Covid-19 : 10 bonnes raisons de NE PAS se faire “vacciner”

1. Un très grand nombre des nouveaux vaccins anti-covid utilisent des cellules humaines tirées de fœtus avortés, dans l’une ou l’autre phase de leur élaboration, ce qui est moralement inacceptable à cause de la façon dont on a obtenu ces tissus.

Lorsque vous lisez des termes tels que « cellules diploïdes humaines » (1) ou que vous entendez parler de lignées cellulaires dont le nom est « MWI 38 », « MRC-5 », « PER.C6 », « Wistar RE 27/3 », « WALVAX 2 », « HEK 293 » et sa variante « T »… sachez qu’il s’agit de lignées cellulaires qui ont nécessité la mise à mort de centaines d’enfants à naître avant de réussir à produire des lignées de cellules vivantes à partir de fœtus précis. (cf. Debi Vinnedge, fondateur de Children of God for Life sur LifeSiteNews)

En date du 4 janvier 2021, le Charlotte Lozier Institute recensait, sur 38 vaccins anti-covid en lice mondialement,18 vaccins utilisant ouvertement des lignées de fœtus (2), dont Pfizer/BioNTech, Moderna et AstraZeneca ; et 14 vaccins au sujet desquels l’information complète n’était pas disponible…

Cette utilisation de fœtus humains représente un obstacle à la réception desdits vaccins, puisque les fabricants emploient un moyen découlant d’un acte immoral en soi ― l’avortement ― dans le processus de fabrication du vaccin ‟ce qui relève de toute obligation morale d’accepter un tel produit, dût-il vous sauver la vie.” (Augustin Hamilton, Campagne Québec-Vie) ‒ Voir la note en fin de document, concernant les propos du Pape à ce sujet.

2. C’est un vaccin produit précipitamment. La production d’un vaccin prend 10-15 ans (au minimum 5 ans) pour être capable de tester d’abord sur les animaux, puis sur des humains consentants, afin de découvrir les effets à moyen et long termes.

Les nouveaux vaccins anti-covid ont été élaborés en quelques mois seulement, et sont maintenant injectés à la population sans aucune certitude quant à leur innocuité réelle.

Les populations qu’on inocule avec ces vaccins font partie d’une vaste expérimentation sans qu’elles le sachent. Depuis le procès de Nuremberg (qui a jugé les crimes de l’Allemagne nazie) il est spécifiquement interdit par le droit international d’utiliser des populations à leur insu pour des expérimentations scientifiques ou médicales. Le faire constitue un crime contre l’humanité et une violation du Code de Nuremberg.

3. Les compagnies pharmaceutiques avouent que les vaccins n’ont pas été testés pour connaître…

  • les interactions avec les autres médicaments (nous savons que les aînés, vaccinés en priorité et parfois contre leur gré, sont largement sous forte médication…);
  • la compatibilité avec d’autres vaccins anti-covid ;
  • les effets sur les femmes enceintes ou allaitantes ;
  • les effets sur les personnes atteintes de certaines maladies préalables ;
  • les effets sur le système reproductif humain ;
  • les effets sur les jeunes de moins de 16-18 ans ;
  • le potentiel cancérigène du vaccin ;
  • les risques tératogènes, c’est-à-dire la possibilité de dérives génétiques entraînant des monstruosités soit chez les patients inoculés, soit chez leurs descendants.
  • les risques de génotoxicité (dommages causés à l’ADN (3), pouvant conduire à des mutations, des cancers et maladies héréditaires).

4. Plusieurs vaccins anti-covid (dont celui de Pfizer-BioNTech et Moderna) utilisent une technologie nouvelle, dangereuse et non contrôlée : l’ARN messager (4) (ARNm).

En fait, selon le Dr Christian Perronne, spécialiste des maladies infectieuses, il ne s’agit pas réellement d’un vaccin, mais d’une thérapie génique (5).

Le principe est le suivant :

On injecte dans le corps du patient un ARN messager (un fragment synthétique du coronavirus) encapsulé dans des nanoparticules lipidiques (6) pour mieux pénétrer dans les cellules musculaires lors de l’injection.

Ces fragments vont se loger à l’intérieur des cellules saines du patient, un peu partout dans le corps (même en des cellules qui, normalement, n’auraient pas été infectées. Cf. Dr. Sucharit Bhakdi, microbiologiste), et reprogramment ces cellules saines afin qu’elles produisent elles-mêmes des fragments du virus réel, dans le but de susciter des anticorps en réponse à ces molécules de virus.

Vous avez bien lu : ce nouveau « vaccin » va jouer avec votre ADN pour que vous deveniez vous-mêmes une usine de morceaux de virus !

En d’autres mots, ce « vaccin » transforme le patient en OGM

‟Il existe un risque réel de transformer nos gènes définitivement. Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants.

Je suis d’autant plus horrifié que j’ai toujours été en faveur des vaccins et que j’ai présidé pendant des années des instances élaborant la politique vaccinale. Aujourd’hui, il faut dire stop à ce plan extrêmement inquiétant.” (Dr Christian Perronne, chef de service en infectiologie de l’hôpital universitaire Raymond-Poincaré, France)

Cette technologie, testée par le passé sur les animaux de laboratoire, s’est révélée une catastrophe. La docteure Carrie Madej, médecin en médecine interne et ostéopathe aux USA, explique :

‟Lors de ces vingt dernières années, toutes les tentatives précédentes pour produire un vaccin similaire ont échoué. Lors d’expériences sur les animaux, où ils administraient ces sérums vaccinaux à ARN messager ou ADN modifiés, les animaux semblaient initialement très robustes en termes de système immunitaire, ça avait l’air d’être un succès! Les niveaux d’anticorps dans les échantillons de sang avaient augmenté et la réponse des cellules « T » s’était également améliorée.

Mais dans le cadre des tests sur les animaux, on effectue un test appelé « challenge test » (7). (Cette application de test étant contraire à l’éthique chez l’homme, elle n’est donc utilisée que dans le cadre d’expériences sur les animaux.)

(…) Les animaux ont eu à chaque fois une réaction cytokine, c’est-à-dire une réaction inflammatoire, de sorte que globalement leur santé s’est aggravée après leur exposition au virus ou à la bactérie. Cela signifie qu’ils sont devenus plus malades, qu’ils ont eu plus de pneumonies, plus de problèmes de foie, et qu’il y a eu plus de décès.

Si ces symptômes sont apparus chez les animaux presque à chaque fois avec les vaccins précédents de ce type, nous pouvons supposer que cela se produira avec ce vaccin en particulier qu’ils essaient maintenant d’utiliser sur nous.

Supposons donc qu’ils nous administrent ce vaccin. Tout le monde a l’air bien au début, non ? Et puis, que se passe-t-il si ces personnes sont exposées à un simple rhume, une grippe, un Covid-20 ou quoi que ce soit de semblable ?

Je m’attends donc, tout comme mes collègues, à plus de décès, plus de morbidité (8), plus de problèmes. Et je soupçonne qu’ils ne vont pas rejeter la faute sur le vaccin (…) mais ils se contenteront de dire: c’est à cause de la nature même de ce nouveau virus. Ils accuseront le virus!

(…) Ils jouent avec l’ADN, l’ARN, le génome, les gènes… ce sont des termes similaires qui désignent une même chose.

Le génome est ce qui nous rend humains. C’est notre schéma d’organisation, c’est ce qui nous fait grandir, ce qui nous fait nous reproduire, ce qui nous guérit, c’est tout ce dont le corps a besoin pour savoir ce qu’il doit faire.

S’ils manipulent le tout d’une quelconque façon, un changement aussi minuscule soit-il peut avoir un effet désastreux. Il peut entraîner le cancer, la mutagenèse (9) (…) et les maladies auto-immunes (10). Il est donc possible que les effets soient tardifs, nous n’avons pas de recul. Les études ne sont donc pas réalisées correctement et elles sont menées hâtivement.”

La docteure Alexandra Henrion Caude (généticienne, ancienne directrice de recherches à l’Inserm, et qui a travaillé sur les ARN) ajoute ceci (nous résumons) :

‟Les conséquences moléculaires d’un ARN sont extrêmement difficiles à prédire parce qu’il y a trop de niveaux où l’ARN peut intervenir (…) Un ARN peut déclencher plein de cascades parce qu’il peut interagir avec plein de molécules (ayant potentiellement des impacts sur, par exemple, l’odorat, donc des choses qui ne sont pas neutres [anodines, NDLR]…).

Donc, un vaccin avec ARN peut interagir avec plein de molécules. (…) Comment voulez-vous le maîtriser puisque vous ne connaissez pas les « acteurs » avec lesquels l’ARN va interagir dans votre cellule ? Donc on sait à l’avance qu’on ne pourra pas maîtriser l’ARN, par définition.

En fait, il y a l’intention, la théorie (« Je veux provoquer une réaction de la cellule qui produira un effet vaccinal ») ; et il y a les faits concrets qui sont une véritable « boîte à Pandore »…” (11)

5. Danger potentiel pour la fertilité.

Dans un document présenté par les Drs Wolfgang Wodarg et Michael Yeadon (12) devant l’Agence européenne des médicaments (13), ceux-ci expliquent que la « syncytine 1 » est une substance qui est impliquée dans le développement du placenta maternel. Sa production est donc une condition préalable et nécessaire à une grossesse réussie.

(La « syncytine 1 » possède également des propriétés immuno-suppressives qui évitent que le corps maternel ne considère l’embryon comme un intrus et ne cherche à l’expulser. NDLR.)

Mais la syncytine 1 se retrouve également sous forme homologue dans le morceau de virus que le « vaccin » ARN fait produire au corps de la personne vaccinée.

Il est donc possible que les anticorps de la femme vaccinée (anticorps programmés pour détruire le virus) confondent la syncytine 1 contenue dans le morceau de virus avec la syncytine 1 produite par le corps de la femme en vue de la grossesse, empêchant par conséquent la formation du placenta.

Les vaccins anti-covid à ARNm agiraient donc plutôt comme un abortif permanent que comme un stérilisateur, puisque l’absence de placenta fonctionnel ferait mourir de faim l’embryon humain, mais ne l’empêcherait pas d’être conçu.

D’ailleurs selon le protocole d’essai des compagnies produisant ces nouveaux «vaccins», une femme en âge de procréer n’est admissible au vaccin que si elle n’est pas enceinte ou n’allaite pas, et si elle ne devient pas enceinte dans les 28 jours à 3 mois après la dernière dose. Cela signifie que ça pourrait prendre un temps relativement long avant qu’un nombre notable de cas d’infertilité post-vaccinale puisse être observé.

Par conséquent, vaccination de masse peut vouloir dire « stérilisation de masse »… Il y a des précédents récents.

Par exemple, en 2014 l’OMS a fourni un vaccin anti-tétanos injecté à la population féminine du Kenya. L’Association des médecins catholique du Kenya avait dénoncé la présence d’une hormone liée à la grossesse dans le vaccin anti-tétanos, bien que celle-ci ne fût pas nécessaire, amenant le corps à réagir négativement à l’hormone et empêchant par conséquent le développement d’une grossesse saine.

Le Dr Muhame Ngare du Mercy Medical Centre de Nairobi affirme que des campagnes de vaccination contre le tétanos menées par l’USAID et le FNUAP ont résulté en des fausses-couches environ trois ans plus tard.

Ce même vaccin a été administré à 2,3 millions de filles et de femmes par l’OMS et l’UNICEF, au Mexique, aux Philippines et au Nicaragua…

‟Le monde compte aujourd’hui 6,8 milliards d’habitants… et se dirige vers les 9 milliards. Maintenant, si nous faisons un excellent travail sur les nouveaux vaccins, les soins de santé et les services de santé reproductive, nous pourrons réduire ce chiffre de 10 ou 15 % ”, a publiquement déclaré Bill Gates lors d’une conférence TED (Technology, Entertainment, Design) en 2010.

‟Les soins de santé en eux-mêmes ne devraient pas réduire la population, normalement du moins… le terme « services de santé reproductive », quant à lui, est employé [dans la déclaration de Bill Gates. NDLR] comme euphémisme désignant l’avortement, la contraception et la stérilisation ; quant aux vaccins, du moins d’après ce que l’on en dit officiellement et ordinairement, ils ne devraient pas stériliser, à moins que ce ne soit voulu…” (Augustin Hamilton / Campagne Québec-Vie)

Alors, où est l’erreur, dans le discours du plus célèbre « philanthrope » de la planète?

Il n’y en a pas… car ses visées eugénistes (pour la réduction de la population mondiale) ne sont plus secrètes. Sa fondation est d’ailleurs l’un des plus grands pourvoyeurs de fonds des principales compagnies de vaccins, de l’OMS (14) et autres grandes institutions/éminences grises qui gouvernent notre monde.

6. Quant à lui, le vaccin de AstraZeneca est produit dans des cellules de rein embryonnaire humain (HEK 293) génétiquement modifiées. Il contient des OGM. (mesvaccins.net)

Il est composé d’un adénovirus (famille de virus qui se transmet par voie féco-orale) vivant et affaibli, de chimpanzé.

‟Dans le génome de ce virus, les scientifiques ont injecté la protéine « S » du [virus] Sars-Cov2. Elle est identifiée comme étant la clé qui permet au virus de s’introduire dans les cellules humaines.” (Dr Arnaud Fontanet de l’Institut Pasteur, site Doctissimo.com)

Cette technologie est donc différente de l’ARNm, mais elle touche tout de même au contenu de nos cellules par sa technique OGM.

Et… ce nouveau vaccin n’a pas été davantage testé que les autres vaccins anti-covid.

Les essais cliniques sur les humains ont dû être mis sur « pause » pendant un certain temps, à cause d’un taux anormalement élevé d’effets secondaires parmi les participants.

La science ne sait pas non plus si le virus vivant inoculé aux patients par ce type de vaccin peut se transmettre à d’autres personnes (Cf. Brell, Smithson and Nuismer, Trends in Microbiology), ni quel est son potentiel de mutation génétique.

Lors d’expériences animales en laboratoire, tous les singes vaccinés ont quand même contracté le virus. (Journal Dailymail.c.o.uk / 2020)

7. Les cas de mortalité et de complications sévères sont anormalement élevés suite à l’inoculation de tous ces nouveaux vaccins dans la population.

Le Dr Stéphane Korsia-Meffre (du site médical « Vidal.fr ») mentionne que parmi les effets indésirables survenus lors des courts essais cliniques de Moderna, certains attirent l’attention par leur fréquence plus importante dans le groupe vacciné:

  • des lymphadénopathies (atteinte des ganglions lymphatiques qui augmentent de volume, peuvent devenir douloureux, inflammés) de courte durée, surtout chez les moins de 65 ans;
  • des paralysies du nerf facial (paralysie de Bell);
  • des réactions d’hypersensibilité (rash, urticaire, enflure du visage, nausées et vomissements);
  • des infarctus du myocarde ;
  • quelques décès dont 3 ACV…

Quant à lui, le docteur Éric Caumes (chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris) a déclaré à LCI :

‟Au niveau des effets indésirables, il y a un vrai problème dans le vaccin Pfizer. La fréquence d’effets indésirables y est particulièrement élevée. Il y a plus d’effets indésirables chez les jeunes que chez les personnes âgées, et plus après la deuxième dose qu’après la première. (…) C’est beaucoup trop” conclut-il.

Les faits lui ont malheureusement donné raison : 24 heures après l’inoculation de quelques centaines de personnes en Grande-Bretagne, déjà 2 cas d’anaphylaxie (réaction allergique dont enflure des voies respiratoires causant l’asphyxie si non traité immédiatement) se sont manifestés, forçant les autorités britanniques à lancer une mise en garde aux patients allergiques.

En Alaska, deux infirmiers ont dû être transférés aux urgences et en soins intensifs suite à leur vaccination. Aux USA, effondrement en pleine entrevue télévisée d’une infirmière vaccinée 10 minutes plus tôt ; une enquête sérieuse semble démontrer qu’elle est décédée.

En Pologne, décès d’une autre infirmière à peine quelques heures après sa vaccination. Ailleurs, plusieurs décès de patients âgés dans un CHSLD… Voici seulement quelques cas répertoriés et gardés dans l’ombre par les autorités civiles pour ne pas alerter la population.

Dans une entrevue télévisée sur CNBC TV, le grand commanditaire de ces vaccins, Bill Gates, a affirmé froidement :

‟Il s’avère que le vaccin contre la grippe n’est pas si efficace chez les personnes âgées.

Alors vous faites en sorte de l’amplifier pour qu’il fonctionne chez les personnes âgées et que pourtant vous n’ayez pas d’effets secondaires.

Si on a un effet secondaire sur 10 000, cela signifie que 700 000 personnes vont en souffrir.

(…) les gouvernements devront être impliqués parce qu’il y aura un certain risque et une indemnisation nécessaire.”

8. Les gouvernements ont donné, aux firmes des nouveaux vaccins, l’immunité totale en cas d’éventuelles poursuites pénales.

Cela signifie que peu importe si vous devenez gravement malade, handicapé ou que vous mourez à cause du vaccin, vous et vos proches ne pourrez jamais obtenir justice de ces compagnies.

Celles-ci sont payées grassement pour des mixtures dont on ignore presque tout (un vaccin comporte plus ou moins 235 substances chimiques… / Cf CDC et Dr Tal Schaller), et elles n’ont aucune obligation légale de voir à la sécurité et à l’innocuité de ce qu’elles injectent dans votre corps, au risque de votre santé et de votre vie.

Une compagnie dont le produit est fiable agirait-elle ainsi ?

9. La supposée efficacité de ces nouveaux « vaccins » se base en grande partie sur les tests très peu fiables « PCR ».

Ce sont les mêmes tests qui servent à analyser les échantillons de cellules qu’on vous soutire au moyen des « écouvillons » (longs cotons-tiges) insérés par le nez jusqu’à la paroi cervicale.

Ces tests PCR sont critiqués par de nombreux médecins et scientifiques indépendants parce qu’ils ne sont pas adaptés à la détection de la Covid-19, qu’ils sont trop aléatoires (les laboratoires analysent les échantillons à des niveaux différents), beaucoup trop sensibles et, par conséquent, ils donnent un très haut taux de « faux positifs », ce qui signifie qu’ils peuvent déclarer « atteint de la Covid » quelqu’un qui l’a eue il y a plusieurs mois, ou qui a croisé un porteur sans pour autant avoir contracté la maladie. En langage populaire, on peut dire que ces tests ‟c’est du n’importe quoi ”

‟Si une personne est testée par PCR comme positive lorsqu’un seuil de 35 cycles ou plus est utilisé (comme c’est le cas dans la plupart des laboratoires en Europe et aux États-Unis [et au Canada ? NDLR] ), la probabilité que ladite personne soit effectivement infectée est inférieure à 3%, la probabilité que ledit résultat est un faux positif est de 97%.” (Dr Pieter Borger, généticien moléculaire et 21 autres co-signataires, Review report Corman-Drosten et al. Eurosurveillance 2020)

D’autre part, c’est un fait universellement connu dans le milieu scientifique que les firmes pharmaceutiques ne disent pas toute la vérité sur leurs produits et leurs essais…

« Aux États-Unis, le Département de la santé a ouvert une vingtaine de procédures pour ce motif à l’encontre de plusieurs firmes ces dernières années.

Face aux tribunaux, ces dernières ont été contraintes de révéler la tranche de résultats de leurs études qu’elles gardent secrète. Celle contenant la vraie efficacité et les vrais effets secondaires des médicaments qu’elles vendent. Après comparaison avec les résultats qu’elles publiaient, il est apparu évident que l’efficacité avait été largement amplifiée et les effets secondaires gommés.

Ces firmes ont toutes été condamnées à des amendes variant entre 1 et 25 milliards de dollars.” (Interview du Professeur Philippe Even, pneumologue)

Plus récemment, on a vu la prestigieuse revue scientifique « Lancet » devoir retirer, sous la pression, une étude bidon publiée au sujet de la Covid-19 et de l’hydroxychloroquine.

10. Le vaccin anti-covid contiendra-t-il une puce électronique de traçage et de contrôle ? Nous ne pouvons l’affirmer avec certitude. Mais plusieurs l’allèguent.

Dans une lettre au Parlement néerlandais datée du 16 novembre 2020, le ministre de la Santé Publique des Pays-Bas, Hugo de Jonge, mentionne au sujet de la technique des nanoparticule lipidique (LNP) utilisée :

‟La nanoparticule peut être amenée dans le cerveau de la personne injectée par la graisse ajoutée (lipide) et est capable de surveiller, contrôler et relier à distance l’activité physique de la personne injectée à des systèmes numériques, rendus possibles grâce à la construction de la 5G (15) et le futur réseau 6G. La nanoparticule peut également libérer à distance des produits chimiques dans le corps.” (Lettre publiée sur le site de l’Association des Médecins pour la Vérité [ https://www.artsenvoorwaarheid.nl/documentatie ] et sur le site du gouvernement néerlandais)

La docteure Carrie Madej ajoute en entrevue sur Kla.Tv :

‟En Afrique, ils ont déjà commencé à tester les adultes et les enfants avec cette technologie.

Ils utilisent en ce moment même la biométrie et l’identification [numéro d’identification global ] dans le vaccin pour ces personnes. Ce n’est donc pas un fantasme, il est déjà utilisé en Afrique.”

Nous ne pouvons pas avec certitude déclarer que les nouveaux vaccins anti-covid seront porteurs de puces, ou de « la » puce, mais c’est une possibilité, techniquement parlant.

Il faut d’ailleurs s’interroger sur la volonté de l’OMS, et des gouvernements qui suivent ses directives, de vacciner tous les habitants de la terre sans exception, de force s’il le faut, ce qui est du jamais vu.

Nous voyons que tout se met en place pour un contrôle total des individus. Le vaccin semble jouer un rôle important dans ce projet.

Un sage dicton nous avertit :
‟En cas de doute, abstiens-toi”.

Revue « En Route »

(Il existe aussi un résumé de cet article : voir ici)

Rappels :

Ils injectent un code génétique dans votre organisme ! (A. Henrion-Caude)

Leur “vaccination” n’a rien à voir avec notre santé

Imposer un vaccin expérimental est un comportement nazi

La France en tête du refus de la “vaccination”

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 55 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

44 commentaires pour Covid-19 : 10 bonnes raisons de NE PAS se faire “vacciner”

  1. e dit :

    et aussi ce ne sont pas des vaccins, les recombinants comme Astrazeneca ou les ARN comme Pfizer transforment le corps en machine à produire du covid

    les injections à ARN (Pfizer, Moderna, Curevac, etc..) transforment les corps en machine à produire du covid
    “Lorsqu’on injecte un vaccin à ARNm à une personne, ses cellules utilisent l’information contenue dans l’ARNm pour produire une protéine : dans le cas qui nous intéresse, il s’agit d’une version de la protéine de spicule du coronavirus qui engendre la Covid-19”
    https://theconversation.com/covid-19-voici-comment-fonctionnent-les-vaccins-a-arnm-de-pfizer-et-moderna-150494

    “ RNA vaccines deliver genetic information that allows the body’s own cells to produce a viral protein.” ( traduction: les vaccins à ARN délivrent une information génétique qui permet aux cellules du corps humain de produire la protéine virale du covid elle même.)
    https://news.mit.edu/2020/rna-vaccines-explained-covid-19-1211

    les injections recombinants adénovirus transforment également les corps en machine à produire du covid:
    AstraZeneca transforme votre corps en machine à produire du covid tout comme les vaccins ARN:

    “The Oxford-AstraZeneca COVID-19 vaccine uses a chimpanzee common cold viral vector known as ChAdOx1, which delivers the code that allows our cells to make the SARS-CoV-2 spike protein.”
    traduction: l’Oxford- AstraZeneca utilise le vecteur viral adénovirus qui délivre le code permettant aux cellules humaines de produire la protéine du covid. donc le vaccin AstranZeneca transforme également le corps en machine à produire du covid
    https://www.medicalnewstoday.com/articles/covid-19-how-do-viral-vector-vaccines-work

    en résumé, ils font toutes ces lois liberticides et inhumaines et humiliantes pour au final, nous imposer le covid par la force via de faux vaccins qui transforment les corps en machine à produire du covid

  2. Alcide dit :

    Que penser de l’infâme Bergoglio qui incite les Catholiques à se faire inoculer cette satanée soupe faussement appelée  » vaccination »?
    On juge l’arbre à ses fruits n’est-ce pas.
    Cet infini salaud trompe de braves et honnêtes gens qui peuvent en souffrir dans leur corps et leur âme.
    Je suis scandalisé.

    • Élysée dit :

      @ Alcide,
      moi aussi mais je crois avoir dépassé le stade du scandale (enfin j’essaye !) ^^.

      À la fois hérétique, apostât, idolâtre (entre autres), Bergoglio est un agent mondialiste qui a été placé là à des fins évidente par la franc-maçonnerie ecclésiastique.
      Le b’nai Brith et bon nombre de ramifications franc-maçonnes se sont félicitées de sa pseudo-élection.
      Ses contacts étroits avec la FM d’argentine en tête.

      Sa dernière encyclique est truffée de termes FM et imprégnée de l’esprit franc-maçon.
      Même la FM espagnole s’en est félicitée…
      Lien :
      https://medias-presse.info/la-franc-maconnerie-espagnole-felicite-le-pape-francois-pour-son-implication-dans-la-fraternite-humaine/139859/

      Alors, les problèmes éthiques avec l’utilisation de cellules d’embryons avortés pour les Vaccins ARN sont le cadet de ses soucis je pense.
      C’est triste et choquant mais, à l’heure actuelle, il faut exercer son propre discernement et son esprit critique.

      • Alcide dit :

        Merci Élysée pour le rappel des liens de Bergoglio avec la FM adoratrice du Porteur de lumière.

      • clavreul dit :

        Que Dieu vous pardonne de ce que vous dites !

        Le PAPE FRANCOIS dénonce la franc-maçonnerie – gloria.tv
        https://gloria.tv/post/4vCP2Sccr1gx1MriHGMffpCnB

        Le pape François est un pape d’ une grande qualité.

      • Inoxydable dit :

        Le Pape François a abandonné les Catholiques d’Europe au profit de ceux de l’Afrique et ceux-ci seront balayés par l’Islam, au profit de l’Amérique du Sud et de son Catholicisme qui sera balayé par le paganisme des peuples amérindiens d’origine et celui des descendants d’esclaves Africains.
        La Franc Mac ne fait que rajouter son hypocrisie dans le but d’ en tirer profit.
        Le Pape précédent, vrai intellectuel et honnête, a baissé les bras affaibli par les atteintes de l’âge et les attaques le faisant passer pour un ancien nazi et a perdu de sa clairvoyance..

      • clavreul dit :

        Le Pape et les Migrants

  3. francis Boulogne dit :

    en temps de guerre on protège dabord l état majors pas les condamnés a mort centenaire

  4. Je pense que ça mériterait une mise au format PDF !

  5. Dayanand dit :

    Bonne synthèse à diffuser à nos contacts qui doutent.

    La version vidéo (texte lu), pour ceux qui n’aime pas lire
    http://revueenroute.jeminforme.org/vaccin-video.php

  6. Ping : Covid-19 : 10 bonnes raisons de NE PAS se faire “vacciner” – sarahinconnueblog

  7. Charlie dit :

    votre analyse sur le point 10 me fait douter terriblement de votre article … pour avoir une émission de data, il vous faut une porteuse…. où est elle

    • Si vous pouviez reformuler votre question de façon plus compréhensible…

    • Alcide dit :

      La nanopuce est certainement passive et répond sur la fréquence assignée par construction.
      Comme les RFID ou les anti-vols de supermarché… et se détruisent de la même façon par une impulsion sur boucle de courant.

      • Zig dit :

        Bonsoir tout le monde,
        cela fait des semaines que je n’ai rien posté ici.. j’avais à faire, finir l’électricité dans mon appart., faire l’inventaire du Kit de mon avion construction amateur, et les 8 derniers jours du ski rando à Méribel 5 jours puis 3 jours en Suisse ski normal, aucun douanier à la frontière du trou de Bâle.. !-)) et sans attestation de toute façon pour moi..

        sinon, pour compléter ce qu’Alan.144 dit plus bas, j’avais déjà mis le lien du quantum dot die en mars-2020, de 4 nanomètre encapsulé dans des bio-particules de polymère de 20 microns de diamètre, cela passe tranquille dans n’importe quelle aiguille, le tout financé par Kill Gates, développé par le célèbre MIT et validé fin 2019 comme par hasard..!! sauf qu’il faudra renouveler cela entre 3 et 5 ans, soit dès que le dot n’émet plus, .. ce n’est plus de la Sci-Fi les gars, faut vous réveiller..

        https://news.mit.edu/2019/storing-vaccine-history-skin-1218

        Storing medical information below the skin’s surface
        Specialized dye, delivered along with a vaccine, could enable “on-patient” storage of vaccination history.
        Anne Trafton | MIT News Office
        Publication Date:December 18, 2019
        The research was funded by the Bill and Melinda Gates Foundation and the Koch Institute Support (core) Grant from the National Cancer Institute.

      • Matterhorn dit :

        Exact aucun douaniers hier à la frontière entre Bâle et Saint Louis pour une expédition en Alsace.
        Si douaniers présent il reste le lieu dit la Passoire qui permet de passer 100% des fois sans contrôle douanier. La Passoire permet aux Canaris et Colombes de migrer sans souci de France en Suisse

    • Alan.144 dit :

      Pour étayer le point 10 :
      Bill Gates Funds Invisible Quantum Tattoo Hidden In Coronavirus Vaccine For Storing Vaccination History
      [ Bill Gates finance un tatouage quantique invisible caché dans le vaccin contre le coronavirus pour conserver l’historique de vaccination )
      https://greatgameindia.com/invisible-tattoo-coronavirus-vaccine/

    • Ratatouille dit :

      Bonsoir,

      Le point 10, est la cerise sur le gâteau.
      Du point 1 à 9, tout est vérifiable, mais tu par les merdias.
      Imaginer 2 secondes, le taux de favorables a la piquouse, si les merdias parlaient du 1 à 9, à 20 heures.

      Alors pour le 10, tout seul, je vous dis pas la poudre d’escampette!

      Bien a vous,

  8. zorba44 dit :

    Une seule raison suffit pour s’opposer à la vaxassination, dit improprement « vaccin » alors qu’il y en a des tonnes !

    Jean LENOIR

  9. Charlie dit :

    @Alcide bonsoir, oui bien sûr la puce existe mais c’est une puce avec tout ce qu’il faut pour que la puce puisse accrocher une porteuse…. par contre dans le vaccin, il sera impossible de glisser une puce, c’est trop gros et les gens le remarquerait …. avez vous déjà vu l’aiguille nécessaire pour introduire la puce ce sont des aiguilles de trocard c’est énorme

  10. Ping : TRACT-PDF À DIFFUSER SANS PITIÉ pour faire FOIRER L’INOCULATION MONDIALE ! | jbl1960blog

  11. Tarte en pion dit :

    bonjour, lecteur régulier mais là je tique sur plusieurs mensonges. Cette contribution pour garder la tête froide et éviter de propager des fakes. Ce qui se retourne ensuite contre nous.
    1- point 4. techno LNP brevetée par MS n° 606060. Rien à voir avec le schmilblic (aucune mention de LNP dans ce brevet, je l’ai lu à l’époque, vérifiez !)
    2- point 9. tests PCR faux à 97%. Il s’agit du taux de négatifs à 35 cycles dans l’étude Jaafar (IUH Marseille). Au delà c’est 100% faux positifs. Mais ce % n’est pas celui obtenu sur la totalité de leurs tests. En s’arrêtant à 35 Ct ils ont obtenu environ 50% de vrais positifs après culture. Ceci dit au printemps 2020, de nombreux labos faisaient 40 ou 45 Ct (en plus avec des tests de qualité inconnue, cf entrevue David Mendels dans le Media 9 juin 2020). Donc en conclusion, on ne sait pas. Il y a entre 50 et 99% de faux positifs, mais combien exactement, difficile à dire. Suis preneur d’info si qqn en a de sérieuses
    3- point 10. là c’est de la fake grossière. De la part d’un ministre, ça devrait pourtant faire tiquer et alerter le discernement. La lettre de Hugo de Jonge du 16 nov. dit qu’il y a un risque avec Pfiezr, techno non testée, mais pas plus. Vérifiez. c’est en hollandais mais ça se traduit avec DeepL
    Bon, prenez ce post de façon positive ! Merci pour votre engagement et vos infos la plupart très pertinentes!

  12. Dayanand dit :

    Concernant le « vaccin » d’AstraZeneca (et Johnson & Johnson qui a la même technologie et qui arrive bientôt en France), un petit commentaire du médecin et chercheur au CNRS Michel Delorgeril :
    https://michel.delorgeril.info/ogm/le-vaccin-astrazeneca-affaire-de-virus-de-singe-de-vecteur-viral-et-de-vivant-genetiquement-modifie/

    • zorba44 dit :

      Compte tenu de la composition du « vaccin » …ce n’est pas l’élixir du druide d’Astérix !

      Le vaccin ne va laisser que des légions détruites à des niveaux pour lesquels une décimation semblerait une plaisanterie !…

      …mais qui s’en étonnerait alors que les prévisions de Billie (700 000) sont déjà pulvérisées ce qui ne peut manquer de le réjouir sataniquement…

      Jean LENOIR

  13. Gisèle Paul dit :

    Comment se fait-il qu’à Toronto on demande de l’aide de l’armée car la pandémie s’est rendu trop loin mais il me semble qu’ils ont été vaccinés avant le Québec donc les vaccins n’ont eu aucuns effets sur les Ontariens à ce que je sache , là est la question , Qui peut me répondre.. Cr je suis contre les vaccins , point final ..

    • zorba44 dit :

      Ben voilà, c’est quasiment lumineux …à Ontario ils ont vaccinés avec du sérum physiologique totalement inoffensifs …pour mieux détruire les québecois …vous savez en raison des suites de la guerre de Cent ans !

      Grâce à votre intervention …plan déjoué ! …car je vous suppose canadienne du Québec !

      Jean LENOIR

      PS c’est bien le sérum physiologique pour préserver ses amis zélus pour diriger les esclaves ! N’oubliez d’ailleurs pas que le Canada fait partie des pays dératisés à haut niveau…

  14. Elisa dit :

    Une autre bonne raison de ne pas se faire vacciner, c’est de se demander pourquoi un vaccin pour tous ? Est-ce que celà représente réellement un intérêt ? Un psychiatre français répond à cette question et ses arguments ne découlent que du bon sens et de la logique ! : https://pascaldubelle.wordpress.com/pourquoi-diable-vouloir-vacciner-tout-le-monde/

  15. e dit :

    les producteurs des « vaccins » sont tous connus pour leur manque de probité et sincérité et mensonges:

    article de 2014:
    « Ensemble, cinq familles demandent des comptes aux laboratoires GSK, Pfizer, et Sanofi. Elles attendent de la justice la reconnaissance des effets secondaires des vaccins et une indemnisation pour leurs enfants aujourd’hui handicapés »
    voir suite ici https://www.parismatch.com/Actu/Sante/Cinq-familles-devant-la-justice-547305

  16. a dit :

    preuve de l’arnaque covid, le gouvernement supprime encore des lits et des hôpitaux
    https://www.cielvoile.fr/2021/06/suppression-d-hopitaux-et-de-lits.html

    donc si vous subissez des complications post vaccinales, il n’y a plus personne pour vous soigner…
    remarque ils savent que les complications post injections sont impossibles à soigner, car ce sont des injections OGM, donc irréversibles

    donc à une victime d’une injection, ils répondront élégamment: désolé on a pas assez de lits, au lieu de « on ne peut pas vous soigner vu que l’injection vous rends OGM »

    Petit discours de Marc Henry chef

     » je suis un inconscient (comme ils disent). Il faut dire que depuis le printemps 2020, pas le moindre symptôme de COVID-19 à l’horizon. J’ai 47 ans.
    Il y a moins de deux ans, j’étais un être normal. Aujourd’hui certains me considéreront comme un psychopathe ambulant. Il y a moins de deux ans, il fallait présenter des symptômes pour être déclaré malade.
    Aujourd’hui, on peut être déclaré malade sans le moindre symptôme.
    Cherchez l’erreur.
    Elle est assez facile à trouver.
    Les porteurs sains (comme ils disent), sont en fait des gens qui ont passé un test foireux.
    C’est aussi simple que cela. Contrairement à beaucoup d’autres, je suis sûr de ma science. Elle me dit que tout ce qui est répété en boucle sur les médias officiels pue l’embrouille à plein nez.

    En moins de deux ans, on vous a privé de tout ce qui faisait votre joie de vivre. Il y a de très fortes chances que ces libertés perdues ne soient jamais retrouvées.

    Il faudra toujours se méfier de son voisin et vivre masqué comme des voleurs.
    Il est clair aujourd’hui que c’est la vaccination de masse qui est responsable de l’apparition de ces variants. C’est Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, qui le dit. Pour avoir travaillé avec lui, je puis vous assurer qu’il a toute sa tête et sait de quoi il parle.

    Parlons un peu de la vaccination qui est en fait, dans certains cas, une véritable manipulation génétique.

    Comment être sûr que l’on ne va pas vous injecter à côté des ARN messagers des nanorobots ?

    Car, les nanotechnologies sont développées depuis au moins 40 ans.

    Je le sais, car j’ai assisté à leur naissance et à leur essor. Avant de m’intéresser à l’eau, ma spécialité était précisément la fabrication de nanoparticules convenablement fonctionnalisées.

    J’ai même fait des cours sur ce sujet à des étudiants.

    Car cela donnait à la médecine du futur des perspectives vraiment intéressantes. Vu la tournure prise par les évènements, je suis bien content de ne plus avoir à enseigner ce genre de choses.

    Un Graal biologique…

    Pour les quelques naïfs qui restent, il faut savoir que notre sang est déjà chargé de nanoparticules. Car on en met partout. Dans les aliments, dans les médicaments, dans la literie, dans le frigo, dans les jouets pour bébés, dans les produits cosmétiques. La contamination est massive. Alors quelques nanoparticules de plus ou de moins, on n’est plus à cela près…

    Sauf que les « nouvelles » peuvent bénéficier de la miniaturisation à outrance des composants électroniques.

    On atteint là le Graal du délire scientifique. Contrôler les gens à distance

    outes les sociétés qui fabriquent ces « vaccins » (comme ils disent), ont été lourdement condamnées dans le passé pour corruption voir fraude. Seraient-elles subitement devenues honnêtes et vertueuses ? Mon petit doigt me dit que non. Il y a aussi le fait que l’on réagit beaucoup mieux si l’on anticipe les événements à venir. Ce n’est pas du complotisme, mais simplement du réalisme. Envisager le scénario du pire est un moyen très efficace pour réagir quand il en est encore temps. Il doit quand même bien exister des avocats vertueux aptes à mettre des bâtons juridiques dans les roues de ceux qui clament que la vaccination de masse est la seule porte de sortie.

    revenons à mon modeste cas. Durant toute cette « crise sanitaire » je ne suis pas resté inactif. Si je me moque des gestes barrières et des masques, c’est parce que j’ai agi en préventif. J’ai déjà donné ma recette dans mes chroniques précédentes. Pour ceux qui ont oublié : vitamine C liposomale, bleu de méthylène dosé à 75 mg, mycéliums, zinc en gélules et huile essentielle de Ravintsara. Je sais, tout ceci n’a pas été validé par des essais randomisés en double aveugle. Je m’en fiche complètement. Tout ce qui m’intéresse, c’est d’être infecté. Ceci afin de développer des anticorps de manière naturelle. Je parle ici sous l’autorité scientifique du Professeur Didier Raoult.

    le bleu de méthylène a été testé avec succès contre la COVID-19. J’ai aussi publié un article scientifique pour que tous les experts soient au courant.

    Tout ceci, avec le minimum de symptômes. Pas de soucis avec les variants, car mon système immunitaire est là pour évoluer au gré des mutations virales. La combinaison que j’ai testée vient de mes connaissances scientifiques. Pas d’un quelconque laboratoire pharmaceutique. J’ai confiance en ces connaissances acquises en quarante ans de labeur acharné. Jusqu’à présent, cela m’a plutôt bien réussi

    Je suis intimement persuadé que la « vaccination de masse » (comme ils disent) n’est en rien une porte de sortie. C’est plutôt une prison chimique de laquelle il sera très difficile de ressortir intact. L’avenir est dans une vie normale avec des mesures préventives pour les plus fragiles. Car, je le rappelle, je suis considéré comme une personne à risque avec co-morbidités (comme ils disent). Il y a de la bonne science derrière le bleu de méthylène, l’hydroxychloroquine, les antibiotiques, l’ivermectine et bien d’autres. Ceux qui prétendent le contraire ne font pas de la science, mais du commerce. C’est aussi simple que cela.

    Bon, d’ailleurs cela bouge, scientifiquement parlant, autour de la vaccination contre la COVID-19. Je ne vais pas relayer ici les multiples alertes qui circulent actuellement sur internet. Il faut garder la tête froide. Ne parler que de ce qui est sûr et certain et bien référencé. C’est la seule manière de lutter efficacement contre la propagande qui fait rage actuellement. On a donc appris très récemment que la protéine S du virus SARS-CoV-2 isolée de la capside virale était responsable d’une sous-expression du récepteur ACE2. Concrètement, cela signifie que toutes les cellules des tissus épithéliaux vasculaires sont gravement endommagées.

    Toxicité de la protéine S

    La conséquence est une inhibition de la fonction mitochondriale en raison d’une production massive d’espèces réactives de l’oxygène. Cela entraîne automatiquement un glissement métabolique vers la glycolyse. D’où des cancers et des maladies neurodégénératives qui se profilent à l’horizon. Cela a été clairement expliqué dans l’article disponible ici. Rappelons tout de même le principe de base de la vaccination. Il s’agit de mettre un organisme en contact avec une forme atténuée d’un virus ou d’une bactérie. Ou bien alors de n’utiliser qu’une protéine spécifique de ce même virus ou bactérie. L’inoculation de ce matériel biologique permet de fabriquer des anticorps qui protègent l’organisme vacciné d’une infection ultérieure.

    Le problème que l’on rencontre ici, c’est que c’est la protéine S qui est toxique par elle-même. Via un vaccin AstraZeneca, par exemple, on vous inocule donc un poison, mortel pour vos mitochondries. C’est là une nouveauté tout à fait imprévue. Car, dans un vaccin classique, la protéine injectée n’a aucun effet par elle-même. Elle ne sert que de marqueur pour le système immunitaire. En ce qui concerne les « vaccins » par ARN messagers, c’est encore pire. Car là on vous injecte un matériel génétique qui fait que vos propres cellules produisent cette protéine S toxique pour les mitochondries. Plus besoin d’être en contact avec le virus SARS-CoV-2.

    Manipulation du génome humain

    En gros, on s’est « suicidé » (comme ils ne disent pas). D’où aucune poursuite judiciaire possible si vous avez signé un papier où vous acceptez l’injection fatale. Un acte tout à fait diabolique. Qui va bien au-delà de ce qui était couramment pratiqué dans les camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale. Hélas pour ceux qui se sont déjà fait vacciner, cela n’est pas la fin de la saga. Car on a aussi récemment démontré que l’ARN messager injecté était capable de s’insérer dans un génome humain. D’où une production de la protéine S tueuse de cellules épithéliales de manière permanente (et non plus transitoire).

    Pour ceux qui ne comprennent pas, vous êtes simplement devenu une bombe biologique. Car celui qui appuie sur le détonateur à chaque division cellulaire n’est plus un agent extérieur. C’est tout simplement vous-même. Là ce n’est plus diabolique, mais tout simplement pervers. Enfin, l’horreur suprême sera atteinte quand on aura démontré qu’un ARN messager est capable de s’insérer dans les gamètes. Car là, en plus de devenir une bombe biologique ambulante, vous pourrez transmettre cette tare mortelle à toute votre descendance. Ceux qui se permettent de jouer ainsi avec votre corps ne sont plus des pervers diaboliques, mais de dangereux psychopathes.

    Les « vaccins » actuels sont dangereux

    Désolé d’être aussi brutal, mais l’heure est vraiment grave. Un bon conseil pour conclure. Refusez, dès à présent, toute « vaccination » basée sur la protéine S du SARS-CoV-2.

    Pour ceux qui sont déjà vaccinés, tout n’est heureusement pas perdu. Cela fera l’objet de ma prochaine chronique.
    https://www.cielvoile.fr/2021/06/chronique-du-20-mai-2021-du-pr-marc-henry.html

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s