraient réagir ici. Quand on pêche un beau poisson on remercie le propriétaire du bateau et on se félicite de la prise.

    S’agissant de troisième guerre mondiale, et le signataire du présent blog, envers et contre tout ne la voit pas venir pour des raisons qu’il a exposées depuis quelques mois, elle n’aura pas lieu.
    La troisième guerre mondiale est la fin de l’humanité. Il ne s’agit pas d’un suicide collectif tel que ceux décrits pour les lemmings venant se noyer en masse. Il faut croire que l’atome n’a pas d’effet boomerang, et même le dirigeant le plus fou n’irait pas occulter les conséquences de la radioactivité. Y ajouter, pour faire bonne mesure, que la destruction massive des infrastructures et des moyens de production, en l’état des besoins de la technologie, conduirait au retour à la forge, l’araire et à la chandelle…

    In fine la troisième guerre mondiale, en l’hypothèse que quelques restes d’humanité puissent survivre et subsister, repousserait la quatrième guerre mondiale à 100 000 ans. C’est une échéance trop lointaine pour les cerveaux les plus malades, ceux qui ne sont capables que de pronostiquer les temps meilleurs qu’à un an ou deux…

    Si on se prête à un parallèle à la fin d’Hitler, on peut estimer que nombre de dirigeants vont être conduit à leur propre suicide comme cela arrive, dit-on, à des banquiers de plus en plus nombreux – suicide ou suicide assisté ? …Ça l’histoire ne le dit pas encore (pour les dirigeants politiques), précisant que les suicides de banquiers se sont révêlés parfois assistés.

    Il est une autre chose que de programmer l’autolyse de toute la planète avec le consensus de toute l’oligarchie partie de la « fête ».

    Jean LENOIR

    • ligeri dit :

      croire que la 3eme guerre mondiale si elle a lieu sera forcément une guerre atomique n’est peut être pas le scénario préféré des stratèges de tous bords!….il existe d’autres armes qui n’ont pas encore été utilisées mais qui font autant de victimes en théorie que les bombes atomiques et ceçi sans démolir les infrastructures ni les batiments . Je pense aux armes à rayonnements électro-magnétiques ou à la bombe à neutron

  3. moktarbenjano dit :

    Trés passionnante analyse … et aussi complétement indiscutable monsieur Olivier .

    Sauf que c’est encore pire que ce que vous avez reblogué là : tout cela vous semblera bien théorique quand la méche de la BOMBE A RETARDEMENT ISLAMIQUE dans nos pays européens sera arrivée au bout .

    Muslimophiles béats et négrolâtres obtus JE VOUS PLAINS , tout ce peuple gaulois anesthésié et somnanbule qui ne voit rien venir va avoir un réveil digne d’un film d’épouvante quand la menace qui gronde va péter en grand et que la merde sociétale ambiante va heurter le ventilateur … Aussi inconscient que pour le changement climatique que l’on refuse de voir alors qu’il s’accélére partout du fait , entre autres , que l’on PERSISTE à refuser de se mettre aux deux roues ou à ne pas renoncer à aller au travail autrement que seul dans une caisse à roulettes archi-polluante prévue pour transporter six personnes .

    Dans les deux cas l’aveuglement volontaire est le même , que ce soit devant les outrances et les prétentions musulmanes tolérées  » au nom de la tolérance chrétienne  » alors qu’elles sont intolérables pour notre liberté élémentaire , ou les poursuites des habitudes mortelles pour notre futur climatique à court terme .

    Dans les deux cas la note à payer sera monstrueuse … et dans un temps qui s’accélére , mais on s’en tape car on s’imagine que ce sera pas demain !

    Grosse erreur … ! Va falloir pelleter la boue musulmane et celle des torrents devenus fous plus tôt que prévu , comme dans tous ces villages qui commencent à être submergés tous les six mois par les flots et qui vivent maintenant la raclette à merde à la main …

    Vous n’aurez rien vu venir et ne serez pas préparé … Moi si !

    • Michael dit :

      Bonsoir,

      Pourtant nous remarquons bien grâce à cet article que les « méchants » musulmans (en tout cas les radicaux) sont eux-mêmes utilisés pour servir les intérêts occidentaux (des usa particulièrement). Il suffit de chercher un peu qui finance le « terrible » Etat Islamiste… Un peu dans la même tranche que ceux qui ont financé Hitler pour qu’il accède au pouvoir…

      Je crains que vous vous trompez de « combat »…

      Michael

      • moktarbenjano dit :

        Voilà ma réponse à un « monsieur Michael » bien propre sur lui .

        L’appel à l’épouvantail Hitler pour me faire piétiner mon identité culturelle !
        Ca marche trés bien avec vous : mais pas avec moi …

        Ce qui nous différencie c’est que je ne suis pas conditionné comme vous par le formatage politique « correct » qui sévit depuis 40 ans tous bords politiques confondus depuis le « regroupement familial  » du président Giscard d’Estaing : la peur que l’on vous a inoculée d’être traité « d’Hitler » est la meilleure complice des envahisseurs fossoyeurs culturels et de votre futur statut de « Dhimmitude » , ce citoyen à tout faire , corvéable de seconde zone du futur califat islamique de tout l’ouest européen .

        Vous avez tout du bon Dhimmi monsieur Michael , à moins que vous ne vous convertissiez ( ça prend juste 15 secondes mais aprés faudra , entre autre , prier et s’agenouiller 5 fois par jour sous peine de désagréments diverses et variés codifiés dans la Charia … ) ou que , comme nombre « d’intellectuels » et de gaulois bisounours et « à la derniére mode » , vous ne le soyez déjà …

        Le seul fait que vous mettiez des « guillemets » à COMBAT et déclarer trouver bien peu « terrible » ce califat dont je ne doute nullement que vous vous en accomoderez , me fait penser aux collabos des nazis …. et qu’à la libération au minimum on vous aurez retrouvé parmi les tondus .

        Vu de votre petite lucarne de soupente ils ne devaient pas non plus être si  » terribles  » ces envahisseurs allemands si propre sur eux … et aprés tout à l’époque , comme aujourd’hui , vous étiez du côté du politiquement correct , puisque la majorité bêlante ( et même , comme aujourd’hui , le gouvernement ) était de ce côté là avec la majorité de la gauche de l’époque

        Moi je ne le suis pas du côté des politiques UMPS et des journalistes « corrects » , ( ni même du côté des lepénistes version Marine car je suis un européen convaincu ) : être traité d’Hitler par un apprenti dhimmi tel que vous m’en touche une sans faire bouger l’autre , et je vous abandonne bien volontiers à vos illusions de futur esclave d’Allah .

        Ma réponse en cas d’agression extérieure sur la terre de mes Péres , visant à substituer ouvertement ma culture et mon identité , est 1/ Immédiate et 2/ D’une Violence Extrême .

        Et si cela est « être nazi » , alors je le serais , et j’en serais fier et le revendiquerais !

      • Faros dit :

        michael et moktar tous les 2 vous avez raison ….à 1 truc près concernant moktar :
        « je suis un européen convaincu » ….ca prouve que t’as pas compris à 100% le pb moktar !

        L’europe c’est le cheval de troie des US et de l’oligarchie mondialiste pour tuer les peuples et les nations. c’est elle qui nous impose le métissage, l’islam, la dhimmitude etc.

        ou alors dis : « je suis un européen convaincu façon de Gaulle » …. l’europe des nations et des coopérations qui nous donne le droit de décider pour notre propre futur.

    • Ola dit :

      Sérieux ?????? t’es vraiment allumé mon gars, faut aller te faire soigner 🙂 ces islamistes que tu parles qui vont devenir nos gouvernants sont bien souvent financer ou mis en valeur par nos dirigeants qui se servent d’eux pour que les gens pensent comme toi. Et ça me fait rire que tu viennent donner des leçons à tlm alors que t’es complètement à côté del a plaque… Ceci dit, je te souhaite un bon combat mais tu as du avoir qques soucis dans ta jeunesse avec des musulmans pour parler ainsi à mon avis… aurais-tu été ridiculisé???? humilié??? cela ne fait aucuns doutes… enfin j’avoue que de nos jours il suffit de regarder la télé pour penser comme toi 😉

  4. Ping : Djihad 4 | Blog de Yoananda

  5. Ping : Comprendre la géopolitique de la troisi&...

  6. que dire l »analyse ce trouve celle d’une puissance que veut faire le maque sur le reste du monde::sans partage une économie que aucun bon sens ne peut ce positionner..le monde ce trouve sous la grande ROME….mais les leçons de l’histoire montre que ROME est tombée ;mais notre rome a quelle prix……

  7. zorba44 dit :

    Qu’est ce que le signataire a déclenché en mentionnant Hitler …une affaire Dreyfuss bis ! …mieux fait de se taire ! LOL

    Jean LENOIR

    • krisis dit :

      Le point Godwin vous connaissez Jean Lenoir ?

      • zorba44 dit :

        Maintenant oui …et rien à voir avec le point G ! Oui …et après ? Il y a quand même pas mal de posts dans les retraités qui s’expatrient au Portugal sans qu’Hitler viennent les rejoindre.
        Ça me paraît un peu intello…

        Jean LENOIR

  8. Article très intéressant et qui renseigne sur les véritables enjeux de l’heure. La quiétude du monde est donc en péril.

  9. majax dit :

    Très bon article, merci.

  10. Ping : LA VRAIE RAISON pour laquelle la Russie et la Syrie sont en ce moment ciblées par les occidentaux | le monde à l'ENVERS

  11. Pat dit :

    Fabuleux. J’ai enfin compris pourquoi toutes ces guerres atroces et barbares……

  12. Patengo dit :

    Votre lecture de la politique internationale est à mon humble avis rationnel parce que je vois une certaine cohérence, mais seulement je me demande si vous étiez à la place des Usa que feriez vous? ?

  13. Ping : La Russie et la Syrie sont ciblées | Kot...

  14. Merci pour la traduction, mais j’aimerais avoir l’article en anglais please ! Ou puis-je le trouver?

  15. Nathan dit :

    Merci Olivier, d’avoir participé à élargir un peu la conscience de nos compatriotes trop anesthésiée depuis plus de 40 ans… J’espère que les points de vue sur ce qui se passe aux différents coins de la planète s’en trouveront évolués, ce qui semble le cas d’après la majorité des commentaires (À part le type islamophobe qui s’est probablement pris un z..b musulman dans sa petite enfance 😉

  16. camel dit :

    Les bruits de bottes s’intensifient !

    http://www.pascalroussel.net/?p=1589

  17. Ottawa dit :

    Une fois de plus il convient de poser les bonnes questions… Le parlement canadien a voté il y a quelques jours en faveur de la participation des forces armées canadiennes pour les bombardements et intervention en Irak. Des manifestations anti-guerre sont planifiées à travers le pays pour ce week-end des 25-26 Octobre… Et donc comme par pur hasard on attaque des militaires au Québec (St-Jean-sur-Richelieu, 1 mort) et un autre (1 mort) avant d’attaquer le parlement… Avec un niveau « d’alerte terroriste » renforcé peu de temps avant, le mec arrive à rentrer dans le parlement en plein centre d’Ottawa ? Vraiment ? Des têtes de la sécurité devrait tomber, mais on ne verra rien de la sorte comme d’habitude. Dans le quasi même temps, un autre gugusse passe les grilles de la Maison Blanche à Washington, s’amuse avec le chien de garde, tout çà dans ce qui devrait être de véritables forteresses. On prend vraiment les gens pour des cons, çà c’est une certitude !

    Si tout cela n’est pas cousu de fil blanc, on ne sait pas ce qui l’est. Mais bon, réfléchir deux secondes et poser des questions pertinentes, c’est automatiquement de la « théorie du complot ». Par contre une histoire à dormir debout comme celle de 19 arabes armés de cutters détournant 4 avions dans la même matinée sans déclencher d’alerte, sans que personne ne sache rien, en déjouant les 19 agences de renseignement yankee + celles de l’OTAN du Mossad et en allant « percuter » trois tours avec deux avions, trois tours s’effondrant dans le plus pur style de démolition contrôlée, et un troisième avion « percutant » le Pentagone, tous ces avions s’étant volatilisés dans le chaos de la destruction qui a pourtant permis de retrouver un passeport de « pirate de l’air » intact dans les poussières de la vaporisation des bâtiments… tout cela par contre n’est pas du tout une théorie du complot. C’EST LA VERITE puisque le gouvernement du pays le plus indispensable au monde nous le dit au sujet du 11 Septembre et si on ne les croit pas, on est des fondus de conspirationnistes. Le goulag soviétique n’était pas constitué que de camps de travail, il était aussi constitué d’asiles psychiatriques pour y enfermer les dissidents, car enfin pour ne pas croire au paradis léniniste-staliniste sur terre, faut vraiment être un fou c’est bien connu ! On y arrive chez nous, on y arrive, certains voudraient déjà y être… Les laisserons-nous faire tout ce mal ?

    Étonnant non ?

    – Résistance 71 –

    http://resistance71.wordpress.com/2014/10/24/nouvel-ordre-mondial-la-fusillade-dottawa-en-faux-drapeau-de-renversement-dopinion-publique-pour-la-guerre/

    • Nathan dit :

      Merci Ottawa et mes félicitations pour votre perspicacité! Malheureusement les gens conscients comme vous sont vraiment très minoritaires dans nos sociétés et leur préoccupations sont aux antipodes de la recherche de la vérité! Tout au contraire ils sont drogués par la télévision tele-réalité et en réclament plus et plus…. Nous sommes si minoritaires que nous n’arriverons jamais à fléchir le cours de l’histoire et notre chute dans les gouffres sombres de la grande magouille… 😦

  18. Personnellement je pense que vous accordez trop d’importance à l’idée de nation. Il me semble que les pouvoirs politiques et économiques ne tirent pas toujours dans le mème sens, et pas forcément dans le sens des populations.
    Par ailleurs il existe plusieurs clans à l’intérieur des catégories et à l’intérieur des nations.

    Par exemple, Poutine n’est pas la Russie. Obama n’est pas plus l’amérique que Bush ne l’était.
    Le grand danger de guerre dans lequel nous sommes ne vient pas des menées de quelquonque complot – mais plutot de la faiblesse de nos comportements.
    L’union européenne est comme une ruche pleine de miel pour l’ours russe. Comme le Japon et les dragons asiatiques le sont pour la Chine populaire.
    Le moyen de se protéger de la guerre c’est de la préparer. Comment prépare-t-on la guerre, avec de l’argent.
    Le budget de la défense français est encore un peu supérieur à celui de la Russie. A l’échelle européen nous sommes les seuls ou presque à être en état. Sans la France l’Europe n’a pas d’armée propre. Sauf à dire que les USA vont protéger leurs concurrents.
    En effet l’Euro est un concurrent au dollar – et derrière il y a le role de banquier mondial ; les USA ne seront pas trés tentés de nous aider tant que nous ne serons pas dévastés.

    La seule issue pour échapper à la guerre est l’armement européen. une vraie politique extèrieure européenne.
    Les faibles n’échappent pas à la guerre, ils la subissent.

    Les états-nations européens sont en fin de vie, mais on s’en fout, ce qui compte, ce qui compte c’est les populations.
    Dans une perspective historique il est faux de dire que le comportement des états ne respecte pas la morale. L’adhèsion d’une population à la morale, et donc à ceux qui la font respecter est un des atouts majeurs que Napoleon puis CLausewitz ont mis en évidence (cela dit on l’avait vu précédemment dans l’histoire ) – tel qu’Hitler et Staline les ont appliqués : la guerre totale.

    Dans la guerre le facteur le plus important c’est les effectifs – ce n’est pas le seul, mais de manière générale on peut toujours imputer la victoire aux plus nombreux, indirectement ; pour expliquer les effectifs paradoxaux on fait intervenir la « motivation » – seuls ceux qui se battent vraiment comptent.
    Un autre facteur est bien évidemment la technologie, m’objectera-t-on. Mais la technologie demande aussi des effectifs trés importants : à l’arrière.
    Donc… l’adhésion la plus large et la plus profonde d’une population est le facteur le plus important à prendre en compte dans la guerre totale. C’est pour ça que les gentils gagnent toujours à la fin : tout le monde aime les gentils et a envie de les défendre.

    En Europe NOUS SOMMES MEILLEURS que tout le monde de ce point de vue.

    Un programme d’armement important et convaincant devrait nous permettre d’éviter tout problème.
    Un programme vraiment généreux à l’égard des populations martyrisées, en particulier les femmes, devraient nous assurer l’adhésion de la plus grande masse , et la plus laborieuse.
    Parce que nous visons la paix et le profit bourgeois.
    Mais faisons-le comme il faut. Et vite. Pas comme des Tatie Danielle de contrebande.

  19. toumi dit :

    On a tous peur pour l avenir de l humanite…

  20. heloîs dit :

    Facebook agent de l’Empire…

  21. Ping : L’ours, l’aigle et le chameau | Le Blog de la Résistance

  22. cesar tichot dit :

    agir oui mais en faisant quoi ? la limite d’agissement entre le légal et le hors la loi est très flou. ce manque de visibilité met le public dans l’attentisme et donc il ne bouge pas. Ce flou est bien entretenu pas le gouvernement maqué avec une europe qui n’a pas de visibilité à moyen terme et qui se laisse ballotter pas les événements sans en être acteurs au détriment des peuples qui acceptent tout . il manque un leader charismatique avec une vision différente et nouvelle au sein de l’europe. Gerer les crises avec des bons sentiments fonctionne à long terme (gandhi par exemple) à court terme la réponse doit être cinglante et de courte durée.

  23. Ping : Le trou noir de l’or noir/La face cachée du pétrole (Eric Laurent)/ La Russie casse le monopole de Wall Street sur la cotation du pétrole (F. William Engdahl) – Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

  24. Ping : La guerre en Syrie est très largement une guerre du gaz et de l’énergie

  25. Ping : Géopolitique de la 3ème guerre mondiale | Pearltrees

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s