La City, coeur pourri de la globalisation financière

La plupart des gens l’ignorent, mais la City de Londres, c’est 5 fois le PIB de la Grande-Bretagne, la capitale mondiale de la finance et surtout le plus grand paradis fiscal de la planète, via notamment les confettis de l’Empire britannique. La crise de 2008 aura été une formidable occasion, hélas manquée, de tout remettre à plat : Aujourd’hui le secret bancaire, l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent prospèrent comme jamais à la City. « Les Britanniques commencent à comprendre qu’ils se sont fait rouler par leurs élites politiques et économiques, à un point que personne ne pouvait même concevoir ». Le problème, comme l’a écrit en 2011 un éditorialiste du Guardian, c’est que « l’industrie financière n’est plus une perversion du système, elle est le système ». Il faudra donc changer de système.

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour La City, coeur pourri de la globalisation financière

  1. BA dit :

    Lundi 17 octobre 2011 :

    Wall Street ouvre en baisse après l’avertissement de l’Allemagne.

    Wall Street a ouvert en repli lundi après deux semaines de hausse, plombée par une déclaration du ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble selon laquelle le prochain sommet européen ne produira pas de solution définitive à la crise de la dette.

    Dans les premiers échanges, le Dow Jones cédait 0,59% (56 points) à 11.575 points. Le Standard & Poor’s, plus large, reculait de 0,62% (7,5 points) à 1.217 points tandis que le composite du Nasdaq perdait 0,64% (17 points) à 2.650.

    L’Allemagne a mis en garde lundi contre le rêve « irréaliste » de voir le sommet européen du 23 octobre régler définitivement la crise de la dette dans la zone euro, en maintenant la pression sur les banques pour qu’elles concèdent une décote plus importante sur la dette grecque.

    http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRPAE79G0JS20111017

  2. Jean LENOIR dit :

    Bonsoir,

    Ce qui est tout particulièrement saisissant dans ce reportage, ce qui choque absolument c’est l’hypocrisie ambiante, tout particulièrement illustrée par l’audition de Mr Diamond (ce nom ne s’invente pas), Directeur de la Barclays, dont les réponses sont ciselées, c’est le meilleur mot, pour ne rien dire, ne rien voir, ne rien reconnaître et ne témoigner aucune reconnaissance pour l’argent public de l’impôt qui a sauvé son établissement et tant d’autres.
    Londres pratique la loi de l’Omerta… témoin le triste sort du banquier du Vatican repenti et bavard. Pas de pitié de l’Eglise, pas de pardon lorsqu’il s’agit de ses intérêts plus fondamentaux que Dieu, l’Argent.
    J’ai vécu, un jour, une discussion feutrée et un peu surréaliste avec l’évêque de Strasbourg (c’était il y a plus de vingt ans – pour la prescription et de toutes les façons je ne vais rien révéler), l’évêque en charge du secteur financier du diocèse – parfaitement inconnu du grand public et, bien entendu de moi-même) …Un chanoine décédé avait laissé une quantité appréciable derrière lui de bons de capitalisation au porteur d’une très grande compagnie d’assurances française, l’UAP pour ne pas la nommer.
    Sans entrer dans le détail du fonctionnement et de la collecte des fonds des investisseurs… ce qui m’a frappé dans cet entretien d’une demie heure, c’est que Monseigneur était très loin de Dieu et qu’il m’apparaissait comme ce représentant non élu au Parlement britannique… pour me rappeler les vraies règles de l’argent.
    En fait il ne fut question que de se faire rembourser (« racheter » selon le terme consacré) ces titres au porteur pour en rendre le produit respectable dans les circuits financiers habituels du diocèse – dont la compagnie que je représentais était exclue.

    Au final, l’individu dans tout cela n’est plus rien… La fin du film est proprement étonnante quand Maggie se lance dans des déclarations de la dernière hypocrisie sur l’importance de l’individu… L’argent n’est que le royaume du Prince (de Machiavel) et la City de Londres son antre.

    Mais avec le durcissement de la crise, la colère gronde et lorsque les individus se regroupent pour manifester leur colère et que cela dure, dure, jour après jour, semaine après semaine, mois après mois pour dépasser la durée des années ou des décennies alors, attention à l’instant où la cocotte minute explosera.

    A mon sens ce moment est proche.

    Jean LENOIR

  3. samouraï dit :

    Excellent, merci;
    la pieuvre tentaculaire a tout envahi, il faudra trancher dans le vif.

  4. José dit :

    La gestion de la crise consiste à cacher la poussière sous le tapis. Aujourd’hui le tapis flotte au sommet d’une colline de poussière, et pourtant les « décideurs » font comme si de rien n’était. Alors la question est: si les décideurs ne décident plus rien, quelle est l’utilité sociale des décideurs?
    Si l’alternative, c’est le système actuel ou le chaos, et que le système actuel nous mène de toutes façons vers le chaos, à quoi bon essayer de le préserver, si ce n’est pour maintenir les privilèges d’une caste qui se considère comme au-dessus des lois?
    Ne nous leurrons pas, si cette situation perdure, c’est parce qu’elle apporte aussi à chacun ce qu’il croit lui être nécessaire. Pour passer à autre chose, il nous faudra collectivement réfléchir à nos besoins réels, et définir ce que nous sommes prêts à sacrifier pour nous en sortir. C’est comme ça que se font les révolutions. Mais il va nous falloir penser collectivement, parce que jusqu’à présent ces basculements n’ont fait que remplacer une élite par une autre.

  5. Ping : Noire finance (Arte, 2 octobre 2012) par Olivier Demeulenaere | cgtmicroturbosafran

  6. Ping : Vidéos, diaporamas, animations, cartes mentales | Pearltrees

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s