PJL renseignement : Lettre ouverte aux traîtres à la République (L. Chemla)

projet-loi-renseignement-trahison

J’aurais préféré « Lettre ouverte aux traîtres à la France et au peuple français » – le terme République étant aujourd’hui très connotéOD

« C’est à vous, députés et sénateurs qui allez bientôt voter d’une seule voix le projet de loi sur le renseignement présenté par le gouvernement, c’est à vous que ce message s’adresse.

Nous le savons déjà : vous allez le voter. Sans aléa, après un débat cosmétique qui ne servira qu’à corriger quelque coquille ici ou là, vous allez le voter.

Contre l’avis de deux juges antiterroristes, contre les avis du Syndicat de la Magistrature, de la CNCDH, de l’ordre des Avocats de Paris, de la CNIL, de l’Union Syndicale des Magistrats, vous allez le voter.

Contre l’avis d’Amnesty, de RSF, de la LDH et de la Quadrature du Net, vous allez le voter.

Alors que, de partout, les mises en garde affluent, que le New York Times fait sa Une sur « La France, État de surveillance« , que le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe s’inquiète de la dérive sécuritaire liberticide que cette loi implique, et que même le président de l’actuelle commission de contrôle des interceptions de sécurité dénonce la faiblesse des garanties qu’apporte ce texte, vous allez le voter.

Mesdames, messieurs, vous qui, en théorie, représentez la voix du peuple, c’est ce même peuple que vous vous apprêtez à trahir.

En mettant (quel que soit l’enrobage sur le pseudo-anonymat des données reccueillies) la totalité de la population sur écoute, en traitant chaque citoyen de ce pays comme un terroriste en puissance, c’est le peuple que vous vous apprêtez à dénoncer comme votre ennemi.

Je vous engage à relire, avant de voter, la définition de ce qu’est un État policier selon Raymond Carré de Malberg :

L’État de police est celui dans lequel l’autorité administrative peut, d’une façon discrétionnaire et avec une liberté de décision plus ou moins complète, appliquer aux citoyens toutes les mesures dont elle juge utile de prendre par elle-même l’initiative, en vue de faire face aux circonstances et d’atteindre à chaque moment les fins qu’elle se propose : ce régime de police est fondé sur l’idée que la fin suffit à justifier les moyens. À L’État de police s’oppose l’État de droit.

En écartant le juge judiciaire de toute autorisation préalable aux écoutes administratives, c’est l’État de droit que vous détruisez : garant des libertés individuelles, sa remise en cause nie le principe de séparation des pouvoirs.

Et tout ça pour quoi ?

S’il fallait en croire les maigres débats – imposés par la procédure d’urgence choisie par le gouvernement – cette négation de tous nos principes fondateurs serait nécessaire pour lutter contre le terrorisme.

Mais cette loi ne concerne pas que la lutte antiterroriste, loin de là : elle s’applique à tous les domaines de la vie en société. « Engagements internationaux », « Intérêt public », « Intérêts économiques et scientifiques », voici quelques-uns des motifs pour lesquels vous allez autoriser, sans contrôle, la surveillance de chaque citoyen.

Oh, bien sûr, pendant le débat public on ne vous agitera que la menace terroriste, à l’instar de la fiole censée prouver l’existence d’armes de destruction massives en Irak, on vous répètera l’argument mensonger selon lequel « 90% des jihadistes se sont radicalisés sur Internet ». Oh, oui, si vous osez vous opposer à ce déni de démocratie, on vous accusera d’être responsables des attentats qui pourraient avoir lieu sans ce texte.

Le même argument vous a déjà été servi pour justifier le récent texte qui permet la censure administrative – sans juge – de n’importe quel site Internet (et dont l’OSCE demande déjà qu’on le reconsidère).

Pourtant, dans cette période où chacun s’interroge sur ce qui nous définit comme une société, c’est justement le moment de vous souvenir des principes qui ont fondé ce pays.

Mais, dans ce moment où le terrorisme n’a de cesse que de voir disparaître toute pratique démocratique, c’est justement l’instant où vous devez vous lever pour défendre les droits fondamentaux et pour rejeter les arguments démagogiques.

Mesdames, messieurs, s’il vous reste ne serait-ce qu’une once de probité, vous lirez les arguments des opposants à ce texte, sans oeillères et sans calcul politique de bas étage.

Et si vous ne voulez pas être un traître à la république, madame, monsieur, vous vous y opposerez à votre tour ».

Laurent Chemla, le 3 avril 2015

Rappels :

France : de nouvelles mesures pour surveiller les internautes

Julian Assange : « Nous vivons sous un régime de surveillance de masse, parfaitement orwellien »

Le cadeau de Noël du gouvernement aux internautes : la surveillance

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour PJL renseignement : Lettre ouverte aux traîtres à la République (L. Chemla)

  1. Ping : PJL renseignement : Lettre ouverte aux traîtres à la République (L. Chemla) - Ma banque a moi

  2. zorba44 dit :

    Allez, n’ayez pas peur blogueurs d’écrire que ceux qui oseront voter cette loi scélérate sont des
    e…… de la république qu’ils prétendent représenter au mépris de la juste et légitime option de penser et de s’exprimer avec le degré de confidentialité que tout un chacun souhaite pour lui-meme.
    Qu’ils sachent qu’ils seront eux-mêmes, élus de la pseudo devenue nation, auscultés en permanence dans leur échanges privés ou non et, que par un effet de boomerang, il y aura toujours un Joseph Staline pour les éradiquer de la vie sociale, sinon de la vie tout court.

    A ceux qui vont voter en faveur de ce texte, sachez que nous vous emmerdons et trouverons les moyens de téléphone arabe, les voyageurs, les amis pour “comploter” contre votre existence par tous les moyens.

    Nous allons vous emmerder salement comme vous ne pouvez l’imaginer pour saper ce monde d’infamie et de traitrise que vous représentez. Et si, d’aventure, ce vote intervenait à bulletin secret faites vous connaitre publiquement vous qui avez eu l’honneur de dire non au vote moutonnier.

    “Allons enfants de la Patrie, le jour des poires est arrivé. Contre nous de la Tyrannie, l’Internet sanglant est levé. Aux armes Citoyens, sortez vos posts en nombre. Ecrivons, écrivons qu’un fiel impur ne corrompent nos enfants…” A vous d’imaginer la suite des paroles et de créer une chaine d’indignation et d’opposition car ne comptez par sur Yahoo France pour vous sonder sur la question.

    Jen LENOIR

    Jean LENOIR

  3. barjo dit :

    Bien dit ! bravo ! mais j ai bien peur que ces traîtres ne puisse ce retournée contre la main qui les nourrissent ! mes salutations a vous et bonne continuation a votre site…

  4. Durit dit :

    C’est le bon moment de le dire :
    « La guerre est partout et la Paix ne peut être que de la Volonté de tous de l’affirmer. Tout est donné pour la Victoire des Justes.
    Il faut la mettre en place : dans l’action immédiate, de l’affirmer sans relâche quoi qu’il en coûte. L’instant est favorable. »
    Clefsdufutur-Le 07.04.2015-

  5. gortcho dit :

    La bonne blague de Cazeneuve sur I télé : « L’esprit du 11 janvier est une discipline, éminemment républicaine »!

  6. christ dit :

    ce n’est pas des terroristes que les zélus ont peur , c’est de la population dans son ensemble ; il est bien connu que les perchés d’en haut ont une trouille bleue du peuple , de ses colères justifiées ; ils tremblent tout ces élus , qu’un de ces jours les citoyens prennent le mors au dent et veuillent régler leur compte à ceux qui nous trahissent de longue date ; alors ils nous mettent sous surveillance , tous , sans exception car à leurs yeux les terroristes , c’est nous ;

    • zorba44 dit :

      Oh ils peuvent avoir peur, mais le petit doigt du signataire lui suggère qu’ils finiront par s’en prendre plein dans la poire. Ils n’échapperont pas à leur sort. L’esprit de Spartacus n’est pas mort !

      Jean LENOIR

  7. Ping : PJL renseignement : Lettre ouverte aux traîtres à la République (L. Chemla) | Le blog de Liliane Held-Khawam

  8. Ping : PJL renseignement : Lettre ouverte aux traîtres à la République (L. Chemla) | Philippehua's Cellule 44

  9. Ping : PJL RENSEIGNEMENT : LETTRE A CEUX QUI S’EN FOUTENT | uncitoyenindigné

  10. Ping : Loi sur le renseignement : Lettre à ceux qui s’en foutent (L. Chemla) | LA PILULE ROUGE

  11. Ping : Loi sur le renseignement : Lettre à ceux qui s’en foutent (L. Chemla) – Reveille toi

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s