Stephen Cohen : La guerre entre l’Otan et la Russie est une réelle possibilité

stephen cohen - we are in deep trouble

We are in deep trouble…

« Le professeur Stephen Cohen est l’une des autorités les plus respectées sur la Russie parmi les chercheurs américains et occidentaux. C’est un universitaire américain spécialiste de la Russie à l’Université de Princeton et à l’université de New York. Son travail se concentre sur l’histoire moderne de la Russie et la relation de la Russie avec les Etats-Unis.

Les points clés du discours extraordinaire de Cohen :

  • La possibilité d’une guerre préméditée avec la Russie est réelle ; cela n’a jamais été le cas à l’époque soviétique.
  • Ce problème n’a pas commencé en novembre 2013 ou en 2008, ce problème a commencé en 1990, quand l’administration Clinton a adopté la politique du vainqueur qui prend tout envers la Russie post-soviétique.
  • Suite à l’expansion de l’Otan, les Etats-Unis ont adopté une politique de négociation appelée coopération sélective – ​​La Russie donne, les USA prennent.
  • Il n’y a pas un seul exemple d’une concession majeure ou accord de réciprocité que les Etats-Unis aient offert à la Russie en échange de ce qu’ils ont reçu depuis les années 1990.
  • Cette politique a été poursuivie par tous les présidents et tous les Congrès américains, du président Clinton au président Obama.
  • Les Etats-Unis ont droit à une sphère d’influence mondiale, mais la Russie n’a droit à aucune, pas même en Géorgie ou en Ukraine.

  • Depuis 20 ans, la Russie a été exclue du système de sécurité européen. L’expansion de l’Otan a été un pivot de ce système de sécurité et il a été dirigé contre la Russie.
  • Poutine était à l’origine un leader pro-occidental, il voulait un partenariat avec les Etats-Unis, les a aidés sans conditions après le 11 septembre et sauvé de nombreuses vies américaines en Afghanistan.
  • En retour, il a obtenu une nouvelle expansion de l’Otan et l’abolition unilatérale du traité sur les missiles existants sur lequel reposait toute la sécurité de la Russie.
  • Poutine ne est pas un autocrate, il est peut-être très autoritaire comme un décideur ultime, mais il a des comptes à rendre à d’autres groupes de pouvoir.
  • Poutine n’est pas anti-occidental, ou comme l’a dit Khodorkovski, il est plus européen que 99 pour cent des Russes. Il est devenu moins pro-occidental et particulièrement moins pro-américain.
  • Depuis novembre 2013, Poutine n’est pas devenu agressif, mais réactif. Pour cela, il a été critiqué dans certains milieux à Moscou comme un conciliateur trop timide.
  • Nous (universitaires critiques) n’avons pas de soutiens politiques efficaces dans l’administration, le Congrès, les partis politiques, les cercles de réflexion ou sur les campus universitaires. C’est une situation sans précédent dans la politique américaine. Il n’y a pas de discours, pas de débats, c’est l’échec de la démocratie américaine.
  • L’ extraordinaire diabolisation, irrationnelle et non fondée de Poutine continue.
  • Aucun dirigeant soviétique n’a jamais été autant vilipendé personnellement que Poutine maintenant.
  • La solution en Ukraine est la fédéralisation sans la Crimée, qui n’y reviendra pas, le libre-échange entre l’Occident et la Russie et pas d’adhésion à l’Otan pour  l’Ukraine.
  • Cette garantie doit être faite par écrit, non par oral comme cela avait été le cas avec Gorbatchev en 1991, et doit être ratifiée par l’ONU.
  • Le régime de Kiev n’est pas un régime démocratique, mais un régime ultra-nationaliste. Porochenko est un président en déclin.
  • A moins que le régime de Kiev ne change son attitude envers la Russie ou que l’Occident cesse de soutenir inconditionnellement Kiev, nous allons vers une guerre avec la Russie ».

Russia Insider, le 22 mars 2015

Traduit par jj, relu par Diane pour le Saker Francophone

Lire aussi :

Pourquoi il faut soutenir Vladimir Poutine

Le président français : la Russie est un pays ami

Quelques rappels :

Jeux de pouvoir autour d’un changement de régime en Russie (P. Escobar)

« Dans le conflit ukrainien, on peut observer la relation entre le gaz, le pétrole et l’OTAN dans toute sa splendeur » (D. Ganser)

Mikhaïl Gorbatchev : « Les sanctions à l’égard de la Russie sont révoltantes »

Poutine : « L’Occident se comporte comme un Empire qui accule tous ses vassaux »

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 51 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Stephen Cohen : La guerre entre l’Otan et la Russie est une réelle possibilité

  1. Ping : Stephen Cohen : La guerre entre l’Otan et la Russie est une réelle possibilité - Ma banque a moi

  2. Ping : nato-war-game | raimanet

  3. zorba44 dit :

    Personne n’ose écrire. Cela est la preuve éclatante du déni de réalité qui s’empare des esprits.
    Vous aviez eu Olivier un article à ce propos, mais le signataire ne peut le relier à aucun mot clef.

    Maintenant que la guerre de défense, car c’est une guerre de défense pour Poutine, qui n’accepte pas d’être acculé, ni son pays, se profile personne ne semble vouloir réagir à un tel article.

    Or il est capital de comprendre que l’absence de réactions est une des causes de la matérialisation de cette guerre. Il serait de salut public que vingt millions et plus de personnes soient dans la rue en France afin de pousser les politiques à nous sortir de la sale ornière où ils se sont mis eux-mêmes.

    Nous sommes assis sur des ogives nucléaires et si cela n’est pas assez pour vous, alors …Dieu ait pitié de vos âmes.

    Jean LENOIR

  4. Alcide dit :

    …Le 18 Mars le Secrétaire général de l’OTAN a dénoncé l’accord de paix entre la Russie et la Géorgie qui a pris fin l’agression militaire de la Géorgie contre l’Ossétie du Sud. Le Secrétaire général de l’OTAN a déclaré que l’OTAN rejette le règlement parce qu’il « entrave les efforts déployés par la communauté internationale pour renforcer la sécurité et la stabilité dans la région. » Regardez attentivement cette déclaration. Il définit la «communauté internationale», comme l’OTAN les États marionnettes de Washington, et il définit renforcement de la sécurité et de la stabilité par la suppression des zones tampons entre la Russie et la Géorgie, afin que Washington puisse positionner ses bases militaires en Géorgie directement sur la frontière de la Russie…
    Vu sur « Russia Under Attack « — Paul Craig Roberts
    http://www.paulcraigroberts.org/2015/03/20/russia-attack-paul-craig-roberts-2/

    L’Empire attaque .
    Si Saddam Hussein, Kadhafi, Assad, et les talibans n’ont pas plié faces aux menaces de Washington, pourquoi les imbéciles de Washington pensent-ils que Poutine, qui tient dans ses mains le plus grand arsenal nucléaire dans le monde, va se coucher?

    C’est exactement l’attitude de malades mentaux qui, comme le soulignait Albert Einstein, répètent indéfiniment la même expérience en espérant des résultats différents…

    Et nos connards châtrés de dirigeants occidentaux à la solde des banques de suivre docilement cette folie qui menace l’existence du monde.

  5. christ dit :

    même si 20 millions de français descendaient dans la rue pour dire stop à une éventuelle guerre , pas sur qu’ils seraient entendus ; les usa veulent la guerre contre la russie et quand je lis sur différents sites ce à quoi ils ont prêts , je ne me fais pas trop d’illusions ; faire des guerres , c’est le seul moyen que les dirigeants américains ont pour continuer d’exister aux yeux du monde ;c’est malheureux mais c’est comme ça ;

    • zorba44 dit :

      Eh bien l’on vous dit que les mêmes qui défilaient par millions contre le mariage pour tous, la théorie du genre sont vraiment des c……. m….. pusillanimes. Sommes-nous devenus décérébrés à ce point pour ne pas comprendre l’immense impact international si, ici et là, la foule noircissait les grandes artères contre la guerre, contre la destruction de l’humanité car on arrivera à cela – raréfaction des ressources, destructions mortelles (les centrales nucléaires ou plus vicieusement les relais d’interconnexion qui feraient fondre les coeurs des réacteurs nucléaires après la destruction des piscines de refroidissement à huile pour lesquels ils suffiraient de quelques petits drones avec des explosifs incendiaires), les destructions écologiques avec des niveaux de pollution devenus ingérables, une terre de vieux affamés qui aurait tué tous ses jeunes, la disparition (seule bonne chose) de la finance et l’incapacité de remonter quoique ce soit.

      Des exemples existent de disparitions locales: Ile de Pâques, civilisation aztèque, et, sous nos yeux, la minuscule république de Nauru.

      Le débat politique est devenu minable. Que la rue, et c’est le voeu le plus cher qu’on puisse formuler, élève le débat au niveau de l’humanité ! Que l’on refuse absolument et qu’on le dise la logique de l’Otan, des USA et de l’Europe dirigés par des psychopathes parmi les plus dangereux qu’ils soient. Que l’on refuse la propagande véhiculée par des journalistes manipulés et vendus. Que l’on refuse, enfin, que ce soit l’homme qui décide de la fin du monde Terre dans sa vanité mortelle insensée.

      Les barricades de 1968 ont sans doute été fomentées en sous-main déjà par les services secrets US et, peut-être, anglais pour casser De Gaulle.

      Il serait bon de se grandir par des barrières humaines contre l’immonde hydre du NOM, de défiler sans relâche contre ces fous, jusqu’à ce qu’ils abandonnent et soient poursuivis pour leurs crimes.

      Jean LENOIR

  6. Ping : nato-earth-murder | raimanet

  7. Brisbane dit :

    Attentat terroriste à Tunis : résultat du refus de la Tunisie de construire une base US ?

    Le mois dernier, plusieurs médias tunisiens et étrangers (notamment la chaîne iranienne d’information internationale en langue anglaise Press TV) ont relayé l’information selon laquelle l’ambassadeur étasunien en poste à Tunis, Jacob Walles, a demandé au président tunisien, Béji Caïd Essebsi, la construction d’une base américaine sur le territoire tunisien. Une « demande » à laquelle le leader tunisien, connu pour des positions patriotiques, aurait vivement réagi en expulsant l’ambassadeur US du palais présidentiel.

    Plus que cela et toujours selon les mêmes sources, le président de la Tunisie aurait refusé dans la foulée un entretien téléphonique avec Barack Obama. Un coup vraisemblablement sérieux porté aux plans & visées des USA pour la région. Car et il ne faut pas l’oublier, les Etats-Unis, à l’heure où leur domination sur le monde a été tout simplement et fortement remise en doute par la Russie, la Chine, les pays BRICS et tous les partisans du monde multipolaire actuel, recherchent depuis par tous les moyens l’asservissement pure et simple de tous ceux qui ne seraient pas en intégralité sous leur diktat. L’Afrique, tout le comme le Moyen-Orient, fait partie intégrante de ces plans malsains.
    http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150322/1015287200.html#ixzz3VQSbJjNq

    • zorba44 dit :

      Tout est possible et même la sponsorisation de l’EI pour réaliser ce sale coup. Un jour il faudra supprimer l’immunité diplomatique aux scélérats et les jeter en prison comme de simples véhicules de leurs patrons.

      Enfin à l’époque de l’antiquité on avait coutume de découper en morceaux les estafettes venues apporter ultimatums ou mauvaises nouvelles…

      Jean LENOIR

  8. Ping : Washington est perdu dans l’arrogance et la folie… | ASPRO

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s