Si je vous avais dit il y a un an…

(cliquer sur l’image pour voir la vidéo – source REINFORMATION)

Gunnar Kaiser, écrivain et professeur de littérature allemand, enchaîne les éléments d’une réalité à laquelle personne n’aurait cru si elle n’était devenue la nôtre.

« Une question…

Si je vous avais dit, il y a un an, qu’on allait déclarer une pandémie, et ce, sur la seule et unique base d’un test PCR, dont la validité reposera sur une seule étude, validée en 27 heures, rédigée par des chercheurs aux conflits d’intérêts manifestes, qui ne pourra ni faire la différence entre les infections actives et passées, ni détecter la moindre maladie, et qui aura un taux d’erreur très élevé au-delà des 35 cycles, sachant que cette histoire de cycles ne sera contrôlée nulle part, pas plus que le nombre de séquences génétiques testées, et qui, reposant sur l’hypothèse d’une infection asymptomatique, hypothèse qui ne reposera, elle, sur aucune preuve, et qui n’aura pas pu être confirmée au cours de cette année, mais qui aura fait passer, à elle seule, la simple idée devenue possibilité, d’un effondrement complet du système des soins de santé, un fait qui ne se produira d’ailleurs nulle part, au contraire, les unités de soins intensifs tourneront à leur capacité normale, mais qui, à lui seul, justifiera des confinements quasi en boucle,

ce qui, selon l’épidémiologiste le plus renommé au monde, non seulement ne servira à rien, mais entraînera de sérieux dégâts, et ce, par crainte d’une maladie relativement inoffensive pour 99 pour cent des gens, et pas mortelle pour 99,77 % des personnes dont le test aura été positif, et pour ceux qui en meurent, la date de décès correspondra exactement à la moyenne de leur espérance de vie, sachant qu’aucune distinction n’aura été faite entre ceux qui sont morts « du » et ceux qui sont morts « avec » le Corona, et qui, eux, ne seront pas autopsiés pendant longtemps à cause de la résistance considérable de la part des organismes officiels, et qu’il n’y aura pas de surmortalité significative, même dans les pays qui n’auront pas ou peu pris de mesures, et que tout comme dans les pays qui n’auront que peu ou pas pris de mesures, il n’y aurait pratiquement plus de cas de grippe, ce qui justifiera alors des restrictions sans précédent de nos libertés fondamentales, de notre autonomie et de nos vies privées, et une récession économique mondiale qui provoquera la division de la société, qui engendrera des services psychiatriques pour enfants et adolescents complètement débordés, et dans la foulée, impliquera vraisemblablement un traitement régulier par thérapie génique qui, elle, impliquera une vaccination de masse avec un carnet de vaccination numérique, lequel confirmera votre vaccination avec un vaccin expérimental qui ne garantira même pas une immunité stérile, qui ne sera même pas au point, mais qui en revanche causera des effets secondaires inquiétants, et avec lequel on pourra alors vous accorder de nouveaux privilèges, autrefois appelés droits fondamentaux, et ce, pour l’éternité…ou pas.

Si je vous avais dit ça il y a un an… que vous m’auriez répondu ?« 

Rappels :

A lire, relire et diffuser : Vaccination Covid-1984, le crime parfait (Mise à jour)

Mais elle est où, cette putain de pandémie ?

Ouvrez les yeux…

« Nous sommes dans une longue séance de torture, dont l’objectif est de nous soumettre au mondialisme » (Lucien Cerise)

Attali en 2009 : une petite pandémie permettra d’instaurer un gouvernement mondial !

Bienvenue dans le Corona World Order

Prêts ?

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 55 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

35 commentaires pour Si je vous avais dit il y a un an…

  1. mark knopfler dit :

    Le « vrai » basculement anthropologique que cache l’ingénierie sociale Covid-19 (psy-op pour ne pas dire hypnose de masse) c’est l’installation définitive (?) de la suprématie du narratif sur l’expérimental ou l’observable quant à décrire une réalité.

    Tout le support, comprendre les véhicules utilisés pour passer des idées aux actes, sont issus de la psychologie dite « sociale » qui a connu une expansion quasi exponentielle avec l’apport des neurosciences.

    Après une phase de conditionnement de masse par des outils de propagandes assez bien connus, ces médiateurs se chargent de l’optimisation du passage des idées implantées dans les cerveaux (viol cognitif) aux actes, comprendre les comportements recherchés (ex port du masque, soumission aux tests et aux vaccins, consentement à l’isolement social en présentiel, à la perte économique etc…).

    En clair, ceux qui maitrisent ces outils et étant à la pointe des recherches appliquées dans le fonctionnement du cerveau et de la génétique, financés par la secte mondialo-progressiste, nous manipulent dans un objectif idéologique ou messianique, si l’on veut creuser du coté de certains syncrétismes gnostiques très portés sur l’interprétation biblique dite des quatre sens, dont celui du « sens caché »

    Il est possible que cette psy-op ait des visées néo-malthusiennes par le truchement que certains évolutionnistes aient conceptualisé le déclin civilisationnel occidental par un taux de reproduction insuffisant (dans le contexte démographique présent) quant à lui assurer la pérennité de sa supériorité adaptative passée.
    D’ou l’essor de la mémétique, dans une réflexion que si tout est déjà perdu sur le plan de la transmission génétique, alors autant assurer et privilégier la reproduction des idées et leur suprématie, afin que survive la future civilisation bientôt disparue.

    Une chose de certaine, la prise de pouvoir organisée du distanciel traduit une promotion volontaire de l’avatar numérique sur l’identité tellurique, avec son corrolaire, l’externalisation des cerveaux sur les clouds qui ne sont que des stockages d’infos et d’idées, donc des concentrateurs de connaissances, partagées, accédées et consultées par tout le monde, taux d’équipement numérique croissant oblige.

    Au delà d’une traduction politico-économique (Great Reset dans la dialectique du NOM et de la gouvernance mondiale) de ce qu’il se passe actuellement, se cachent probablement des enjeux et une volonté qui n’appartient qu’à des « initiés » dont la doctrine serait que tout ce qu’il se passe dans la nature n’est pas forcément parfait (concept du bien et du mal, de justice sociale également) et donc, l’Homme se doit d’intervenir pour y remettre de l’ordre (ex antispécisme-antiracisme-féminisme) qui ne sont que des ingénieries sociales quant à accorder des droits à des catégories, catégories qui ne sont que des constructions sociales, il ne faut pas l’oublier…

    Mais là je digresse, restons-en au récit officiel du Covid-19 qui n’est qu’un outil de contrôle de masse quant à forcer le basculement dans le « nouveau monde », comprendre le projet Macronien.

    Car n’oublions pas qui fut LE mentor de Macron, au delà de bosser pour Rotschild, c’est Paul Ricoeur, grand spécialiste de l’hérméneutique, du symbolique et de la sémiologie.
    On tangente ici le système (ISR) Lacanien qui est lui même proche des principes Kabbalistes d’Elie Benamozegh, avec ce sens caché, ce culte du ou d’un secret, cette intuition herméneutique conceptualisé par Heidegger.

  2. RIEN dit :

    Je vous aurai répondu en ayant en autre connaissance de ceci : https://www.nature.com/articles/nm.3985
    que c’était prévisible et intentionnel ! Mais en ces temps d’acédie où la vérité n’illumine plus les visages, je poursuivrai comme bien d’autres mon ptit bout de chemin complotiste !

    • Danse dit :

      Oui, c’était prévisible depuis longtemps, même sans avoir lu l’article, simplement en observant la montée en puissance de la psychopathie couplée au matérialisme triomphant, la destruction de la beauté, donc de l’amour, de la médecine, et même simplement en ayant lu la mythologie grecque.
      Mais c’était surtout prévisible depuis que nous avons accès à internet, et surtout pour les plus âgés d’entre nous. Un jeune né dans la Matrice longtemps après l’avènement de la « télé » et des « réformes » scolaires ne peut pas avoir eu le temps matériel nécessaire pour voir tout cela venir et personne ne pourrait d’ailleurs le lui reprocher.

  3. e dit :

    et le comble c’est qu’ils enferment des gens en bonne santé dans les hôpitaux pour leurs tests PCR bidons
    https://www.marianne.net/societe/hopitaux-en-ile-de-france-et-marseille-la-majorite-des-admis-pour-covid-sont-des-voyageurs

  4. Dydy dit :

    De quelle étude parle t-il au début de son argumentation ? Quelqu’un aurait la source ? Sans ça, sont argumentaire ne passe pas chez certaines personnes avec qui je discute. A part ca, je suis complétement en accord avec lui pour suivre l’actualité covid depuis plus d’un an.

  5. zorba44 dit :

    Une pirouette …si vous l’aviez dit il y a un an vous seriez un des meilleurs devins du monde,

    Personnellement, infusé depuis longtemps dans ce blog, je serais parti à la recherche de recoupements (notamment quant aux test PCR) en me demandant si vous étiez à niveau ou en dessous de la réalité…

    Car vous n’êtes surement pas au-dessus de la réalité, le monde des atrocités contre les humains étant devenu sans limites : l’éthique de l’élimination de son prochain n’en connaît pas !

    Jean LENOIR

  6. Dayanand dit :

    Visiblement Micron/Véreux utilisent ce site privé
    https://covidtracker.fr/
    qui fait des infographies à partir des données nationales (Santé publique France, INSEE, ..) et internationnales (CSSE de l’Université John Hopkins (USA)). Malheureuseument la plupart des graphiques commencent en juin 2020 et pas en mars 2020…
    Pour suivre les vaccinés, c’est ici
    https://covidtracker.fr/vaccintracker/

  7. Bernie dit :

    J’aurais répondu comme la plupart des lecteurs du blog j’imagine : oui bien sûr, c’est en gros ce que veulent ces tarés de mondialistes dépopulationnistes !

    • Xyloglossy dit :

      Entièrement d’accord… sauf sur le timing. Je savais que cela arriverait un jour, je l’attendais même, depuis des décennies, mais je suis tout de même surpris par la vitesse avec laquelle tout cela se déroule. Je pensais que cela arriverait plus « lentement »…
      On fonçait sur le mur, mais il était quand même lointain, enfin, il semblait lointain…

  8. Danse dit :

    L’idée que je trouve la plus percutante dans son discours est à peu près : « nos privilèges, appelés autrefois nos droits fondamentaux »…
    Je propose de relire le mythe de Sisyphe en version mainstream et de faire le parallèle entre les qualificatifs employés par la dictature actuelle pour criminaliser les Gilets Jaunes et ceux employés par le récit de la propagande qui se veut « dominante » pour qualifier Sisyphe :

    https://www.jepense.org/mythe-de-sisyphe-explication/
    « L’histoire de Sisyphe varie selon les auteurs, mais le personnage est toujours présenté comme habile et fourbe. Il commerce, vole et tue les voyageurs. Surtout, il intervient dans une querelle entre les dieux Asopos et Zeus, prenant parti pour le premier. Furieux, Zeus envoie Thanatos, le dieu de la mort, punir Sisyphe. Mais SISYPHE RÉUSSIT À ENCHAÎNER THANATOS avec des menottes, lui faisant croire qu’elles ne fonctionnent pas.
    Thanatos étant fait prisonnier, PLUS PERSONNE NE MEURT et le royaume des défunts se dépeuple. Constatant cela, Zeus envoie Arès, le dieu de la guerre, libérer Thanatos et punir Sisyphe. Sisyphe se rend et est condamné à mort. Une fois arrivé dans le royaume des morts, le sournois Sisyphe arrive à convaincre les dieux chtoniens qu’il doit repartir auprès de sa femme, car celle-ci ne lui a pas préparé de funérailles conformes : il ne peut donc être véritablement mort. C’est bien sûr un piège : SISYPHE QUITTE LES ENFERS ET NE REVIENT JAMAIS.
    Thanatos (ou Hermès selon les traditions) rattrape Sisyphe, mais ce dernier continue de nier sa mort. Une fois Sisyphe mort de vieillesse, Zeus le condamne à faire rouler éternellement une pierre qui finit toujours par redescendre de la colline. » ————————————–

    Il y aurait beaucoup à dire mais je vais me concentrer sur un seul fait : Sisyphe est un Humain qui n’en a rien à cirer des puissants qui veulent se faire passer pour supérieurs aux Humains et exercer un pouvoir de vie et de mort sur l’Humanité.
    Sisyphe est plus intelligent que ces arrogants psychopathes qui croient toujours gagner parce qu’ils sous-estiment toujours leurs proies. Il n’en a rien à cirer de leur enfumage de supériorité et de fausse morale de soumission, il n’a aucune déférence envers ces imposteurs et il agit selon SA VOLONTÉ avec toute la puissance de son intelligence.
    C’est donc logiquement qu’il menotte cet emmerdeur de Thanatos pour le calmer et calmer son patron colérique Zeus, parce que ces crétins n’ont pas à le faire mourir juste pour leur bon plaisir. Il se libère donc lui-même de l’obscurité…

    Cette partie là du mythe ne nous est jamais racontée dans la Matrice : on nous raconte que Sisyphe est un méchant Gilet Jaune « séditieux » qui a eu l’outrecuidance de s’opposer au Nouvel Ordre Mondial éborgneur et a reçu une punition éternelle pour ne s’être pas soumis.

    Ceux qui ont lu mes commentaires ici savent que depuis des années je parle de reprendre nos pouvoirs Humains, en particulier le POUVOIR DE NOTRE VOLONTÉ pure, de notre « volonté laser », qui nous fusionne instantanément à l’ÉNERGIE DE VIE ILLIMITÉE qui nous rend invincibles, à une seule condition : celle de ne laisser AUCUN DOUTE envahir notre Esprit.
    Aucune propagande, aucun rabaissement, aucune menace gesticulante et grimaçante…

    Je vous ai raconté comment, par le seul pouvoir de ma Volonté laser, j’ai laissé KO face contre terre deux candidats au viol de format armoire à glace quand j’étais une petite fille, comment je suis sortie de la mort par empoisonnement à la morphine quand j’étais enchaînée à des fils et des tuyaux à l’hôpital, comment je suis « retournée » dans mon passé brisé en mille morceaux pour le réparer et changer instantanément mon Présent…
    Aujourd’hui je vous propose de lire un texte publié par RIEN ici :
    http://www.profession-gendarme.com/vie-dange-parce-que-la-violence-nest-que-le-langage-de-limpuissance/

    Il décrit avec ses mots à lui ce que j’ai tenté de vous dire depuis des années, et je n’ai pas eu le temps de commenter son texte. J’aimerais qu’il soit diffusé, en particulier là où il commence à parler d’Orphée qui a réussi à aller chercher son Eurydice chez Hadès par la puissance de sa Volonté et la lumière de son Amour, forteresses indestructibles d’une saisissante beauté et d’une énergie illimitée, mais qui l’a perdue au tout dernier moment, juste une seconde avant la victoire, car il a commis l’erreur majeure, irrémédiable : il a laissé le DOUTE envahir son esprit.

    RIEN nous donne ensuite le mode d’emploi pour RÉPARER EN NOUS le comportement d’Orphée : il compare l’histoire d’Orphée avec une autre histoire : « Je veux vous parler de Savitri parce qu’elle a fait ce qu’Orphée n’a pas su faire : arracher l’être aimé au pays de la mort. »…..
    http://www.profession-gendarme.com/vie-dange-parce-que-la-violence-nest-que-le-langage-de-limpuissance/

    Vous savez tous qu’on nous emmène au pays de la mort.
    Vous savez que nous possédons le pouvoir de notre « volonté laser » pour aller là où nous voulons aller et nulle part ailleurs.

    • mark knopfler dit :

      J’aime les mythes, mais Sisyphe, aussi mal pensant, séditieux et rebelle qu’il fut, a quand même fini en esclave de la malédiction de Zeus.
      En revanche, sa résistance, sa volonté, son refus de subir le pouvoir thanatologique de ses maitres, rappelle furieusement le vitalisme Nietzschéen.
      Un vitalisme hérité de la vie du J.C et non du message universaliste post crucifixion véhiculé par Saul de Tarse.
      Il y aurait beaucoup à dire sur cette scission Nietzschéenne entre la vie christique et le post Golgotha, disons que nos maitres ont certainement exploité deux thématiques, pour notre plus grande perte :
      – La peur de la mort
      – le concept de culpabilité, le bien et le mal et la morale.

      Nietzsche, qui voyait en J.C son Dionysiaque, considérait que la morale chrétienne était celle des faibles.
      Comprendre que le message de Paul était castrateur, Paul, qui fut un persécuteur des apôtres avant, prétendument, de rencontrer la foi christique sur son chemin de Damas.
      Paul était-il un agent du mosaïsme infiltré ou un vrai converti ?
      Nietzsche a tranché, mais l’humanité est toujours dans le « en même temps ».
      Quant à la mort, Lacan affirmait que sa certitude était un acte de foi, une croyance salvatrice car sans, l’Homme deviendrait fou.
      Nous sommes dans l’inversion totale, caractéristique de la kabbale.

    • RIEN dit :

      La VIE…tant de choses dans un si petit mot ! Parce que les psychopathes normopathes au pouvoir font semblant d’oublier que des murs de Berlin finissent toujours par être écroulé ! Ils n’ont qu’une peur et une seule : celle que nous nous mettions ensemble à AIMER la vie et la liberté sans eux aux commandes !

      Voleur de pain

      Il était un jour un voleur qui souffrait d’un grave défaut, du moins pour les gens de sa sorte. Il était sans cesse attiré plus loin que le prochain magot. Il cherchait autre chose. Quoi ? Il ne savait dire. Un miracle, un pur trésor, une vraie lumière apaisante. Il en souffrait. Il ignorait d’où venait sa mélancolie, et donc il vivait avec elle comme avec ces amours pesantes qui parfois embarrassent l’âme.

      Un soir, en quête d’une proie, il pénétra dans une maison sans défense. Au milieu de la table, rien, sauf un pain à la croûte ronde. Et comme il lui venait devant, ce pain soudain lui dit :

      – Mon frère, que cherches-tu exactement ?

      – Qui a parlé ? dit le voleur.

      – C’est moi, lui répondit le pain. Ne voulais-tu pas un miracle ?

      – J’espérais, mais tu me surprends.

      – Je vois clair dans ton âme triste. Tu voudrais découvrir enfin quelque chose que rien n’abîme, savoir ce que c’est la musique, aimer comme je sais aimer.

      – Aimes-tu ceux qui te dévorent ? lui dit l’autre, moqueur, amer.

      – Qui n’aime pas ne peut nourrir. Veux-tu mon pouvoir ?

      – Certes oui, ce qui m’enrichit m’intéresse.

      – Sache que tu devras passer par le chemin qui fut le mien.

      – Raconte-moi dit le voleur.

      Que l’oreille du coeur écoute. Je fus d’abord, un jour d’automne, enfoui dans la terre des morts. J’ai pourri. J’ai dormi longtemps. Quelque chose en moi a germé. Je me suis senti renaissant. Alors m’est venu un désir, un élan, un rêve de ciel. Mais la nuit où je m’efforçais était si lourde, si glacée !
      Tout me disait : « Quelle folie ! Comment un être aussi chétif pourrait-il trouer ces ténèbres ? A-t-on la preuve qu’il fait jour, quelque part, dans cet univers ? »
      Cent fois j’ai voulu renoncer. Cent fois la rage m’a repris. Comment ai-je fait ?
      Je l’ignore. Un matin un brin d’herbe est né. C’était moi, vivant, ébloui. L’air bleu, le soleil, les oiseaux, la liberté, quelle merveille ! Je me suis encore élevé, je me suis offert aux averses. J’ai connu cette fierté d’être qui fait croire à l’éternité. Vinrent les premiers jours d’été, l’armée ferrée des moissonneurs, l’inutilité des prières. Je fus lié, battu, broyé, réduit en poudre sous la meule, noyé, pétri, jeté au four, enfin tiré par mon bourreau hors des braises de cet enfer. C’est ainsi et pas autrement que je me suis fait nourrissant. J’ai ce pouvoir incomparable de donner ma force aux vivants. Le veux-tu, dis, voleur de riens ?
      – Non, garde-Ie, répondit l’homme. Je préfère cent fois rester avec mes questions sans réponses. Aimer est trop dur. Salut.

      BAUBO

      Aux premiers âges de ce monde, les dieux qui régnaient sur nos vies n’étaient pas encore ces juges invisibles, ces mirages plus ou moins flous, ces idées dans le bleu du ciel qu’ils sont devenus aujourd’hui. Ils vivaient à hauteur des gens, charnus, turbulents, bienfaisants, rogneux, joueurs, sages ou fous selon l’humeur du moment. Parmi eux était Déméter. Elle était mère de la terre. Elle veillait sur nos champs, nos vignes, nos jardins. Elle donnait aux semences la force de germer, aux fruits le pouvoir de mûrir, aux fleurs le désir de lumière.

      Déméter avait une enfant, Perséphone, fille de Zeus. Or, un matin de fin d’été, comme elles se promenaient ensemble, et cueillaient des bouquets sauvages, et s’enivraient de brise bleue, voilà soudain que la terre craque, s’ouvre ; une main noire prodigieuse, surgit du gouffre fumant, saisit Perséphone au mollet. Elle cherche à s’accrocher au ciel, elle hurle, elle bascule dans les ténèbres, son cri se perd. La terre aussitôt se referme. Voici à nouveau le soleil, l’herbe fleurie, l’oiseau dans l’arbre. Rien n’a troublé, apparement, le vent tiède, la paix du jour, mais Perséphone a disparu. Qui a commis ce rapt imparable, brutal ? Hadès, le prince des enfers. Perséphone a troué son coeur, il est épris de sa fraîcheur, de sa lumière printanière.

      Déméter s’affole, s’enrage, appelle partout son enfant, court les chemins à sa recherche. Espère-t-elle ? Même pas. Sa détresse seule la pousse. Neuf jours, neuf nuits, buvant ses larmes, une torche dans chaque poing, elle effraie les bêtes des bois, traverse les champs, les villages. Le dixième jour, à midi, elle parvient aux portes de Delphes. Là, au bord du chemin, elle se laisse tomber sur une pierre plate et rend les armes à son chagrin. Elle n’est plus que sanglots et larmes. Alors les grains de blé qu’elle n’aide plus à vivre pourrissent et se défont sous les labours durcis, les fruits qu’elle n’aide plus à mûrir racornissent, les fleurs partout fanent et les jardins s’effeuillent et les gens crient famine, ils maigrissent, pâlissent, se traînent à genoux sur la terre pelée. Et Zeus enfin, dans son Olympe, inquiet de voir sa création s’en aller ainsi en poussière, s’effraie tant et si fort qu’il réunit les dieux.
      – La vit s’éteint sur terre, il faut agir, vite, dit-il.
      Les autres hochent la tête.
      – Agir, oui, mais comment ? Comment ravigoter notre soeur Déméter ?
      On fait silence, on réfléchit, puis l’oeil de Zeus enfin s’éclaire.
      – J’ai une idée, dit-il. Envoyons-lui Baubo. La bougresse saura lui réchauffer les sangs et faire naître en elle un bon rire de ventre. Qu’elle retrouve l’envie de vivre, et le monde reverdira.

      Qui était donc cette Baubo apparemment seule capable de sauver le monde mourant ? Une déesse, assurément, mais basse, grossière à n’en plus pouvoir, poissarde quoique de bon coeur, mais la cervelle au chômage, en tous les cas infréquentable par les esprits bien élevés. Elle était curieusement faite : deux yeux en guise de tétons, pas de tête au-dessus de cou, et pourtant puissamment bavarde? Mais par où passait sa voix ? Par sa bouche d’en bas ! Et ce qu’elle racontait n’était pas racontable. Jeux de mots approximatifs et paillardises de bas-fond, c’était là tout son répertoire. C’est elle, donc, Baubo, la déesse sans tête, qui fut envoyée par les dieux à l’inconsolable Déméter. Et que fit-elle, là, au bord de ce chemin où pleurait cette pauvre mère ? D’abord une danse du ventre, quelques pitreries de saison, puis elle ouvrit ses lèvres basses et se mit à couiner des contes non pas du dessus du panier, plutôt du dessous du nombril tant et si bien que Déméter ne put retenir un hoquet, un éclat derrière la main, un rire franc, enfin un fou rire tout bête. Et sa joie réveilla les arbres, les blés, les sources, les jardins, et le monde reprit courage, et la vie reprit son chemin.

      Merci à la fille de rien dont l’innocente paillardise sauva la terre de la mort. Grâce à elle nous vivons encore. Car sans elle, que serions-nous ? Un tas d’os blanchis sur le sable du désert.

      Rire non point de soi ou des autres, mais juste rire pour rire, pour le plaisir, rire pour le bonheur de notre corps, rire comme un soleil à midi, pour le simple plaisir du monde, c’est là le secret de la vie, et c’est Baubo qui le dit.

  9. Ping : Bulletin d’information et de décryptage du COVID-19 AP-HM du 30/03/21… | jbl1960blog

  10. mark knopfler dit :

    Au pays de Descartes, il va falloir formaliser, une bonne fois pour toute, parce que la résistance intellectuelle l’exige, que le narratif a pris le pouvoir.
    Le langage domine le monde, la manipulation des réalités contrôle les peuples, c’est la physique quantique appliquée à la psychologie sociale, l’expérience de Young n’a t-elle pas démontrée qu’à information constante (flux lumineux), la qualité des médiateurs de cette information induisait le constat de réalités multiples ?
    Une seule fente, la lumière est corpusculaire.
    Deux fentes, la lumière est ondulatoire.
    On en déduit la superposition d’Etat, la lumière, comprendre le flux d’information constant, est à la fois onde et corpuscule
    Non, c’est faux, le Réel EST, l’information EST, ce sont ses médiateurs qui véhiculent différentes observations de sa réalité.
    Lorsqu’un buisson fleuri apparait au printemps, il transmet une information.
    Nous, humains, nous sommes enclins à ramasser ses fleurs, les abeilles, elles, effectuent une danse afin d’informer leurs congénères qu’il faut butiner le buisson.
    A information constante, à médiateurs hétérogènes entre cette dernière et les comportements appliqués, la réalité de l’abeille et de l’Homme diffère.

    Ceux qui dominent le monde maitrisent ces concepts.

    Covid-19 est une ingénierie sociale mondiale, une psy-op, dans la lignée des MK ultra.

    • Ibn Shahak dit :

      Excellentes interventions Marc. Elles rejoignent celles de Ph. Grasset et surtout de L. Cerise… ;).
      Les représentations dominantes du réel n’ont jamais été que celles des classes dominantes, pour paraphraser Charles, Marx de son petit nom. Et pendant que l’on discute de ces représentations, ces classes et leur charges de mission à la tete des gouvernements transforment définitivement le réel, pour paraphraser un autre Charles, Rove pour le nommer. Les trotskistes de marché n’interprêtent plus le monde, ils l’explosent. Adieu MichelAngelo, bonjour Jérôme Bosch. Le chaos créateur cher aux lecteurs de Strauss et de Commentary est en plein déploiement, juste devant nos yeux de génisses, afin que leur Tiqqun puisse enfin « réparer » ce monde imparfait, debordant de bien trop surnuméraires « gentils ». À bon lecteur…

      • mark knopfler dit :

        Lucien Cerise, certainement, sans oublier également Ariane Bilheran, Philippe Bobola ou Frédéric Badel.
        Ensuite, si on veut faire de la politique, effectivement, on peut poser que la classe dominante impose sa vision du Réel.
        Mais j’ai quelques doutes quant à formaliser que tous les acteurs de la grande bourgeoisie capitalo-bolchévique maitrisent les concepts Lacaniens.
        C’est ici que se pose la question de l’influence d’une aristocratie (héritière du Freudo-lacanisme) sur le pouvoir, dans un entrisme intéressé.

        La première donne les outils, le second assure la pérennité de la domination.

        De mon point de vue, nous ne sommes plus sur la lutte des classes, mais sur une emprise sectaire sur le monde, c’est trans-disciplinaire, trans-social, trans-politique.
        Enfin, vous avez raison, « il y a une volonté de « réparer » ce monde imparfait », on retrouve les concepts d’êtres de lumière, Luciferiens, le culte de la connaissance, le « comment » prétendument a-dogmatique et jamais le pourquoi, dans ce pacte laïc signé par le scientisme-roi.

    • sarde dit :

      Bonjour, voue enfilez les perles tout le temps? ou c’est le cuistre qui parle

  11. Alan.144 dit :

    FranceSoir – « L’Etat belge condamné par le tribunal de première instance à lever toutes les mesures Covid d’ici 30 jours.»
    https://www.francesoir.fr/politique-monde-videos-les-debriefings/debriefing-avec-me-audrey-lackner-et-audrey-despontin-qui

  12. Danse dit :

    Confirmation de la suite du programme officiel de plandémies et du siphonnage de nos richesses : les VACCINS PAN-VIRUS :
    VARIANT-PROOF VACCINES — INVEST NOW FOR THE NEXT PANDEMIC
    (=vaccins à l’épreuve des variants – investissez maintenant)
    https://www.nature.com/articles/d41586-021-00340-4

    « Such pan-virus vaccines could be made in advance and deployed before the next emerging infection becomes a pandemic. We call for an investment now in basic research leading to the stockpiling of broadly effective vaccines.  »
    (…)
    « Cost and investors
    Unlike a reactive programme that swings into action when a new pathogen appears, our proposal has goals that can be described now and projects that could begin on a large scale immediately. Thanks to work already done on other viruses, particularly HIV and influenza, the approaches are understood and the infrastructure is in place. Investments made so far in basic science — including virology, genomics, immunology and structural biology — have afforded us a remarkable opportunity to get ahead of further SARS-CoV-2 evolution and put us in a powerful position of readiness for new viral pathogens.

    The investment per virus from bench to phase I trials is likely to be in the range of $100 million to $200 million over several years. We envisage that these costs would be borne by public–private partnerships between governments, philanthropy and industry. Organizations such as CEPI, the COVAX Facility and GAVI, the Vaccine Alliance could help to convene the expertise and initiate the negotiations needed to deliver the types of vaccine we propose. »

  13. Alcide dit :

    Les rats de laboratoire mettent en doute l’efficacité « vaccinale  » chez l’homme.

    • zorba44 dit :

      Pierre, encore une fois tout se dit en chansons et en dessins !

      Je suis très surpris des digressions mythologiques de ce blog pour répondre à la question de Gunnar Kaiser…

      Et pourquoi pas un étalage sur la vie de Saint Louis …pendant que nous y sommes ?!

      Jean LENOIR

      PS je suggèrerais à certains de disserter sur Eros et Thanatos…

  14. clavreul dit :

    Vive la république ! vive la démocratie !
    Bill Gates finance le lobby des « nouveaux OGM » en Europe
    https://reporterre.net/Bill-Gates-finance-le-lobby-des-nouveaux-OGM-en-Europe?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nl_quotidienne

  15. Dayanand dit :

    Une vrai pharmacienne (Belge) qui ne porte pas de masque dans son officine

    Bravo Madame de témoigner.

  16. xavib dit :

    Selon BFMERDE et l’institut de sondage Elabe les Français seraient majoritairement favorables à un reconfinement national et à la fermeture des collèges et des lycées… et quasi majoritairement favorables pour les écoles !

    Des masochistes, quoi !
    Ou résignés à force d’être matraqués par les merdias anxiogènes qui présentent ces scandales inutiles comme inévitables?

    https://www.bfmtv.com/societe/selon-un-sondage-elabe-les-francais-se-prononcent-en-legere-majorite-pour-un-confinement-national_VN-202103310310.html

    • zorba44 dit :

      Xavib …vous y croyez encore aux sondages ?

      Jean LENOIR

    • da dit :

      De Villiers balance tout sur les sondages truqués – YouTube

      « Voici la réalité des sondages en France, une manipulation à grande échelle destinée à créer une opinion publique qui n’existe pas à coups de millions d’euros… Ceci est le vrai visage … »

  17. Dayanand dit :

    L’ancienne conseillère de Clinton, Naomi Wolf, a déclaré que les passeports vaccinaux obligatoires COVID-19 qui ont été proposés ces derniers jours seraient « la fin de la liberté humaine en Occident si ce plan se déroule comme prévu ».

    « ‘Le passeport vaccinal’ semble être une belle chose si vous ne comprenez pas ce que ces plateformes peuvent faire. Je suis [le] PDG d’une entreprise de technologie, je comprends ce que fait cette plateforme », a déclaré Wolf, qui est également auteur, à Fox News le 28 mars. « Il ne s’agit pas du vaccin, il ne s’agit pas du virus, il s’agit de vos données. Une fois le système mis en place, vous n’avez plus le choix de faire partie du système.

    « Ce que les gens doivent comprendre, c’est que toute autre fonctionnalité peut être chargée sur cette plate-forme sans aucun problème. »

    Wolf a déclaré que ces données peuvent être « fusionnées avec votre compte Paypal, avec votre monnaie numérique », ajoutant que « Microsoft parle déjà de les fusionner avec les plans de paiement. »

    Wolf a noté que cela s’est produit en Israël, « et six mois plus tard, nous entendons des militants dire que c’est une société à deux vitesses et que, fondamentalement, les militants sont ostracisés et surveillés en permanence. C’est la fin de la société civile, et ils essaient de la déployer dans le monde entier. »

    « C’est absolument bien plus qu’un laissez-passer pour un vaccin, c’est – je ne peux pas assez insister sur le fait que cela a le pouvoir d’éteindre votre vie, ou de l’allumer, de vous permettre de vous engager dans la société ou d’être marginalisé. »

    Allant plus loin, M. Wolf a comparé ces plans à la surveillance de la population par le Parti communiste chinois (PCC) et à la promotion d’une « note de crédit social ».

    Traduction par lesdecodeurs (https://lesdeqodeurs.fr/live-du-30-mars-2021/) du début de l’article de
    https://www.theepochtimes.com/ex-clinton-adviser-mandatory-vaccine-passport-could-lead-to-end-of-human-liberty-in-the-west_3753627.html

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s