Une autoroute de l’enfer jusqu’en 2030

« Mais pour reprendre Shakespeare, l’enfer est vide et tous les diables (atlantistes) sont là »

L’Allemagne et l’UE ont reçu une déclaration de guerre

par Pepe Escobar

Le sabotage des gazoducs Nord Stream (NS) et Nord Stream 2 (NS2) dans la mer Baltique a propulsé de manière inquiétante le « capitalisme du désastre » à un tout nouveau niveau toxique.

Cet épisode de guerre industrielle/commerciale hybride, sous la forme d’une attaque terroriste contre une infrastructure énergétique dans les eaux internationales, signale l’effondrement absolu du droit international, noyé dans un ordre « notre voie ou l’autoroute », « fondé sur des règles ».

L’attaque contre les deux pipelines a consisté à faire exploser de multiples charges explosives dans des branches séparées près de l’île danoise de Bornholm, mais dans les eaux internationales.

Il s’agissait d’une opération sophistiquée, menée de manière furtive dans la faible profondeur des détroits danois. Cela exclut a priori les sous-marins (les navires entrant dans la Baltique sont limités à un tirant d’eau de 15 mètres). Quant aux éventuels navires « invisibles », ils ne pourraient flâner qu’avec l’autorisation de Copenhague – les eaux autour de Borholm étant truffées de capteurs, ce qui traduit la crainte d’une incursion des sous-marins russes.

Les sismologues suédois ont enregistré deux explosions sous-marines lundi, dont l’une a été estimée à 100 kg de TNT. Pourtant, jusqu’à 700 kg pourraient avoir été utilisés pour faire sauter trois nœuds de pipelines distincts. Une telle quantité n’aurait pas pu être acheminée en une seule fois par les drones sous-marins actuellement disponibles dans les pays voisins.

La pression sur les pipelines a chuté de manière exponentielle. Les tuyaux sont maintenant remplis d’eau de mer.

Les canalisations sur NS et NS2 peuvent être réparées, bien sûr, mais guère avant l’arrivée du général Winter. La question est de savoir si Gazprom – qui se concentre déjà sur plusieurs gros clients eurasiens – s’en donnerait la peine, surtout si l’on considère que les navires de Gazprom pourraient être exposés à une éventuelle attaque navale de l’OTAN dans la Baltique.

Les responsables allemands affirment déjà que le NS et le NS2 peuvent « potentiellement » être hors service « pour toujours ». L’économie et les citoyens de l’UE avaient grandement besoin de cet approvisionnement en gaz. Pourtant, l’eurocratie de Bruxelles – qui règne sur les États-nations – n’a pas voulu suivre, car elle a été dictée par l’Empire du chaos, du mensonge et du pillage. On peut dire que cette Euro-oligarchie devrait un jour être jugée pour trahison.

En l’état actuel des choses, une irréversibilité stratégique est déjà évidente ; la population de plusieurs nations de l’UE paiera un prix énorme et subira de graves conséquences dérivées de cette attaque, à court, moyen et long terme.

Cui bono ?

La Première ministre suédoise Magdalena Andersson a admis qu’il s’agissait d’une « affaire de sabotage ». Le Premier ministre danois Mette Frederiksen a admis que « ce n’était pas un accident ». Berlin est d’accord avec les Scandinaves.

Comparez maintenant avec l’ancien ministre polonais de la Défense (2005-2007) Radek Sikorski, un russophobe marié à une « analyste » américaine enragée, Anne Applebaum, qui a joyeusement tweeté « Merci, USA ».

C’est de plus en plus curieux quand on sait que, simultanément au sabotage, le Baltic Pipe de la Norvège à la Pologne a été partiellement ouvert, un « nouveau corridor d’approvisionnement en gaz » desservant « les marchés danois et polonais » : en fait, c’est une affaire mineure, étant donné qu’il y a quelques mois, leurs commanditaires avaient des difficultés à trouver du gaz, et maintenant ce sera encore plus difficile, avec des coûts beaucoup plus élevés.

Le NS2 avait déjà été attaqué – au grand jour – tout au long de sa construction. En février, des navires polonais ont activement tenté d’empêcher le navire de pose de tuyaux Fortuna de terminer NS2. Les tuyaux étaient posés au sud de Bornholm, vous l’avez deviné.

L’OTAN, pour sa part, a été très active dans le domaine des drones sous-marins. Les Américains ont accès à des drones sous-marins norvégiens longue distance qui peuvent être modifiés avec d’autres modèles. Il est également possible que des plongeurs professionnels de la marine aient été employés pour le sabotage, même si les courants de marée autour de Bornholm sont un problème sérieux.

Le tableau d’ensemble révèle un Occident collectif en proie à une panique absolue, avec des « élites » atlantistes prêtes à tout – mensonges scandaleux, assassinats, terrorisme, sabotage, guerre financière totale, soutien aux néonazis – pour empêcher leur descente dans un abîme géopolitique et géoéconomique.

La désactivation de NS et NS2 représente la fermeture définitive de toute possibilité d’un accord germano-russe sur l’approvisionnement en gaz, avec l’avantage supplémentaire de reléguer l’Allemagne au statut inférieur de vassal absolu des États-Unis.

Cela nous amène donc à la question clé de savoir quel appareil de renseignement occidental a conçu le sabotage. Les principaux candidats sont bien sûr la CIA et le MI6, la Pologne étant le bouc émissaire et le Danemark jouant un rôle très douteux : il est impossible que Copenhague n’ait pas été au moins « informé » des renseignements.

Toujours aussi clairvoyants, les Russes posaient dès avril 2021 des questions sur la sécurité militaire du Nord Stream.

Le vecteur crucial est que nous sommes peut-être confrontés au cas d’un membre de l’UE/OTAN impliqué dans un acte de sabotage contre la première économie de l’UE/OTAN. C’est un casus belli. En dehors de l’effroyable médiocrité et de la lâcheté de l’administration actuelle à Berlin, il est clair que le BND – les services secrets allemands – ainsi que la marine allemande et les industriels avertis feront tôt ou tard le calcul.

Cette attaque est loin d’être isolée. Le 22 septembre, il y a eu une tentative contre le Turkish Stream par des saboteurs de Kiev. La veille, des drones navals avec des identifiants en anglais ont été trouvés en Crimée, soupçonnés de faire partie du complot. Ajoutez à cela les hélicoptères américains qui ont survolé les futurs nœuds de sabotage il y a quelques semaines ; un navire de « recherche » britannique qui rôde dans les eaux danoises depuis la mi-septembre ; et l’OTAN qui a tweeté sur les essais de « nouveaux systèmes sans pilote en mer » le jour même du sabotage.

Montrez-moi l’argent (du gaz)

Le ministre danois de la Défense a rencontré d’urgence le secrétaire général de l’OTAN ce mercredi. Après tout, les explosions se sont produites très près de la zone économique exclusive (ZEE) du Danemark. Cette rencontre peut être qualifiée au mieux de kabuki grossière ; exactement le même jour, la Commission européenne (CE), le bureau politique de facto de l’OTAN, a avancé son obsession habituelle : davantage de sanctions contre la Russie, notamment le plafonnement certifié à l’échec des prix du pétrole.

Pendant ce temps, les géants européens de l’énergie sont condamnés à perdre beaucoup avec le sabotage.

Parmi eux figurent les Allemands Wintershall Dea AG et PEG/ E.ON, la société néerlandaise N.V. Nederlandse Gasunie et le Français ENGIE. Ensuite, il y a ceux qui ont financé NS2 : Wintershall Dea à nouveau ainsi qu’Uniper ; l’autrichien OMV ; ENGIE à nouveau ; et le britannique et néerlandais Shell. Wintershall Dea et ENGIE sont à la fois copropriétaires et créanciers. Leurs actionnaires furieux voudront des réponses sérieuses de la part d’une enquête sérieuse.

Il y a pire : tous les coups sont permis sur le front de la terreur des pipelines. La Russie sera en alerte rouge non seulement pour Turk Stream mais aussi pour Force de Sibérie. Idem pour les Chinois et leur labyrinthe de pipelines arrivant au Xinjiang.

Quelle que soit la méthodologie et les acteurs qui étaient dans la boucle, il s’agit d’une revanche – à l’avance – pour l’inévitable défaite collective de l’Occident en Ukraine. Il s’agit également d’un avertissement brutal à l’intention des pays du Sud : ils recommenceront. Mais l’action engendre toujours la réaction : à partir de maintenant, de « drôles de choses » pourraient également arriver aux pipelines américains et britanniques dans les eaux internationales.

L’oligarchie européenne est en train d’atteindre un processus avancé de désintégration à la vitesse de l’éclair. Leur fenêtre d’opportunité pour au moins tenter de jouer un rôle d’acteur géopolitique stratégiquement autonome est maintenant fermée.

Ces eurocrates sont maintenant confrontés à une grave situation difficile. Lorsqu’il sera clair qui sont les auteurs du sabotage dans la Baltique, et lorsqu’ils comprendront toutes les conséquences socio-économiques qui changeront la vie des citoyens de l’UE, le kabuki devra s’arrêter. Notamment l’intrigue secondaire, déjà en cours, selon laquelle la Russie aurait fait exploser son propre gazoduc alors que Gazprom aurait simplement pu fermer les vannes pour de bon.

Et une fois de plus, la situation s’aggrave : Gazprom menace de poursuivre la société énergétique ukrainienne Naftofgaz pour factures impayées. Cela conduirait à la fin du transit du gaz russe de l’Ukraine vers l’UE.

Comme si tout cela n’était pas assez grave, l’Allemagne est contractuellement obligée d’acheter au moins 40 milliards de mètres cubes de gaz russe par an jusqu’en 2030.

Refuser ? Ils ne peuvent pas : Gazprom a le droit d’être payé même sans livrer de gaz. C’est l’esprit d’un contrat à long terme. Et c’est déjà le cas : à cause des sanctions, Berlin ne reçoit pas tout le gaz dont il a besoin mais doit quand même payer.

Tous les diables sont là

Il est désormais évident que les gants de velours impériaux sont retirés en ce qui concerne les vassaux. Indépendance de l’UE : verboten. Coopération avec la Chine : verboten. Connectivité commerciale indépendante avec l’Asie : verboten. La seule place pour l’UE est d’être économiquement assujettie aux États-Unis : un remix sordide des années 1945-1955. Avec une tournure néolibérale perverse : nous posséderons votre capacité industrielle, et vous n’aurez rien.

Le sabotage de NS et NS2 fait partie intégrante du rêve impérial de diviser la masse terrestre eurasienne en mille morceaux pour empêcher une consolidation transeurasienne entre l’Allemagne (représentant l’UE), la Russie et la Chine : 50 000 milliards de dollars de PIB, sur la base de la parité du pouvoir d’achat (PPA), contre 20 000 milliards de dollars pour les États-Unis.

Nous devons revenir à Mackinder : le contrôle de la masse terrestre eurasienne constitue le contrôle du monde. Les élites américaines et leurs chevaux de Troie à travers l’Europe feront tout ce qu’il faut pour ne pas céder leur contrôle.

Dans ce contexte, les « élites américaines » englobent la « communauté de l’information » dérangée, straussienne et infestée de néoconservateurs, ainsi que les grandes entreprises énergétiques, pharmaceutiques et financières qui les paient et qui profitent non seulement de l’approche de la guerre éternelle de l’État profond, mais qui veulent aussi faire un malheur avec la Grande Réinitialisation inventée à Davos.

Les Années Folles ont commencé par un meurtre, celui du général Soleimani. Faire exploser des pipelines fait partie de la suite. Il y aura une autoroute de l’enfer jusqu’en 2030. Pour emprunter à Shakespeare, l’enfer est définitivement vide, et tous les diables (atlantistes) sont là.

Pepe Escobar, Press TV, le 28 septembre 2022

Traduction Réseau International

Rappels :

Sabotage de Nord Stream 1 et 2 : « Thank you USA »

La Pologne est-elle impliquée dans le sabotage de Nord Stream ?

Les investisseurs américains abandonnent la « sombre » Europe

Crise de l’énergie : un scénario allemand anticipe des morts cet hiver dès les premiers jours de la pénurie

« Encore quelques semaines comme ça et l’économie européenne s’arrête complètement »

*******

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 57 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Une autoroute de l’enfer jusqu’en 2030

  1. Danse dit :

    François Asselineau
    @UPR_Asselineau
    🚨LE SABOTAGE DES GAZODUCS NORDSTREAM DEVIENT UNE AFFAIRE MONDIALE
    2 points très symptomatiques
    1️⃣c’est la Russie qui prend l’initiative de saisir le Conseil de Sécurité🇺🇳
    2️⃣on sent beaucoup de malaise et d’hésitation dans l’élaboration du « narratif »🇺🇸🇪🇺
    lefigaro.fr
    Nord Stream : la Russie va demander une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU
    La Russie va demander une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU au sujet des fuites détectées sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2, après avoir…

    8:08 AM · 29 sept. 2022

    • rodez21 dit :

      @Danse
      La Fédération de Russie croit encore que le Conseil de sécurité des Nations désunies, a encore une quelconque utilité, hormis de permettre à chacun de pouvoir opposer son véto.

      Au terrorisme d’état, on ne peut répondre efficacement que par le terrorisme, ce quoi qu’il en coûte.

    • RATUMA dit :

      merci Monsieur ASSELINEAU – tout le monde à l’UPR

  2. sherlok dit :

    y va y avoir de la bagarre !!!
    very dangerous. third W W soon. Euro financial collapse first.
    Biden stein = Frankenstein

  3. toinette toitoine dit :

    mais avant les pannes de courant pour cet hiver, d’abord bien saccager le pays et attiser les révoltes…

    https://www.lejdd.fr/Politique/chiche-lopposition-provoque-macron-qui-menace-de-dissoudre-lassemblee-en-cas-de-motion-de-censure-4137527

    micron menace de dissoudre l’assemblée si elle vote pas comme lui il le veut.
    On rappellera à ses sbires qui espionnent les revues de réinformation pour transmission à l’idiot du village européen que les députés tirent leur légitimité en raison du fait qu’ils représentent une fraction de la population.
    Et ce minable micron les traite comme des employés que l’on menace de licencier ?
    Le supposé premier des serviteurs de l’état est d’une ignarité incroyable.

    Déjà relevons au passage le silence coupable et complice des militaires, qui sont les dépositaires -pour l’instant- de la force publique au nom des français. Mais ça risque de pas durer si ils continuent à laisser l’idiot du village mondial continuer à salir la france. (oui vu le bordel et l’insécurité, les gens vont plus attendre que des juges laxistes finissent par condamner les voyous après 250 récidives)

    Mais même si l’idiot du village dissout,
    déjà ça n’a jamais arrangé les affaires de celui qui l’avait fait (chirac a perdu la majorité),
    mais ensuite, qu’il le fasse, on revotera pour les mêmes, et même les moutons te foutront dehors tes propres députés. Cette fois TOUS les castors seront anti-macron quand ils auront vu le mépris des français.

  4. zorba44 dit :

    C’est à ma connaissance la première fois que, de façon délibèrée, est menée une guerre-suicide contre un pays…

    Dies irae !

    Jean LENOIR

  5. Guillaume Berthon dit :

    une petite precision sur les « droles de choses » qui pourraient arriver aux pipelines sous marins americains, ….il n´y en a pas !

    https://www.aljazeera.com/news/2021/12/16/mapping-world-oil-gas-pipelines-interactive

    par contre pour ce qui est d´internet…..

    https://www.submarinecablemap.com/

    on pourrait bien rigoler, oups!

  6. mark knopfler dit :

    Poutine qui saisit l’ONU.
    Attali (les mondialistes), boivent du petit lait.
    C’est exactement ce qu’ils veulent, renforcer le pouvoir du supra étatique, ici en le propulsant encore une fois arbitre international, par dessus les Etats-nations.
    Bref, l’ONU doit devenir le juge de paix du monde dans le NWO qui, cela va sans dire, est incompatible avec la nation donc le nationalisme.

    Sinon, le théâtre de cour, ici mondial, continue de duper les masses, Berlin et les scandinaves d’un coté, les US et la Pologne de l’autre, ils incarnent les deux hypothèses et privent donc la masse, sous bombardement hypermédias, de la capacité à s’indigner et à se révolter par elle-même, ce qui est le but.

    Le seul mantra pour survivre, ce n’est pas le 12, c’est d’éteindre la télé et boycotter cette marchandise médiatique qui se met en spectacle permanent de manière obscène et ce, quel que soit le sujet.

    « Le spectacle est le moment où la marchandise est parvenue à l’occupation totale de la vie sociale. Non seulement le rapport à la marchandise est visible, mais on ne voit plus que lui : le monde que l’on voit est son propre monde ». Debord.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s