Banques, la spoliation des déposants est décidée, un accord historique ! (B. Bertez)

« Dans la plus grande opacité, sans tambour, sans trompette, les fonctionnaires européens viennent d’instituer la possibilité et même l’obligation de spolier les déposants auprès des banques en cas de faillite ou de difficultés. La difficulté se définissant comme une crise systémique. Par exemple, une chute de 40% des marchés financiers comme celle que l’on a connue en début de crise pourra, et même peut-être devra, déclencher le processus.

michel-barnier-spoliation-deposants

C’est en effet un accord historique infâme et scélérat. Il a été obtenu sous la conduite du Français « de droite » Michel Barnier ; lequel Michel Barnier est assisté de son conseiller spécial, l’ancien communiste rédacteur du Programme Commun de la Gauche, l’économiste communiste Philippe Herzog. Comme quoi il y a quand même des convergences qui ne sortent pas simplement du cerveau embrumé des commentateurs.

Cette coterie se gargarise de l’accord qui a été obtenu la nuit dernière. Pour eux, c’est un accord historique qui garantit qu’à l’avenir, les pertes des banques enregistrées au cours des mauvais jours (rainy days) ne seront plus supportées par les contribuables. Quel culot ! Comme si tous les contribuables n’avaient pas un compte en banque. Et comme si tous les gens qui ont un solde significatif sur leurs comptes n’étaient pas contribuables. En réalité, ce sont les mêmes qui paient mais avec un chapeau différent, ce sont les classes moyennes, bien évidemment.

Voici le contenu de l’accord scélérat :

1) Cet accord dit de résolution des crises bancaires prendra effet en 2015

2) Le bail-in, c’est-à-dire le prélèvement sur les porteurs d’obligations bancaires et les créanciers des banques, prendra effet en 2016

3) Un fonds de résolution sera créé. Il devrait représenter, dans dix ans, 1% des dépôts garantis, ce qui représenterait environ 70 milliards sur les bases actuelles

4) A partir de 2016, la procédure du bail-in sera obligatoire. Cette procédure du bail-in consiste dans l’ordre à faire payer les actionnaires, puis à faire payer les détenteurs d’obligations bancaires, puis à faire payer les déposants qui ont un crédit supérieur à 100.000€. Nous vous rappelons, pour ceux qui ne le sauraient pas, que si vous avez de l’argent en banque, c’est-à-dire de l’argent en dépôt, vous n’êtes pas propriétaire de cet argent, vous êtes simplement créancier de la banque et, comme tel, vous serez victime du prélèvement.

Il est prévu que les petits dépôts et les PME, sans être exemptés, bénéficieront d’un statut spécial. Nous nous interrogeons en effet sur le sens de l’expression qui est utilisée : « les petits bénéficieront d’un statut préférentiel. »

5) Le bail-in devra être effectué jusqu’à 8% du passif des banques, ce n’est qu’après que l’on pourra utiliser le fonds de résolution des crises bancaires

6) Après le bail-in ainsi décrit, deux options seront possibles. Soit on pourra taper dans le fonds de résolution, soit on pourra faire appel à des ressources d’Etat pour être recapitalisé. L’intervention de l’Etat sera plafonnée à 5% du passif des banques et elle sera soumise à l’approbation des autorités européennes

La nationalisation ne sera possible qu’après que le bail-in de 8% ait été mis en place.

Barnier a déclaré : « les bails-out publics sont maintenant une pratique du passé ».

Il est évident que cet accord est infâme. Pourquoi ?

1) Considérer que les gens qui déposent leur argent en banque sont responsables est une imbécillité. Il est obligatoire de disposer d’un compte bancaire, donc on ne choisit pas. Par ailleurs, il est impossible d’obtenir la vérité sur la santé des banques tant leur comptabilité est trafiquée avec la complicité de l’Etat et des organismes de contrôle. Ceci signifie que le client d’une banque n’a pas le choix. Et s’il n’a pas le choix, il ne peut être tenu responsable. L’une des règles de la vie, c’est que l’on est responsable de ce que l’on choisit de faire.

2) Cet accord infâme ne tient pas compte du passé et de toute la classe sociale de gens et des institutions qui se sont enrichis pendant la période de vaches grasses de la kleptocratie dominante. Le mécanisme ne prévoit nulle obligation de « rendre » l’argent que l’on a touché indûment, nulle obligation de souscription forcée au capital, nulle obligation pour les banques d’émettre du nouveau capital avant 2016. Or, depuis la crise, avec l’aide de la BCE, les banques ont réduit les risques de leurs très gros apporteurs de capitaux, soit par le biais de manipulations du capital, soit par le jeu sur les passifs obligataires de différentes catégories. On a en quelque sorte, au plus haut niveau, fermé les yeux sur des distributions, remboursements ou conversions iniques qui réduisaient le risque des très gros et augmentaient le risque des petits.

3) Un tel système n’est défendable moralement et économiquement que si la transparence bancaire est totalement assurée d’ici l’entrée en vigueur du mécanisme de résolution. Les déposants doivent avoir une connaissance claire des résultats de l’Asset Quality Review (AQR) auquel les autorités européennes sont en train de procéder. Ils doivent connaître les fragilités de leur banque. Ils doivent savoir exactement quels sont les actifs risqués qu’ils ont dans leur bilan. Ils doivent connaître tout aussi exactement les risques qui se trouvent au passif du fait des mismatch de durée entre les ressources et les emplois. Tout cela doit faire l’objet d’une communication claire, certifiée, que n’importe qui doit pouvoir comprendre.

Par cette mesure de résolution des crises, se révèle au grand jour ce que nous ne cessons de proclamer depuis 2008, à savoir que le traitement de la crise consiste à protéger au maximum ceux qui se sont enrichis pendant la période de kleptocratie dominante et à faire payer ceux qui, non seulement n’en ont pas profité, mais ont été spoliés.

Cyniquement, l’ancien patron de la Fed, Alan Greenspan, a déclaré en 2010, devant le Congrès, que l’une des causes majeures de la crise financière était le fait que le risque « n’avait pas été assez disséminé ». En clair, il voulait dire que la crise, c’était parce que les banques avaient gardé le risque pour elles, au lieu de le refiler au public et à ses caisses de prévoyance. Ici, le cynisme est à son comble puisque la dissémination qui n’a pas eu lieu avant 2008, on prévoit de la faire autoritairement après 2016. L’opération de bail-in consiste à faire porter le risque ultime, là où Greenspan voulait le faire porter : sur ceux qui sont le moins à même de le supporter : les petits.

Greenspan MarketAutre remarque, on définit généralement une crise systémique comme une chute de 40% des marchés financiers. Pourquoi ? Tout simplement parce que, en cas de chute de 40% des marchés financiers, aussi bien les prêteurs que les débiteurs deviennent insolvables. La baisse de la bourse ampute ce que l’on appelle les collatéraux, c’est-à-dire les valeurs que l’on donne en gage pour obtenir des crédits.

Depuis l’an 2000, il y a eu 2 fois des chutes supérieures à 50%. Cela veut dire que le phénomène n’est pas rare ; nous considérons que la probabilité de chute de 40% des bourses est très élevée. Pourquoi ? Tout simplement parce que la politique monétaire de la Fed et de la BCE a pour objectif de surévaluer les actions et les obligations. Leur politique vise à gonfler artificiellement les cours pour gonfler les actifs des banques. Si les cours sont, comme beaucoup le pensent, surévalués de 40 à 50%, cela veut dire qu’une chute de 40% est tout à fait dans l’ordre des choses. Pour certains, c’est à peine une probabilité, c’est une certitude. Donc, les gouvernements et les Banques Centrales se donnent la possibilité de faire payer la chute de la bourse aux petits déposants et aux classes moyennes alors même que, d’une part les cours sont artificiels, et d’autre part ces couches sociales n’ont pas bénéficié de la hausse. C’est du vol pur et simple. Les taux d’intérêt sont actuellement voisins de zéro. Cela signifie que tous les actifs financiers sont surévalués ; un jour ou l’autre, il faudra remonter les taux. Une hausse des taux jusqu’au niveau normal, compris entre 4 et 6%, balaierait les valeurs boursières, et ce faisant, provoquerait la fameuse crise systémique qui est évoquée dans le mécanisme. En clair, nous soutenons que les gouvernements et les Banques Centrales se donnent la possibilité de ratisser l’argent du public le jour où ils devront monter les taux d’intérêt. C’est une opération complexe, mais qui, en dernier ressort, s’analyse exactement comme nous le disons. Pour résumer, pour traiter la crise, on met les taux à zéro, on surévalue les actions et les obligations ; on met en place un mécanisme pour ratisser l’argent du public en cas de baisse de la bourse, puis on monte les taux et on ramasse.

Cela dit, nous sommes persuadés qu’un tel mécanisme est inapplicable en France car il est évident que toucher à l’argent des déposants pour un pouvoir quelconque serait prendre le risque de se retrouver la tête au bout d’une pique.

En attendant, vous avez évidemment compris ce qu’il fallait faire. Les dépôts au-dessus de 100.000€ ne sont pas assurés et risquent au minimum un prélèvement de 8% ; les dépôts inférieurs à 100.000€ ne sont pas totalement garantis. C’est ce qui ressort d’une lecture attentive du texte. Si vous avez de l’argent à la banque, on vous compte un taux d’intérêt négatif par le biais des frais qui sont prélevés sur votre solde moyen ; vous n’avez évidemment aucun intérêt positif. Conclusion : il est déraisonnable de laisser s’accumuler de l’argent sur son compte bancaire. Cash is king.

Nous avons développé récemment une idée très riche, à savoir qu’il y avait maintenant plusieurs monnaies et qu’un euro, à un endroit, n’était pas équivalent à un euro à un autre endroit. Un euro bancaire n’est qu’une créance sur la banque et ne vaut pas un euro. Ce qui vaut un euro, c’est la monnaie Banque Centrale, celle qui est en billet et chez vous. Nous allons de plus en plus vers une segmentation de l’univers des monnaies, à la fois en fonction des lieux où elle est détenue, en fonction des institutions, en fonction des régimes fiscaux, en fonction de la situation économique et financière du pays d’accueil, etc. On maintient la fiction d’une monnaie unique au prix d’un éclatement réel de ce qu’est la monnaie. Ce sont ce que nous appelons les germes de la destruction ».

Bruno Bertez, Le blog à Lupus, le 12 décembre 2013

Rappels :

La garantie des dépôts est une fable (Olivier Berruyer)

L’UE travaille sur une directive qui limitera les retraits des clients de banques en faillite à 100 ou 200 euros par jour

Comment les créanciers vont réussir à se protéger des faillites bancaires (Ph. Herlin)

Confiscation des dépôts bancaires, la France en (presque) première ligne (B. Bertez)

L’Allemagne veut sauver les banques en difficulté en opérant une ponction de 8% sur les dépôts et les actifs

Spoliation des comptes bancaires : Vous aurez été prévenus

Klaas Knot (BCE) confirme la fin de l’inviolabilité des comptes bancaires en Europe

Chypre, le danger se précise… pour les autres Européens (B. Bertez)

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 51 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

60 commentaires pour Banques, la spoliation des déposants est décidée, un accord historique ! (B. Bertez)

  1. Trend dit :

    En Belgique, on noie le poisson !

    On ne parle pas de déposant mais d’actionnaires et de CREDITEURS. En résumé 99% des belges ne savent pas que les créditeurs = déposants. Comme quoi RTBF = PRESTITUTION OU JOURNALISME PASSE-PLAT ( au choix)

  2. Ping : Banques, la spoliation des déposants est décidée, un accord historique ! (B. Bertez) - gastraudiome

    • shantiouais dit :

      quel est ce blog anti islam et prosioniste? une honte pour la france tant de sectarisme et communautarisme… avec ce genre de desinformations, faites gaffe, car il n’y pas besoin de tapage mediatique anti dieudo pour etre presque antisemite…

  3. L’accord est d’autant plus scandaleux que les actifs de la banque d’investissement ne sont en aucun cas financés par le passif de la banque de détail dans un groupe bancaire mariant ces deux activités. Les dépôts sont une ressource gratuite pour les banques résultant de l’obligation des personnes actives d’ouvrir un compte bancaire pour toucher leur rémunération, dans un but de contrôle des flux évidents. Il servent à la banque de détail à originer des prêts divers et variés en respectant un effet de levier réglementé au bilan, avec des taux couverts par des instruments de hedging de la banque d’investissement. La banque d’investissement quant à elle finance ses actifs par les ressources du « wholesale funding », c’est-à-dire les prêts interbancaires, le commercial paper et les opérations de refinancement banque centrale telles que les opérations d’open market ou de repurchase agreement sans oublier les opérations de financement hors bilan type dérivés OTC (swaps, dette collatéralisée, CDS, ,etc). On est donc en face d’une anomalie juridique et technique, c’est le moins que l’on puisse dire puisque une charge financière de reconstitution du capital bancaire qui est supportée par des gens qui sont forcés de mettre leur argent à la banque, sans même percevoir une compensation financière qui pourrait au moins couvrir l’inflation. Cela s’appelle tirer sur l’ambulance et instituer le deux poids deux mesures entre ceux qui doivent passer par les banques institutionnelles et ceux qui ont accès à l’offshore et au shadow banking dont on connaît les tours de magie en matière de transformation de monnaie banque centrale puis en monnaie bancaire qui finit en monnaie privée, quelque part à Singapour ou HK. La Chine, qui est en proie au dégonflement de sa bulle immobilière, donne une nouvelle fois la mesure de l’entourloupe visant à gruger ceux qui ne connaissent rien à la finance de marché et sont prisonniers des institutionnels qui se feront un plaisir des les tondre tout en prenant bien soin de mettre leurs picaillons à l’abri via les fond d’investissement munis des « gateway » adéquats pour faire voyager les capitaux entres places financières par la magie de la transformation bancaire. Par exemple, je transforme des bons du trésor en cash qui finance un swap permettant d’obtenir des devises étrangères pour financer un prêt qui va alimenter un compte de prêt qui servira à émettre des obligations collatéralisées qui permettront de transformer un actif en passif ou inversement de façon à laisser passer l’orage.

  4. Ping : Selon Bruno Berthez, « Banques, la spoliation des déposants est décidée, un accord historique ! «  | Forum Démocratique

  5. leducmichael dit :

    Ne craignent-il pas un bank run ou parient-ils sur sur le comportement de mougeon des peuples?

  6. Ping : Les sentiments … | Luc VAN MULDERS

  7. zorba44 dit :

    C’est quoi ces e…… ?

    Jean LENOIR

  8. Noëlle dit :

    Article de Challenges sur le sujet: en cas de crise les banques pourront prélever sur les dépôts des épargnants

    http://www.challenges.fr/economie/20131213.CHA8402/en-cas-de-crise-les-banques-pourront-prelever-les-depots-des-epargnants.html

  9. THEOPT NEWZE dit :

    Agrandissement de la liste, déjà fournie, des têtes au bout d’une pique

    Rang n°1 Michel Barnier
    Rang n°2 Philippe Herzog

    Voilà l’aboutissement de l’imagination des politiques pour l’assurance du versement de leurs émoluments et autres prébendes.

    Tous au bank run car la limite de 2015 pour l’application de la directive, belle grosse ficelle pour les crétins !

    Faillite des états ou des épargnants : curieuse sémantique …du pareil au même

  10. Ping : UERSS : banques, la spoliation des déposants est décidée, un accord historique ! | Réduit national

  11. Mickey L. dit :

    Le Bitcoin (ou autre « CryptoCurrency ») se révèlera-t-il comme un refuge ?

  12. brunoarf dit :

    Lisez cet article hilarant :

    Avant de se retrouver à 28, les ministres de la seule zone euro s’étaient réunis mardi soir pour se mettre d’accord concernant le « filet de sécurité » public, ou « backstop » à mettre en place pour que le système puisse fonctionner en attendant que le fonds atteigne sa pleine capacité, qui devrait être de 55 milliards d’euros en 2026.

    http://www.romandie.com/news/n/Accord_majeur_des_Europeens_sur_l_union_bancaire91191220130244.asp

    J’éclate de rire !

    Si tout va bien, le fonds européen atteindra 55 milliards d’euros en 2026 !

    Le total du bilan de BPCE est de 1145,7 milliards d’euros.

    Le total du bilan de la Société Générale est de 1254,1 milliards d’euros.

    Le total du bilan du Crédit Agricole est de 1770,9 milliards d’euros.

    Le total du bilan de BNP est de 1855,6 milliards d’euros.

    Et je ne vous parle pas des banques espagnoles.

    Et je ne vous parle pas des banques italiennes.

    Etc.

    Ce nouveau fonds, c’est encore un fonds complètement pipeau, qui sera comme les fonds précédents : il sera incapable de résoudre les problèmes bancaires européens.

    Les fonds européens, c’est nul, c’est inefficace, mais ça permet aux européistes de continuer à nous jouer du pipeau.

  13. Trend dit :

    Mais aucune remarques sur Dexia qui a été natonalisée ( donc Dexia a été en faillite).
    Le coût total de cette nationalisation 54 à 60 MILLIARDS D »EURO. Donc un fond eurpoéen de 55 milliards pour toutes les banques européennes ? Quelle anerie. Il suffit de revoir les banques qui sont au bord du gouffre:Credit Agricole, Deutsche Bank, BNP Paribas malgré le renflouement via l’état belge (Fortis nationalisé le WE et renvendu lundi à BNP Paribas(avec des dizaines de millards de dépôt et le tout pour une bouchée de pain ( grace au ministre des finances belge de l »époque, la dernière fois que vet événement est arrivé s’était sous le 3ème Reich!!), Siciété Générale, voir la liste des banques dans l’article  » Confiscation des dépôts bancaires » B.Bertez

  14. Pascal dit :

    Sauver les copains et les coquins, A VOMIR….; c’est nous les mougeons qui paierons! !

  15. GENEVIEVE dit :

    JUSTE SCANDALEUX !!!!

  16. Ping : Banques, la spoliation des déposants est décidée, un "accord historique" | Contre l'usure bancaire

  17. Bonjour !

    Le problème c’est que quasiment tous les états occidentaux sont dans le même cas de surendettement. Certains font des efforts. Pas la France.

    Fuyez !

    Plus sérieusement, l’immobilier peut être un refuge, même si, dans la moyenne l’investissement immobilier n’est pas très rentable.

    Reste peut-être l’investissement en actions de qualité (valeurs de croissance) ou de rendement (certaines actions rapportent 5 à 10% par an avec les dividendes), voire le trading à court terme (swing trading) pour générer des revenus supplémentaires planqués ensuite dans l’immobilier.

  18. Ping : Banques, la spoliation des déposants est...

  19. Surya dit :

    « Considérer que les gens qui déposent leur argent en banque sont responsables est une imbécillité. Il est obligatoire de disposer d’un compte bancaire, donc on ne choisit pas.  »

    On choisit sa banque. Vous pouvez mettre votre épargne dans une banque qui n’a pas de département de trading pour compte propre. Bref c’est du n’importe quoi cet article. Et l’auteur écrit dans l’AGEFI ?

    « il est impossible d’obtenir la vérité sur la santé des banques tant leur comptabilité est trafiquée avec la complicité de l’Etat et des organismes de contrôle. »

    Café du commerce ou cela vient d’une discussion avec des experts comptables spécialistes du secteur ? J’ai ma petite idée là dessus 😉

    • Bonnal dit :

      Vous croyez vraiment que le pékin moyen comprend le bilan d’une banque?… son fonctionnement ? son exposition aux marchés de dérivés? La plupart ne savent même pas que nos banques sont en faillite, et pour les quelques qui ont des doutes il faudrait qu’ils connaissent les écrits de Chevallier, Berruyer ou les blogs comme celui-ci (de grande utilité publique, mais hélas pas encore grand public..)…Le choix de sa banque se fait, grosso merdo au hasard….

      • Surya dit :

        C’est justement pour ça que les dépôts sont garantis jusqu’à 100k€ (je ne vais pas revenir dans le détail sur les mécanismes d’indemnisation, l’architecture de redressement/liquidation d’une banque est complexe, si cela vous passionne je vous renvoie aux section dédiées du Code Monétaire et Financier)

        Quand on a plus de 100k€ en banque soit :

        – on est une personne physique relativement fortunée, et donc à ce niveau d’épargne c’est bien la responsabilité de l’épargnant d’évaluer sa contrepartie (la banque), de toute manière les patrimoines financiers importants sont plus en assurance-vie qu’en dépôts bancaires

        – on est une entreprise avec plus de 100k€ de trésorerie (ce qui correspond à des entreprises qui font entre 1 et 2 millions de chiffres d’affaires minimum), ces gens bossent avec des cabinets d’expertise comptable ayant eux les compétences.

        Il s’agit donc d’un faux problème. De plus le problème chypriote a montré que cette garantie (en Droit) est réelle en pratique.

      • Bonnal dit :

        Désolé de vous contredire mais vous avez tout faux. Vous jouez les expert(e)s mais vous ne savez même pas que la garantie des dépôts c’est du pur pipeau ! Il y a deux milliards d’euros à peu près dans le fonds de garantie….comparez au volume des dépôts en France… De plus vous ignorez apparemment que le cas chypriote n’a pu se régler ainsi que parce que 10 milliards ont été mis sur la table par le FMI et l’euro-zone… Vous imaginez les montants pour les banques françaises ?

        Voir Olivier : https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2013/03/22/la-garantie-des-depots-est-une-fable-olivier-berruyer/

      • Surya dit :

        Achetez vous un code monétaire et financier commenté aux éditions Lexis Nexis, vous y découvrirez l’architecture de résolution d’une banque illiquide et/ou insolvable, avec l’établissement relais (bridge bank), et via la BRRD (Bank Recovery and Resolution Directive) le privilège réel des dépôts (même non garantis) sur la réalisation de l’actif.

      • Bonnal dit :

        Sortez de vos livres, la vraie vie n’y est pas écrite ! Lorsque je vous parle de réalités chiffrées vous m’opposez un « code »… Et alors ? Même si c’était un « traité » ou une « loi », face à un tsunami financier ils seront balayés !

      • Surya dit :

        Vous savez que des faillites d’entreprise ça se gère dans les tribunaux de commerce qui appliquent… le code de commerce ? (je précise j’ai vécu redressement et liquidation judiciaire, la vraie vie quoi, avec le fonds de garantie des salaires qui vient vous payer)

        Si la vraie vie n’est selon vous « pas écrite dans les livres » on peut s’asseoir sur le code civil et le droit des contrats ? L’objectif des tribunaux c’est justement d’appliquer à la vraie vie ce qu’il y a dans les livres. Lisez le code monétaire et financier, vous serez surpris de voir à quel point certaines dispositions (en particulier sur la gestion d’une faillite bancaire) sont justement faites pour être appliquées de manière très très concrète….

    • THEOPT NEWZE dit :

      Posts de troll – celui-ci et les suivants
      Connerie à l’état pur

    • zorba44 dit :

      Il n’y a plus de choix de banque : la degringolade sera systemique.

      Jean LENOIR

      • Hugo dit :

        Il n’y a pas quand même une ou deux banques de petite taille, non spéculatives…. dans laquelle ouvrir un compte bancaire est moins risqué qu’à la BNP ou au Crédit Agricole? Une banque étanche aux tempêtes financieres pour ainsi dire.

        Quelqu’un pôurrait m’en citer une ?

        Merci

    • Hugo dit :

      Surya pouvez vous me dire quelle banque avez vous choisi ??

      Merci

      • Surya dit :

        Tous mes comptes français sont à la banque postale. Je sais que ce n’est pas sûr à 100% mais il n’y a de banque de marché donc le risque est toujours bien moindre que dans une de nos grosses banques (socgen, BNP…). Si vous voulez rester en banque vous pouvez ouvrir un compte nickel; c’est déposé au crédit mutuel mais dans un compte de cantonnement. Si vous n’êtes pas allergique aux banques en ligne boursorama présente de très bons ratios de solvabilité/liquidité en plus de n’être qu’une banque de détail.

        Si vous voulez vous affranchir complètement du risque bancaire, placez en OPCVM (choisissez les bien 😉 ) au moins vous n’avez plus la banque en contrepartie.

        Sinon => banque privée mais il faut plusieurs centaines de k€ en général pour qu’ils vous acceptent dans leur clientèle.

      • Surya dit :

        Dans les cas où votre épargne est importante (plusieurs centaines de milliers d’€) allez directement voir un conseil indépendant. Je ne peux aussi que vous conseiller de :

        – répartir vos avoirs en € dans une banque étrangère (en la choisissant bien)
        – avoir autre chose que de l’€ (j’ai du franc suisse personnellement)

  20. HATCHIKIAN dit :

    Bonjour,

    Moi j’ai une solution pour sauvegarder vos économies et qu’ils ne vous ponctionnent RIEN.

    Faites comme moi, acheter lorsque vous pouvez des pièces en argent massif 999/1000è.
    Le cours de l’argent va bientôt exploser par son stock mondial s’épuise, la chine, l’inde, la turquie, etc… en stocke énormément.
    Nous pouvons ainsi influer sur son cours et jouer nous même les traders pour se qui nous intéresse 😉
    Par exemple, si en Europe 10 millions de personnes achetait 1kg d’argent par an, soit environs 500€ (j’arrondis), se qui ferais déjà 10.000 tonnes 😉 et pour certains, 500€ d’économie c’est vraiment pas bcp 😉
    en plus, si c’est sous forme de pièces, vous pouvez les donner a vos proches, et en cas de faillite bancaire ou d’hyper-inflation, le cours du métal ne changerais pas, mais c’est sont prix qui changera, et ca permet de troquer le cas échéant 😉

    Dépêchez-vous, car les gouvernements le savent et la France à déjà ordonné à la poste de ne plus faire transiter de métaux précieux et d’argent par la poste, pour le moment il reste les DHL, EMS, UPS, etc….

    Bonne journée à tous 😉

  21. dig dit :

    Pour les piques,il m’en reste quelques une n’ayant pas encore servies !!
    De bon coeur je vous les cèdes.
    Ps: s’il vous en faut plus avertissez moi ,je rerouvre l’usine…!

  22. Ping : Banques, la spoliation des déposants est...

  23. dzu251 dit :

    A reblogué ceci sur dzu251.

  24. Ping : Banques, la spoliation des déposants est décidée, un accord historique ! (B. Bertez) | Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie | hedorothe

  25. Chapuis philippe dit :

    Que faut il faire si on a plus de 70000 euros en assurance vie dans une meme banque ?

    • matbee dit :

      Vous clôturez votre AV et vous en transformez le produit en métaux précieux TANGIBLES : pièces, lingotins d’or et d’argent…. ou en toutes sortes de biens pourvu qu’ils soient réels: terrain, bois, oeuvres d’art, cave à vins…etc…

    • Stéphane HATCHIKIAN dit :

      Achète de l’or en pièces car étant de collection se n’est pas saisissable contrairement aux lingots, ou du platine, sa ne perd pas de valeurs, tu paye en virement bancaire en plusieurs fois et tu le cache sous ton plancher, dans tes murs, dans le plafond, dans le jardin, etc… ou tu veux, et en plus tu pourra en donner a tes enfants sans que l’état t’en pique au passage.
      Si un effondrement bancaire devait arrivée, tu aurait de quoi troqué pour vivre, alors qu’avec ton assurance vie pourrie, tu mange ta feuille qui t’indique combien tu a perdu 😉
      pour ceux qui n’ont que de petits moyens, se dirigé vers les pièces en argent dont le cours finira par explosé du au fait que les mines seront quasi épuisés vers 2050 et que les pays comme l’inde, la turquie, la chine etc.. en font des stock monstrueux depuis 2 ans 😉
      Les 800.000.000€ perdu par l’AGIRC que les cadres vont pouvoir s’asseoir dessus, c’est juste à cause de la bourse au moment des subprimes, voila concrètement se qui vous attend.

      • Surya dit :

        mdr les réponses. Bon déjà l’assurance vie et la banque n’ont aucun rapport (c’est pour ça que ça s’appelle « assurance »).

        Contrôlez simplement la solvabilité de votre assureur et vérifiez si celui-ci dispose de réserves (provisions pour participation aux bénéfices différée passive). Tous les assureurs de la place ont une gestion prudente avec des taux de couverture très élevés en général. Suravenir (crédit mutuel) est un bon choix mais ce n’est pas le seul. Tous les très gros patrimoines sont en AV car c’est de loin le véhicule fiscal le plus intéressant, les contrats internet style Linxea / fortuneo sont imbattables (0% de frais d’entrée et de très nombreux fonds à disposition).

        Si ce sont de vieux contrats non performants bourrés de frais fermez les et placez tout sur des nouveaux contrats. Ce sont là des conseils généraux, si vous avez plus de 100 k€ sur votre AV, allez voir un conseiller en gestion de patrimoine.

      • matbee dit :

        – « Bon déjà l’assurance vie et la banque n’ont aucun rapport (c’est pour ça que ça s’appelle « assurance »).

        Trop drôle. C’est vrai ça, les sociétés d’assurance ont placé le capital AV sur des supports absolument sûrs et sans risque. Par exemple des dettes souveraines grecques grecques, espagnoles, françaises… Qui assumera les pertes ?

        – « Tous les très gros patrimoines sont en AV car c’est de loin le véhicule fiscal le plus intéressant »

        Règle n°1 : ne jamais placer ou investir son argent en fonction d’un avantage fiscal, c’est le B.A.-BA d’une saine gestion de l’épargne…

        En plus c’est faux : la « smart money » n’est pas en AV, les « gros » connaissent trop bien les risques.

      • Surya dit :

        Et si vous appreniez la comptabilité des placement des sociétés d’assurance au lieu de raconter n’importe quoi ? Pourquoi ai-je parlé des provisions pour participation aux bénéfices différés à votre avis ?

      • flipper dit :

        Un contrat d’assurance vie fonds euros, perso j’en sortirais…un krach financier (p.ex. obligataire) serait fatal aux compagnies, elles n’ont pas un niveau de provisions suffisant d’où risque de blocage des rachats et de la disponibilité de l’épargne des assurés. Parce que l’Etat, le pauvre Etat….

    • Zoé dit :

      Je viens de racheter mon assurance vie car je n’ai plus confiance dans notre gouvernance et j’avoue qu’avec tout ce que j’ai lu et entendu, j’ai préféré mettre fin à ce contrat. J’ai eu très peur de ne rien récupérer mais non, j’ai récupéré la totalité. Maintenant où placer l’argent ? Je serais tentée d’acheter une maison de ville pour mes vieux jours ou pour la louer en gîte. Je suis d’accord pour acheter des pièces d’or et non des lingots car je ne veux plus passer par les banques. Mr Chapuis : faites comme moi. Normalement l’argent que vous avez en banque est protégé jusqu’à 100.000 euro mais bon …… c’est ce que l’on dit.

  26. Alcide dit :

    … allez voir un conseiller en gestion de patrimoine…

    C’est ironique ou vous voulez ruiner Philippe ?

    Un cheval donnera de meilleurs conseils qu’un « conseiller » qui ne comprend rien au système et à ses dérives… tout comme vous qui ignoriez la création monétaire bancaire à chaque crédit…

    • Surya dit :

      On sent bien votre haut niveau d’ « expertise » sur la gestion d’une transmission de capital 😉

      • Alcide dit :

        Vous ne comprenez donc pas que votre suggestion de s’adresser à un conseiller de clientèle est parfaitement grotesque ?
        Mais bon , c’est peut-être la cravate qui vous impressionne.

      • zorba44 dit :

        La banque-assurance est un terme qui n’a pas été inventé par le signataire. Il illustre un état de fait à savoir que les produits financiers, juste habillés « assurance-vie » pour la forme et certains avantages en perdition… suivront exactement le même sort que les comptes bancaires.
        Essayez donc de racheter votre contrat d’assurance-vie maintenant …et bonjour le sport. On fera tout pour retarder le règlement au prétexte que ci et ça…
        Il y a deux ans mon fils a voulu sortir d’un petit compte AFER souscrit à sa naissance près de 20 ans auparavant. J’en ai suivi les péripéties du fin fond de ma Nouvelle-Zélande… A vomir d’avoir fait ce métier de conseiller financier.

        Attention donc à votre avenir car mon « expertise » (comme écrit plus haut) est que le jour où le système bancaire s’écroulera il va y avoir des ardoises à 100%;

        Alors, vous les clients de l’assurance-vie, c’est vous qui voyez !

        Jean LENOIR

  27. Ping : Banques, la spoliation des déposants est décidée, un accord historique ! | APLOMB

  28. Ping : Économie : L’ARGENT LIQUIDE SERA-T-IL BIENTÔT INTERDIT ? ATTENTION A VOS SOUS ! | FINALSCAPE

  29. Ping : TAQUET (syncrase) | Pearltrees

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s