Un ancien vice-président de Pfizer n’exclut pas l’existence d’un projet de « dépopulation à grande échelle » par les vaccins

Chers lecteurs,

Je vous propose ci-dessous la traduction d’un entretien accordé par le médecin et chercheur britannique Dr Mike Yeadon (ci-contre), ancien vice-président et directeur scientifique de Pfizer, avec Mordechai Sones d’America’s Frontline Doctors (AFLDS), à propos notamment des vaccinations – et en particulier les « vaccinations » expérimentales à ARN messager – en cours.

Mike Yeadon n’est pas un hurluberlu ; c’est un scientifique parfaitement au fait de ce qui se fait (et ne se fait pas) dans le domaine de la vaccination. Très circonspect à l’égard des « vaccins » peu testés actuellement distribués à l’échelle planétaire, il a déjà mis en garde contre leurs potentiels dangers, ayant été parmi les premiers à avertir contre le risque de thrombose qu’ils font encourir.

Mais il va plus loin. Il estime que dans certaines conditions – notamment si l’on s’avise de revacciner certaines populations en invoquant une diminution de la protection immunitaire ou une mutation du virus SARS-CoV-2 – les conséquences pourraient être désastreuses, si bien qu’il voit dans cette potentielle démarche, rendue possible par les vaccinations en cours, un moyen de nuire à une part non négligeable de la population mondiale dans les années à venir, et même une manière de procéder à une dépopulation à grande échelle.

Voilà le moment où il faut proclamer, en chœur : « Complotisme ! »

Cependant, je verse cette pièce au débat, parce que l’homme est sérieux et qu’il donne une explication intéressante pour étayer sa mise en garde.

Voici donc la retranscription de l’entretien réalisé en fin de semaine dernière par l’AFLDS avec Mike Yeadon, telle qu’elle a été publiée mardi par LifeSiteNews. – J.S.*

*

D’emblée, le Dr Yeadon a déclaré :

« Je suis bien conscient des crimes contre l’humanité perpétrés à l’échelle globale contre une vaste proportion de la population mondiale.

« Je ressens une grande peur, mais cela ne m’empêche pas de donner mon témoignage d’expert à de multiples groupes d’avocats compétents comme Rocco Galati au Canada et Reiner Fuellmich en Allemagne.

« Je n’ai absolument aucun doute quant au fait que nous sommes en présence de produits à la fois maléfiques (c’est un constat que je n’ai jamais fait à ce jour, en 40 ans de carrière de chercheur) et dangereux.

« Au Royaume-Uni, il est tout à fait clair que les autorités sont décidées à administrer des “vaccins” au plus grand nombre possible de personnes. C’est de la folie, car même si ces agents étaient légitimes, la protection n’est nécessaire que pour les personnes présentant un risque particulièrement élevé de mourir du virus. Chez ces personnes, on pourrait même soutenir que les risques valent la peine d’être assumés. Et il y a certainement des risques qui sont ce que j’appelle “mécanistes”, c’est-à-dire intégrés dans la façon dont ces agents fonctionnent.

« Mais tous les autres, les personnes en bonne santé et âgées de moins de 60 ans, peut-être un peu plus, ne meurent pas du virus. Dans ce grand groupe, il est tout à fait contraire à l’éthique d’administrer quelque chose de nouveau et dont le potentiel d’effets indésirables après quelques mois n’est absolument pas identifié.

« A aucun autre moment, il ne serait sage de faire ce qui est annoncé comme étant l’intention.

« Puisque je sais cela avec certitude, et que je sais que ceux qui pilotent tout cela le savent aussi, nous devons nous interroger : Quel est leur mobile ?

« Bien que je ne le sache pas, j’ai de fortes réponses théoriques, dont une seule est liée à l’argent. Et ce motif ne fonctionne pas, car on peut arriver au même quantum en doublant le coût unitaire et en donnant l’agent à deux fois moins de personnes. Dilemme résolu. Donc c’est autre chose. Sachant que, en parlant de la population entière, il est également prévu que les enfants mineurs et éventuellement les bébés soient inclus dans le filet, c’est cela que j’interprète comme un acte maléfique.

« Il n’y a aucune justification médicale à cela. Sachant que la conception de ces “vaccins” consiste à provoquer l’expression, dans l’organisme des receveurs, de la protéine spike, qui a elle-même des effets biologiques indésirables qui, chez certaines personnes, sont nocifs (déclenchement de la coagulation sanguine et activation du “système du complément” immunitaire), je suis déterminé à souligner que les personnes qui ne sont pas menacées par ce virus ne devraient pas être exposées au risque d’effets indésirables de ces agents. »

INTERVIEWEUR : Dans une conférence que vous avez donnée il y a quatre mois, vous avez dit :

« La durée la plus probable de l’immunité contre un virus respiratoire comme le SARS-CoV-2 est de plusieurs années. Pourquoi dis-je cela ? Nous disposons en fait des données relatives à un virus qui a balayé certaines parties du monde il y a dix-sept ans, le SARS, et n’oubliez pas que le CoV-2 du SARS est similaire à 80 % au SARS, donc je pense que c’est la meilleure comparaison que l’on puisse proposer.

« Les preuves sont claires : des immunologistes cellulaires très intelligents ont étudié toutes les personnes qui avaient survécu au SARS il y a 17 ans et sur lesquelles ils ont pu mettre la main. Ils ont prélevé un échantillon de sang et ont vérifié s’ils réagissaient ou non au SARS original, et ils ont tous réagi ; ils avaient tous une mémoire des lymphocytes T robuste et parfaitement normale. En fait, ils étaient également protégés contre le CoV-2 du SARS, car ils sont très similaires ; c’est une immunité croisée.

« Je dirais donc que les meilleures données existantes indiquent que l’immunité devrait être robuste pendant au moins 17 ans. Je pense qu’il est tout à fait possible qu’elle dure toute la vie. Le style des réponses des cellules T de ces personnes était le même que si vous aviez été vacciné et que vous reveniez des années plus tard pour voir si cette immunité s’est maintenue. Je pense donc qu’il existe des preuves très solides indiquant que la durée de l’immunité sera de plusieurs années, voire de toute une vie. »

En d’autres termes, une exposition antérieure au SARS – c’est-à-dire à une variante similaire au CoV-2 du SARS – a conféré l’immunité au CoV-2 du SARS.Le gouvernement israélien invoque de nouvelles variantes pour justifier les confinements, les annulations de vols, les restrictions et la délivrance de passeports verts. Compte tenu du verdict de la Cour suprême, pensez-vous qu’il soit possible d’empêcher de futures mesures gouvernementales en fournissant des informations précises sur les variantes, l’immunité, l’immunité collective, etc. aux avocats qui contesteront ces futures mesures ?

DR. YEADON : « Ce que j’ai décrit à propos de l’immunité au SARS est précisément ce que nous observons avec le SARS-CoV-2. L’étude provient de l’un des meilleurs laboratoires dans son domaine.

« Donc, théoriquement, les gens pourraient tester leur immunité cellules T en mesurant les réponses des cellules dans un petit échantillon de leur sang. De tels tests existent, ils ne sont pas “à haut rendement” et ils coûteront probablement quelques centaines de dollars chacun à grande échelle. Mais pas des milliers de dollars. Le test dont j’ai connaissance n’est pas encore disponible dans le commerce, mais fait l’objet de recherches uniquement au Royaume-Uni.

« Cependant, je pense que l’entreprise pourrait être incitée à fournir des kits de test “pour la recherche” à grande échelle, sous réserve d’un accord. Si vous deviez vous arranger pour tester quelques milliers d’Israéliens non vaccinés, cela pourrait être une arme à double tranchant. D’après l’expérience d’autres pays, 30 à 50 % des gens étaient déjà immunisés et environ 25 % ont été infectés et sont maintenant immunisés.

« Personnellement, je ne voudrais pas avoir affaire aux autorités selon leurs propres conditions ; celles-ci consistent à vous soupçonner d’être une source d’infection jusqu’à preuve du contraire. Vous ne devriez pas avoir à prouver que vous ne représentez pas un risque pour la santé des autres. Ceux qui ne présentent pas de symptômes ne sont jamais une menace pour la santé des autres. Et dans tous les cas, une fois que ceux qui sont concernés par le virus sont vaccinés, il n’y a tout simplement aucun argument pour que quelqu’un d’autre ait besoin d’être vacciné. »

INTERVIEWEUR : Si j’ai bien compris, un « vaccin imparfait » (leaky vaccine) ne fait qu’atténuer les symptômes chez les personnes vaccinées, mais n’arrête pas la transmission ; il permet donc la propagation de ce qui devient alors un virus plus mortel.

Par exemple, en Chine, on utilise délibérément des vaccins imparfaits contre la grippe aviaire pour réduire rapidement les populations de poulets, car les sujets non vaccinés meurent en trois jours. Dans le cas de la maladie de Marek, de laquelle il fallait sauver tous les poulets, la seule solution était de vacciner 100 % du troupeau, car tous les sujets non-vaccinés couraient un risque élevé de mourir. L’utilisation d’un vaccin imparfait est donc dictée par l’intention, c’est-à-dire qu’il est possible que l’intention soit de causer un grand tort aux sujets non vaccinés.

Les souches les plus fortes ne se propagent généralement pas dans une population car elles tuent l’hôte trop rapidement, mais si les personnes vaccinées ne sont atteintes que par une maladie moins grave, elles transmettent ces souches aux personnes non vaccinées qui contractent une maladie grave et meurent.

Êtes-vous d’accord avec cette évaluation ? De plus, êtes-vous d’accord avec le fait que si les non-vaccinés deviennent les personnes les plus exposées, la seule solution est une prophylaxie par hydroxychloroquine pour ceux qui n’ont pas déjà eu le COVID-19 ?

Le protocole Zelenko fonctionnerait-il contre ces souches plus fortes si tel était le cas ?

Et si de nombreuses personnes ont déjà l’immunité susmentionnée de 17 ans contre le SRAS, cela ne les protégerait-il pas contre n’importe quel super-variant ?

DR. YEADON : « Je pense que l’histoire de Geert Vanden Bossche est très suspecte. Il n’y a aucune preuve que la vaccination mène ou mènera à des “variants dangereux”. Je crains qu’il ne s’agisse d’une sorte de ruse.

« En règle générale, les variants se forment très souvent, régulièrement, et ont tendance à devenir moins dangereux et plus infectieux avec le temps, à mesure qu’ils trouvent un équilibre avec leur hôte humain. Les variants ne deviennent généralement pas plus dangereux.

« Aucun variant ne diffère de la séquence originale de plus de 0,3 %. En d’autres termes, tous les variants sont identiques à 99,7 % au moins à la séquence de Wuhan.« C’est une fiction, et une fiction diabolique, que les variants soient susceptibles d’“échapper à l’immunité”.

« Non seulement c’est intrinsèquement improbable – car ce degré de similitude entre les variants signifie qu’il n’y a aucune chance qu’une personne immunisée (que ce soit par une infection naturelle ou par la vaccination) soit rendue malade par un variant – mais cela est empiriquement étayé par des recherches de grande qualité.

« Les recherches auxquelles je fais référence montrent que les personnes qui se remettent d’une infection ou qui ont été vaccinées possèdent TOUTES un large éventail de cellules immunitaires qui reconnaissent TOUS les variants. Cet article montre POURQUOI la reconnaissance moléculaire étendue par le système immunitaire rend les minuscules changements dans les variants sans importance.

« Je ne saurais trop insister : Les histoires autour des variants et du besoin de revaccinations sont FAUSSES. Je crains qu’il y ait une raison très maligne derrière tout cela. Elle n’est certainement pas étayée par les meilleures méthodes d’étude de l’immunité. Ces affirmations manquent toujours de fondement lorsqu’elles sont examinées, et utilisent diverses astuces, comme la manipulation des conditions pour tester l’efficacité des anticorps. Les anticorps sont probablement assez peu importants dans la protection de l’hôte contre ce virus. Quelques “expériences naturelles” ont été réalisées sur des personnes qui ne peuvent malheureusement pas produire d’anticorps, mais qui parviennent à repousser le virus avec succès. Il est certain qu’elles se portent mieux avec des anticorps que sans. Je mentionne ces rares patients parce qu’ils montrent que les anticorps ne sont pas essentiels à l’immunité de l’hôte, de sorte qu’un test inventé dans un laboratoire sur les anticorps et les variantes de virus modifiées ne justifie PAS le besoin de vaccins complémentaires.

« Les seules personnes qui pourraient demeurer vulnérables et avoir besoin d’une prophylaxie ou d’un traitement sont celles qui sont âgées et (ou) qui sont malades et qui ne souhaitent pas recevoir de vaccin (ce qui est leur droit).

« La bonne nouvelle, c’est qu’il existe de nombreuses possibilités : l’hydroxychloroquine, l’ivermectine, le budésonide (stéroïde inhalé utilisé chez les asthmatiques) et, bien sûr, la vitamine D par voie orale, le zinc, l’azithromycine, etc. Ceux-ci réduisent suffisamment la gravité pour qu’on puisse dire que ce virus n’était pas obligé de constituer une crise de santé publique. »

INTERVIEWEUR : Pensez-vous que la FDA fait un bon travail de régulation des grandes entreprises pharmaceutiques ? De quelle manière les grandes entreprises pharmaceutiques contournent-elles l’organisme de réglementation ? Pensez-vous qu’elles l’ont fait pour l’injection d’ARNm ?

DR. YEADON : « Jusqu’à une date récente, j’avais beaucoup d’estime pour les organismes mondiaux de réglementation des médicaments. Lorsque j’étais chez Pfizer, puis PDG d’une société de biotechnologie que j’ai fondée (Ziarco, rachetée plus tard par Novartis), nous avons eu des échanges respectueux avec la FDA, l’EMA et la MHRA du Royaume-Uni. Des interactions qui ont toujours été de bonne qualité.

« Récemment, j’ai remarqué que la Fondation Bill & Melinda Gates (BMGF) avait accordé une subvention à l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) ! Comment cela peut-il être acceptable ? Ils sont financés par des fonds publics. Ils ne devraient jamais accepter de l’argent d’un organisme privé.

« Voici donc un exemple où le régulateur britannique est en conflit d’intérêts. L’Agence européenne des médicaments n’a pas exigé certaines choses, comme l’a révélé le “piratage” de ses dossiers lors de l’examen du vaccin Pfizer.

« Vous pouvez trouver des exemples dans le “Comité Corona” de Reiner Fuellmich, en ligne.

« Je ne crois donc plus que les régulateurs soient capables de nous protéger. L’“approbation” n’a donc aucun sens.

« Le Dr Wolfgang Wodarg et moi-même avons adressé une pétition à l’EMA le 1er décembre 2020 sur les vaccins génétiques. Ils nous ont ignorés.

« Récemment, nous leur avons écrit à titre privé, les mettant en garde contre les caillots sanguins, ils nous ont ignorés. Lorsque nous avons rendu publique notre lettre, nous avons été complètement censurés. Quelques jours plus tard, plus de dix pays ont interrompu l’utilisation d’un vaccin en invoquant des caillots sanguins.

« Je pense que les grosses sommes d’argent de l’industrie pharmaceutique et de la BMGF créent un environnement où dire non n’est pas une option pour l’organisme de régulation.

« Je dois revenir sur la question des “revaccinations” (« top-up vaccines ») ; je crains que toute cette histoire ne soit exploitée et utilisée pour permettre l’acquisition d’un pouvoir sans précédent sur nous.

« JE VOUS EN PRIE, avertissez chaque personne de ne s’approcher en aucun cas des revaccinations. Elles ne sont absolument pas nécessaires.

« Comme elles ne sont pas nécessaires, mais qu’elles sont fabriquées par des entreprises pharmaceutiques et que les autorités de réglementation se sont tenues à l’écart (il n’y a pas eu de tests de sécurité), je ne peux qu’en déduire qu’elles seront utilisées à des fins néfastes.

« Par exemple, si quelqu’un souhaite abîmer ou tuer une proportion importante de la population mondiale au cours des prochaines années, les systèmes mis en place actuellement le permettront.

« Mon opinion mûrement réfléchie est qu’il est tout à fait possible que ces systèmes soient utilisés pour une dépopulation à grande échelle. »

(Traduction Le blog de Jeanne Smits)

Rappels :

Grande-Bretagne : 60 à 70% des victimes de la “troisième vague” seraient des patients… vaccinés !

La vraie pandémie sera-t-elle créée par la vaccination ?

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 56 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Un ancien vice-président de Pfizer n’exclut pas l’existence d’un projet de « dépopulation à grande échelle » par les vaccins

  1. Burp dit :

    Jacques Attali, 1981, alors conseiller de François Mitterrand, dans un livre d’entretiens de Michel Salomon, déclarait ceci :
    “À l’avenir il s’agira de trouver un moyen de réduire la population. Nous commencerons par les vieux, car dès qu’il dépasse 60-65 ans l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société.
    Ensuite les faibles puis les inutiles qui n’apportent rien à la société car il y en aura de plus en plus, et surtout enfin les plus stupides. Une euthanasie ciblant ces groupes ; l’euthanasie devra être un instrument essentiel de nos sociétés futures, dans tous les cas de figure.
    On ne pourra bien sûr pas exécuter les gens ou faire des camps. Nous nous en débarrasserons en leur faisant croire que c’est pour leur bien.
    La population trop nombreuse, et pour la plupart inutile, c’est quelque chose d’économiquement trop coûteux. Sociétalement, il est également bien préférable que la machine humaine s’arrête brutalement plutôt qu’elle ne se détériore progressivement.
    On ne pourra pas non plus faire passer des tests d’intelligence à des millions et des millions de gens, vous pensez bien !
    Nous trouverons quelque chose ou le provoquerons, une pandémie qui cible certaines personnes, une crise économique réelle ou pas, un virus qui touchera les vieux ou les gros, peu importe, les faibles y succomberont, les peureux et les stupides y croiront et demanderont à être traités. Nous aurons pris soin d’avoir prévu le traitement, un traitement qui sera la solution.
    La sélection des idiots se fera ainsi toute seule : ils iront d’eux-mêmes à l’abattoir.”
    [ L’avenir de la vie – Jacques Attali, 1981 ]
    Entretiens avec Michel Salomon, collection Les Visages de l’avenir, éditions Seghers.

    • C’est un faux, on l’a déjà dit. Merci d’arrêter de me balancer cette pseudo-citation d’Attali à tout bout de champ… ou alors apportez-moi une preuve factuelle.

      Attali a dit suffisamment de choses scandaleuses sur le sujet – et sur d’autres – pour qu’il soit nécessaire d’en rajouter.

      • Jean-Marc SIMIAND dit :

        lu dans les commentaires du livre sur amazon : » Commenté en France le 12 avril 2021
        Pour info et en réponse à ceux qui s’interrogent, il y a eu une seconde édition du livre de Michel Salomon, expurgée des éléments les plus dérangeants. Les propos cités dans ce post et attribués au bienfaiteur de l’humanité Attali, ne figurent plus dans la nouvelle édition du livre, devenu d’ailleurs bizarrement « introuvable ».

      • c’est tellement fort que je ne pense pas que même un Attali aurait osé..

      • xavib dit :

        En regardant de près on voit que ce supposé texte de J.Attali est un bricolage mélangeant de vraies citations avec des trucs absolument énormes qu’un type un minimum sensé et prudent n’aurait jamais publié !!
        Même en 1981.

    • francis BOULOGNE dit :

      tres beau texte … anticipation ? résumé ? colle bien a la situation … félicitations ….
      reveillera t il le bétail ?

    • Danse dit :

      @Burp,

      1===Attali a dit et écrit bien pire que ça et je pense que nous disposons d’assez de preuves de sa nocivité générale.
      Et il a nié à chaque fois avoir dit ce qu’il a écrit.
      C’est la technique de base des psychopathes : le GASLIGHTING.

      « Jacques Attali aurait-il des problèmes de mémoire ? »

      2===Je vous propose de regarder mes posts d’hier à ce sujet :
      https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2021/04/10/le-pape-francois-reclame-une-gouvernance-globale-dans-une-lettre-a-la-banque-mondiale-et-au-fmi-sur-le-monde-post-covid/#comment-180969
      https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2021/04/10/le-pape-francois-reclame-une-gouvernance-globale-dans-une-lettre-a-la-banque-mondiale-et-au-fmi-sur-le-monde-post-covid/#comment-180971
      https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2021/04/10/le-pape-francois-reclame-une-gouvernance-globale-dans-une-lettre-a-la-banque-mondiale-et-au-fmi-sur-le-monde-post-covid/#comment-180989

      3===Les pdf du livre de Michel Salomon « L »avenir de la vie » citant Attali font apparaître une partie du texte que vous citez, mais pas l’intégralité, il est donc possible d’apporter la preuve que ce livre contient une partie seulement de votre citation.
      Le livre d’origine a été publié selon Attali lui-même (voir plus bas) en 1980.
      Or l’édition dont sont extraits les pdf encore trouvables du livre, en relation avec vos citations, date de 1981.
      Selon plusieurs chercheurs sur le net, le texte original de 1980 aurait été EXPURGÉ des plus graves propos d’Attali, de plus cette édition originale est devenue « mystérieusement » introuvable par la suite.

      4===Le texte ci-dessous mentionnant la date de l’édition originale du livre se trouve sur le site internet d’Attali :

      Cliquer pour accéder à Le-Monde-1985-article.pdf


      « 15/12/2014 Les responsables de la revue  » Profils médico­sociaux  » sont condamnés pour diffamation envers M. Jacques Attali
      Les responsables de la revue « Profils médico­sociaux  » sont condamnés pour diffamation envers M. Jacques Attali LE MONDE | 05.12.1985 à 00h00• Mis à jour le 05.12.1985 à 00h00|M. P.
      En 1980, le docteur Michel Salomon avait publié un ouvrage intitulé l’Avenir de la vie, dans lequel M. Attali se livrait à des réflexions sur l’euthanasie et sur les risques encourus dans l’hypothèse d’une gestion capitaliste de la santé. En 1981, la revue Profils médico­sociaux publiait un article, en se livrant à une interprétation des propos de celui qui venait d’être nommé conseillé spécial du président, selon laquelle il était favorable » au génocide des vieux »

      5===Article du Monde le 07 novembre 1985 :
      Pour que ces médecins et citoyens condamnés pour diffamation en deuxième instance aient récidivé 3 fois malgré leur condamnation obtenue par Attali, ne fallait-il pas qu’ils aient de sérieuses raisons de vouloir alerter la population sur les dangers qui nous étaient préparés ?

      https://www.lemonde.fr/archives/article/1985/11/07/m-attali-et-le-genocide-des-vieux-suite_2751771_1819218.html
      « Voilà dans son genre un procès rare. Ce n’est pas tous les jours que l’on voit des condamnés pour diffamation APPELÉS À COMPARAÎTRE POUR AVOIR RÉITÉRÉ CETTE DIFFAMATION ET, QUI PLUS EST, À TROIS REPRISES DANS LES MOIS QUI SUIVIRENT LA CONDAMNATION. De surcroît, lorsque le plaignant s’appelle M. Jacques Attali, que son avocat est Me Georges Kiejman et que l’affaire porte de nouveau sur l’interprétation de certains de ses écrits de nature à le présenter comme un partisan d’un  » génocide des vieux « , le débat n’est pas de ceux qui passent inaperçus.

      A l’origine de tout, il y a une réflexion faite en 1980 par M. Attali sur l’euthanasie et, au-delà de cette question, sur ce que risquerait d’être, dans une société capitaliste de marché, une politique de la santé conduisant à sacrifier les personnes les plus âgées au bénéfice des plus jeunes. Cette réflexion publiée dans un livre intitulé l’Avenir de la vie et présentée par le docteur Michel Salomon ne suscite pas, sur le moment, un écho particulier.
      Mais lorsque, après mai 1981, M. Attali devient conseiller spécial du président de la République, voici qu’elle va être exploitée et qu’une campagne s’ouvre dans la revue Profils médico-sociaux. M. Attali est présenté comme un partisan d’un  » génocide des vieux « , on voit dans sa réflexion une reprise des théories national-socialiste ; un tract sur ce thème est diffusé.

      M. Attali assigne alors les dirigeants de Profils médico-sociaux, le docteur Jean Goreux, M. Claude Savy, ainsi que Mme  » Marie-Hélène Ugolini, présidente de la Ligue nationale des assurés sociaux. En première instance, ceux-ci sont relaxés. La 17e chambre du tribunal de Paris juge qu’il y a eu, seulement, un débat d’idées, une critique d’opinion, mais qu’aucun fait précis n’a été imputé au conseiller de M. Mitterrand.
      Appel. La 11e chambre de la cour infirme la décision de première instance et condamne. Son arrêt rendu le 18 janvier devient définitif (le Monde du 20 janvier 1984). Profils médico-sociaux devra insérer dans deux numéros le texte de cet arrêt. »

      6=== (citation déjà publiée par Olivier)
      https://leperroquetparleur.com/2021/04/12/covid19-lhumanite-est-prise-de-force-en-otage-les-predilections-glacantes-de-jacques-atteli-le-createur-du-president-emmanuel-macron/
      « Philippe de Villiers cite un autre écrit datant de 2002,qu’il a retrouvé sur le blog de Jacques Attali :
      « L’Histoire nous apprend que l’humanité n’évolue significativement que quand elle a vraiment peur…La pandémie qui commence pourrait déclencher une de ces peurs structurantes. (…) On devra mettre en place une police mondiale, un stockage mondial et donc une fiscalité mondiale. On en viendra alors, beaucoup plus vite que ne l’aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d’un véritable gouvernement mondial.
      C’est d’ailleurs par l’hôpital qu’ a commencé en France au XVII ème siècle la mise en place d’un véritable état. » »

  2. Paul-Emic dit :

    traduction un peu « à la google », mais c’est mieux que rien 🙂
    il fait confiance au vaccin pour protéger les sujets mais s’élève contre une revaccination. C’est curieux, parce que si le premier vaccin est un « bon » vaccin c’est à dire efficace et sans effet délétère à retardement, il n’y aura jamais lieu de procéder à une revaccination. Pourquoi iriez vous vous faire tester si vous êtes vaccinés et en bonne santé ? car selon les critères actuels de réplication, c’est bien le test qui crée la pandémie. Stoppez les tests et vous aurez une grippe un peu plus forte que la grippe habituelle et qui s’étiolera en un ou deux hivers.
    Il me semble qu’il n’y a pas de « bon » vaccin et que c’est justement parce que le premier sera inefficace, voire créera lui même la maladie qu’il y aura la possibilité de procéder à une seconde vague vaccinale à l’hiver, quand les conditions climatiques seront de nouveau propices au développement saisonnier des maladies respiratoires .

    • clavreul dit :

      Intelligent monsieur De Villiers, je crois en effet que le modernisme du village global présente des failles et que dans les coulisses c’ est la panique pour y faire face :
      Les Grandes Gueules sur Twitter : « Philippe de Villiers (@PhdeVilliers) : « Parmi les profiteurs de cette crise du #COVID19, il y a le gouvernement d’@EmmanuelMacron et de @JeanCASTEX et son obsession, c’est le contrôle total. » #GGRMC https://t.co/XutPBv6

      • Danse dit :

        Excellent, et je suppose que c’est une émission de grande écoute. Donc l’information est inarrêtable.

    • clavreul dit :

      IMPORTANT TÉMOIGNAGE DE MEDECINE DE TERRAIN 👍👍👍

  3. Alan.144 dit :

    Des gens libres. Ca fait rêver :

    Pas moins de 40000 fans étaient à l’intérieur du Globe Life Field à Arlington lundi après-midi pour le match d’ouverture des Texas Rangers.

  4. zorba44 dit :

    Olivier bonjour, j’avais lu (je croyais ici !) le texte de l’interview en anglais.
    Cet ancien VP de Pfizer est un courageux honnête homme.

    Les plans des psychopathes sont appelés à foirer car même un mouton détale si de la fumée est portée dans sa direction par le vent…

    Jean LENOIR

  5. berenice dit :

    Je suis perplexe, j’ai l’impression qu’il mélange le vrai et le faux, il parle du danger des vaccins ARN et ensuite de l’immunité donnée par ces vaccins puis enfin du risque de revaccination. Pensez-vous qu’on laisserait parler librement une personne qui a eu ce niveau de responsabilité dans les labos, il serait largement censuré comme tous les vrais lanceurs d’alerte. il conteste la version de Geert Vanden Bosshe et c’est ce qui m’interpelle le plus, j’ai vraiment tendance à penser que ce sont les vaccins qui produisent les variants (observé empiriquement dans l’Ehpad où travaille un membre de ma famille : aucun cas durant des mois avec test hebdomadaire et une hécatombe 15 jours après le début de la vaccination, variant anglais très virulent y compris parmi le personnel)
    L’histoire des poulets fait flipper car pour moi les élites ont plus intérêt à garder en vie les bons moutons vaccinés qui accepteront sans broncher leur dictature et à terrasser les brebis galeuses indociles qui pourraient se révolter. Ils nous concoctent peut-être un super variant qui n’attaquera que les personnes non vaccinées. En tout cas pour ma part, je m’en remettrai à mon système immunitaire, hors de question de m’injecter leur saloperie.

  6. Alan.144 dit :

    Les Debriefings – FranceSoir

    Mike Yeadon : « Si j’ai raison, nous sommes en pleine troisième guerre mondiale »
    http://echelledejacob.blogspot.com/2021/04/mike-yeadon-si-jai-raison-nous-sommes.html

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s