L’OTAN, un danger pour la paix mondiale (I. Wallerstein)

otan organisation terroriste atlantique nordImmanuel Wallerstein, chercheur principal de recherche à l’Université de Yale, est l’auteur du Déclin de la puissance américaine : Les Etats – Unis dans un monde chaotique (NewPress).

L’article qui suit a été traduit et commenté par François Asselineau sur le site de l’UPR.

« Renoncer à l’OTAN comme structure serait un premier pas  sur le chemin de la raison et la survie de la planète », dit Wallerstein. On ne peut qu’approuver, tant sont stupéfiantes la folie et la perversité de ceux qui dirigent cette sanglante machine de guerre. Je vous renvoie à la dernière information d’un média allemand sur le sujet : Via la Turquie, l’OTAN alimente en armes et en fournitures l’Etat islamique (Daesh) en Syrie [voir ici la traduction en français]… OD

« La mythologie officielle veut qu’entre 1945 (ou 1946) et 1989 (ou 1991), les Etats-Unis et l’Union soviétique (URSS) se sont affrontés en continu – politiquement, militairement, et surtout idéologiquement. C’est ce que l’on a appelé la ‘guerre froide ». Si c’était une guerre, le mot à souligner était « froide » car les deux puissances ne s’engagèrent jamais dans une action militaire directe l’une contre l’autre pendant toute la période.

Il y eut cependant quelques répercussions institutionnelles de cette guerre froide, et à chacune d’entre elles ce furent les Etats-Unis, et non l’URSS, qui firent le premier pas. En 1949, les trois pays occidentaux occupant l’Allemagne fusionnèrent leurs zones pour créer la République fédérale d’Allemagne (RFA) comme un Etat. L’Union soviétique répondit en transformant sa propre zone d’occupation en République démocratique allemande (RDA).

En 1949, l’OTAN fut créée par douze nations. Le 5 mai 1955, les trois puissances occidentales finirent officiellement leur occupation de la RFA et reconnurent cette entité comme un État indépendant. Quatre jours plus tard, la RFA fut admise comme membre de l’OTAN. En réponse à cela, l’URSS créa l’Organisation du Traité de Varsovie (OMC) et y inclut la RDA comme un de ses membres.

Le traité instituant l’OTAN devait s’appliquer seulement à l’intérieur de l’Europe. Une des raisons était que les pays d’Europe occidentale possédaient encore des colonies à l’extérieur de l’Europe et ne voulaient pas permettre à un quelconque organisme d’avoir le pouvoir d’intervenir directement dans leurs décisions politiques concernant ces colonies. Les moments de confrontation apparemment tendue entre les deux camps – le blocus de Berlin, la crise des missiles de Cuba – s’achevèrent tous par le statu quo ante. Le recours le plus important aux clauses d’engagement militaire prévues par les traités fut celui qu’en fit l’URSS lorsqu’elle agit dans sa propre zone d’influence contre les développements qu’elle jugeait dangereux pour l’URSS : la Hongrie en 1956, la Tchécoslovaquie en 1968, la Pologne en 1981. Dans des circonstances semblables, les Etats-Unis sont intervenus politiquement, comme lors de l’entrée potentielle du Parti communiste italien dans le gouvernement italien.

Ce bref rappel met en lumière l’objectif réel de la guerre froide. La guerre froide n’a pas été conçue pour transformer les réalités politiques de l’autre côté (sauf à une échéance très lointaine dans le futur). La guerre froide était un mécanisme par lequel chaque camp gardait ses satellites sous contrôle, tout en maintenant l’accord de facto des deux puissances pour leur partition à long terme du monde en deux sphères : un tiers pour l’URSS et deux tiers pour les Etats-Unis. La priorité fut donnée par chacune des deux puissances à la garantie qu’elles n’utiliseraient pas la force militaire (et pas d’armes nucléaires en particulier) l’une contre l’autre. Ce système a été connu comme la garantie contre la « destruction mutuelle assurée ».

L’effondrement de l’URSS en deux étapes – le retrait d’Europe de l’Est en 1989 et la dissolution officielle de l’URSS en 1991 – aurait dû signifier en théorie la fin de tout rôle pour l’OTAN. Il est en effet bien connu que, lorsque le président soviétique Mikhaïl Gorbatchev donna son aval à l’intégration de la RDA dans la RFA, il reçut la promesse que les Etats du Pacte de Varsovie ne seraient pas intégrés dans l’OTAN. Cette promesse a été violée. Au lieu de cela, l’OTAN a pris entièrement un nouveau rôle.

Après 1991, l’OTAN s’est octroyé un rôle de gendarme du monde pour ce qu’elle considère comme des solutions politiques appropriées aux problèmes du monde. Le premier effort majeur en ce sens a eu lieu lors du conflit entre le Kosovo et la Serbie, lorsque le gouvernement américain a jeté tout son poids en faveur de la création d’un État du Kosovo et d’un changement de régime en Serbie. Cette première initiative a été suivie par d’autres : en Afghanistan en 2001 pour chasser les talibans, en Irak en 2003 pour changer le régime à Bagdad, en 2014 pour lutter contre l’Etat islamique (EI) en Irak et la Syrie, et en 2013-2014 pour soutenir les prétendues forces pro-occidentales en Ukraine.

En fait, le recours à l’OTAN s’est lui-même révélé source de difficultés pour les Etats-Unis. D’une part, il y avait toutes sortes de réticences des États membres de l’OTAN sur les actions entreprises. D’autre part, lorsque l’OTAN a été officiellement impliquée, comme au Kosovo, l’armée américaine s’est sentie entravée dans ses actions militaires par la lenteur de la prise de décision politique.

Alors, pourquoi a-t-on vu l’expansion de l’OTAN au lieu de sa dissolution ? Cela tient une fois de plus à la politique intra-européenne, et au désir des Etats-Unis de contrôler ses alliés présumés. C’est sous la présidence Bush que celui qui était alors secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, a parlé d’une « vieille » et « nouvelle » Europe. Par « vieille Europe », il faisait en particulier référence à la réticence française et allemande à se mettre d’accord avec les choix stratégiques des Etats-Unis. Il voyait les pays d’Europe occidentale comme souhaitant distendre leurs liens d’avec les Etats-Unis. Sa perception était d’ailleurs correcte. En réponse, les Etats-Unis ont espéré couper les ailes des Européens de l’Ouest en introduisant les pays d’Europe orientale à l’OTAN, que les Etats-Unis considèrent comme des alliés plus fiables.

Le conflit sur l’Ukraine révèle tout le danger de l’OTAN. Les Etats-Unis ont cherché à créer de nouvelles structures militaires, évidemment dirigées contre la Russie, sous le couvert que celles-ci étaient destinées à contrer une hypothétique menace iranienne. Alors que le conflit ukrainien était en cours, le langage de la guerre froide a été relancé. Les Etats-Unis utilisent l’OTAN pour presser les pays d’Europe occidentale à se mettre d’accord avec les actions anti-russes. Et aux Etats-Unis, le président Barack Obama est sous forte pression pour agir « avec force » contre la prétendue menace russe contre l’Ukraine. Ceci se combine avec la grande hostilité du Congrès américain à tout accord avec les Iraniens sur le développement du nucléaire.

Aux Etats-Unis et en Europe occidentale, les forces qui cherchent à éviter la folie militaire risquent d’être dépassées par ce qui ne peut être appelé autrement que le « parti de la guerre ». L’OTAN et ce qu’elle symbolise aujourd’hui représentent un grave danger, car elle donne corps à la prétention des pays occidentaux à intervenir partout, au nom d’interprétations occidentales de réalités géopolitiques. Cela ne peut conduire qu’à d’autres conflits, très dangereux. Renoncer à l’OTAN comme structure serait un premier pas  sur le chemin de la raison et la survie de la planète ».

Agence Global, le 15 novembre 2014

Lire aussi :

OTAN, offensive mondiale (M. Dinucci)

ISIS : America’s Terrorist Mercenaries

America’s Real Ties to ISIS

Rappels :

L’Union européenne et l’OTAN, revers d’une même médaille

Joe Biden admet que les Etats-Unis ont forcé les pays de l’UE à adopter des sanctions contre la Russie

Comprendre la géopolitique de la troisième guerre mondiale

Si l’Ukraine rejoint l’OTAN, cela provoquera une guerre nucléaire

Les USA, pour tenter de ralentir leur déclin, entrainent le monde vers le chaos et la tyrannie (P. Leconte)

En route vers la troisième guerre mondiale ?

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour L’OTAN, un danger pour la paix mondiale (I. Wallerstein)

  1. Ping : L’OTAN, un danger pour la paix mondiale (I. Wallerstein) - Ma banque a moiMa banque a moi

  2. Les provocations continuelles de l’OTAN en Ukraine et dans les pays d’Europe de l’Est, à commencer par les pays où sont implantées les nouvelles bases américaines comme la Roumanie ou la Bulgarie jouant le gaz de schiste et les subventions européennes contre le gaz russe, sont d’autant plus incompréhensibles que le rapport de force est clairement défavorable aux forces de l’OTAN. La donne a complètement changé par rapport aux années 1980, tant sur le plan conventionnel que sur le plan des armes nucléaires. La Russie dispose par exemple d’un arsenal de plusieurs milliers de têtes nucléaires tactiques sont elle se dit prête à se servir en cas d’agression sur son territoire. Rappelons à ce sujet que le missile Iskander est capable d’emporter une ogive à Mach 7 sur une distance de 400 km. Plus bas quelques échantillons des actifs stratégiques que la Russie est capable d’aligner contre les pays de l’OTAN qui jouent avec le feu, avec une inconscience telle que l’on peut se demander si les Etats-Unis n’ont pas sacrifié par avance l’Europe comprise comme un bastion avancé de leur rideau défensif contre « l’axe du mal ». Poutine a rappelé à M. Barroso que ses troupes peuvent atteindre Varsovie en quinze jours. Au vue de ces quelques éléments, on ne peut que prêter crédit à cette menace, même si les troupes russes sont composées en grande partie de conscrits. Ses capacités destructrices sont telles, tant en capacités de bombardement aérien qu’en artillerie, que les maigres forces d’intervention rapide de l’OTAN ne tiendraient pas plus de quelques heures.

    – Russian ICBMs armed with MIRVs travel at about 18 Mach; that is way faster than anything in the US arsenal. And basically they are unbeatable.

    – The S-400 and S-500 double trouble; Moscow has agreed to sell the S-400 surface-to-air missile system to China; the bottom line is this will make Beijing impermeable to US air power, ICBMs and cruise missiles. Russia, for its part, is already focusing on the state of the art S-500 – which essentially makes the Patriot anti-missile system look like a V-2 from WWII.

    – The Russian Iskander missile travels at Mach 7 – with a range of 400km, carrying a 700kg warhead of several varieties, and with a circular error probability of around five meters. Translation: an ultimate lethal weapon against airfields or logistic infrastructure. The Iskander can reach targets deep inside Europe.

    – And then there’s the Sukhoi T-50 PAK FA.

    NATO clowns dreaming of a war on Russia would have to come up with an ironclad system to knock out these Iskanders. They don’t have any. Additionally, they would have to face the S-400s, which the Russians can deploy all over the spectrum.

    Think of a hefty batch of S-400s positioned at the Russian exclave of Kaliningrad; that would turn NATO air operations deep inside Europe into an absolutely horrendous nightmare. On top of it, good ol’ NATO fighter jets cost a fortune. Imagine the effect of hundreds of destroyed fighter jets on an EU already financially devastated and austerity-plagued to death.

    As if this was not enough, no one knows the exact extent of NATO’s strategic capabilities. Brussels is not talking. Extra-officially, these capabilities are not exactly a marvel. And Russian intelligence knows it.

    http://www.lewrockwell.com/2014/12/no_author/who-can-save-europe-from-american-war/

    • zorba44 dit :

      Avec une telle panoplie, mieux vaut ne pas se tromper d’action car la zone de dangers se transforme vite en zone d’annihilation totale. Merci pour ces informations

      Jean LENOIR

  3. raimanet dit :

    A reblogué ceci sur raimanetet a ajouté:
    ALERTE

  4. jeangab1 dit :

    A reblogué ceci sur LA PILULE ROUGE.

  5. Ping : DECEMBRE 2014 |LE REVEIL C'EST MAINTENANT ! | Pearltrees

  6. bforbroker dit :

    Dans ce monde, nous ne savons plus à qui faire confiance! tout est chaotique!

  7. Ping : L’OTAN, un danger pour la paix mondiale (I. Wallerstein) - News360x News360x

  8. bocanegra dit :

    merci sarko pour nous fait réintégrer le commandement de cette organisation ….et hollande de l’avoir confirmé. une jolie paires de menottes ces deux là !

  9. Ping : FAUSSES BANNIERES DANS L'HISTOIRE MODERNE - II | Pearltrees

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s